Consommer du cannabis de manière responsable

Consommer du cannabis de manière responsable


Des millions de personnes du monde entier consomment du cannabis. Beaucoup apprécient l’herbe de façon récréative pour se détendre, se relaxer, booster la créativité et se connecter à autrui. Tout le monde sait que le cannabis produit une euphorie qui nous rend joyeux. Même les tâches les plus ennuyeuses peuvent subitement devenir relativement intéressantes après avoir tiré sur un joint. Mais cet effet positif peut avoir un effet inverse. Après un certain temps, les consommateurs peuvent réaliser qu’ils ont besoin du cannabis pour ressentir la moindre émotion positive.

Chez Royal Queen Seeds, nous encourageons et soutenons la consommation responsable du cannabis. Nous pensons que l’herbe doit sublimer la vie d’une personne et non pas y nuire. Une consommation responsable permet à un individu d’atteindre un bon équilibre. Plutôt que de se reposer sur le plant pour être « normal », on préférera l’utiliser lors d’évènements spéciaux où l’on peut réellement apprécier ce que la weed a à offrir.

Ci-dessous, vous trouverez tous les principes d’une consommation responsable. Mais d’abord, afin de fournir une base solide à cet article, nous allons voir le fonctionnement du cannabis dans le corps et les potentiels effets négatifs d’un usage répété.

Le fonctionnement du cannabis dans le corps

Avez-vous entendu parler du système endocannabinoïde (SEC) ? Ce réseau permet au cannabis d’agir d’une manière très particulière dans l’organisme. Connu sous le nom de « régulateur universel », le SEC contribue au bon fonctionnement de tous les autres systèmes de notre organisme. Il comprend trois parties principales : les récepteurs, les molécules de signalisation appelées endocannabinoïdes (« endo » signifie « à l’intérieur ») et les enzymes.

Presque toutes les cellules du corps possèdent des récepteurs cannabinoïdes et nos endocannabinoïdes se lient à ces sites pour créer des changements physiologiques. Ils sont impliqués dans la régulation d’à peu près tout, y compris le déclenchement des neurotransmetteurs, la santé de la peau et la densité osseuse.

Il se trouve que le cannabis contient également des cannabinoïdes, mais ces substances chimiques sont connues sous le nom de phytocannabinoïdes (« phyto » signifie « plante »). En fait, c’est la découverte des phytocannabinoïdes qui a conduit à la découverte du SEC. En bref, les phytocannabinoïdes peuvent se lier aux récepteurs cannabinoïdes à l’intérieur du corps, car ils partagent une structure similaire à celle des endocannabinoïdes.

Si vous lisez cet article, vous avez probablement entendu parler du THC. Principal constituant psychotrope du cannabis, cette molécule se lie aux récepteurs cannabinoïdes CB1 du cerveau et provoque un état d’euphorie. Chaque fois que vous fumez un joint ou mangez un produit comestible, vous absorbez des molécules qui modifient le fonctionnement de l’un des systèmes les plus importants du corps humain.

Différentes façons de consommer du cannabis

Il existe de nombreuses façons de consommer ou d’ingérer du cannabis. Les humains apprécient cette herbe depuis des milliers d’années, même si nos ancêtres se limitaient à la fumer, la manger et la boire. Beaucoup d’entre nous apprécient toujours ces méthodes, mais la technologie moderne nous permet de consommer le cannabis de manières innovantes et intéressantes.

Fumer

Parmi les produits de cannabis fumables les plus populaires, on trouve la tête, le hasch, le kief et les dabs. En plus de choisir ce qu’ils veulent fumer, les consommateurs de cannabis peuvent également choisir comment ils veulent le faire. Les méthodes les plus courantes sont les joints, les blunts, les bongs et les pipes.

Fumer du cannabis permet d’obtenir rapidement des effets. Lors de l’inhalation, les cannabinoïdes traversent les alvéoles des poumons pour passer dans le sang, puis dans le cerveau. Bien qu’il s’agisse d’un moyen efficace de planer, fumer de l’herbe a des effets négatifs évidents. L’exposition du cannabis à des températures élevées provoque une combustion qui libère des substances cancérigènes et des toxines.

Fumer

Vaporisation

La vaporisation utilise des températures plus basses que le fait de fumer. Cela procure suffisamment de chaleur pour vaporiser les cannabinoïdes, les terpènes et d’autres produits chimiques cibles sans brûler la matière végétale. Ainsi, les utilisateurs sont exposés à moins de produits chimiques nocifs tout en égalant l’effet rapide de la cigarette.

Il existe de nombreux types de vaporisateurs, y compris de grands modèles de bureau adaptés à une utilisation à domicile et des vapos' stylo qui sont parfaits en déplacement. Les différents vaporisateurs sont compatibles avec différents produits, y compris les fleurs (têtes), le hasch et les concentrés.

Vaporisation

Produits comestibles

Si vous avez déjà englouti un produit comestible, vous savez qu’il produit un effet très différent de l’inhalation de cannabis. Les brownies, les gâteaux et les boissons infusés offrent un high qui frappe plus fort et dure plus longtemps.

Mais pourquoi les comestibles produisent-ils un effet aussi marquant ? Le secret réside dans la façon dont le corps traite le THC après l’avoir mangé. Cette voie d’administration envoie la molécule à travers le système digestif puis le foie qui la reconnaît comme une substance étrangère. Le foie utilise des enzymes pour la décomposer, ce qui la convertit en métabolite 11-hydroxy-THC, une molécule beaucoup plus puissante.

Produits comestibles

Sublinguale

La prise sublinguale consiste à placer une substance sous la langue. Dans le cas des huiles et des teintures de cannabis, cela permet au THC et aux autres cannabinoïdes d’accéder presque instantanément à la circulation sanguine. Ils se diffusent à travers une fine couche de tissu dans le lit capillaire avant d’être acheminés vers le cerveau.

Sublinguale

Topique

Vous vous souvenez que nous vous avons dit que le SEC était présent dans tout le corps ? Eh bien, il est également présent dans la peau où il régule la prolifération et la différenciation des cellules, ainsi que la santé générale.

Les topiques au cannabis tels que les baumes, les crèmes et les lotions peuvent cibler les récepteurs cannabinoïdes de la peau. Cependant, seule une très petite quantité de cannabinoïdes appliquée sur la peau pénètre dans la circulation sanguine. Ne vous attendez donc pas à vous sentir planer après avoir enduit vos bras d’une crème riche en THC. Cela dit, certaines entreprises ont mis au point des patchs transdermiques et d’autres systèmes d’administration qui améliorent l’absorption du THC et d’autres cannabinoïdes par la peau.

Topique

Les effets négatifs de la consommation de cannabis

Le cannabis a la réputation d’être une substance sûre et naturelle. Comparé à de nombreuses autres drogues, le cannabis présente un profil de sûreté beaucoup plus impressionnant. Lorsque vous lisez des articles sur la weed en ligne, vous tombez souvent sur des commentaires tels que « le cannabis n’a jamais tué personne » et « il est impossible de faire une overdose de cannabis ». Mais parler dans l’absolu relève presque toujours du parti pris. Jetons un coup d’œil aux faits concernant le profil de sûreté du cannabis, y compris les effets négatifs, les overdoses et les décès.

Effets à court terme

Les consommateurs de cannabis ressentent parfois des effets négatifs aigus. Ceux-ci peuvent survenir malgré une consommation en petites quantités et pendant de courtes périodes. On aura :

Anxiété Confusion
Paranoïa  Nausée
Troubles de la mémoire Malaise cannabique

Effets à long terme

L’excès d’une bonne chose peut être mauvais – aucune substance sur Terre n’échappe à ce fait. Consommer du cannabis en grande quantité et pendant de longues périodes peut entraîner des problèmes de santé physique et mentale plus graves comme :

Altération du développement du cerveau (principalement chez les adolescents) Diminution de la satisfaction et altération du système de récompense du cerveau
Syndrome d’hyperémèse cannabique Problèmes pulmonaires dûs au tabagisme fréquent
Dépression (il y a une association, mais pas de preuves claires) Risque accru de psychose

Est-il possible de faire une overdose avec le cannabis ?

Aucun décès par overdose n’a été enregistré chez les personnes consommant uniquement du cannabis. Les drogues telles que les opioïdes provoquent fréquemment des décès par overdose, car elles affectent les centres respiratoires du cerveau. L’absence de récepteurs cannabinoïdes dans ces régions signifie que les décès par overdose de cannabis sont quasiment inconnus au bataillon.

Le cannabis est-il dangereux ?

Il n’y a pas de réponse simple à cette question. Le cannabis peut à la fois aider et nuire. Si le plant peut exacerber les maladies mentales et provoquer des réactions physiques indésirables chez certaines personnes, de nombreux consommateurs le tolèrent bien.

En revanche, le cannabis peut être mortel dans de très rares circonstances. Mais ces décès ne sont pas associés à une overdose typique. Il y a au moins deux décès[1] enregistrés de patients atteints du syndrome d’hyperémèse cannabique. Cette affection provoque une réaction toxique au THC qui se traduit par des vomissements fréquents et des douleurs abdominales et est probablement due à une prédisposition génétique.

En quoi la weed diffère-t-elle des autres drogues ?

Si l’on examine les statistiques sur les décès liés à d’autres drogues, il est clair que le cannabis est beaucoup plus sûr. Les opioïdes et l’alcool tuent des millions de personnes chaque année alors que les décès directement causés par une overdose de cannabis sont pratiquement inexistants.

Le cannabis crée-t-il une dépendance ?

La dépendance au cannabis, connue sous le nom de trouble de l’usage de la marijuana, est en réalité un réel diagnostic. Certaines personnes peuvent entretenir une relation saine avec le cannabis pendant des décennies sans souffrir de dépendance. Pourtant, certaines personnes deviennent dépendantes de la marijuana après n’en avoir utilisé que pendant une courte période.

Chaque fois que nous consommons du THC, nous stimulons des neurones impliqués dans le circuit de récompense du cerveau et notre système nerveux commence à valoriser la relaxation et l’euphorie. Certaines personnes apprécient volontiers un joint ou un produit comestible occasionnel et ne ressentent pas le besoin de saturer constamment leurs récepteurs CB1 de THC. Mais les différences génétiques et psychologiques font que certains consommateurs développent rapidement une affinité pour le cannabis qui se manifeste par un abus.

Selon le National Institute on Drug Abuse, environ 30 % des consommateurs de cannabis[2] présentent un certain degré de dépendance. Rien qu’aux États-Unis, 4 millions de consommateurs de cannabis répondaient aux critères du trouble de l’usage du cannabis en 2015 et 140 000 de ces personnes ont cherché un traitement pour leur relation abusive avec le plant.

Les personnes qui connaissent un trouble de l’usage du cannabis présentent plusieurs symptômes caractéristiques comme :

Léthargie Paranoïa
Retrait social Depression
Irritabilité Perte d’intérêt pour les anciens passe-temps
Tentative d’arrêter de consommer du cannabis, mais retour aux anciennes habitudes de consommation





Les personnes qui développent un trouble de l’usage commencent souvent par transformer le cannabis en leur moyen de fonctionner. Mais ce mode de comportement peut rapidement devenir une consommation plus abusive et irréfléchie. Les personnes atteintes peuvent se retrouver à faire passer le cannabis avant toute autre chose, à fumer toutes les deux heures, à ne pas accomplir les tâches quotidiennes habituelles et à laisser leurs relations tomber à l’eau.

Les principes de la consommation responsable de cannabis

Vous connaissez maintenant les aspects négatifs du cannabis. Mais à quoi ressemble un usage sain et responsable du cannabis ? Une longue liste d’hommes d’affaires, d’athlètes et de célébrités qui ont réussi consomment régulièrement du cannabis tout en menant des vies épanouies et fructueuses. La plupart d’entre nous peuvent exploiter le cannabis de manière positive, mais nous devons l’approcher avec le bon état d’esprit initial.

La National Organization for the Reform of Marijuana Laws (NORML) s’y connaît en matière de cannabis et fait activement pression sur le gouvernement américain en sa faveur. Le groupe a également proposé une liste de principes qui définissent l’usage responsable du cannabis. Découvrez-les ci-dessous.

Uniquement pour les adultes

Les jeunes n’ont pas accès à l’alcool et à certains médicaments sur ordonnance. De nombreuses substances affectent simplement les corps plus jeunes de manière différente. La même restriction devrait s’appliquer au cannabis. Bien que de nombreuses personnes lisant ces lignes aient expérimenté le cannabis pendant leur adolescence, il peut avoir un impact négatif sur le développement du cerveau et entraîner des problèmes de santé mentale plus tard dans la vie.

Ne fumez pas (ou ne mangez pas) en conduisant

Le cannabis a un impact sur notre jugement, notre temps de réaction et notre coordination motrice. Il est donc dangereux d’en consommer[3] avant de prendre le volant. Les consommateurs de cannabis responsables ne devraient jamais prendre le volant après avoir fumé un blunt ou consommé des produits comestibles, car cela peut les mettre en danger, eux et les autres.

Faites attention au lieu où vous consommez du cannabis

Le psychologue américain et défenseur des psychédéliques Timothy Leary a inventé le terme « set and setting ». Il a développé ce concept comme un moyen d’optimiser les expériences hallucinogènes et de minimiser le risque de mauvais trips. Les consommateurs de cannabis peuvent également exploiter ce principe pour réduire les risques d’avoir des difficultés lorsqu’ils sont défoncés.

Le « Set » fait référence à l’état d’esprit de l’utilisateur lorsqu’il consomme du cannabis. Être dans un bon état d’esprit augmente les chances de vivre une expérience agréable. La weed a tendance à nous forcer à affronter des choses que nous repoussons ou refoulons, ce qui peut être déstabilisant.

Le « Setting » fait référence à l’endroit où vous vous trouvez lorsque vous consommez du cannabis et aux personnes avec qui vous êtes. Où fumez-vous ou vaporisez-vous ? Tolérez-vous mieux le THC dans un espace social bondé ou dans la nature en solo ? Apprendre où vous avez la meilleure expérience vous permettra d’avoir une relation plus agréable et productive avec la weed.

Résister à l’abus

Cela semble facile, pas vrai ? Bien sûr, les consommateurs de cannabis responsables doivent chercher à éviter de consommer du cannabis au point de nuire à la santé, au développement personnel et à la réussite. Certains d’entre nous ont plus de contrôle sur leur consommation de cannabis et peuvent facilement instaurer cette limite. Pour ceux qui sont enclins à la dépendance, trouver l’équilibre sera un défi bien plus grand.

Respecter les droits des autres

Les consommateurs de cannabis responsables doivent reconnaître que tout le monde ne partage pas leur point de vue sur le cannabis. Nous devons tenir compte de la façon dont notre consommation de cannabis peut affecter les autres. Fumer un blunt à un arrêt de bus ou dans un parc peut être perçu comme étant envahissant et insupportable par des personnes qui n’apprécient pas l’odeur ou la fumée. Pensez aux autres lorsque vous consommez du cannabis, surtout dans les espaces publics.

Autres mesures pour entretenir une relation responsable avec le cannabis

Les principes ci-dessus définissent un excellent cadre pour une consommation responsable du cannabis, mais il existe d’autres considérations logiques à prendre en compte lorsqu’il s’agit de consommer du cannabis en toute sécurité.

  • Ne consommez pas de cannabis pendant la grossesse ou l’allaitement

Les femmes ne doivent pas consommer de cannabis pendant la grossesse et l’allaitement. Les molécules de cannabis, dont le THC, peuvent atteindre les enfants dans l’utérus et dans le lait maternel après la naissance. La consommation de cannabis pendant cette période peut exposer les enfants à des défauts cognitifs[4], sociaux et moteurs.

  • Ne mélangez pas le cannabis avec l’alcool

Boire avant de consommer du cannabis peut intensifier les effets du THC et le mélange des deux va généralement augmenter la probabilité d’une expérience négative. Bien que certains consommateurs aient trouvé leur bonheur en utilisant les deux substances, les combiner peut augmenter les chances de faire un malaise cannabique.

  • Ne consommez pas de cannabis avec certains médicaments

Au total, 380 médicaments interagissent avec les cannabinoïdes, dont 26 de manière grave. Les patients doivent consulter leur médecin avant de consommer de la weed s’ils prennent des médicaments sur ordonnance.

  • Conservez habilement votre herbe

Consommer de manière responsable implique également de stocker votre weed dans un endroit sûr. Stockez-la dans un récipient en verre hermétique qui dissimulera l’odeur. Gardez votre récipient hors de portée des animaux domestiques et des enfants. Utilisez un verrou pour minimiser les risques d’effraction.

Autres mesures pour entretenir une relation responsable avec le cannabis

Avez-vous des problèmes avec la consommation de cannabis ?

L’auto-réflexion nous aide à faire le point sur notre vie, à trouver les domaines dans lesquels nous sommes à la traîne et à déterminer comment nous pouvons nous améliorer. Il est sain de réfléchir à notre consommation de cannabis de temps en temps. Est-ce que le fait de tirer sur votre vapo toutes les 30 minutes vous aide à vivre au mieux votre vie ou pourriez-vous faire beaucoup plus si vous choisissiez plutôt la voie de la modération ?

Si vous concluez que vous consommez du cannabis de manière abusive, il existe de nombreuses mesures à prendre pour y remédier. Faire une pause de tolérance peut vous aider à vous vider la tête, à réfléchir à votre consommation et à réinitialiser physiquement votre cerveau pour améliorer votre réaction au cannabis à l’avenir.

- Pourquoi commencer ?

Avant tout, faire une pause de tolérance peut aider à améliorer votre vie si vous en consommez trop. Faire une pause vous aidera à retrouver un sentiment de contrôle et vous donnera beaucoup de temps pour faire d’autres choses. De plus, vous permettrez à votre système endocannabinoïde de respirer un peu.

La consommation à long terme de cannabis à forte teneur en THC entraîne une régulation négative des récepteurs CB1, les sites auxquels le THC se lie pour produire ses effets. Cela signifie que vous avez besoin de plus de cannabis au fil du temps pour ressentir les mêmes effets. Vous vous souvenez des premières fois où vous avez fumé ? Il vous a probablement fallu quelques inhalations pour vous sentir au sommet de votre forme. Après plusieurs mois de consommation de cannabis, la régulation négative de CB1 signifie que vous devez fumer beaucoup plus pour ressentir un high de la même ampleur.

Pendant une pause pour réinitialiser la tolérance, les cellules recommencent à exprimer davantage de récepteurs CB1. Après quelques semaines d’abstinence, vous constaterez qu’il vous faut beaucoup moins pour planer. Cela signifie que vous n’aurez probablement pas besoin de consommer autant de cannabis pour vous sentir satisfait.

- Ce ne sera pas facile

Arrêter toute habitude demande de la discipline et des efforts. Certaines personnes peuvent supporter un sevrage brutal, mais vous devrez peut-être réduire lentement votre consommation au fil du temps pour faciliter l’amorce d’une pause pour tolérance. Vous pourriez également ressentir des symptômes de sevrage si vous arrêtez trop soudainement (voir ci-dessous).

- Le sport comme substitut

Le sport sert d’antidote à de nombreux problèmes. Non seulement il nous maintient en bonne santé physique, mais il aide aussi à garder notre santé mentale sous contrôle. L’exercice augmente également nos niveaux d’endocannabinoïdes. Les exercices d’aérobic comme la course à pied, le vélo et la natation obligent notre corps à produire des niveaux plus élevés d’anandamide (la molécule du bonheur), ce qui contribue à améliorer notre humeur.

- Investissez-vous davantage dans vos passions

Parfois, fumer un joint peut nous donner de la motivation et nous aider à nous concentrer sur nos passions. Mais on ne peut nier que se défoncer peut aussi contribuer à la paresse et à éviter de faire ce que l’on aime. Utilisez votre temps libre et votre clarté d’esprit pour consacrer plus d’énergie à vos passions. Non seulement cela vous aidera à vous distraire, mais vous verrez probablement votre productivité monter en flèche pendant cette période.

Symptômes de sevrage du cannabis

De nombreux consommateurs d’herbe sont surpris d’apprendre que le syndrome de sevrage du cannabis existe. Les gens supposent souvent que, du fait de son statut naturel et de sa relative innocuité, le cannabis ne pose aucun problème lorsqu’il s’agit d’arrêter soudainement. Heureusement, les symptômes de sevrage du cannabis sont beaucoup moins violents que ceux d’autres substances, mais ils peuvent tout de même représenter un lourd tribut mental et physique. On aura :

Irritabilité Troubles du sommeil
Maux de tête  Symptômes typés grippaux
Anxiété et dépression









Le sevrage du cannabis se déroule généralement sur quatre semaines. Voici à quoi ressemble son évolution :

  • Semaine 1 : irritabilité, anxiété et les troubles du sommeil s’installent.
  • Semaine 2 : les symptômes de sevrage atteignent leur paroxysme et les symptômes typés grippe apparaissent souvent.
  • Semaine 3 : les symptômes commencent à diminuer
  • Semaine 4 : les récepteurs cannabinoïdes commencent à se réguler et les symptômes se dissipent.

Les symptômes de sevrage du cannabis sont désagréables, mais il y a certaines choses que vous pouvez faire pour les atténuer. Voici quelques conseils pour faciliter votre démarche :

Rester hydraté Rester actif, faire du sport
Adopter une alimentation équilibrée Pratiquer des techniques de relaxation comme la méditation
Se coucher tôt Garder le contact et demandez du soutien de votre famille et de vos amis

Comment fumer de la weed de manière responsable

Après avoir fait une pause pour réinitialiser tolérance, vous pouvez choisir de recommencer à en consommer. Vous vous êtes donné le temps de réfléchir, vous avez amélioré votre régime alimentaire et vos horaires de sommeil, et avec un peu de chance, vous avez aussi fait plus d’exercice. Alors, quelle est la place du cannabis dans ce nouveau mode de vie sain ? Que pouvez-vous faire pour vous assurer que votre consommation de marijuana reste équilibrée ? Découvrez-le ci-dessous.

Pensez à d’autres profils de cannabinoïdes

Les consommateurs de cannabis modernes ne se limitent pas qu’au THC. Vous pouvez également choisir des variétés à forte teneur en CBD pour obtenir un effet de lucidité, sans être défoncé du tout. Il existe un grand nombre de cultivars qui offrent des ratios variables de THC et de CBD pour ainsi profiter du meilleur des deux mondes. Découvrez les variétés qui vous conviennent le mieux pour rester productif, équilibré et en bonne santé.

Choisir le meilleur moment de la journée

Dans une journée, il y a moment pour chaque chose. Le café fonctionne mieux le matin, tandis que les tisanes tranquilles sont idéales avant de se coucher. Mais qu’en est-il du cannabis ? Nous recommandons de conserver le cannabis comme récompense pendant les temps morts. La consommation de weed devient soudainement beaucoup plus agréable une fois que vous avez terminé toutes vos tâches.

Réservez le cannabis pour les retrouvailles en groupe

Nos comportements du quotidien se transforment rapidement en habitudes. Si vous recommencez à consommer du cannabis seul chez vous, vous retomberez probablement dans la même boucle. Pourquoi ne pas réserver ces effets spéciaux aux retrouvailles en groupe et les expérimenter avec des amis ? Profitez du côté social du cannabis et profitez des rires et des fringales avec des personnes que vous appréciez.

Allez-y doucement

N’oubliez pas que vos récepteurs CB1 viennent de se multiplier. Ne commencez pas à dabber ou ingérer des tas de produits comestibles. Allez-y doucement et trouvez votre point d’orgue. Une fois que vous l’avez atteint, restez-y un moment et profitez-en avant de redescendre. Il n’y a pas besoin d’allumer tout ce qui est vert dans votre maison.

Gardez votre réserve pour les occasions spéciales

Fumer du cannabis peut améliorer nos expériences. Au lieu d’en fumer dans la même pièce tous les jours, gardez-en pour des expériences mémorables. Utilisez votre vapo à la plage ou sur un sentier forestier ou préparez une fournée de produits comestibles avant de partir en camping.

Êtes-vous dans une mauvaise passe?

Si vous avez du mal à consommer du cannabis de manière saine, vous n’êtes pas seul. De nombreuses personnes répondent bien aux conseils mentionnés ci-dessus, mais d’autres ont besoin de plus d’aide. Vous n’avez pas à assumer ce fardeau seul. Commencez par parler de votre situation à vos amis proches et à votre famille. Si vous trouvez que vous ne faites toujours pas les progrès que vous souhaitez, envisagez de partager votre problème avec un professionnel de santé.

Sources Externes
  1. Cannabinoid Hyperemesis Syndrome Survey and Genomic Investigation https://www.liebertpub.com
  2. Is marijuana addictive? | National Institute on Drug Abuse (NIDA) https://www.drugabuse.gov
  3. Does marijuana use affect driving? | National Institute on Drug Abuse (NIDA) https://www.drugabuse.gov
  4. Cannabis use in pregnancy and breastfeeding: The pharmacist’s role https://www.ncbi.nlm.nih.gov
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.