LE SYSTÈME ENDOCANNABINOÏDE

Avant de nous plonger dans le concept principal de cet article, nous devons d’abord examiner ses fondements. Lorsque le cannabis est consommé, certains objectifs personnels sont habituellement liés. Qu’il s’agisse d’essayer un joint pour mieux profiter d’un concert ou de fumer une douille pour faire face à un mal de tête, il y a toujours l’effet désiré que nous recherchons. La seule raison pour laquelle nous pouvons ressentir ces différents effets est que les composés chimiques du cannabis se lient et interagissent avec un système naturel à l’intérieur de notre corps connu sous le nom de système endocannabinoïde (SEC).

Les récepteurs cannabinoïdes se trouvent sur de nombreux sites dans le corps humain, principalement sous forme de récepteurs CB1 et CB2. Le CB1 se trouve principalement dans le cerveau et le système nerveux central. Il s’agit du récepteur responsable du déclenchement des effets psychoactifs associés notamment à la consommation de cannabis. Le THC se lie aux récepteurs CB1 comme une clé s’insère dans une serrure. Les récepteurs CB2, cependant, se trouvent principalement à l’extérieur du système nerveux dans le système immunitaire. Les récepteurs CB2 ne stimulent pas la psychoactivité.

Avant de penser que le corps humain a tout un système pour réagir au cannabis, parlons des cannabinoïdes endogènes. Ce sont ceux qui sont naturellement produits par notre corps. La raison pour laquelle les récepteurs et le système sont nommés en rapport à la plante de cannabis, c’est parce qu’ils ont été découverts en regardant comment le cannabis interagissait avec le corps humain. Ce n’est que plus tard qu’on a découvert que le corps produit ses propres cannabinoïdes, et c’est pourquoi nous avons un tel système.

Corps CB1 et CB2 Récepteurs Cannabinoïdes

DÉFICIENCE ENDOCANNABINOÏDE CLINIQUE

Ceci n’a pas encore été approuvé comme pathologie officielle, mais elle le sera probablement bientôt. La déficience endocannabinoïdes clinique (DECC) est impliquée dans un large spectre de maladies. Comme vous le savez maintenant, le système endocannabinoïde a des récepteurs dans tout le corps. L’une de ses principales fonctions est de maintenir le corps en état d’homéostasie. Cela se traduit par le maintien de l’équilibre. Avec des niveaux déséquilibrés de cannabinoïdes, notre corps ne réagit pas positivement. Un article de 2016 décrit l’existence de cette maladie, et nous en entendrons probablement parler davantage à l’avenir.

Étant donné ce que le système endocannabinoïde est capable d’accomplir dans notre corps, il convient de souligner que les phytocannabinoïdes (cannabinoïdes trouvés à l’extérieur du corps humain) peuvent jouer un rôle dans le traitement ou la réduction des symptômes de nombreuses pathologies.

En résumé, une définition courte et précise du DECC serait toute condition ou maladie qui découle d’un manque de cannabinoïdes dans le corps. Bien que notre corps soit très bon pour la production d’endocannabinoïdes, il existe plusieurs personnes dont les niveaux ne sont pas idéaux et qui peuvent en souffrir. Examinons plus en profondeur les conditions actuellement liées à un déficit endocannabinoïde.

Homéostasie Fitocannabinoïdes Et Endocannabinoïdes

MIGRAINES

Les humains ont des migraines depuis longtemps. Mais parce que ce n’est pas une maladie mortelle, les gens prennent habituellement une aspirine et laissent le temps résoudre le problème. Cette situation a entraîné un manque criant de recherches scientifiques sur la maladie. Il y a encore beaucoup de choses que nous ne comprenons pas au sujet des migraines. Bien que nous sachions qu’elle est corrélée à une augmentation des taux de sérotonine dans le cerveau, nous savons aussi que la corrélation ne signifie pas qu’il y a causalité.

L’anandamide endocannabinoïde, avec ses effets significatifs sur la régulation de la douleur et la transmission de la sérotonine, aidera activement les personnes souffrant de migraine. Le THC imite la forme de l’anandamide et peut donc reproduire ses effets thérapeutiques. Le seul inconvénient c’est qu’on dit que le THC aggrave le problème à faibles doses. Ce n’est qu’avec un apport plus important qu’il y aura des avantages supposés.

SYNDROME DE L’INTESTIN IRRITABLE (SII)

Le SII est une pathologie associée aux crampes abdominales, aux ballonnements et à la diarrhée. C’est aussi lié à une déficience en endocannabinoïdes. Non seulement on a découvert que la sérotonine influe sur l’affection, mais les récepteurs cannabinoïdes dans l’intestin sont également réputés pour aider à contrôler l’inflammation et l’hypersensibilité. La sérotonine ralentit la motilité intestinale, ce qui peut aider à contrôler les spasmes intestinaux.

Bien que des corrélations entre le cannabis et le soulagement des symptômes du SII aient été mises en cause, il est absolument nécessaire d’obtenir plus d’information avant de pouvoir formuler des théories concluantes. D’autant plus que, dans certains cas, la consommation de cannabis et l’augmentation de la sérotonine ont déclenché des symptômes du SII chez certains individus. Les essais cliniques à grande échelle révéleront probablement d’autres réponses à l’avenir.

FIBROMYALGIE

Ce dernier trouble est un trouble neuropsychiatrique qui cause de la douleur et est également lié à la sérotonine. Actuellement, là où c’est légal, le cannabis est déjà prescrit comme médicament contre la fibromyalgie. C’est l’une des maladies dans lesquelles il y a effectivement une quantité décente de recherche scientifique, bien qu’il en faille toujours plus. Dans des articles de 2008 et de 2011, des chercheurs ont constaté une amélioration significative de la douleur et de l’anxiété.

COMMENT LE CBD PEUT-IL AIDER ?

Contrairement au THC, le CBD ne se lie pas directement aux récepteurs cannabinoïdes. Au lieu de ça, l’une de ses fonctions principales est de supprimer la libération de l’hydrolase des amides d’acide gras (FAAH). Cette enzyme décompose l’anandamide, un de nos cannabinoïdes endogènes. Cela signifie qu’en supprimant la FAAH, le CBD ** « améliorera la tonicité endocannabinoïde » et induira des bienfaits médicinaux.

Comme vous le savez maintenant, pour des maladies comme la migraine, l’anandamide joue un rôle très important. Le THC imite sa forme et pourrait donc donner des résultats similaires. Le CBD gagne beaucoup d’intérêt en tant qu’anti-inflammatoire, anxiolytique et analgésique puissant, mais il n’y a toujours pas de réponse définitive à savoir si le CBD peut soulager les migraines avec le même succès anecdotique que les médicaments riches en THC.

Toutes les pathologies ci-dessus ont des éléments en commun. Souvent, les personnes atteintes de l’une de ces maladies présentent également des symptômes d’autres maladies liées. C’est ce qui est si intéressant au sujet de la déficience endocannabinoïde clinique ; beaucoup de patients de SII rapporteront également des symptômes de migraines, et une majorité de personnes souffrant de fibromyalgie montrent également des traces de SII. C’est ce qui a conduit à l’hypothèse qu’ils sont tous des manifestations de la même pathologie. Ce n’est qu’avec de plus amples recherches que nous pourrons trouver les réponses à la déficience endocannabinoïde clinique et apporter aux gens le soulagement qu’ils espèrent tant.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander