-20 % sur l'Huile au CBD avec le code CBD20

By Marguerite Arnold


Plus le cannabis devient accepté, plus il semble qu’on se pose des questions sur la manière de l’inclure dans notre vie au quotidien. Tout ceci soulève la question suivante : peut-on consommer du cannabis quand on allaite ? Comme il n’existe pas beaucoup de recherches sur le lien entre la consommation de cannabis et l’allaitement, encore moins la grossesse, il n’est actuellement pas possible de donner de réponses définitives. Cependant, en examinant les recherches dont nous disposons, nous espérons pouvoir apporter un peu plus d’informations sur le sujet.

Peut-on fumer de l’herbe en allaitant ?

La réponse rapide est non. Les données sur les effets de l’herbe dans le lait maternel sur les bébés sont rares, mais les experts s’accordent à dire que la consommation de cannabis pendant la grossesse ou l’allaitement n’est pas conseillée, tout comme pour l’alcool ou la nicotine.

La position officielle de l’American Academy of Pediatrics sur la consommation d’herbe par des mères allaitantes déclare que les risques sont « inconnus »[1]. Le cannabis peut passer jusqu’au bébé à travers le lait maternel et il y aura donc probablement des effets négatifs. Il est donc universellement recommandé que les mères évitent les produits au cannabis pendant l’allaitement.

Le risque est accru, car le cannabinoïde le plus dominant dans le cannabis (le THC) est soluble dans les graisses. Ceci signifie que le lait de toute sorte, y compris le lait maternel, est un excellent véhicule pour que le THC s’y lie. L’autorité de régulation américaine Food and Drug Administration (FDA) a rapporté que le THC pouvait être présent dans le lait maternel jusqu’à 6 jours, ce qui est un délai considérablement plus long que l’alcool.

Comestibles et allaitement

Les molécules contenues dans le cannabis sous toutes ses formes (dont les comestibles, les huiles ou autres concentrés) peuvent être transmises de la mère à son bébé en passant par le lait maternel, affectant ainsi un éventail de processus de neuro-développement chez le nouveau-né.

Quand on fume ou vaporise du cannabis, le THC est apporté aux poumons. À partir de là, il passe directement dans la circulation sanguine, franchit la barrière hématoencéphalique et entre dans le cerveau. Quand on mange du cannabis, il est décomposé dans le foie et transformé en une molécule appelée 11-hydroxy-THC, qui semble être jusqu’à quatre fois plus forte que le THC.

Ceci pourrait expliquer pourquoi les comestibles sont connus à travers des témoignages pour avoir des effets bien plus forts et durables. Alors qu’il est conseillé d’évier de fumer du cannabis pendant l’allaitement, il est encore plus impératif de ne pas consommer de comestibles, car toute dose de cannabinoïdes pouvant être transmise au bébé pourrait être significativement plus élevée.

Les endocannabinoïdes dans le lait maternel

Il existe deux récepteurs cannabinoïdes principaux dans notre corps. Le récepteur CB1 se trouve surtout dans le système nerveux central et le cerveau, alors que le récepteur CB2 est surtout présent dans le système immunitaire. Chacun de ces types de récepteurs interagit avec les cannabinoïdes endogènes (ou « endocannabinoïdes ») qui sont des cannabinoïdes produits par le corps. Il se trouve que les composantes du cannabis, comme le THC et le CBD, se lient également ou interagissent avec ces récepteurs.

De manière intéressante, plusieurs[2] grandes études scientifiques ont découvert que le lait maternel humain contenait des endocannabinoïdes, plus spécifiquement les endocannabinoïdes 2-AG et AEA. Ces molécules sont produites par le corps pour agir comme des messagers chimiques et sont cruciales pour de nombreux aspects de notre croissance et de notre développement. Les membranes cellulaires dans le corps sont équipées naturellement de récepteurs cannabinoïdes, sur lesquels les endocannabinoïdes se lient et déclenchent tout un éventail de réponses, allant des fonctions immunitaires jusqu’au sommeil. De manière spécifique, il a même été montré que l’activation du récepteur CB1 par les endocannabinoïdes **stimulait le processus de succion[3] chez la souris.

Step 1

Comment le cannabis pourrait affecter l’allaitement ?

Étant donné que les cannabinoïdes comme le THC et le CBD sont capables d’interagir avec les mêmes récepteurs que les endocannabinoïdes, cela pourrait potentiellement affecter les composantes endocannabinoïdes du lait maternel. Certaines études basées sur des animaux suggèrent[4] que le cannabis peut même ralentir la production de lait.

Résultats sur les nouveau-nés et les enfants

D’autres études ont montré qu’environ 1 à 2,5 % du THC d’un joint se retrouve dans le lait maternel et est transmis au bébé[5]. Le THC se lie aux récepteurs à protéine dans le cerveau, qui sont cruciaux pour le développement du cerveau. Ainsi, la recherche suggère que l’exposition néonatale au THC pourrait altérer le développement du THC de manière nuancée.

Des études[6] ont prouvé que les bébés exposés au cannabis via le lait maternel étaient rapidement fatigués et avaient des capacités de tétée insuffisante par comparaison aux bébés non exposés. Des tests ont également découvert que les bébés ayant ingéré du THC via le lait maternel avaient des compétences motrices inférieures à l’âge de un an.

Le lait maternel expose également les bébés aux risques d’ingérer des produits contaminants présents dans le cannabis, comme des métaux lourds, des bactéries et des pesticides.

Des recherches contraires

Il semble toutefois y avoir des éléments de preuve contradictoires. Une étude présentée à l’American Academy of Pediatrics en 2021 a observé 763 bébés nés prématurément entre 2014 et 2020, dont 17 % avaient des mères présentant du THC dans leur organisme lors de l’accouchement.

Les résultats indiquaient que les bébés prématurés et allaités nés de mères positives au THC étaient en aussi bonne santé lors de la sortie de l’établissement de santé que ceux qui n’étaient pas allaités. Cependant, plus de recherches vérifiées sont nécessaires avant d’affirmer que le THC dans le lait maternel ne pose aucun risque pour un bébé.

CBD et allaitement

Les femmes font face à de nombreux défis physiques et mentaux au cours de la grossesse et après l’accouchement. Une femme sur cinq souffre de dépression post-partum et il existe de nombreux autres problèmes à prendre en compte comme le manque de sommeil, l’anxiété et les douleurs chroniques.

Ce n’est donc pas une surprise si de nouvelles mères se tournent vers des compléments alimentaires ou des choix diététiques pour aider à soulager leur stress physique et mental. Alors, comme le cannabinoïde non psychotrope CBD, qui est consommé pour toutes sortes de raisons, affecte le lait maternel ? Et, plus important, peut-on prendre du CBD pendant l’allaitement ? Même si le CBD possède un bon profil de sécurité chez les consommateurs adultes, il pourrait ne pas être sans danger à consommer pendant la grossesse ou l’allaitement.

Alors que la recherche actuellement disponible se concentre sur le THC, des experts s’inquiètent toujours des effets que n’importe quel cannabinoïde pourrait avoir sur le développement du cerveau du bébé. En sachant ceci, le conseil général pour les mères allaitantes reste le même que pour le THC : n’en consommez pas.

Ceci dit, les parents et professionnels de santé doivent déterminer les risques au cas par cas.

Peut-on fumer de l’herbe si on n’allaite pas ?

Vous savez maintenant que fumer de l’herbe en allaitant n’est probablement pas une bonne idée. Mais peut-on fumer une fois que la période est terminée ? Tout le monde a le droit de faire comme il veut, mais si vous choisissez de fumer de l’herbe, ne le faites pas à proximité immédiate de votre jeune enfant.

Une petite[7] étude a été menée sur 43 enfants au Colorado âgés de 1 mois à 2 ans et hospitalisés pour une bronchiolite. Sur tous les enfants exposés de manière passive à la fumée du cannabis, 16 % présentaient des traces de THC dans leur urine.

Il existe peu d’éléments scientifiques pour prouver les risques exacts sur la santé de la fumée ou vapeur de cannabis passive. Cependant, les recherches orientent toujours vers la possibilité de problèmes de développement. C’est le cas que l’exposition vienne du lait maternel ou de la fumée passive.

L’idée que la fumée du cannabis serait moins dangereuse que la fumée de cigarette est probablement aussi fausse. Des études animales[8] ont montré que la fumée de l’herbe pourrait être tout aussi nocive que la fumée du tabac. La fumée ou vapeur passive pourraient exposer les enfants à des risques accrus d’infection virale, d’asthme et autres troubles respiratoires. Elles pourraient même faire augmenter leurs risques de maladies cardiaques ou d’AVC.

Que ce soit la fumée passive ou le fait de fumer pendant l’allaitement, plus de preuves sont nécessaires sur les risques de santé du cannabis chez le nouveau-né en développement et le jeune enfant. Pour l’instant, le conseil reste le même que pour l’alcool et le tabagisme : si vous allaitez (ou êtes enceinte), abstenez-vous ! Tous les fumeurs et vapoteurs ont également leur part de responsabilité. Ils devraient prendre des précautions pour ne pas fumer à proximité des femmes enceintes et des enfants. Pour ce qui est du CBD, si vous pensez en consommer comme complément pendant la grossesse ou l’allaitement, vous devriez toujours en parler d’abord à votre médecin.

Sources Externes
  1. The endocannabinoid-CB1 receptor system in pre- and postnatal life - ScienceDirect http://www.sciencedirect.com
  2. Marijuana: prenatal and postnatal exposure in the human. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  3. Maternal marijuana use during lactation and infant development at one year. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  4. ABM Clinical Protocol #21: Guidelines for Breastfeeding and Substance Use or Substance Use Disorder, Revised 2015 https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  5. Surveying Lactation Professionals Regarding Marijuana Use and Breastfeeding. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.