Le trouble bipolaire est un trouble de santé mentale bien étudié que de nombreuses personnes non-diagnostiquées ont du mal à bien comprendre. Même si les médicaments et la psychothérapie sont les traitements primaires pour cette maladie, des scientifiques mènent de plus en plus de recherches pour déterminer les effets du cannabis sur différents types de troubles bipolaire.

C’EST QUOI LE TROUBLE BIPOLAIRE ?

Le trouble bipolaire se manifeste sous quatre variétés, mais tous les types ont des caractéristiques communes. Aussi connue sous le nom de trouble maniaco-dépressif, cette maladie concerne à la base des périodes d’énergie inhabituellement élevée et d’agitation, désignées sous le nom de manie. Au contraire, une humeur très basse, de la fatigue et un désespoir sont les signes d’un autre symptômes : les épisodes dépressifs.

QUATRE VARIÉTÉS

Les variétés sont les suivantes : le trouble bipolaire I, que certains croient à tort être la seule variété de la maladie. Ce type est caractérisé par des périodes prolongées de manie, durant au moins une semaine. Les patients diagnostiqués avec un trouble bipolaire I passent aussi par des épisodes dépressifs, ce qui donne des changements conséquents d’humeur d’un jour à l’autre. Le trouble bipolaire I peut être extrêmement handicapant pour le fonctionnement au quotidien et peut parfois nécessiter une hospitalisation.

Le trouble bipolaire II est caractérisé principalement par des épisodes dépressifs prolongés. Même si les malades atteints par cette variété rencontrent aussi des épisodes maniaques occasionnels, leur trouble est plus concerné par une humeur constamment « basse », un manque d’énergie et une capacité à fonctionner réduite.

La cyclothymie est la troisième catégorie de trouble bipolaire et elle touche les individus d’une façon moins tranchée que les deux précédentes. Ce type est caractérisé par des périodes prolongées de comportements hypomaniaques et dépressifs qui n’atteignent pas nécessairement les hauteurs des épisodes maniaques ou dépressifs à proprement parler.

Le quatrième et dernier type de trouble bipolaire rassemble toutes les autres variétés spécifiées et non-spécifiées de la maladie, tels que diagnostiqués par les professionnels de santé.

Traitement du trouble bipolaire de cannabis médical à la marijuana médicale

COMMENT LE CANNABIS ENTRE EN JEU

Alors que les avantages médicaux du cannabis sont de plus en plus soulignés, il paraît logique que des chercheurs et des médecins s’interrogent sur la façon dont les cannabinoïdes interagissent avec le trouble bipolaire – pour le meilleur comme pour le pire. Dans le traitement des troubles du cerveau, le cannabis a été au centre d’un ping-pong entre les deux camps de la recherche, entre bénéfique et désavantageux. C’est largement dû à la nature illégale de la substance et à ses connotations historiques qui le prétendent dénué de bienfaits médicaux.

UN SPECTRE DE DÉCOUVERTES PRÉLIMINAIRES

Il y a eu des études préliminaires sur le cannabis et le trouble bipolaire, la plupart sur un nombre assez restreint de participants. Une étude récente menée par l’Université de Lancaster (Royaume-Uni) a étudié vingt-quatre patients atteints de trouble bipolaire et consommant du cannabis au moins trois fois par semaine. L’étude a été menée en utilisant la méthode ESM, dans laquelle les participants notent leur découvertes dans un journal sur une période de six jours. Chaque patient devait observer comment le cannabis affectait les épisodes maniaques et/ou dépressifs.

Au final, les découvertes de cette étude étaient assez peu concluantes. L’étude a conclu qu’alors que les symptômes maniaques et dépressifs de certains patients augmentaient avec la consommation de cannabis, la plupart des patients appréciaient les effets positifs et étaient plus susceptibles d’en consommer pour leur plaisir, plutôt que comme remède. Les problèmes évidents entourant cette étude sont la petite taille de l’échantillon et l’absence de groupe de contrôle. Ceci rend difficile la mise à jour de tendances plus larges chez beaucoup de patients.

THC VS CBD

En menant des études sur la consommation de cannabis pour le traitement du trouble bipolaire, les chercheurs doivent prendre en compte les différences entre les méthodes de consommation. Selon le type de cannabis consommé, les découvertes scientifiques peuvent être biaisées par des erreurs de constance d’une étude à l’autre. Par exemple, les malades atteints de trouble bipolaires qui fument des concentrés de cannabis aux niveaux en THC extrêmes ont plus de risques d’avoir des réponses négatives sur l’humeur que ceux qui fument des variétés riches en CBD.

C’est dû au fait que le THC est connu pour provoquer une anxiété aiguë et de la paranoïa chez certains consommateurs. En revanche, le CBD est efficace pour moduler les effets négatifs des symptômes psychotropes. Il est essentiel de reconnaître le type de variété étant étudié, ce que soit sativa, indica ou hybride. Chaque type produira des résultats différents chez l’individu et à plus large échelle. Le manque d’inclusion scientifique des différentes méthodes de consommation de cannabis rend difficile le maintien de la constance d’un échantillon à l’autre.

Traitement médical pour le cannabis médical

LE CANNABIS PROVOQUE-T-IL LE TROUBLE BIPOLAIRE ?

Même s’il a été découvert que le cannabis imitait temporairement les symptômes de certains troubles psychiatriques, il n’existe aucune preuve suggérant que la consommation de cannabis provoque des troubles mentaux chroniques ou des maladies mentales. Chez les patients bipolaires, les effets du cannabis dépendent de la variété du trouble, ainsi que des habitudes de consommation du patient, de son poids, de sa taille et d’autres facteurs.

Les chercheurs qui soutiennent que le cannabis est bénéfique dans le traitement des troubles bipolaires se concentrent sur les effets des cannabinoïdes sur le système endocannabinoïde humain. En consommant du cannabis, les cannabinoïdes comme le THC se lient aux récepteurs endocannabinoïdes connus sous le nom de CB1 et CB2 dans différentes parties du corps. Ceci pourrait potentiellement favoriser des effets stabilisateurs d’humeur.

Une étude menée en 2010 à l’Université d’Oslo en Norvège a testé 133 patients bipolaires sur les effets du cannabis sur le fonctionnement neurocognitif. Les résultats ont été encourageants, en concluant qu’il y avait en effet des éléments soutenant la théorie, mais que des recherches additionnelles étaient nécessaires pour une implication effective.

CANNABIS POUR LA MANIE ET LA DÉPRESSION

La consommation de cannabis est plus élevée chez les patients bipolaires que la moyenne. Ceci reflète largement leur désir de soulager la dépression ou de ralentir un épisode maniaque. Même si certaines études de témoignages ont suivi des patients dont les épisodes maniaques étaient calmés par les effets sédatifs du CBD et du THC, d’autres en consomment durant les périodes dépressives pour ressentir les sensations réconfortantes d’euphorie.

LA CONCLUSION ?

Ce qu’il faut retenir de l’état actuel de la recherche sur le cannabis pour les patients bipolaires, c’est qu’il n’y a pas assez d’études convaincantes pour affirmer définitivement qu’il peut traiter les patients bipolaires. Alors qu’il a été montré comme pouvant provoquer des symptômes anxieux et maniaques, de nombreux patients consomment du cannabis non pas comme remède, mais pour leur plaisir personnel, quand ils n’expérimentent pas un épisode. Le cannabis offre un large éventail d’applications médicales et il pourrait bien être une des clés pour une approche naturelle des soins de santé mentale dans un futur proche.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander