L’anandamide est naturellement produite par le corps en tant que l’un de ses endocannabinoïdes. Mais quels sont les effets de l’anandamide ? Assez divers apparemment. Il semblerait que la molécule puisse avoir des effets sous-jacents dans le corps et si nous sommes capables de l’exploiter, toutes sortes de nouveaux traitements puissants pourraient être disponibles.

Certains phytocannabinoïdes présents dans le plant de cannabis sont connus pour accroître les niveaux d’anandamide du corps et pourraient donc nous ouvrir une voie pour une application contrôlée.

Que sont les endocannabinoïdes ?

Avant de parler de l’anandamide, il est important de comprendre plus généralement ce que sont les endocannabinoïdes. Ce sont des cannabinoïdes créés naturellement dans le corps humain. « Endo » signifie endogène, qui lui-même signifie « du corps ». Certains seront peut-être surpris d’apprendre que le corps possède son propre système de création et d’utilisation des cannabinoïdes appelé système endocannabinoïde (SEC), mais il semble jouer un rôle essentiel dans notre santé et notre bien-être.

Le SEC a été associé à la mémoire et à la cognition, au contrôle moteur, au maintien de l’homéostasie, à la régulation de la croissance cellulaire, etc. Bien qu’il ne soit pas entièrement compris, il pourrait s’avérer être l’un des systèmes essentiels de l’organisme.

Il existe deux principaux récepteurs liés au SEC : les récepteurs CB1 et CB2. Ces récepteurs sont présents dans presque toutes les parties du corps. L’anandamide est l’un des endocannabinoïdes du corps qui a une forte affinité pour ces deux récepteurs.

Qu’est-ce que l’anandamide ?

L’anandamide est un endocannabinoïde naturel. Son nom vient du mot sanskrit qui signifie « félicité » ou « bonheur ». Elle est donc connue sous le nom de « molécule du bonheur ». Bien qu’elle ait des effets puissants, elle n’est produite naturellement qu’en petites quantités et selon les besoins. Certaines recherches suggèrent que certaines personnes pourraient même présenter une carence en endocannabinoïdes[1], ce qui pourrait expliquer certaines maladies.

Malgré son nom, il ne faut pas croire qu’un excès d’anandamide est toujours positif. Comme pour tous les processus de l’organisme, l’équilibre est la clé. Certains liens suggèrent qu’un excès d’anandamide – entraînant une surstimulation du récepteur CB1 – pourrait perturber le système de récompense de l’organisme et augmenter la probabilité de maladies comme l’obésité[2].

L’anandamide n’est pas hydrosoluble, ce qui signifie qu’elle ne peut pas être décomposée dans l’eau. Pour le décomposer, l’organisme produit donc la FAAH (amide hydrolase d’acide gras) et la MAGL (monoacylglycérol lipase). Sans ces enzymes, l’anandamide serait continuellement présente dans l’organisme.

Il convient de noter que généralement, l’anandamide produite naturellement n’est pas capable de provoquer un état d’euphorie notable, bien qu’elle puisse être responsable de sentiments de béatitude, d’euphorie et d’exaltation.

Anandamide Et Cannabis

  • L’anandamide et l’homéostasie

On pense que l’anandamide joue un rôle dans l’homéostasie. Il s’agit du processus par lequel le corps maintient des fonctions régulières. Par exemple, l’homéostasie est ce qui permet au corps de rester frais quand il fait chaud, et chaud quand il fait froid. Sans elle, nous serions dans de beaux draps. L’anandamide n’est pas le seul endocannabinoïde qui affecte l’homéostasie, mais seulement une partie du SEC, qui contribue à réguler l’ensemble du corps.

  • L’anandamide et la récompense

Dans les recherches sur l’anandamide et le système de récompense[3], il a été constaté que l’augmentation de l’anandamide, et donc la stimulation du récepteur endocannabinoïde CB1, modifie les habitudes alimentaires et affecte le libre arbitre. On a observé que lorsque les concentrations d’anandamide étaient augmentées, les participants à l’étude optaient pour le choix le plus facile et le moins contraignant.

Les implications sont que l’anandamide est impliquée dans le système de plaisir et de récompense du corps, un peu comme la dopamine.

Phytocannabinoïdes : comment le THC et le CBD affectent-ils l’anandamide ?

Mais où le cannabis intervient-il dans tout cela ? Le cannabis possède son propre système cannabinoïde et les cannabinoïdes qu’il produit sont connus sous le nom de phytocannabinoïdes. On en connaît au moins 113 et il est fort possible qu’il y en ait d’autres que nous ne connaissons pas encore. Beaucoup d’entre eux, si ce n’est tous, peuvent interagir avec le SEC du corps humain et chacun a des effets différents.

Les deux sur lesquels nous allons nous concentrer aujourd’hui sont ceux dont vous avez probablement le plus entendu parler : le THC et le CBD. Bien qu’il s’agisse des deux cannabinoïdes les plus abondants dans le plant de cannabis, ils interagissent avec le SEC de manière très différente et ont donc des effets très variables.

  • Anandamide et THC

Le delta-9 tétrahydrocannabinol (THC) est probablement le cannabinoïde le plus connu. C’est lui qui provoque le fameux high. Le THC interagit directement avec les récepteurs CB1 et CB2 du corps. Dans un sens, il imite l’anandamide dans le corps, se trouvant capable de se lier aux mêmes récepteurs. C’est pourquoi son effet est si intense : c’est comme une énorme dose d’anandamide.

En raison de la prévalence du SEC avec des récepteurs présents dans tout le corps, les effets du THC sont très variés et polyvalents. De plus, alors que les enzymes du corps peuvent facilement décomposer l’anandamide, elles ont beaucoup plus de mal à le faire avec le THC. C’est pourquoi les effets du THC peuvent durer plusieurs heures alors que ceux de l’anandamide sont relativement brefs.

Anandamide Et CBD

  • Anandamide et CBD

Le CBD fonctionne d’une manière très différente du THC. Il n’a pratiquement aucune affinité avec les récepteurs CB1 ou CB2 et semble même les bloquer, ce qui signifie qu’il limite leur absorption. C’est la raison pour laquelle le CBD semble « contrecarrer » ou « atténuer » les effets psychotropes du THC.

Le CBD inhibe également la production par l’organisme de FAAH et de MAGL, les enzymes utilisées pour décomposer l’anandamide. Ce faisant, il augmente indirectement la concentration d’anandamide disponible pour les récepteurs CB1 et CB2, ce qui signifie qu’il y en a davantage. C’est ainsi que le CBD est capable de produire des sentiments de sérénité, de bonheur et de bien-être, sans provoquer d’effet planant. Alors que le THC inonde le corps d’un produit chimique similaire à l’anandamide, le CBD donne au corps un meilleur accès à l’anandamide elle-même.

Recherche sur le potentiel thérapeutique de l’anandamide

Compte tenu des effets remarquables que peut avoir la manipulation de l’anandamide dans l’organisme, de nombreuses recherches sont actuellement consacrées à l’application de ces effets, notamment dans un cadre clinique.

On n’en est encore qu’au début, mais les résultats sont prometteurs et à mesure que la législation sur le cannabis se relâche dans le monde, les résultats devraient arriver plus rapidement. Ces dernières années, l’attention s’est portée sur le CBD plutôt que sur le THC, car ses propriétés non psychotropes en font une substance polyvalente et sûre à étudier.

Nous examinerons ci-dessous quelques études intéressantes sur l’anandamide et la façon dont sa manipulation peut être bénéfique pour l’Homme. Il convient de noter que bon nombre de ces études n’ont pas utilisé le CBD même si certains mécanismes sont similaires. Il reste donc à confirmer si le CBD peut être utilisé comme un moyen valable de moduler l’anandamide.

  • L’anandamide et la dépendance

Des recherches précliniques indiquent que l’anandamide pourrait jouer un rôle important pour aider les gens à surmonter leur dépendance[4]. Les chercheurs ont administré des inhibiteurs de la FAAH et de la MAGL, ce qui signifie que l’anandamide n’est pas dégradée aussi facilement dans l’organisme et cela augmente ainsi sa concentration. En utilisant des souris, ils ont remarqué que le sevrage des opioïdes était moins sévère chez celles qui avaient des niveaux élevés d’anandamide disponible, ce qui indique une voie possible pour le traitement de la dépendance.

  • Anandamide et inflammation

Dans une étude, des rats ont été soumis à une parodontite expérimentale[5], soit une inflammation des gencives. De l’anandamide a ensuite été injectée dans leurs pattes arrière. Chez les rats ayant reçu l’endocannabinoïde, on a constaté que l’activation des récepteurs CB1 et CB2 réduisait les marqueurs associés à la parodontite, même dans un contexte stressant.

Les liens entre les endocannabinoïdes et la réponse inflammatoire ont fait l’objet d’une grande attention et ce n’est qu’un des nombreux exemples suggérant une relation positive.

  • L’anandamide et la neuroprotection

Il semble que l’anandamide joue un rôle dans la neuroprotection[6], soit la protection des cellules contre la dégradation et la mort. Ce rôle semble être particulièrement lié au récepteur CB2. On a donc émis l’hypothèse que le SEC pourrait jouer un rôle essentiel dans la lutte contre les maladies neurodégénératives. Les mécanismes exacts qui permettent à ce phénomène de se produire restent flous, mais il semble qu’ils aient un rapport avec la mort cellulaire programmée aussi appelée apoptose.

  • L’anandamide et la croissance tumorale

En se liant aux récepteurs CB1, il semble que l’anandamide pourrait potentiellement inhiber la croissance de la protéine K-Ras[7] qui est impliquée dans la croissance et la prolifération des cellules. Dans des études menées sur des rats, les chercheurs ont pu ralentir la croissance de certaines tumeurs grâce à l’application de Met-F-AEA, un analogue stable de l’anandamide. Cette étude a été menée in vivo, ce qui signifie que les cellules étaient présentes dans les rats pendant la recherche plutôt que d’être isolées à l’extérieur du rat (ex vivo). Cela ouvre la possibilité d’étendre ce type de recherche à la croissance des tumeurs chez l’homme, du moins lorsque les protéines K-Ras sont impliquées.

Recherche sur le potentiel thérapeutique de l’anandamide

Comment augmenter l’anandamide ?

Il existe quelques moyens assez faciles de stimuler l’anandamide dans le corps et tous n’impliquent pas de fumer de la weed. En effet, il existe des aliments à base d’anandamide et des compléments en anandamide disponibles à la consommation. Vous n’avez pas seulement besoin de consommer des choses non plus puisqu’il y a aussi des activités à faire.

  • Soyez actif

Ce n’est pas un mystère que l’exercice améliore le sentiment de bien-être d’une personne. En général, outre le sentiment général de se sentir en forme et bien dans sa peau, ce phénomène est attribué aux endorphines. Cependant, on a découvert que les concentrations d’anandamide augmentent dans la demi-heure environ qui suit un effort physique. Ainsi, en allant courir ou nager, vous ne faites pas que vous mettre en forme, mais vous augmentez aussi votre taux d’endocannabinoïdes !

  • Le chocolat

Nous aimons tous le chocolat, n’est-ce pas ? Qui aurait cru qu’il pouvait être bon pour la santé ! On pense que le chocolat a des propriétés qui ralentissent la dégradation de l’anandamide et en augmentent la production. Si c’est le cas, cela signifie que le chocolat a un double effet stimulant sur l’anandamide.

Pour tirer le meilleur parti de votre chocolat, vous devez cependant choisir le plus pur des purs. Une barre de chocolat au lait ne fera pas l’affaire. Pour augmenter réellement les niveaux d’anandamide, vous devez mettre la main sur des pépites de cacao afin de donner à votre corps ce dont il a besoin. De cette façon, vous pouvez aussi réduire votre consommation de sucre !

  • Être originaire d’Afrique de l’Ouest

Ok : c’est plus facile à dire qu’à faire. Une étude a révélé que ces pays qui ont tendance à se considérer comme les plus heureux partagent également la même mutation génétique[8]. Les populations du Ghana, du Nigeria, de la Colombie et du Mexique ont obtenu les meilleurs résultats. Ils présentaient également la plus forte prévalence de l’allèle A de la FAAH, qui contribue à empêcher la dégradation de l’anandamide. Mais si vous n’êtes pas originaire de ces pays, vous devrez peut-être faire certaines des autres choses de cette liste.

  • Truffes noires

C’est la seule autre source alimentaire connue pour stimuler l’anandamide. Ces truffes difficiles à dénicher et coûteuses ne sont peut-être pas du genre à vous faire tripper, mais cela ne veut pas dire qu’elles ne vous rendront pas heureux. Découvertes par des cochons hautement qualifiés, ces truffes gourmandes pourraient s’avérer être plus qu’une simple mode culinaire. Si elles sont si recherchées depuis tant d’années, c’est peut-être en raison de leurs propriétés stimulantes pour l’anandamide et du sentiment de bien-être qu’elles procurent.

  • Kaempférol

On dirait une dangereuse drogue allemande, pas vrai ? En réalité, le kaempférol est un flavonoïde que l’on trouve dans certains fruits et légumes frais, comme les pommes, les tomates, les raisins, les oignons, les brocolis et les pommes de terre. Ce composé inhibe la FAAH et augmente ainsi la quantité d’anandamide disponible.

  • L’amour, toujours l’amour

Il semble que la production d’ocytocine stimule également la production d’anandamide. En effet, il semble que les deux puissent fonctionner de concert pour aider à tisser des liens sociaux. Il existe plusieurs façons de produire de l’ocytocine et les plus faciles sont physiques. Avoir des rapports sexuels ou se faire masser stimule la production d’ocytocine et d’anandamide. Dans une moindre mesure, les interactions non physiques le peuvent aussi. Cependant, l’interaction tactile est le moyen le plus efficace pour obtenir de l’anandamide via l’ocytocine.

Phytocannabinoïdes

  • Phytocannabinoïdes

Bien sûr, vous pouvez simplement fumer si vous voulez augmenter votre taux d’anandamide. Si vous avez envie d’une dose conséquente, fumez de la weed riche en THC pour imiter l’anandamide et vous faire planer quelques heures.

Si, au contraire, vous voulez juste vous détendre un peu et recherchez quelque chose d’un peu plus subtil, trouvez-vous une variété riche en CBD. En inhibant la dégradation de l’anandamide, vous vous donnez un coup de fouet naturel et doux regorgeant de bienfaits potentiels. Mélangez cela avec du chocolat noir et quelques truffes, et qui sait ce qui pourrait arriver ?

Anandamide : beaucoup de choses à apprendre sur la molécule du bonheur

Il est clair que l’anandamide et le SEC au sens large jouent un rôle crucial dans notre santé et notre bien-être. De la santé mentale au bien-être physique, la manipulation du SEC pourrait avoir des implications très profondes pour nous.

Mais quel rôle le cannabis peut-il jouer dans cet état ? Si les spéculations vont bon train, et non sans quelques preuves assez convaincantes, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions. Ce que nous savons, c’est qu’en affectant l’anandamide et d’autres parties du SEC, les cannabinoïdes peuvent agir comme des influenceurs sûrs de ce système. Ainsi, ils pourraient jouer un rôle dans le développement de futurs traitements bénéfiques.

Sources Externes
  1. Clinical Endocannabinoid Deficiency Reconsidered https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  2. The Expanded Endocannabinoid System/Endocannabinoidome as a Potential Target for Treating Diabetes Mellitus https://link.springer.com
  3. Effects of anandamide administration on components of reward processing during free choice https://www.sciencedirect.com
  4. AM404 - an overview https://www.sciencedirect.com
  5. Anti-inflammatory effect of the endocannabinoid anandamide in experimental periodontitis and stress in the rat - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  6. The endocannabinoid system, anandamide and the regulation of mammalian cell apoptosis https://www.nature.com
  7. Control by the endogenous cannabinoid system of ras oncogene-dependent tumor growth https://faseb.onlinelibrary.wiley.com
  8. Genes may contribute to making some nations happier than others https://www.sciencedaily.com
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.