Le cannabis médical et la santé des femmes ont été en lien depuis que l'humanité a pris conscience de l'herbe. L'utilisation du cannabis dans l'obstétrique et la gynécologie pendant l'antiquité semble révéler un lien entre la nature féminité et la particularité des fleurs de cannabis femelles. À travers l'histoire, les cannabinoïdes ont été de puissants alliés contre plusieurs troubles liés à notre système reproducteur complexe. Et de nos jours, l'industrie du cannabis en pleine expansion offre des huiles, des produits pour le bain, des capsules, des crèmes d'application locale et même des tampons au THC, au CBD ou avec une combinaison des deux cannabinoïdes.

LE CANNABIS ET L'HISTOIRE DE LA GYNÉCOLOGIE

Des archéologues ont trouvé des références au cannabis médical pour la santé des femmes dans d'antiques textes mésopotamiens datant d'environ 2000 ans avant notre ère. À cette époque, l'herbe était mélangée à d'autres produits botaniques pour traiter les douleurs menstruelles et depuis, des femmes du monde entier utilisent l'herbe pour une diversité de raisons. Cette plante odorante faisait même partie de la pharmacopée égyptienne, était souvent mentionnée dans les textes médicaux de l'antiquité perse et était consommée par les populations féminines du pourtour méditerranéen et de l'Europe. Le même phénomène se produisait en Inde et dans la Chine impériale, comme le présente une analyse historique complète présentée par Ethan Russo.

L'herbe était administrée via des méthodes assez similaires à celles utilisées de nos jours : voie orale, rectale, vaginale, locale et par fumigation (en inhalant la fumée de fleurs de cannabis en combustion). On retrouve des descriptions claires de ces méthodes dans de vieux textes médicaux, avec des références spécifiques aux symptômes et troubles gynécologiques à traiter. Parmi ces troubles, on retrouve les crampes douloureuses, les saignements, les infections, les gonflements, les troubles menstruels, les symptômes de la ménopause et bien d'autres. Le cannabis aidait également à soulager les contractions et à faciliter l'accouchement, mais était aussi utilisé pour provoquer des avortements. C'est un domaine qui reste particulièrement énigmatique.

LE CANNABIS EN GYNÉCOLOGIE AVANT LA PROHIBITION

Pendant les années 1800, des produits dérivés du cannabis étaient inclus dans les pharmacopées officielles pour un large éventail de troubles et leur application en gynécologie était recommandée par de grands noms de la médecine, ainsi que par la Reine Victoria. Cette Reine intelligente était également Impératrice des Indes, d'où venaient de nombreuses herbes et remèdes naturels. Des siècles après sa mort, elle est devenue célèbre pour la communauté mondiale du cannabis, car il a été découvert qu'elle consommait des teintures de cannabis pour soulager ses crampes menstruelles.

Le médecin irlandais William Brooke O’Shaughnessy était toujours un sujet de la Reine Victoria lorsqu'il a validé la consommation traditionnelle de cannabis en Inde, en découvrant de nouvelles applications et en recommandant les extraits de cannabis pour une diversité de fins thérapeutiques. Le cannabis était mentionné par O’Shaughnessy comme efficace pour réduire les saignements utérins et, jusqu'au début-milieu des années 1900, les médecins faisaient la promotion des teintures de cannabis pour les troubles menstruels et autres problèmes de femme. Une nouvelle branche de la recherche clinique sur le cannabis et la santé des femmes était en plein essor, mais avec l'arrivée de la prohibition, tout a changé.

LA RENAISSANCE DU CANNABIS POUR LA SANTÉ DES FEMMES

Après la sombre période de la prohibition, qui de nos jours n'est que relativement moins sombre, une série de nouvelles recherches ont début pour confirmer les aspects scientifiques derrière des siècles de rapports anecdotiques.

Le système endocannabinoïde (SEC) est un réseau régulateur majeur avec des fonctions liées à l'humeur, le métabolisme, l'appétit, la réponse du système immunitaire, la mémoire et la perception de la douleur. Au final, une des principales fonctions du SEC est d'aider le corps à entretenir un état d'équilibre interne appelé homéostasie.

Le SEC joue également un rôle dans l'équilibre des hormones et processus reproducteurs chez la femme. Les cannabinoïdes issus du cannabis sont capables d'interagir avec les récepteurs cannabinoïdes du corps et c'est là où tout se joue.

LA RENAISSANCE DU CANNABIS POUR LA SANTÉ DES FEMMES

DOULEURS MENSTRUELLES

De nos jours, nous avons un solide corpus de preuves sur les propriétés soulageant la douleur du cannabis, venant à la fois d'études cliniques et de l'expérience des malades. La recherche confirme également les effets anti-inflammatoires des dérivés du cannabis, ce qui peut contribuer à la réduction de la douleur. Un nombre croissant de femmes utilise de nos jours différentes formes de cannabis contre des symptômes douloureux comme l'inflammation utérine et d'autres troubles liés aux menstruations.

Malgré tous ces éléments, aucune étude approfondie ne s'est penchée sur les propriétés anti-nausée du cannabis pendant les règles d'une femme. Ceci étant dit, le THC est depuis longtemps connu pour ses propriétés anti-émétiques et le composé joue un rôle dans le traitement de la chimiothérapie depuis des années. Les recherches sur les effets du cannabis spécifiquement sur les douleurs liées aux règles manquent également, mais il a été découvert que l'interaction entre le THC et les œstrogènes provoquent un soulagement accru de la douleur. Ce résultat permet de conclure que le cannabis pourrait être plus efficace pour soulager la douleur chez la femme que chez l'homme.

SYNDROME PRÉMENSTRUEL

Il existe très peu de recherches sur les effets du cannabis sur le SPM, malgré ses bienfaits bien connus contre la douleur, la tension musculaire, les maux de tête et l'humeur. Les femmes vivant dans les régions où le cannabis est totalement légal peuvent facilement expérimenter avec des produits contenant du THC et du CBD pour soulager les symptômes liés à l'humeur du SPM. Dans les autres régions du monde, il est possible pratiquement partout de consommer des produits au CBD comme remède maison pour les troubles précédemment cités, dont l'anxiété et les troubles de l'humeur induits par le SPM.

ENDOMÉTRIOSE

L'endométriose est un trouble de santé assez courant et douloureux qui provoque le développement des tissus internes de l'utérus à d'autres endroits, ce qui génère de graves douleurs pelviennes, des cicatrices et un risque d'infertilité. L'endométriose affecte environ 1 femme sur 10 dans le monde pendant ses années de fertilité.

Une récente enquête en ligne a découvert que les femmes australiennes souffrant d'endométriose qui utilisaient des fleurs ou extraits de cannabis, de l'huile de CBD, de la chaleur et des changements alimentaires étaient celles qui réussissaient le plus à réduire la douleur. Les interventions physiques, comme le yoga, les étirements et l'exercice étaient notées comme moins efficaces. Malgré ces découvertes, le remède le plus courant pour la gestion de la douleur liée à l'endométriose reste toujours les médicaments anti-inflammatoires, même si ces médicaments s'accompagnent d'effets secondaires significatifs.

SEXE

Une étude a découvert que 68,5 % des femmes qui consommaient du cannabis avant l'activité sexuelle avaient une expérience plus agréable. Dans la plupart des cas, les femmes qui consomment de petites quantités de cannabis ressentent une augmentation de leur désir sexuel, alors que de plus fortes doses de THC sont rapportées comme ayant un effet négatif. L'effet positif du cannabis sur l'anxiété peut également s'étendre à la vie sexuelle, tout en augmentant potentiellement la sensibilité physique. Même si la consommation de cannabis pendant l'activité sexuelle a toujours été populaire, la recherche n'a pas apporté de preuves claires sur la manière exacte dont l'expérience sexuelle est améliorée. Et ce n'est pas une chose facile.

Quoi qu'il en soit, des start-ups dans le domaine de la santé impliquées dans l'industrie légale du cannabis ont développé des produits contenant des cannabinoïdes avec pour but d'améliorer la vie sexuelle. Ils contiennent du THC, du CBD ou un mélange des deux et ils prennent la forme de lubrifiants, de crèmes, d'huiles de soulagement, de suppositoires et, bien sûr, de beaucoup de bons aphrodisiaques alimentaires. Les rapports des consommateurs sont largement positifs, en particulier pour ce qui est de soulager la douleur avant ou après l'activité sexuelle.

CANNABIS POUR LES TROUBLES MENSTRUELS

GROSSESSE

La médecine de l'ère pré-industrielle a conclu que le « chanvre indien » avait une remarquable capacité à augmenter les contractions utérines pendant l'accouchement, tout en étant également bénéfique contre les saignements. On va peut-être devoir attendre longtemps avant que les produits alimentaires ou à vaporiser au cannabis entrent en salle d'accouchement, mais c'est un domaine qui mérite d'être exploré.

La Faculté de Médecine de l'Université de Washington à Seattle a récemment lancé une étude appelée « The Moms + Marijuana Study ». Pour la première fois, des chercheurs essayent de déterminer si la consommation de cannabis pour soulager la nausée prénatale est sans danger pour développement du bébé. Les résultats, qui comporteront des images du cerveau en développement du fœtus, pourraient changer la manière dont le cannabis est perçu par la communauté médicale.

MÉNOPAUSE

Les femmes en cours de ménopause ressentent plusieurs symptômes, dont beaucoup sont tout simplement difficiles à traiter. Un corpus croissant de preuves cliniques et anecdotiques suggère que le cannabis, et en particulier le CBD, possède le potentiel pour soulager certains symptômes de la ménopause. La recherche a montré que le système endocannabinoïde régulait l'humeur, le sommeil, la perception de la douleur et bien plus. Il existe également des preuves scientifiques du rôle complexe du système endocannabinoïde (SEC) sur la fertilité de la femme et des chercheurs ont établi un lien clair entre l'hormone œstrogène, le cannabinoïde anandamide et les fonctions du SEC.

De plus, des recherches en laboratoire avancent que les cannabinoïdes pourraient aider à réguler le développement osseux, de quoi réduire le risque courant d'ostéoporose post-ménopause. Des recherches indiquent que le CBD peut se lier aux récepteurs des cellules osseuses, en inhibant le processus de déclin et en ralentissant la perte de densité osseuse. Malgré le manque de preuves concluantes, la consommation de cannabis même pendant la ménopause pourrait aider le système endocannabinoïde à entretenir l'homéostasie.

Alors qu'un bon mélange de THC et de CBD pourrait être le plus efficace contre les problèmes de ménopause, le CBD seul a été documenté comme étant efficace pour traiter les problèmes de sommeil et d'humeur à la ménopause, sans avoir les effets enivrants du THC.

REDÉCOUVRIR LA CONSOMMATION DE CANNABIS CHEZ LES FEMMES

Malheureusement, des études montrent que les femmes développent une tolérance au cannabis plus rapidement que les hommes et sont plus négativement affectées par les éventuels symptômes de manque. Il semble aussi que la zone du cerveau qui contrôle la « mémoire spatiale » est plus affectée par la consommation de cannabis chez la femme que chez l'homme. Mais au-delà de ce fait, comme toute autre substance, le cannabis possède de légers effets secondaires pouvant ne pas être adaptés à tout le monde.

Alors que la plupart des individus peuvent expérimenter en toute sécurité avec le CBD, il faut faire preuve de plus de prudence avec le cannabinoïde enivrant, le THC. Dans les marchés légaux, il est possible de trouver des graines ou des produits contenant un ratio de CBD:THC d'environ 1:1, ou juste du CBD avec pratiquement pas de THC. Ceux qui cherchent à consommer du THC pourraient également essayer le microdosage—à savoir consommer de petites doses de THC pendant la journée, sans vraiment jamais « planer ». Ceci devrait toujours apporter les bienfaits sub-perceptibles—comme le soulagement face à l'inflammation et la douleur—mais sans caractéristiques stupéfiantes significatives. En revanche, ceux qui connaissent bien le THC peuvent choisir parmi bon nombre de variétés.

Pour finir, une enquête auprès des femmes américaines publiée dans Obstetrics and Gynecology en mai 2019 démontre un support anecdotique significative pour la consommation de cannabis chez les femmes. Sur 1011 femmes avec un âge médian de 37 ans, 36 % ont rapporté traiter un trouble médical spécifique, comme la douleur, la dépression ou l'anxiété. Sur ces femmes, 16 % ont rapporté consommer du cannabis pour traiter un trouble gynécologique comme les crampes menstruelles. De plus, la plupart des femmes interrogées envisageaient la consommation de cannabis pour traiter un trouble gynécologique.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.