Un autre pays fait avancer ses lois sur le cannabis dans le 21ème siècle, comme la Jamaïque décriminalise la possession de quantités personnelles de cannabis - même pour les touristes.

La nation insulaire de la Jamaïque a toujours été connue pour ses magnifiques couchers de soleil, sa musique reggae et bien sûr le cannabis. La Jamaïque et le cannabis étaient déjà synonymes bien avant que Bob Marley n’apparaisse sur la scène musicale locale. Malgré la croyance publique que la weed était légale en Jamaïque, le fait est qu’être arrêté en possession entraînant une lourde pénalité, sanction appliquée durant une très longue période de temps. Tout a changé l’année derrière quand la destination paradisiaque a choisi de décriminaliser la possession, non seulement pour ses habitants, mais aussi pour les touristes.

CANNABIS ET JAMAÏQUE : UNE HISTOIRE

La « ganja » ou weed jamaïcaine a été cultivée pour la première fois au milieu du dix-neuvième siècle. Ramenées d’Inde, les premières graines ont poussé dans ce qui allait devenir une culture florissante tournant autour du cannabis. Les graines n’ont pas été les seules à arriver en Jamaïque depuis l’autre côté du monde. Une religion naissante connue sous le nom de Rastafari s’y est répandue depuis l’Éthiopie. Le mouvement Rastafarien s’est emparé du cannabis comme d’une herbe sacrée, en l’utilisant comme outil pour la purification spirituelle. Malgré sa large acceptation, le cannabis a été rendu illégal en 1913. Cette prohibition était pensée comme un moyen de cibler les populations noires des classes inférieures, en particulier les Rastafariens. La pression pour criminaliser le cannabis est venue du Conseil des Églises Évangéliques, qui jouissait d’un grand pouvoir en Jamaïque à l’époque. La loi était un évident outil d’oppression, un outil qui allait rester en place jusqu’en février 2015.

cannabis jamaica

LOIS LIBÉRALISANTES

La Chambre des Représentants de Jamaïque a amendé l’Acte sur les Drogues Dangereuses, qui permet maintenant la possession de jusqu’à deux onces de cannabis en public et la culture de jusqu’à cinq pieds à domicile. Alors si vous êtes fouillé dans la rue, 56 grammes est la quantité maximale légale que vous pouvez avoir dans la poche. Vous aurez toujours une amende de cinq dollars, car la possession n’est techniquement que « décriminalisée », mais c’est un petit prix à payer pour pouvoir se faire plaisir en vacances. Toute quantité supérieure à deux onces vous faudra une lourde amende et des poursuites pour trafic criminel. Il y a des façons bien plus agréables de profiter de ses vacances que de passer ses nuits dans une prison jamaïcaine. Les deux onces devraient vous suffire à bien planer durant votre séjour.

Si vous avez une carte ou autorisation de prescription médicale délivrée dans votre pays, la Jamaïque vous délivrera un enregistrement vous permettant d’acheter deux onces de weed cultivée localement. Un des objectifs du gouvernement est d’établir un programme de cannabis médical à grande échelle mis en place pour garantir aux malades l’accès à du cannabis cultivé dans des installations propres, soumis à réglementation. En plus de la consommation médicale, la nouvelle loi autorise la consommation de cannabis à des fins religieuses et de recherche. Ouvrir la recherche en Jamaïque pourrait les placer des années en avance du reste du monde car dans de nombreux pays, comme les États-Unis, n’autorisent des recherches que très limitées.

Par le passé, les policiers jamaïcains détournaient en général le regard pour ce qui était des touristes et de la weed. Étant un pays pauvre, la Jamaïque dépendait des revenus du tourisme pour son fonctionnement. Arrêter des touristes est un moyen rapide de garantir qu’ils ne reviendront plus. La nouvelle loi élimine non seulement toute préoccupation pour les touristes entiers, mais elle ouvre aussi la porte à un futur vert pour la Jamaïque, en la positionnant en bonne voie pour devenir un des grands noms du tourisme mondial du cannabis.

UN FUTUR VERT BRILLANT

Il y a un point que même les activistes anti-légalisation ne peuvent nier : le cannabis légal génère beaucoup d’argent. La Jamaïque a été une nation pauvre durant la plupart de son existence. 20 % de tous les Jamaïcains vivent en-dessous du seuil de pauvreté et le chômage tourne autour de 12 %. La Jamaïque fait face à une crise de la dette nationale et à de hauts taux d’intérêts, ce qui force le pays à chercher des solutions. Le cannabis est une solution naturelle. Comme il est culturellement accepté en Jamaïque depuis plus de cent cinquante ans, le gouvernement a reconnu que c’était une réponse à ses problèmes financiers, une réponse qui était juste sous son nez, littéralement. Difficile de voir d’autres pays légaliser et en tirer profit sans vouloir en faire de même.

Des états comme le Colorado aux États-Unis ont démontré que le cannabis peut être réglementé et taxé avec des résultats incroyables. L’année dernière, le Colorado a vendu plus d’un milliards de dollars de cannabis et a généré plus de 125 millions de dollars en revenus fiscaux. L’argent est allé au financement des écoles et des programmes de sensibilisation aux drogues. Ils ont généré tellement d’argent qu’ils avaient initialement prévu d’en reverser aux contribuables. La Jamaïque en fera de même. Avec le cannabis, vient une explosion de nouveaux emplois et d’autres secteurs qui apportent un service au secteur du cannabis.

Alors si vous avez envie de visiter la magnifique nation insulaire qu’est la Jamaïque, le moment n’a jamais été mieux choisi. La nouvelle loi en Jamaïque ouvre la voie à une industrie touristique en pleine expansion qui, grâce à sa localisation tropicale, pourrait bien être sans rivale. La décision de légaliser était la bonne et elle annonce une nouvelle ère pour tous les Jamaïcains et les fans de cannabis.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander