PROMO D’ÉTÉ bientôt finie ! -25 % sur ces produits

By Luke Sumpter


Le mélanome reste la forme la plus mortelle de cancer de la peau. Des centaines de milliers de personnes sont diagnostiquées chaque année avec cette maladie et les chiffres devraient continuer à augmenter. Les chirurgiens sont capables d’enlever le mélanome lorsqu’il est détecté suffisamment tôt, mais il se propage rapidement jusqu’aux ganglions lymphatiques et au-delà s’il n’est pas contrôlé. Aujourd’hui, les chercheurs explorent le rôle du système endocannabinoïde dans le cancer, et des études testent le THC et le CBD sur des modèles de la maladie.

Qu’est-ce que le mélanome ?

Le mélanome est une forme grave de cancer de la peau, dont il existe de nombreux types. Ces affections sont nommées d’après les types de cellules cutanées dans lesquelles elles apparaissent. Alors que le carcinome basocellulaire (CBC) prend naissance dans les cellules basales de la peau, le mélanome se forme dans les mélanocytes : les cellules spécialisées qui produisent la mélanine, le pigment noircissant de la peau, en réponse aux rayons UV.

Bien que moins fréquent que les autres cancers de la peau, le mélanome reste le plus meurtrier. Cette maladie est le cinquième cancer le plus fréquent au Royaume-Uni, avec plus de 8 000 nouveaux cas chaque année. Parmi ceux-ci, 29 % des cas surviennent chez des patients âgés de 75 ans et plus. Bien que le mélanome soit le cancer de la peau qui fait le plus de victimes, le taux de survie a doublé au cours des 40 dernières années. Aujourd’hui, plus de 87 % des patients diagnostiqués avec un mélanome survivent à la maladie pendant les 10 premières années ou plus.

Bien que le mélanome offre un meilleur pronostic que certains autres cancers, on prévoit une augmentation de 7 % du nombre de mélanomes d’ici 2035 au Royaume-Uni. En gardant tout cela, quelles sont les causes exactes du mélanome ?

  • Causes du mélanome

Tous les cancers ont une origine génétique. Dans des circonstances normales, les cellules endommagées ou anormales sont détruites et remplacées par des cellules saines. Cependant, en cas de cancer, ces cellules gênantes commencent à se diviser, à se multiplier et parfois à se répandre dans tout le corps (un processus connu sous le nom de métastase). Des modifications de certains gènes qui contrôlent la division et la croissance des cellules sont à l’origine du cancer. Certaines de ces modifications sont héréditaires, tandis que d’autres sont la conséquence directe de facteurs environnementaux ou du mode de vie.

En ce qui concerne le mélanome, le soleil est le principal responsable. Mais ne vous méprenez pas : nous avons aussi besoin du soleil pour être en bonne santé. L’exposition aux rayons émis par cette boule de gaz géante permet aux cellules de notre peau de synthétiser de la vitamine D, une hormone clé qui contribue à calmer les inflammations et à réduire la croissance des cellules cancéreuses.

Cependant, les rayons du soleil contiennent des rayons ultraviolets (UV). Une exposition excessive aux UV peut endommager l’ADN des cellules de la peau. Cela modifie le fonctionnement des cellules cutanées et les incite à se diviser anormalement : ce qui entraîne finalement un cancer de la peau.

  • Facteurs de risque du mélanome

Il existe plusieurs facteurs de risque qui augmentent les chances qu’une personne développe un mélanome. Ces variables comprennent :

Une exposition excessive aux UV Antécédents familiaux de mélanome
Présence de grains de beauté sur la peau Peau claire, taches de rousseur et cheveux clairs
Des antécédents d’autres cancers de la peau Un âge avancé
Être un homme Un système immunitaire déficient
  • Symptômes du mélanome

Les mélanomes ont un aspect similaire aux grains de beauté normaux. Cependant, plusieurs différences visuelles essentielles permettent aux médecins de les distinguer. Ces différences sont les suivantes :

  • Ils grossissent progressivement
  • Ils changent de forme et de couleur
  • Ils deviennent irritants et douloureux
  • Ils saignent ou prennent un aspect croûteux
  • Ils sont asymétriques et ont un contour irrégulier
Symptômes du mélanome

Traitements actuels du mélanome

Les traitements disponibles pour le mélanome varient en fonction du stade de la maladie. Le mélanome de stade 1 et de stade 2 se caractérise par des excroissances cancéreuses qui n’ont pas commencé à se propager. La voie conventionnelle pendant cette période consiste en une intervention chirurgicale effectuée sous anesthésie locale pour retirer les cellules anormales.

Le mélanome de stade 3 survient lorsque les cellules cancéreuses se propagent aux ganglions lymphatiques voisins. Dans ce cas, les chirurgiens effectuent une lymphadénectomie (ablation) sous anesthésie générale. Toutefois, cette procédure peut entraîner des complications dans le système lymphatique qui provoquent une accumulation de liquide dans les membres.

Un mot sur le cannabis et le cancer de la peau

Alors, quelle est la place du cannabis dans tout cela ? Alors que de nombreux patients choisissent de suivre le cours conventionnel du traitement, d’autres décident de chercher des alternatives. Étant donné la popularité du CBD, vous trouverez toutes sortes d’articles en ligne concernant des études sur le CBD et le cancer de la peau. Bien que l’on trouve sur Internet de nombreux témoignages anecdotiques, l’absence de données scientifiques claires et nettes se fait ressentir.

Aucun essai humain n’a exploré le CBD ou l’huile de cannabis contre le cancer de la peau. En fait, il existe très peu d’essais sur l’homme testant le cannabis contre les maladies humaines en général : des décennies de prohibition et le statut légal actuel du cannabis dans de nombreux pays rendent ces investigations difficiles, voire impossibles.

Cependant, ces restrictions n’ont pas empêché les chercheurs de tester les cannabinoïdes sur des cellules cancéreuses de la peau et sur des sujets animaux. Ces premières études nous donnent un aperçu de ce que les chercheurs pourraient trouver lorsque des essais sur l’homme seront finalement réalisés. Nous vous présentons ci-dessous ces travaux de recherche. Mais d’abord, commençons par un bref plongeon dans le fonctionnement des cannabinoïdes au sein de notre corps.

  • Le système endocannabinoïde et le cancer

Vous avez probablement déjà entendu parler du système endocannabinoïde (SEC). Ce réseau à l’échelle du corps, surnommé régulateur universel du corps humain, contribue à maintenir l’équilibre de tous nos autres systèmes physiologiques (un état connu sous le nom d’homéostasie). Les chercheurs ont découvert le SEC grâce au cannabis. Ils l’ont découvert en étudiant la façon dont les composés de la plante, à savoir les cannabinoïdes tels que le THC, affectent le corps. C’est ainsi que fut découvert un vaste réseau de récepteurs, de molécules de signalisation et d’enzymes dans de nombreux tissus de l’organisme, du cerveau aux os en passant par les systèmes immunitaires digestifs.

Mais les cannabinoïdes ne sont pas seulement présents dans le cannabis : notre corps produit sa propre version appelée endocannabinoïdes (« endo » signifiant « dans »). Les enzymes du SEC fabriquent et décomposent les endocannabinoïdes à la demande et ces molécules de signalisation se lient aux récepteurs SEC pour provoquer les changements nécessaires dans une multitude de types de cellules différentes.

Au départ, les scientifiques ont découvert deux récepteurs du SEC : CB1 et CB2. Cependant, d’autres recherches ont permis d’élargir les composants de l’endocannabinoïdome : un système massif qui comprend une myriade de récepteurs, d’enzymes et de molécules de signalisation.

Puisque les cannabinoïdes tels que le THC ont une structure similaire à celle de nos propres endocannabinoïdes, ils sont capables de se lier aux mêmes récepteurs et ainsi influencer le système responsable du contrôle des autres systèmes corporels.

Les composants du SEC étant omniprésents, il est logique que les chercheurs aient étudié l’impact de ce système sur le cancer. Grâce à ces efforts, les scientifiques ont découvert que le SEC joue un rôle dans la tumorigenèse (le gain de propriétés malignes de cellules normales) et l’inhibition de la croissance tumorale. Ces résultats ont conduit certains chercheurs à considérer les récepteurs du SEC comme des cibles thérapeutiques potentielles dans le(s) cancer(s).

Il est intéressant de noter que le SEC joue également un rôle fondamental dans la physiologie de la peau. Il contribue à contrôler la prolifération, la croissance, la différenciation, l’apoptose (mort cellulaire programmée) et la production d’hormones. La présence du SEC dans la peau et son potentiel comme cible thérapeutique dans le cancer incitent les chercheurs à explorer les cannabinoïdes dans des modèles de cancer de la peau.

Le système endocannabinoïde et le cancer

Que dit la recherche sur les cannabinoïdes et le mélanome ?

Le rôle des cannabinoïdes dans les cas de mélanome reste incertain. Nous examinerons ci-dessous les données disponibles sur le THC et le CBD dans le cadre de cette maladie.

  • THC et mélanome

Vous connaissez le THC. C’est le principal cannabinoïde psychotrope à l’origine de l’effet euphorisant du cannabis. Cette molécule produit ces effets tant appréciés en se liant directement au récepteur CB1. Cependant, le THC se lie également à d’autres sites de récepteurs du SEC, notamment le CB2.

Les chercheurs souhaitent étudier l’impact du THC sur les cellules de mélanome, notamment en ce qui concerne l’autophagie : le processus par lequel les cellules s’autodévorent lorsqu’elles sont endommagées. Une étude publiée dans la revue Journal of Investigative Dermatology a testé le THC contre des cellules de mélanome et les chercheurs se sont concentrés sur plusieurs résultats, notamment l’activation de l’autophagie, la perte de viabilité des cellules et l’activation de l’apoptose.

D’autres recherches ont identifié la présence de récepteurs CB1 et CB2 sur les cellules de mélanome. Cela a incité les scientifiques à tester le THC sur des souris atteintes de la maladie. Ils ont entrepris de mesurer toute réduction de la tumeur causée par le cannabinoïde et ont également administré du THC à des souris dépourvues de récepteurs cannabinoïdes afin de comparer la différence de résultats.

  • Le CBD et le mélanome

Le CBD influence le SEC d’une manière très différente de celle du THC. Il a une faible affinité de liaison avec les récepteurs CB1 et CB2, mais il se lie à un site connu sous le nom de TRPV1 (un troisième récepteur cannabinoïde présumé). Le CBD interfère également avec les enzymes du SEC, notamment l’hydrolase des amides d’acides gras (FAAH), qui décompose nos endocannabinoïdes.

Le CBD étant le deuxième cannabinoïde le plus abondant dans la plupart des cultivars, les chercheurs ont également mené des études pour voir comment cette molécule affecte le mélanome. Un article publié en 2021 dans la revue Journal of Immunoassay and Immunochemistry a testé quatre concentrations différentes d’huile au CBD à 99 % sur des cellules de mélanome de souris. Au cours de l’expérience, ils ont recherché tout signe d’inhibition de la croissance des cellules de mélanome par le CBD.

Une autre étude réalisée en 2021 a testé différentes formulations de CBD sur des cellules de mélanome. Les chercheurs ont administré de l’huile de CBD Charlotte's Web à certaines cellules et du CBD purifié à d’autres. Tout au long de l’étude, ils ont mesuré les effets sur la migration et l’invasion des cellules.

L’histoire de la Rick Simpson oil

De nombreuses personnes se sont intéressées à la conversation sur le cannabis et le cancer de la peau après avoir entendu parler de Rick Simpson. Après avoir reçu un diagnostic de carcinome basocellulaire, ce Canadien désormais célèbre a décidé d’y appliquer ce que nous appelons désormais de la Rick Simpson oil (RSO) : un extrait brut de cannabis très puissant. Le film « Run From the Cure » documente son parcours. La popularité de la RSO a explosé et des milliers de personnes ont partagé en ligne leur expérience de l’utilisation de cette préparation.

La recherche sur le cannabis et le mélanome reste préliminaire

Malheureusement, le manque d’études sur l’homme signifie qu’il est beaucoup trop tôt pour savoir comment le cannabis affecte le mélanome et le cancer de la peau dans son ensemble. Cependant, les premières études axées sur le rôle du SEC dans le cancer et l’application des cannabinoïdes dans des modèles cellulaires et animaux justifient une exploration plus approfondie. L’utilisation du cannabis contre la majorité des maladies humaines reste à ce stade très précoce. Toutefois, l’évolution de la législation et l’intérêt économique croissant devraient changer la donne.

Si vous êtes curieux d’utiliser le cannabis pour une quelconque pathologie, nous vous invitons à toujours demander conseil à votre médecin.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.