Tout le monde sait que la consommation de THC peut affecter le métabolisme en augmentant l’appétit, et en vous donnant envie de dévorer la moindre nourriture à portée de vue. Ce phénomène est couramment appelé la fonsdalle. Mais le THC n’est qu’un cannabinoïde parmi tant d’autres. On trouve plus de 100 différents types de cannabinoïdes dans le cannabis en tant que plante. Dont notamment le CBD, qui est un autre cannabinoïde adoré de tous, qui est non-psycho-actif et qui présente des tas de vertus thérapeutiques potentielles. Le CBD a-t-il le moindre effet sur votre métabolisme ? Il semblerait que oui, mais d’une certaine manière, cela va peut-être vous surprendre.

CBD ET MÉTABOLISME

La recherche a montré que le CBD possède effectivement un effet direct sur notre métabolisme. Courant 2016, des chercheurs coréens ont publié une étude sur ce sujet dans le journal scientifique Molecular and Cellular Biochemistry. Après avoir précautionneusement surveillé le CBD et ses effets sur des cellules graisseuses immatures, aussi appelées pré-adipocytes, les chercheurs ont découvert que le cannabinoïde n’avait non pas une, mais trois manière d’agir sur le tissu adipeux brun.

Ces chercheurs ont non seulement découvert que le CBD stimulait les protéines et les gênes jouant un rôle dans l’augmentation de la décomposition de la graisse, mais également que le CBD pouvait booster le nombre et l’activité de la mitochondrie, amplifiant encore plus la capacité du corps à brûler des calories. D’une manière très intéressante, ils ont découvert que le CBD réduisait l’expression des protéines impliquées dans la création de nouvelles cellules graisseuses au sein même du corps.

Alors que beaucoup pensent que la graisse blanche peut augmenter le risque de diabète, de maladie cardiaque, et bien d’autres encore, la graisse brune, d’un autre côté, peut potentiellement favoriser la perte de poids en brûlant des calories. Une fois l’étude terminée, les chercheurs ont convenu que le CBD avait la capacité d’induire un « brunissement » ou, en d’autres termes, de transformer la graisse blanche en graisse brune.

Métabolisme Le Système Endocannabinoïde

L’IMPLICATION DU SYSTÈME ENDOCANNABINOÏDE DANS LE MÉTABOLISME

Le système endocannabinoïde (SEC) est la chose qui aide le CBD à rentrer en interaction avec notre corps. En plus de ses récepteurs et de la signalisation chimique, le SEC est fait d’enzymes métaboliques. La recherche a démontré que le système endocannabinoïde est directement connecté a de nombreuses fonctions métabolique, telles que l’acheminement des nutriments et le stockage d’énergie. En effet, il a même été dit que le SEC est impliqué dans la direction de la sensibilité de l’insuline.

Une fois de plus, nous savons tous que le cannabis, surtout s’il s’agit de variétés possédant des taux de THC élevés, affectent le métabolisme en augmentant l’appétit, nous permettant de consommer plus de calories qu’à notre habitude. Mais notre faim n’est pas la seule chose que la marijuana peut stimuler. Selon une étude conduite en 2008, le SEC peut également stimuler d’autres zones du corps impliqué dans le métabolisme, tel que les muscles squelettiques, les voies gastro-intestinales, le pancréas endocrine, pour ne nommer qu’eux.

Naturellement, l'ECS fait la même chose à travers deux cannabinoïdes endogènes, l'anandamide et le 2-AG (2-Arachidonoylglycerol). Ces deux composés interagissent avec les deux types de récepteurs, le CB1 et le CB2, qui résident dans diverses parties du corps humain, y compris dans le cerveau et dans le tube digestif.

Le CBD possède le potentiel d’assister à la métabolisation de composés absorbés dans la nourriture durant le processus de digestion en déclenchant ces deux récepteurs. D’un autre côté, il vaut mieux ne vraiment pas trop stimuler le SEC, car cela pourrait résulter en l’effet inverse. Par exemple, une sur-stimulation peut non seulement mener à l’obésité abdominale, mais également à une résistance face à l’insuline, et même une hausse du stockage des calories dans les cellules graisseuses.

Selon l’Endocannabinoid Research Group, le récepteur CB1, lorsqu’il se trouve trop stimulé, peut augmenter les chances de développer un syndrome métabolique, une condition qui est associée à des symptômes indésirables, tels que l’hyperglycémie, l’hypertension artérielle, l'excès de graisse corporelle, et plus encore. Cependant, les chercheurs ont également noté que le CBD, qui se trouve être un antagoniste du récepteur CB1, pourrait justement avoir la capacité de traiter de telles conditions et d’autres semblables.

LES EFFETS DU SEC SUR LE MÉTABOLISME ONT TOUT À VOIR AVEC LES CANNABINOÏDES QUI LE STIMULENT

Alors que des cannabinoïdes tel que le CBD peuvent diminuer l’absorption de nourriture, diminuer la prise de poids, et vous enlever l’appétit, d’autres composants tels que le CBN font absolument le contraire. En 2012, une étude conduite par la School of Pharmacy l’université de Reading en Grande-Bretagne a découvert que le CBD accomplissait bien tout ce que nous avons mentionné ci-dessus lorsqu’il était testé sur des rats. Cependant, le CBN produisait quant à lui des effets inverses, y compris une hausse de l’appétit et une hausse de la prise de poids. Le THC a donné les même résultats. Mais d’une manière relativement étrange, la recherche suggère que les gros consommateurs de cannabis qui consomme des variétés fortes en THC aurait un IMC (indice de masse corporelle) plus petit que les non-fumeurs.

Ce à quoi tout se résume est le fait que bien que des études montrent que le CBD affecte bel et bien le métabolisme d’une certaine manière, beaucoup plus de recherches sont nécessaires avant de pouvoir déclarer avec certitude quel est l’impact de ce cannabinoïde, en plus de la centaine d’autres, sur le métabolisme de notre corps.

Source: CIBDOL

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander