On sait depuis longtemps que la consommation de cannabis affecte positivement le fonctionnement des yeux. Certains des tous premiers activistes modernes pour la réforme comptaient dans leur rangs des personnes souffrant de glaucome – un trouble qui provoque des dégâts sur le nerf optique. Des éléments semblent à présent suggérer également que le cannabis pourrait positivement affecter la vision nocturne de ceux qui en consomment – avec comme implication le fait que les cannabinoïdes pourraient améliorer l’acuité visuelle dans son ensemble.

Un des plus anciennes études sur le sujet est venue de l’Université West Indies. Un pharmacologue a noté que les pécheurs qui fumaient du cannabis ou buvaient du rhum infusé aux feuilles de la plante avaient une « étrange capacité à voir dans le noir ». Des chercheurs au Maroc, en utilisant un testeur de sensibilité scotopique – une machine testant le développement du glaucome – ont aussi découvert que le THC naturel et synthétique semblait améliorer la vision nocturne des individus testés.

Récemment, une autre étude a apporté encore plus d’éléments prouvant que le cannabis pouvait en effet améliorer la vision nocturne. Les découvertes, publiées dans le journal eLife, sont une révolution potentielle pour les façons dont le cannabis pourrait être utilisé pour traiter tout un éventail de malades souffrant de maladies dégénératives des yeux.

L’IMPACT SUR LES RÉCEPTEURS CB1

Il est bien connu depuis la découvert du système endocannabinoïde que le cannabis agit en stimulant les récepteurs CB1 et CB2 présents dans le corps. Les récepteurs CB1 sont principalement présents dans le cerveau et le système nerveux.

Cependant, ce qui est intéressant avec cette dernière étude, c’est qu’elle semble fondamentalement réfuter les hypothèses précédentes sur la façon dont le cannabis agit pour améliorer la vision en général – pas seulement la vision nocturne ou par faible luminosité. Les chercheurs à West Indies avaient émis l’hypothèse que, comme la consommation de cannabis dilate les pupilles, ceci permet à plus de lumière d’atteindre la rétine. Les chercheurs avaient aussi construit la théorie voulant que la stimulation des récepteurs CB1, présents plus profondément dans la tête que le cortex visuel, pourrait être responsable de cette amélioration de la vision. Cette nouvelle étude semble quantifier la deuxième théorie. En appliquant des cannabinoïdes sur les tissus oculaires de crapauds africains, les chercheurs ont trouvé que le cannabis semblait stimuler l’action des cellules du ganglion rétinal – les rendant plus sensibles à la lumière en inhibant une protéine appelée NKCC1 via le récepteur CB1.

NKCC1 est une protéine de transport qui déplace les ions sodium, potassium et chlorure dans et hors des cellules et qui détermine ainsi les propriétés électriques des cellules nerveuses.

Ce que cette dernière étude semble indiquer, c’est que les cannabinoïdes rendent ces cellules plus « excitables » et donc plus sensibles à la lumière.

LE CANNABIS RALENTIT LA PERTE DE VISION

On sait depuis un bon moment que la consommation de cannabis peut significativement ralentir la progression des maladies oculaires entraînant la cécité et qu’il a des globalement effets neuroprotecteurs. Des chercheurs de l’Université d’Espagne ont mené des tests sur des rats souffrant de retinis pigmentossa (une maladie dégénérative de l’œil). Après 90 jours, les rats traités aux cannabinoïdes ont eu de meilleurs résultats dans des tests de vision et ont développé plus de 40 % de photorécepteurs en plus que les rats non traités avec la substance. C’est en accord avec les autres recherches qui confirment également que le cannabis provoque la croissance de cellules nerveuses dans le cerveau – un processus appelé neurogenèse.

LE CANNABIS AMÉLIORE LE TRAITEMENT VISUEL

Des chercheurs de l’Université de Waterloo en Ontario ont découvert des éléments indiquant que les bébés exposés au cannabis durant la grossesse semblaient aussi avoir une meilleure vision – surtout dans leur capacité à suivre les objets en mouvement. La recherche a montré que l’exposition au cannabis durant la grossesse améliorait la perception globale du mouvement – une fonction de traitement dans le chemin visuel dorsal du cerveau. Les enfants étudiés étaient tous nés de mères ayant consommé de la nicotine et d’autres substances comme la méthamphétamine ou de l’alcool durant la grossesse. Par contraste, les fœtus exposés à l’alcool affichaient un effet négatif, alors que la nicotine et la méthamphétamine semblaient en pas avoir d’effet. Malgré ceci, bien entendu, les scientifiques de cette études avertissent que le cannabis n’a pas d’effets globalement positifs sur le développement prénatal.

cannabis vision traitement visuel neuroprotecteurLE CANNABIS SEMBLE AMÉLIORER LA VISION GLOBALE

Ce que ces recherches indiquent clairement, peu importe leur aspect peu concluant à ce point, c’est que le cannabis semble améliorer la vision de différentes façons, en stimulant le récepteur CB1. Cet effet a été noté chez des individus souffrant de troubles oculaires et chez ceux qui n’en souffrent pas. Le résultat, c’est que le futur du cannabis comme traitement pour un large éventail de troubles oculaires semble très prometteur.

Le THC agit dans le cerveau pour améliorer la stimulation naturelle de la vision dans des situations en faible luminosité, stimulation créée par un endocannabinoïde naturellement présent dans le corps appelé anadamide – la « molécule de l’extase » aussi responsable de « l’ivresse du coureur ».

LE CANNABIS COMME NEUROPROTECTEUR

Le THC semble aussi protéger les couches internes de la rétine. C’est en accord avec d’autres découvertes qui montrent que la consommation de THC semble aider à protéger des traumatismes cérébraux et de l’empoisonnement au monoxyde de carbone.

Une étude de 2014 a montré que les personnes ayant des résidus de THC dans leur système avaient 80% moins de risques de mourir d’un traumatisme crânien. Des chercheurs de l’UCLA ont analysé les données de 446 adultes testés à Torrance en Californie pour les traumatismes crâniens. Ils avaient d’abord tous été dépistés pour le THC. Tous ceux qui ont été testés positifs au THC avaient environ 80% moins de risques de mourir que ceux qui n’avaient pas de THC dans leur système.

STIMULATION DU SYSTÈME ENDOCANNABINOÏDE

Ce que cette recherche confirme aussi, c’est l’importance du système endocannabinoïde (SEC) dans le maintien de l’homéostasie – ou l’équilibre optimal dans le corps, surtout dans des conditions changeantes. Les endocannabinoïdes produits naturellement par le corps agissent comme des messagers, qui accélèrent ou ralentissent les processus du corps nécessaires à un fonctionnement optimal. Un dérèglement du SEC semble contribuer à bon nombre de maladies et troubles, du cancer à la fibromyalgie.

La théorie de la maladie SEC, qui est issue de la découverte du système endocannabinoïde lui-même, avance que quand le corps ne produit pas assez d’endocannabinoïdes par lui-même ou qu’il ne peut les réguler correctement, le corps humain devient plus sensibles à des maladies ou troubles comme le cancer, les maladies inflammatoires et la perte de vision.

Le corps crée les endocannabinoïdes en utilisant les acides gras – en particulier les acides gras oméga-3.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander