Sexe et cannabis. Le sujet a poussé de nombreux scientifiques et passionnés du cannabis à chercher à comprendre la connexion entre la weed et les fonctions sexuelles. Certains affirment que la consommation de cannabis augmente l’excitation sexuelle, d’autres affirment le contraire. Regardons les faits !

Une nouvelle étude indique que le cannabis pourrait être bénéfique chez les hommes souffrant de dysfonctions érectile (DE) et de trouble de l’éjaculation retardée, et aussi pour les femmes souffrant de trouble de l’excitation sexuelle. Cette recherche a été menée par des chercheurs de l’Université Masaryk, de l’Université Charles et de l’Université de Catane.

Dans l’abstract, les chercheurs soulignent les grandes contradictions entre les effets positifs et négatifs du cannabis sur les fonctions sexuelles. Pendant des siècles, les effets de la weed sur le comportement sexuel ont été étudiés, certains affirment que c’est un aphrodisiaque, alors que d’autres déclarent le contraire. Cet effet contradictoire du cannabis est présent chez l’homme et chez la femme.

L’abstract continue en déclarant que la découverte du système endocannabinoïde (ECS) et l’identification du Δ9-THC a ouvert les protes pour des traitements potentiels des dysfonctions sexuelles avec le cannabis ; car il a été découvert qu’un cannabinoïde endogène AEA (anandamide) avait un effet sur l’ECS, qui a son tour affecte les fonctions sexuelles.

Les différences ressenties entre le plaisir sexuel et « l’effet aphrodisiaque » après consommation de cannabis sont expliquées dans le paragraphe « Human Studies » de l’étude. Des éléments indiquent qu’un nombre relativement important de l’expérience motivationnelle, hédonique et perceptuelle de l’acte sexuel est affectée pour les consommateurs de cannabis, chez les deux sexes. Les effets de motivation (aphrodisiaque) et hédoniques (plaisir) sont les plus courants parmi les participants, avec une augmentation du plaisir plus courante que l’augmentation de l’effet aphrodisiaque.

La conclusion de l’étude détermine que, pour ce qui est du fonctionnement sexuel humain, la consommation de cannabis est un aspect significatif. À faible dose, il peut être bénéfique, à forte dose, handicapant. Dans des essais pré-cliniques, de faibles doses d’anandamide ont facilité un comporte sexuel spécifique à travers les récepteurs CB1. Par contraste, de grandes doses de cannabis inhibent des aspects du fonctionnement sexuel par l’activation de la voie TRPV1, ce qui peut entraîner des effets négatifs sur le comportement sexuel. Le cannabis pourrait donc être un remède pour des troubles sexuels chroniques, si le dosage et le contenu en cannabinoïdes sont adaptés.

L’étude suggère aussi que plus de recherches sont nécessaires pour avoir un aperçu solide des interrelations entre le cannabis et les fonctions sexuelles, en raison de la complexité de la physiologie et pathologie du comportement sexuel. Plus d’interrelations entre le cannabis et les récepteurs, la subpopulation neuronale, les régions du cerveau, les régimes hormonaux, etc. doivent être découvertes.

CONCLUSION : BEUH ET FONCTIONNEMENT SEXUEL

C’est fantastique de voir des scientifiques relier la consommation de cannabis et divers effets positifs. Cette étude suggère que le cannabis à faible dose peut avoir des effets positifs sur les fonctions sexuels, alors que planer à dix mille peut avoir des effets négatifs. Il est important de pousser pour une acceptation de la weed dans le milieu scientifique, aller jusqu’au bout des interrelations entre le cannabis et nos organismes est impératif. Et rappelez-vous prenez toujours les articles et blogs avec des pincettes. Ce n’est pas parce qu’un titre affirme que le cannabis guérit les dysfonctions sexuels que c’est forcément vrai, comme cette étude le montre. Alors, si vous savourez du cannabis pour vos aventures sexuelles, faites ce que vous pensez être le mieux.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander