La consommation de cannabis - y compris chez les femmes - est en hausse. Et une série de questions sont maintenant posées sur la santé des femmes et la consommation de cannabis, y compris pendant la grossesse et l’allaitement.

Les preuves scientifiques réelles, sinon les recherches générales, sont rares. Cependant, les données écrasantes suggèrent une chose : le cannabis n’est pas une substance qui devrait être ingérée par les femmes enceintes ou allaitantes. Les cannabinoïdes semblent jouer un rôle puissant, quoique mal compris, dans le développement humain. Ils semblent également jouer un rôle critique dans l’ovulation, la gestation et même au début de la vie. Les endocannabinoïdes dans le cerveau humain sont essentiels aux fonctions essentielles de survie.

Toutefois, quel taux de composés cannabinoïdes devrait exister dans le corps est encore une autre histoire. Et quand maman consomme des cannabinoïdes, bébé aussi.

Les cannabinoïdes peuvent être excrétés du corps humain. Cela inclut la salive, le sang et les urines. Ils peuvent également être dissous dans des liquides gras. Et le lait maternel est une façon pour bébé d’obtenir une dose de cannabis de maman très facilement.

Apparemment, ce n’est pas toujours négatif. En fait, on trouve de nombreux endocannabinoïdes naturels dans le lait maternel. Cela peut vouloir dire que certains types de cannabinoïdes sont bons pour maman et pour l’enfant. Encore une fois, la question de savoir dans quelle mesure et lesquelles, est très ouverte.

QUELS CANNABINOÏDES SE TROUVENT DANS LE LAIT MATERNEL ?

Le cannabinoïde le plus abondant dans le lait maternel est le 2-arachidonoylglycérol (2-AG). Cet endocannabinoïde stimule également les mêmes récepteurs cellulaires que le THC.

Ce qui est encore plus intéressant, c’est que le 2-AG semble essentiel pour garder les nouveau-nés en vie. Il stimule la réponse à l’allaitement et les muscles de la langue. Les récepteurs CB1 dans le cerveau contrôlent ces fonctions.

Sans ces endocannabinoïdes, les bébés peuvent développer une maladie appelée « capacité non-organique de se développer ». Cette pathologie se produit lorsqu’un bébé ne peut pas consommer suffisamment de nourriture pour subvenir à ses besoins.

Les enfants pourraient même être moins sujets aux effets secondaires psychoactifs du THC que les adultes.

Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas connues, mais de nouvelles découvertes suggèrent que des décennies de « recherches » antidrogue pourraient en fait être fausses.

Mères Qui Allaitent Consommation Cannabis

CANNABINOÏDES ET DÉVELOPPEMENT DE L’ENFANT

Une étude de 2004 a également suggéré que les endocannabinoïdes sont essentiels au développement pré et postnatal des bébés. Des niveaux élevés d’anandamide et de récepteurs cannabinoïdes sont présents dans l’embryon et l’utérus. Les niveaux d’anandamide sont naturellement abaissés au moment de l’implantation. Il se pourrait que des niveaux élevés d’anandamide soient liés à une fausse couche.

Les études des années 1980 n’ont pas toujours été concluantes. La consommation de cannabis par les femmes enceintes et les mères qui allaitent n’a jamais été arrêtée. Une étude de 1985 a révélé qu’il n’y avait pas d’impact significatif sur les bébés dont la mère fumait du cannabis pendant la grossesse.

Une étude bien plus vaste menée en 1990 a révélé le contraire. En fait, cette étude a révélé des différences significatives dans la motricité des enfants exposés au cannabis.

Ceci dit, l’étude a également fait une hypothèse commune à d’autres domaines : la consommation de cannabis était assimilée à l’alcool et au tabac.

Il n’y a pas encore eu d’étude approfondie sur les mères qui consomment exclusivement du cannabis pendant la grossesse ou l’allaitement.

QUE DISENT LES SPÉCIALISTES DE L’ALLAITEMENT MATERNEL ?

L’Academy of Breastfeeding Medicine (ABM) a publié un ensemble de lignes directrices sur l’utilisation du cannabis en 2015.

Selon l’Académie, il n’y avait pas assez de preuves dans un sens ou dans l’autre. Cependant, ils ont recommandé de faire preuve de prudence lorsqu’elles consomment du cannabis pendant la grossesse ou l’allaitement.

Un sondage de 2015 auprès des professionnels de la lactation a révélé que leurs membres ont fait preuve d’une extrême prudence lorsqu’ils prescrivaient cette drogue. En fait, tous les rapports de prescription étaient établis au cas par cas.

L’enquête a révélé qu’entre 10 et 20 % des participants avaient des patients qui avaient consommé du cannabis au cours de cette période. La grande majorité des personnes interrogées ont également admis qu’on leur avait déconseillé la consommation de cette drogue pendant la grossesse ou l’allaitement.

LES RAISONS DE CE FOSSÉ

Le manque de connaissances sur le cannabis et de cette période délicate de la vie humaine est dû à une chose : le manque de recherche réelle et objective. La grande majorité des études réalisées portent sur la réduction des risques. Ils n’ont pas examiné le rôle des endocannabinoïdes pendant la grossesse et le développement de l’enfant. En fait, ce concept était inconnu jusqu’au début du siècle.

Ce « savoir » va changer, c’est sûr. Même lentement. Bien entendu, les essais humains ne peuvent pas être effectués sur des sujets d’essai. Entre-temps, bon nombre de ces questions commenceront à recevoir des réponses indirectes. La compréhension du système endocannabinoïde (SEC)  en est encore à ses débuts.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander