Malgré son statut de substance interdite, la consommation de cannabis chez les athlètes de la NFL et de la NBA est endémique depuis des décennies. Les tests de dépistage réguliers, les suspensions de joueurs et les programmes éducatifs antidrogue n’ont pas réussi réduire sa popularité. À la place, beaucoup pensent que la consommation de cannabis dans les sports professionnels n’a jamais été aussi élevée.

Les athlètes professionnels consomment du cannabis pour de multiples raisons, allant du soulagement de la douleur à un meilleur sommeil. Toutefois, les ligues dans lesquelles ils évoluent ne savent toujours pas que le cannabis peut améliorer leur qualité de vie. Ce refus d’être plus compréhensif et accommodant a fait dérailler la carrière de plusieurs jeunes athlètes prometteurs et a valu à la NFL de nombreuses critiques au fil des ans. Malgré cela, la NFL continue de fournir à ses athlètes des antidouleurs opioïdes qui créent une dépendance, tout en interdisant l’usage du cannabis.

Le cannabis est principalement interdit par la NBA (National Basketball Association) et la NFL (National Football League) en raison de son statut fédéral de drogue illégale. De plus, certains ont fait valoir qu’il pourrait fonctionner comme une substance améliorant les performances. Ainsi, afin de respecter les règlements fédéraux et de préserver la crédibilité de leurs sports respectifs, la NBA et la NFL ont interdit la consommation de cannabis chez leurs joueurs.

POURQUOI LE CANNABIS EST-IL TOUJOURS INTERDIT EN NBA ?

Le cannabis est interdit en NBA depuis 1999. Cependant, beaucoup pensent que, concernant le cannabis, le système de discipline indulgent de la NBA n’est qu’une façade. Les tests de dépistage de drogues en NBA sont souvent effectués pendant la saison régulière, bien qu'ils le sont parfois aussi à n'importe quel moment de l'année. De plus, à moins qu’ils n’échouent à un test, les joueurs ne peuvent être testés qu'un certain nombre de fois par an. Les critiques du système disciplinaire de la NBA prétendent que le système est trop accommodant pour les joueurs, et pas assez strict.

Il semble très probable que la NBA ne veuille pas vraiment interdire le cannabis du tout. Selon l’ancien commissaire de la NBA David Stern, la seule raison pour laquelle les tests ont commencé en 1999 était due à des plaintes de joueurs concernant d’autres joueurs jouant sous influence. La ligue semble penser que le système de discipline actuel est suffisant pour décourager les joueurs de s’en allumer un avant d’entrer sur les parquets, tout en leur donnant la liberté de consommer pendant leur temps libre. Dans une récente entrevue, Stern a déclaré que s’il était toujours commissaire de la ligue, le cannabis ne serait pas une substance interdite.

POURQUOI LE CANNABIS EST-IL TOUJOURS INTERDIT EN NBA ?

POURQUOI LE CANNABIS EST-IL TOUJOURS INTERDIT EN NFL ?

La NFL s’est forgé une réputation d’organisation dirigée par des propriétaires d’équipe vieux, riches, blancs et conservateurs intransigeants. Une enquête récente a révélé que le propriétaire moyen d’une équipe de la NFL était âgé d’environ 69 ans, et que la plupart avaient récemment fait des contributions financières au parti républicain américain. Comme on pouvait s’y attendre, les propriétaires de NFL se sont tenus aux directives fédérales sur l’usage de drogue, interdisant aux joueurs de consommer du cannabis, même dans les états où c’est légal.

Tout comme la NHL (Ligue nationale de hockey), la NFL n’a jamais fait allusion au cannabis comme drogue améliorant les performances. La ligue ne croit pas que le cannabis donne un avantage aux joueurs sur la glace. Ils ne font que s’en tenir au droit fédéral et à des principes conservateurs autant que possible.

QUELLES SONT LES PEINES POUR UNE CONSOMMATION DE CANNABIS ?

La NFL et la NBA ont des programmes disciplinaires très différents pour les infractions liées à la consommation de cannabis.

En NBA, les contrevenants pour une première infraction sont inscrits à un programme de traitement de la toxicomanie et sont soumis à des tests plus réguliers. Les récidivistes sont passibles d’une amende de 25 000 $ et ceux qui récidivent encore doivent purger une suspension de cinq matchs. Toute infraction supplémentaire ajoutera 5 matchs au total de la suspension. Ainsi, par exemple, un quintuple contrevenant pourrait être suspendu pour 15 matchs.

En comparaison, la NFL est beaucoup plus stricte et beaucoup plus sévère concernant les tests et les pénalités. En vertu de la politique actuelle de la ligue, les nouveaux contrevenants seront soumis à des tests beaucoup plus fréquents sur une période de 24 mois. Les échecs successifs aux tests de dépistage de drogues entraîneront la suspension de matchs. Les récidivistes sont suspendus 2 matchs, les triples contrevenants sont suspendus 4 matchs. D’autres échecs aux tests mèneront à la suspension de 10 matchs et au bannissement éventuel de la ligue. Les joueurs sont également passibles d’amendes, ainsi que de pertes de salaires pour les matchs manqués en raison d’une suspension. Comme la saison de la ligue ne dure que 17 matchs, cela peut signifier la perte d’une partie importante des revenus.

Selon un rapport de 2016 de CNBC, en 2016, la NFL a infligé à 20 joueurs une amende de plus de 10 millions de dollars pour des infractions liées à la consommation de substances, la plupart provenant de la consommation de cannabis.

QUELLES SONT LES PEINES POUR UNE CONSOMMATION DE CANNABIS ?

POURQUOI LES ATHLÈTES CONSOMMENT-ILS DU CANNABIS ?

L’une des principales raisons pour lesquelles les athlètes consomment du cannabis est pour soulager la douleur à court et à long terme. Dans une entrevue à la BBC l’an dernier, Matt Barnes, un vétéran de la NBA durant 14 ans, a admis avoir consommé régulièrement du cannabis tout au long de sa carrière pour gérer son mal de dos, l’aider à se détendre, et l’aider à dormir.

Steve Kerr, l’ancien entraîneur de Barnes, a lui aussi admis qu’il consommait régulièrement cette substance pour soulager son mal de dos. Les athlètes à la retraite utilisent le cannabis pour gérer les douleurs musculaires et articulaires chroniques résultant d’années de sport à un niveau professionnel.

Les athlètes consomment également du cannabis parce que c’est une alternative appropriée à d’autres antidouleurs qui peuvent créer une dépendance ou causer des effets secondaires graves par une utilisation régulière. Les produits à base de cannabis comme les vaporisateurs, les produits topiques, et les huiles de CBD peuvent même soulager la douleur sans vous faire planer. Après que l’ancienne star de la NBA Al Harrington s’est lassé d’utiliser des antidouleurs en vente libre, il s’est tourné vers le CBD. Dans une récente interview avec NBA.com, il a affirmé que les crèmes et les huiles lui ont donné le même soulagement de la douleur sans les effets secondaires, et sans le faire planer.

Des athlètes professionnels consomment également du cannabis pour se détendre et échapper à la pression de leur travail. Les effets anti-anxiété du CBD et les effets antidépresseurs du THC procurent aux athlètes une certaine sérénité dont ils ont grand besoin pendant leur temps libre. Lors de sa récente interview à la BBC, Matt Barnes a affirmé que fumer du cannabis le matin lui procurait une « tranquillité d’esprit ».

LE CANNABIS SOULAGE EFFICACEMENT LA DOULEUR CHEZ LES ATHLÈTES

Grâce à leur interaction avec le système endocannabinoïde (SEC) de l’organisme, les cannabinoïdes présents dans le cannabis sont capables de réguler des fonctions comme la douleur et l’humeur. Dans une récente entrevue avec CBS, Larry Chester, un joueur des Dolphin de Miami à la retraite, a déclaré qu’il avait réussi à surmonter sa dépendance aux opioïdes en utilisant du cannabidiol (CBD). Le CBD est un cannabinoïde non psychoactif capable de réduire la douleur et les inflammations.

Le CBD s’est également révélée utile dans les traitements de sevrage de drogues. Plusieurs centres de traitement de désintoxication ont récemment expérimenté le THC et le CBD comme aides au sevrage. On a découvert que ces cannabinoïdes traitent des pathologies comme l’anxiété, la dépression, les nausées et la douleur, ce qui les rend idéales pour faire face au sevrage.

LE CANNABIS SOULAGE EFFICACEMENT LA DOULEUR CHEZ LES ATHLÈTES

LE CANNABIS EMPÊCHE LES ATHLÈTES DE PRENDRE DES MÉDICAMENTS PLUS DANGEREUX

La NFL n’est pas étrangère à la crise des opioïdes qui secoue actuellement l’Amérique du Nord. La dépendance aux antidouleurs est un problème bien connu des joueurs de football actuels et anciens. La brutalité du jeu et les dommages qu’il inflige au corps des joueurs rendent l’utilisation d’antidouleurs presque une nécessité. Cependant, les équipes de la NFL et leurs médecins respectifs ont essuyé des critiques pour avoir rendu facilement accessibles des antidouleurs qui créent une dépendance dangereuse. De plus, il est devenu évident que la ligue n’accorde pas la priorité à la sécurité des joueurs, mais plutôt à l’utilisation d’antidouleurs pour forcer les joueurs sur le terrain, donnant aux fans ce qu’ils veulent.

Une étude de 2011 évaluée par des pairs sur d’anciens joueurs de la NFL a révélé que plus de la moitié des joueurs interrogés ont admis avoir utilisé des antidouleurs opioïdes tout au long de leur carrière. De plus, plus de 70 % d’entre eux ont affirmé avoir consommé des opioïdes au cours de leur carrière. L’étude a révélé que, comparativement à la population générale, les joueurs de NFL étaient quatre fois plus susceptibles d’abuser des antidouleurs opioïdes. Plus de 60 % des participants à l’étude ont obtenu leurs opioïdes d’une source autre qu’un médecin régulier. Le fait que les joueurs n’ont même pas besoin d’ordonnance pour prendre des analgésiques en dit long sur la prévalence de l’usage des opioïdes en NFL.

Le problème des opioïdes a récemment fait l’objet d’un procès intenté devant une cour de district américain en Californie. Plus de 1 800 anciens joueurs y ont intenté une poursuite contre les 32 équipes de la NFL, argumentant qu’ils perpétuaient une culture qui facilitait l’abus des antidouleurs opioïdes. Les joueurs affirment que les équipes ne les ont pas bien informés sur les risques liés à l’utilisation des antidouleurs opioïdes. Au lieu de cela, la priorité principale des équipes était de ramener les joueurs sur le terrain le plus rapidement possible.

En comparaison, les joueurs de la NBA sont beaucoup moins susceptibles d’abuser des antidouleurs opioïdes, bien que bon nombre d’entre eux souffrent encore de douleur et de dépendance après la fin de leur carrière. En effet, de l’avis général, les opioïdes ne sont pas aussi largement et facilement accessibles en NBA qu’ils le sont en NFL. Toutefois, même s’ils ne prennent pas d’opioïdes, les athlètes qui souffrent de douleur chronique doivent quand même la traiter d’une manière ou d’une autre

Les joueurs qui ne prennent pas d’antidouleurs sur ordonnance se retrouvent souvent à consommer régulièrement des analgésiques antidouleur en vente libre comme l’ibuprofène. Bien qu'ils ne soient certainement pas aussi nocifs ou destructeurs que les opioïdes, ces médicaments peuvent quand même causer de graves problèmes à long terme. La consommation régulière d’AINS comme l’Advil est connue pour causer de graves problèmes digestifs, notamment des saignements gastro-intestinaux et des ulcères.

CRITIQUE DU PUBLIC ET DES MÉDIAS

Le refus de ces ligues de changer leur position sur le cannabis, même face à la crise des opioïdes, a donné lieu à un débat médiatique sur le comportement et les intentions de ces associations. En ce qui concerne la NBA, la politique laxiste de la ligue se traduit par peu de suspensions et ne semble que légèrement ennuyer les fans. Cependant, les fans de la NFL sont furieux du refus de la ligue d’être plus compréhensive. Beaucoup commencent à se lasser de voir des joueurs vedettes rater des matchs à cause de suspensions de cannabis. La perception du public à l’égard du cannabis a changé radicalement et rapidement, ce qui laisse beaucoup de gens se demander quand la ligue va enfin rattraper son retard.

De plus, des questions ont été soulevées quant à l’efficacité de la politique antidrogue de la NFL. L’analyste de football américain Mike Florio a récemment déclaré qu’il pensait que près de 95 % des joueurs savent comment ne pas se faire prendre avec du cannabis. Les mêmes questions pourraient à juste titre être posées au sujet de la politique antidrogue de la NBA. Bien qu’il ait consommé du cannabis tout au long de sa carrière de 14 ans, le vétéran de la NBA Matt Barnes n’a échoué qu’à deux dépistages de drogues.

CRITIQUE DU PUBLIC ET DES MÉDIAS

Pire encore, les véritables raisons pour lesquelles la NFL a maintenu l’interdiction du cannabis ont récemment été mises en lumière. La ligue a récemment indiqué qu’elle est prête à utiliser la prohibition du cannabis comme outil de négociation entre elle et la NFLPA (NFL Players Association). En d’autres termes, la ligue prévoit de prendre la question du cannabis en otage afin d’obtenir des concessions des joueurs de la ligue. La convention collective actuelle de la ligue venant à échéance en 2021, les négociations devraient commencer l’an prochain.

Le comportement de la NFL sur cette question a été critiqué à juste titre dans les médias grand public. Le traitement sévère qu’elle inflige aux joueurs pour une infraction apparemment mineure a terni son image auprès du grand public. Il convient de noter en particulier le fait que la ligue punit généralement très peu de joueurs, mais les punit très sévèrement. Les fans pensent que les joueurs qui échouent régulièrement aux tests de dépistage de drogues devraient être aidés et réhabilités, et non pas punis, encore plus lorsqu’il s’agit de cannabis. À la place, la NFL semble se contenter de cibler des jeunes hommes qui se détendent, utilisant cela comme une raison pour détruire leur carrière, ou au moins pour obtenir des concessions de l’association des joueurs qui les représente.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.