De nos jours, tout le monde connait les promesses thérapeutiques du cannabiol. Alors que l’engouement autour du cannabis médical continue de croître, le monde entier commence enfin à voir bon nombre de ses bienfaits sur la santé humaine. Parmi tous les organes vitaux du corps, c’est avec le cerveau que le cannabis interagit le plus.

Pour commencer, le système endocannabinoïde est très présent dans cette région du système nerveux. Une fois qu’un cannabinoïde tel que le CBD pénètre le corps, le cerveau est alors une des premières zones affectées.

De nombreuses études ont déjà exploré la manière dont le cannabidiol affecte les fonctions cérébrales, la plupart d’entre elles ont montré des résultats prometteurs et ont lancé d’autres recherches. Mais quelle est la manière exacte dont le CBD impacte le cerveau et plus globalement sa santé ? Cet article devrait expliquer tout ce qu’il faut savoir.

Comment Fonctionne Le Cerveau

Le rôle primaire du cerveau est de traiter toutes les informations envoyées dans le corps, puis de les redistribuer. C’est en quelque sorte un ordinateur central qui contrôle la mémoire, la cognition et les expériences.

  • Le cerveau comprend trois sections principales : le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral. Le cerveau est la section la plus grande, elle se trouve sur les parties extérieures. Elle est responsable de notre capacité à marcher, apprendre de nouvelles informations, parler, ressentir et lire.
  • Le cerveau possède deux hémisphères : la gauche et la droite. La première contrôle le côté droit de notre corps, la deuxième le côté gauche.

Chaque hémisphère est divisé en quatre lobes, nommément le lobe temporel, frontal, occipital et pariétal. Chacun possède des fonctions spécifiques qui contrôlent le raisonnement, la prise de décision, la personnalité, et l’odorat parmi tant d’autres.

Derrière le cerveau, on trouve le cervelet. Ses fonctions primaires sont principalement liées au mouvement. Il contrôle notre équilibre interne, notre contrôle musculaire fin (c.-à-d. tout ce qui implique une coordination œil-main), notre équilibre et le maintien de notre posture.

Dans la partie inférieure de l’ensemble, on trouve le tronc cérébral. Son principal objectif est de connecter le cerveau à la moelle épinière. Il contrôle aussi les fonctions basiques, telles que la respiration, la pression sanguine et le mouvement oculaire.

Le-CBD-Et-Son-Incroyable-Impact-Sur-Le-Cerveau

Les Récepteurs De Cannabinoïdes Dans Le Cerveau

Avant de plonger plus en profondeur au sein des récepteurs de cannabinoïdes présents dans notre cerveau, il est important de commencer par comprendre le système endocannabinoïde. Pour faire court, il joue un rôle modulateur de l’accès à l’homéostasie (ou équilibre interne) au sein du cerveau et du système nerveux central.

C’est là que les deux principaux récepteurs de cannabinoïde rentrent en jeu : les CB1 et CB2. Ces deux types de récepteurs sont répartis dans tout le corps, mais chacun se trouve en plus grande concentration que l’autre dans certaines parties.

Intéressons-nous d’abord aux récepteurs CB1. Une abondance de ces derniers se trouve dans notre système nerveux et particulièrement dans le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral. On trouve aussi des récepteurs CB1 dans les yeux, la rate et au sein des testicules. Certains cannabinoïdes, tels que le THC, ont une forte affinité avec les récepteurs CB1 du cerveau, ce qui donne lieu aux effets psychotropes associés au cannabis.

En ce qui concerne le CBD, il ne se lie pas au CB1 de manière traditionnelle. Au lieu de cela, il interagit avec les récepteurs non-cannabinoïdes[1] tels que le TRPV1. Les récepteurs TRPV1 modèrent la réponse du corps aux douleurs et inflammations. En cela, le CBD a potentiellement la capacité d’offrir un soulagement thérapeutique face aux douleurs.

Les récepteurs CB2, quant à eux, sont principalement localisés au sein des cellules immunitaires et ont pour rôle de moduler les fonctions immunitaires. C’est par le biais de ces récepteurs que le corps peut aider combattre les inflammations.

Le CBD Peut-Il Améliorer Les Fonctions Cérébrales ?

Alors, de quelle manière exactement le CBD influence-t-il les fonctions cérébrales ? Quels en sont les bénéfices ? « Fonctions cérébrales » est un terme vague qui regroupe beaucoup de choses. Alors, pour faire un peu plus simple, nous décomposerons le tout dans les catégories suivantes.

  • CBD Et Neurogenèse

La neurogenèse est un processus par lequel le cerveau forme de nouveaux neurones. Les neurones, aussi appelés cellules nerveuses, sont responsables de la réception des informations sensorielles et de l’envoi des commandes à nos muscles pour le mouvement. Ils sont aussi responsables de la transformation et du relai de tous les signaux électriques entre chaque processus.

Mais comment le CBD influence-t-il la neurogenèse ? Selon plusieurs théories, le cannabidiol a le potentiel d’augmenter la neurogenèse en modulant le système endocannabinoïde. Lors d’une étude de 2010[2], menée sur des souris, il fut découvert qu’un régime enrichi en CBD aidait à la survie des nouveaux neurones. Une étude de 2018[3], menée sur des souris chroniquement stressées, a découvert que le CBD augmentait la différenciation neuronale, un processus aussi appelé développement cellulaire.

Alors que d’autres études doivent être menées, les experts s’accordent sur le fait que le cannabidiol a potentiellement la capacité de booster l’énergie neurogénique.

Huile de CBD 15%
THC: 0.2%
CBD: 15%
CBD par goute: 7,5mg
Porteuse: Olive Oil

Acheter Huile de CBD 15%

  • CBD Et Stress Oxydatif

Lorsque votre corps produit plus de radicaux libres que d’antioxydants, alors vous faites face à un stress oxydatif. Les radicaux libres sont des molécules qui volent les électrons des autres cellules, ce qui finit par endommager le corps.

Trop de stress oxydatif peut accélérer le processus de vieillissement et pourrait aussi mener à des problèmes de santé sur le long terme, tels que le diabète, des maladies cardiaques et le cancer parmi d’autres.

La recherche montre que le CBD est perçu comme ayant un rôle dans la réduction des niveaux de stress oxydatif. Selon les découvertes d’une étude de 2008[4], le cannabidiol a le potentiel de bloquer les endotoxines qui provoquent le stress oxydatif.

Les maladies dégénératives telles que les maladies d’Alzheimer et de Parkinson sont aussi provoquées par le stress oxydatif. Mais comme de récentes études l’ont suggéré, le CBD a le potentiel d’apporter un soutien face à de telles maladies.

Selon une étude de 2011[5], il fut découvert que le cannabidiol protège des dégâts oxydatifs provoqués par les amphétamines. Étant donné son potentiel anti-inflammatoire, une étude de 2007[6] a découvert que le CBD atténue la neuro-inflammation provoquée par Alzheimer.

  • CBD Et Flux Sanguin Cérébral

Le flux sanguin est un facteur intégral d’un fonctionnement cérébral optimal et du vieillissement. Chez l’être humain, le flux sanguin cérébral[7] moyen est de 50 ml de sang pour 100 grammes de tissu cérébral par minute. Ces valeurs sont inférieures pour la substance blanche (20 ml pour 100 grammes par minute), mais sont supérieures pour la matière grise (80 ml pour 100 grammes par minute).

La recherche récente a découvert une connexion entre le cannabidiol et le flux sanguin cérébral. Une étude de 2020[8] publiée dans la revue Journal of Psychopharmacology a montré les possibles capacités du CBD à augmenter le flux sanguin vers l’hippocampe. L’hippocampe est la région du cerveau au sein du lobe temporel responsable de l’apprentissage et de la mémoire.

Les mécanismes exacts derrière ce processus n’ont pas été spécifiés dans l’étude susmentionnée. Cependant, il fut aussi découvert que le CBD pouvait potentiellement améliorer la manière dont le cerveau transforme les souvenirs des émotions.

L’étude a aussi noté que d’autres régions du cerveau n’ont pas connu cette même augmentation du flux sanguin cérébral. Cependant, il s’est prouvé existant dans l’hippocampe et cela entretient ainsi l’idée d’une possible fonction d’amélioration de la mémoire par le biais d’une consommation de cannabidiol.

  • CBD Et Effets Psychotropes

Les amoureux du cannabis connaissent les effets psychotropes du THC. Certains apprécient cette expérience, d’autres la trouvent surmenante.

L’anxiété et la paranoïa sont connues pour être les responsables du côté désagréable des effets du cannabis. À ce sujet, le cannabis est aussi perçu comme un moyen possible d’équilibrer le tout.

Selon une étude de 2015[9], le CBD peut potentiellement diminuer l’anxiété provoquée par le THC par le biais de son rôle en tant que modulateur allostérique négatif des récepteurs CB1. Cela signifie essentiellement que le CBD diminue la capacité du THC à produire des effets secondaires psychotropes en se liant aux CB1.

De plus, le CBD a été impliqué en tant que potentiel traitement d’appoint[10] pour le syndrome de stress post-traumatique et l'anxiété sociale[11] parmi d’autres troubles de l’anxiété en raison de son bon profil de salubrité et de sa nature non enivrante.ç

Si vous avez du mal à supporter les effets psychotropes du cannabis, essayez des variétés au ratio THC:CBD équilibré.

Récepteurs cannabinoïdes, opioïdes, de sérotonine et de dopamine

  • CBD Et Autres Composés Neurochimiques

Notre cerveau comprend de nombreux composés neurochimiques. Ces minuscules molécules organiques sont responsables de la modulation de plusieurs fonctions cérébrales. Il faudrait tout un article pour toutes les parcourir, alors nous nous concentrerons sur deux des plus intrigantes : la dopamine et l’anandamide.

Pour commencer, la dopamine est une hormone libérée durant des expériences gratifiantes, comme manger quelque chose de délicieux ou pendant un acte sexuel. La dopamine survient également avec la consommation de drogues[12] telles que la nicotine, la cocaïne et les amphétamines, ce qui les rend très addictifs.

Selon une recherche[13] publiée en 2017, la capacité innée du CBD à promouvoir l’homéostasie pourrait lui offrir un potentiel anti-addictif. Cette même étude a noté des découvertes sur la manière dont le cannabidiol était à même de réduire la consommation de nicotine ainsi que les symptômes de dépendance et de sevrage du cannabis.

L’anandamide est un autre composé neurochimique passionnant. Ce composé fut découvert par le Docteur Raphael Mechoulam et nommé d’après le terme Sanskrit pour « béatitude » alors que son impact sur la joie et le bien-être chez l’humain fut observé. On pense que cet endocannabinoïde joue des rôles[14] liés au plaisir, à l’apprentissage et à la mémoire pour ne citer qu’eux. Il est intéressant de noter que le CBD semble inhiber la recapture de l’anandamide et sa décomposition[15], ce qui augmente les niveaux de cet endocannabinoïde au sein du corps (pour potentiellement y produire des effets bénéfiques).

Le CBD Pour La Santé Cérébrale : Dispose-T-On De Suffisamment De Preuves ?

Le cerveau en lui-même est un organe complexe qui sert de multiples objectifs au sein du corps. Chacune de ces régions est connectée aux fonctions physiques, mentales et émotionnelles qui nous servent à nous mouvoir et fonctionner comme il se doit.

Alors que les années passent, de plus en plus d’études sont conduites sur le CBD dans ce domaine. Cependant, nous ne disposons toujours pas de suffisamment d’études cliniques exhaustives pouvant nous servir à tirer des conclusions définitives.

La plupart des découvertes tendent à prouver les effets positifs du cannabidiol sur la santé cérébrale. Certains aspects restent peu concluants, mais globalement, les résultats sont prometteurs. Au moins, le CBD ne semble pas endommager la santé ni le fonctionnement cérébral et il est bien toléré[16] par les humains.

Globalement, il y a un tas de raisons d’être optimiste au sujet de la relation entre le CBD et notre cerveau.

Sources Externes
  1. Cannabinoid Ligands Targeting TRP Channels https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  2. Cannabinoid receptor CB1 mediates baseline and activity-induced survival of new neurons in adult hippocampal neurogenesis https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  3. The anxiolytic effects of cannabidiol in chronically stressed mice are mediated by the endocannabinoid system: Role of neurogenesis and dendritic remodeling https://www.researchgate.net
  4. Neuroprotective effects of cannabidiol in endotoxin-induced uveitis: critical role of p38 MAPK activation - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  5. Effects of cannabidiol on amphetamine-induced oxidative stress generation in an animal model of mania - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  6. Cannabidiol in vivo blunts β-amyloid induced neuroinflammation by suppressing IL-1β and iNOS expression https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  7. Normal average value of cerebral blood flow in younger adults is 50 ml/100 g/min - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  8. SAGE Journals: Your gateway to world-class journal research https://journals.sagepub.com
  9. Cannabidiol is a negative allosteric modulator of the cannabinoid CB1 receptor - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  10. Cannabidiol in the Treatment of Post-Traumatic Stress Disorder: A Case Series https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  11. Frontiers | Anxiolytic Effects of Repeated Cannabidiol Treatment in Teenagers With Social Anxiety Disorders | Psychology https://www.frontiersin.org
  12. Dopamine | Psychology Wiki | Fandom https://psychology.wikia.org
  13. Cannabidiol for the Treatment of Drug Use Disorders - ScienceDirect https://www.sciencedirect.com
  14. General Chemistry Online: The Bliss Molecule https://antoine.frostburg.edu
  15. Cannabidiol enhances anandamide signaling and alleviates psychotic symptoms of schizophrenia https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  16. WHO Expert Committee on Drug Dependence Critical Review: Cannabidiol (CBD) https://www.who.int
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.