Même si l’état de la prohibition du cannabis dans le monde a fortement changé au cours des années précédentes, la consommation d’herbe reste toujours un sujet tabou dans de nombreuses régions. Dans certains pays, la simple possession d’une petite quantité de weed est un délit suffisant pour perdre son emploi, se faire renvoyer de son école, ou se voir accuser d’être un toxicomane « hors de contrôle ». Et ce ne sont que quelques exemples des préjugés sociaux encore d’actualité contre le cannabis.

La possession de cannabis peut pousser une personne dans une situation très grave, qui peut lui coûter une grande somme d’argent ou même lui valoir une peine de prison. Avec une vision si négative du cannabis toujours bien vivante, ce n’est pas étonnant que de nombreux consommateurs choisissent de garder le secret sur leur relation avec la weed. Bien sûr, ils peuvent avoir un groupe d’amis proches qu’ils retrouvent pour consommer ensemble, mais au-delà de ça, de nombreuses personnes choisissent la discrétion.

Ce type de comportement secret a du sens. Risquer son travail ou son image publique à cause du jugement des autres ne semble pas valoir la peine de rendre votre consommation de weed totalement publique.

RÉVÉLEZ VOTRE SECRET

En parler à ses amis est une chose ; la relation amicale est souvent très ouverte et exempte de jugement. La plupart du temps, c’est parce que le groupe d’amis se livre aux mêmes activités. On peut en dire de même pour la relation entre les frères et sœurs. Cependant, une des révélations les plus intimidantes et souvent risquées pour les adultes comme les adolescents est de dire à leurs parents ou tuteurs qu’ils fument de l’herbe – et qu’ils en fument peut-être en secret depuis de nombreuses années.

La simple idée de s’asseoir pour discuter avec un ou ses deux parents pourrait sembler terrifiante ; suffisamment pour vous donner envie de fumer un joint afin de soulager la tension émergeant rien qu’à l’idée. Mais les choses ne doivent pas forcément se passer ainsi.

Tout dépend vraiment de votre approche, de la relative santé de vos habitudes de fumeur et de votre niveau d’éducation sur le sujet. Si vous vous lancez dans la conversation sans avoir d’autre connaissance que le fait que la weed fasse planer et vous fasse vous sentir bien, alors il y a de fortes chances pour que vos parents fassent preuve d’inquiétude et de déception pour votre consommation d’herbe.

À l’opposé total, si vous vous vous lancez en étant équipé d’aspects scientifiques, de statistiques et d’une honnêteté authentique, cette discussion pourrait vous laisser plus ouvert et plus proche de vos parents que jamais. Cet article a été rédigé en ayant l’intention d’armer les fumeurs de weed de quelques faits et conseils à utiliser dans cette situation, en expliquant au final pourquoi c’est une idée fantastique, la plupart du temps.

conversation franche parents cannabis

EXPLIQUEZ POURQUOI VOUS VOULEZ ÊTRE HONNÊTE

Pendant cette conversation, il est probablement préférable d’établir exactement pourquoi vous voulez dire à vos parents que vous fumez de l’herbe. La raison principale de cette conversation est d’offrir une opportunité de vous soulager d’un poids et de construire une relation plus solide et de confiance avec des personnes très importantes dans votre vie. Expliquez à vos parents à quel point vous attachez de la valeur à la relation qui vous unit. N’utilisez pas ce fait pour essayer de vous attirer de l’empathie, dites-leur simplement la vérité sur ce que vous ressentez.

De nombreux fumeurs se sont probablement déjà retrouvés dans une position où ils ont dû cacher ou mentir à propos de leur consommation, pour ne pas en révéler le secret à leurs parents. Au premier abord, cela peut sembler bien plus facile et moins perturbant que de leur en parler et de voir des émotions négatives surgir des deux côtés. Mais sur le long terme, ce manque d’honnêteté qui peut apporter une gratification instantanée ne vaut vraiment pas le coup.

S’esquiver sur le balcon au beau milieu de la nuit, ou arriver à table avec les yeux rouges et pas grand-chose à dire n’est pas sain pour une relation honnête. C’est un fait, on se sent beaucoup mieux quand on est honnête avec les autres et, tout aussi important, avec soi-même. Il y a de fortes chances pour que vos parents ressentent de la distance, et même de la suspicion, quand ils vous voient disparaître régulièrement le jour et la nuit.

Ils pourraient bien apprécier, voire même avoir besoin, d’une honnêteté si rafraîchissante. Peut-être que cela pourrait même rétablir la confiance et la proximité dans la relation. Ceci sera certainement la partie la plus émotionnelle de toute la conversation, et probablement la plus productive.

UTILISEZ LA SCIENCE

Maintenant que la vérité a éclaté au grand jour sur votre consommation de cannabis, il est temps de maintenir votre position et d’apporter des faits et des preuves afin de défendre votre position et vos actions. Mais avant de nous plonger dans cet aspect, parlons de quelque chose d’important. Même si la weed est probablement la moins nocive de toutes les substances récréatives qui existent, elle peut certainement avoir des effets négatifs si on en abuse, comme pour toute autre substance. Si vous pensez que vous avez un problème avec le cannabis, et que vos parents le pensent aussi, ils pourraient bien avoir des arguments très valables et il pourrait être l’heure d’écouter pour vous.

Si vous avez une relation saine avec l’herbe et que vous fonctionnez normalement en atteignant vos objectifs, vous avez tous les droits de fumer et vous pouvez utiliser ces faits pour justifier vos actions. Un des arguments les plus pertinents et puissants que vous pourriez présenter durant cette partie de la conversation est le suivant. Est-ce que vos parents sont d’accord pour que vous buviez de l’alcool ? Ou, encore plus important, est-ce qu’ils boivent eux-mêmes de l’alcool ?

Si la réponse à l’une de ces questions est oui, alors il est temps d’utiliser des munitions fournies par la littérature scientifique. De nombreuses personnes opposées à la consommation de cannabis n’ont probablement aucune idée des aspects scientifiques derrière l’herbe. La plupart de ces options ont été le plus probablement formées à partir de la rhétorique de la société et d’une propagande vieille de plusieurs décennies. Beaucoup de personnes ont entendu à tort que le cannabis était une drogue dangereuse, ce qui expliquerait son interdiction. Alors qu’en même temps, des substances comme le tabac et l’alcool restent entièrement légales et très faciles d’accès.

Science étude du cannabis toxicité

UNE PUISSANTE ÉTUDE

Une étude scientifique publiée dans le journal Scientific Reports a employé une méthodologie pour mesurer quelles drogues posaient le plus haut risque de mortalité parmi une longue liste de substances. Cette liste incluait des substances comme l’alcool, le cannabis, la cocaïne, l’héroïne, la nicotine, la MDMA, la méthadone et les amphétamines. Parmi toutes ces substances, les chercheurs en ont classé quatre comme étant à haut risque, à savoir la nicotine, la cocaïne, l’héroïne et l’alcool. La seule drogue parmi toutes celles mentionnées à avoir été classée à faible risque était le cannabis. En fait, il a été découvert que le cannabis était (incroyablement) 114 fois moins mortel que l’alcool.

Utiliser cet élément de preuve comme argument durant une conversation aura certainement son effet. Vous allez devoir demander à vos parents s’ils préféreraient vous savoir aller à une soirée ou une teuf en étant totalement ivre à l’alcool, ou plutôt passer un moment entre amis en fumant quelques joints et en partageant un repas ensemble. Il n’est pas difficile de deviner où irait leur préférence, surtout après leur avoir présenté cette preuve. L’alcool est connu pour provoquer un comportement agressif, irrationnel et souvent dangereux. Le cannabis fait presque le contraire. Faire ce choix moins dangereux, c’est faire preuve de responsabilité.

HISTOIRE DE LA CONSOMMATION

Arrivé à ce moment de la conversation, vous avez probablement posé des bases solides et vous avez présenté un cadre raisonnable et rationnel pour vos actions. Mais vous pouvez aller plus loin pour éduquer vos parents. Il est temps de leur révéler des vérités faisant l’effet d’une bombe, qui pourraient bien changer la façon dont ils perçoivent le cannabis et les institutions qui les ont abreuvés de mensonges à son sujet.

Nous avons puisé dans la littérature scientifique pour rassembler des preuves, il est à présent temps de se plonger dans le passé. Même si le cannabis est actuellement illégal dans différents endroits, ça n’a pas toujours été le cas. En fait, le plant de cannabis n’a été illégal que durant une infime fraction de l’histoire de l’humanité. En dehors de cette courte peine de prison, il a été utilisé à diverses fins pendant littéralement des milliers d’années.

UNE HISTOIRE IMPRESSIONNANTE

Il n’y a pas si longtemps, en 1850, le cannabis faisait son entrée dans la Pharmacopée des États-Unis, qui présentait la plante comme un médicament valable et efficace pour de nombreuses maladies, comme la rage, l’anthrax, l’addiction aux opiacés, la goutte, les troubles convulsifs, l’amygdalite et bien d’autres. À partir de 1611-1762, les colons en Amérique du Nord étaient fortement encouragés à cultiver du cannabis pour ses applications industrielles et des sanctions étaient imposées à ceux qui refusaient. En remontant aussi loin que 2900 avant notre ère, des empereurs chinois ont laissé des écrits sur les propriétés médicinales de la plante.

PROPAGANDE

Alors que s’est-il passé pour que le cannabis devienne illégal ? Eh bien, la dangerosité du cannabis n’était certainement pas le réel problème. C’est en 1930 qu’une perfide campagne vide de faits a été lancée pour démoniser le cannabis et entacher sa réputation. Un homme du nom de Harry J. Anslinger, Commissaire au Bureau Fédéral des Narcotiques, a joué un rôle majeur dans cette affaire. Il a déclaré, à tort, que la consommation de cannabis entraînait la démence et poussait les individus à se livrer à des activités criminelles.

Quelques années plus tard, un magnat de la presse, William Randolph Hearst, a unit sa voix à ses dénonciations calomnieuses. Il a utilisé son journal pour répandre la propagande et les mensonges liant le cannabis à la violence. De nombreuses sources citent les investissements de Hearst dans les industries du bois et du papier comme la motivation de ses mensonges, car le cannabis pourrait lui avoir causé des dommages financiers.

Le film de propagande de 1936, Reefer Madness, a porté un énorme coup à la réputation de la plante. Fondé par une petite église, le film décrivait un scénario dans lequel les gens qui fumaient du cannabis devenaient fous. Toutes ces actions ont provoqué de grands dégâts dans la perception du cannabis par le grand public. Plus tard, il a fini par être retiré de la pharmacopée américaine et classé comme substance contrôlée, sans application médicinale acceptée.

Histoire du cannabis propagande pharmacopée

RÉPAREZ L’IMAGE

Alors, qu’est-ce que cela signifie ? Eh bien, cela sert de preuves à montrer à vos parents durant cette discussion. Cela leur montre qu’une grande partie de ce que croit notre société sur le cannabis n’est que le résidu des mensonges créés par l’ego et la cupidité humaine. Que ce qu’ils croient savoir au sujet du cannabis pourrait être basé sur des mensonges et des manipulations.

UTILISEZ LA SANTÉ COMME ARGUMENT

Arrivé à ce moment, vos parents pourraient bien être totalement convaincus que votre choix de fumer du cannabis se base entièrement sur la raison, sur les faits et sur des décisions sensées. Cependant, continuer à renforcer vos affirmations par des preuves ne fera pas de mal. Un aspect du cannabis qui peut parler à tout le monde, peu importe que ce soit pour planer ou non, est la façon dont la plante interagit avec le corps humain.

Le cannabis a été exploré en profondeur ; de nombreux composés chimiques dans la plante affichent un potentiel médical. Des cannabinoïdes CBD et THC, jusqu’à un large éventail de terpènes et d’autres substances, les consommateurs n’ont même pas besoin de fumer pour profiter des bienfaits du cannabis, tout comme ils n’ont pas besoin d’ingérer du THC. De nombreuses formes psycho-inactives d’aliments, de capsules et d’huiles sont disponibles, pour une simple consommation comme complément de santé.

De plus, la façon dont le cannabis interagit avec le corps humain a d’une certaine façon révolutionné notre vision de la machine biologique. Il se trouve qu’il existe des molécules produites dans notre corps qui sont presque identiques aux cannabinoïdes ; on les appelle les endocannabinoïdes. En raison de cette similarité, les cannabinoïdes comme le THC agissent sur les mêmes récepteurs que ces molécules endogènes. Ces récepteurs sont à la surface de nombreuses cellules dans le corps humain et composent un système connu comme le système endocannabinoïde. Les molécules du cannabis agissent à travers ce système pour entraîner de profonds effets thérapeutiques.

Des données montrent à présent que les molécules du cannabis ont la capacité ou le potentiel d’aider à traiter et soulager les symptômes de maladies et de troubles tels que la maladie d’Alzheimer, certains cancers, les troubles convulsifs, les douleurs chroniques, l’inflammation, l’insomnie et bien d’autres.

PRENEZ EN COMPTE LES DEUX CÔTÉS

Maintenant que vous avez présenté votre opinion, il est temps de tendre l’oreille et d’écouter. Un dialogue libre et respectueux est la seule façon d’arriver à une conclusion juste et équitable. Vos parents vous ont donné l’opportunité de dire la vérité et d’exprimer vos sentiments sur le sujet. Même si leurs opinions ne sont pas basées sur des faits et que vous n’êtes pas d’accord, il est normal de les écouter. Si tout se passe bien, vous pourrez atteindre un juste milieu, qui répond aux besoins de chaque partie. Non seulement vous aurez potentiellement resserré les liens de votre relation grâce à cette discussion, mais vous aurez aussi complètement changé la façon dont ils perçoivent le cannabis.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander