-20 % sur l'Huile au CBD avec le code CBD20

By Luke Sumpter


Que devez-vous savoir sur le cannabis et le diabète ? Peut-il faire baisser la glycémie ? Les personnes souffrant de diabète peuvent-elles en fumer ? Les comestibles sans sucre sont-ils une meilleure option ? Ci-dessous, nous allons nous plonger dans ces questions et plus encore. Tout d’abord, nous examinerons le diabète dans son ensemble et la façon dont il affecte le corps. Ensuite, nous examinerons les recherches existantes sur l’impact du cannabis sur cette maladie.

Qu’est-ce que le diabète ?

Sans carburant, votre voiture ne sortirait pas de l’allée, et sans glucides, votre corps ne sortirait pas du lit le matin (le corps peut fonctionner assez efficacement à partir de lipides et de cétones, mais c’est une tout autre histoire). Chaque fois que nous consommons des aliments contenant des glucides, notre corps décompose efficacement tout ça en molécules de glucose facilement assimilables et les transporte dans nos cellules comme source d’énergie vitale.

Notre corps s’appuie sur le pancréas (un organe situé juste derrière l’estomac) pour mener à bien ce processus. Cette glande sécrète l’insuline (une hormone) en réponse au glucose. Cette molécule fonctionne comme une « clé » pour les cellules : elle extrait le glucose de la circulation sanguine et le transfère dans diverses cellules de l’organisme.

Dans des circonstances normales, ce processus permet à nos cellules de conserver leur énergie et de réguler notre glycémie dans le sang. Toutefois, les choses se gâtent dans le contexte du diabète qui est une maladie chronique qui fait que l’organisme ne produit pas assez d’insuline ou ne peut pas utiliser correctement celle qu’il produit. En conséquence, des taux élevés de glucose restent bloqués dans la circulation sanguine. À court terme, cela se traduit par des symptômes comme des mictions fréquentes et une soif accrue, mais à long terme, le diabète peut contribuer à des problèmes de santé plus graves comme des maladies cardiaques et des lésions rénales.

Plus de 500 millions d’adultes[1] dans le monde vivent avec le diabète et les projections estiment que ce chiffre atteindra presque 800 millions d’ici 2045 : cette maladie pose un problème de santé mondial important. Il existe deux types de diabète qui touchent cette population et voici leurs différences.

Diabète de type 1

Le diabète de type 1 provient d’une maladie génétique plutôt que de facteurs liés au mode de vie. Pour cette raison, le type 1 se manifeste généralement plus tôt dans la vie. En tant que maladie auto-immune, il est causé par des parties du système immunitaire qui attaquent les cellules productrices d’insuline dans le pancréas.

À la suite de ces dommages auto-infligés, le pancréas n’a plus la capacité de produire de l’insuline et ne peut plus répondre de manière appropriée au glucose dans le sang. Les scientifiques ne comprennent toujours pas complètement ce qui pousse l’organisme à commettre cette agression physiologique contre lui-même et il n’existe actuellement aucun remède. Les personnes atteintes de diabète de type 1 prennent de l’insuline pour aider à contrôler leur glycémie.

Diabète de type 2

Alors que seulement 8 % des patients diabétiques sont affectés par le type 1, le type 2 concerne la grande majorité[2]. Bien que des facteurs génétiques puissent accroître le risque de développer un diabète de type 2, des facteurs liés au mode de vie (comme l’obésité) peuvent augmenter considérablement les chances de développer ce type de diabète : le tissu adipeux (graisse) rend les cellules du corps moins sensibles à l’insuline.

Ce type de diabète commence par un état connu sous le nom de résistance à l’insuline. Dans cette situation, les muscles, le foie et les cellules graisseuses ne répondent pas bien à l’insuline, ce qui signifie que des taux élevés de glucose restent dans le sang. Le pancréas doit alors augmenter sa production d’insuline pour tenter de stocker l’excès de glucose. Au fil du temps, cette activité accrue épuise le pancréas qui peine à produire l’hormone essentielle. Bien qu’il n’existe aucun remède, on utilise les médicaments, le sport, le régime alimentaire et l’insuline pour gérer cette forme de la maladie.

Qu’est-ce que le diabète ?

Comment le diabète affecte-t-il l’organisme ?

Le diabète affecte l’organisme de nombreuses manières. Les symptômes peuvent être divisés en symptômes aigus (à court terme) et chroniques (à long terme). Examinons d’abord les symptômes aigus du diabète :

Soif accrue Faim extrême
Miction fréquente Perte de poids inexpliquée
Irritabilité Fatigue
Vision floue

Au fil du temps, le diabète peut entraîner des symptômes et des complications chroniques comme :

Maladies cardiaques Lésions nerveuses
Lésions rénales Lésions oculaires
Atteinte des membres menant à l’amputation Problèmes de peau
roblèmes auditifs Maladie d’Alzheimer
Dépression

Le cannabis et le diabète

Ces dernières années, le cannabis a commencé à sortir de son statut de substance diabolisée pour devenir un sujet à fort intérêt pour les chercheurs dans le domaine médical. Il y a plusieurs décennies, les chercheurs ont découvert le système endocannabinoïde (SEC) en étudiant les composés de cette plante fascinante. Ce faisant, ils ont partiellement ouvert la voie spécifique par laquelle certains constituants de la plante sont capables d’influencer la physiologie humaine.

De nos jours, les chercheurs testent les cannabinoïdes (molécules qui interagissent avec le système endocannabinoïde) sur un grand nombre de maladies différentes, dont le diabète. Avant d’examiner certaines recherches sur ce sujet, nous devons d’abord décrypter ce qu’est le SEC. En savoir un peu plus sur ce système vous aidera à mieux comprendre la relation entre le cannabis et le diabète.

Le rôle du système endocannabinoïde avec le diabète

Connu comme le « régulateur universel » du corps humain, le SEC contribue à maintenir l’équilibre de tous nos systèmes physiologiques. Ce système régit le déclenchement neurochimique dans le cerveau, supervise la croissance et la dégradation des os, contribue à l’équilibre énergétique et réside même dans la peau pour assurer un renouvellement adéquat des cellules. Le SEC se compose d’une série de récepteurs, de molécules de signalisation qui se lient à ces récepteurs et d’enzymes qui créent et détruisent les molécules de signalisation. Où que vous regardiez dans le corps, vous trouverez le SEC agissant comme une sorte de régulateur du trafic qui veille à ce que tout se passe bien.

Cependant, le SEC ne fonctionne pas toujours parfaitement. Divers facteurs, tels que la génétique et l’alimentation, peuvent entraîner un dysfonctionnement de ce système. Comme il joue un rôle essentiel dans la médiation d’autres systèmes et processus, les choses peuvent vite tourner au vinaigre lorsqu’il faiblit. Une théorie émergente connue sous le nom de carence en endocannabinoïde clinique suggère qu’un dysfonctionnement du système endocannabinoïde peut entraîner des troubles tels que la migraine, le syndrome du côlon irritable et la fibromyalgie.

Il semble que le système endocannabinoïde joue également un rôle dans les processus qui influencent la physiopathologie du diabète. Il est impliqué[3] dans la régulation du poids corporel, de l’alimentation, de l’hyperglycémie (taux élevé de sucre dans le sang), de la résistance à l’insuline et de la dyslipidémie (déséquilibre des lipides tels que le cholestérol).

L’implication du SEC dans ces processus en fait un candidat potentiel pour le traitement et la prévention du diabète. Il se trouve que les cannabinoïdes présents dans le cannabis (phytocannabinoïdes) ont une structure similaire à ceux que l’on trouve dans notre corps (endocannabinoïdes), ce qui signifie qu’ils pourraient être utilisés pour cibler ce système.

De ce fait, examinons ce que dit la recherche sur le cannabis, les cannabinoïdes et le diabète.

Association entre la consommation de cannabis et le diabète

Le cannabis peut-il aider à gérer, voire à prévenir du diabète ? Nous n’avons pas encore les réponses à ces questions cruciales en raison du manque d’essais contrôlés sur l’humain. Cependant, les données épidémiologiques ont contribué à dresser un tableau de ce que le cannabis pourrait faire pour les personnes vivant avec le diabète.

Une étude de 2013[4] publiée dans The American Journal of Medicine examine comment la consommation régulière de cannabis affecte certaines des variables de santé associées au contrôle du diabète. Sur la base d’une enquête menée auprès de 4 657 patients, les données autodéclarées montrent que les consommateurs de cannabis présentaient des taux d’insuline à jeun nettement inférieurs et une probabilité moindre de résistance à l’insuline par rapport aux non-consommateurs. Les chercheurs ont également noté des niveaux glycémiques plus faibles et un tour de taille plus bas chez les consommateurs passés et actuels.

La même étude souligne que des études antérieures ont également constaté des taux plus faibles d’obésité et de diabète chez les consommateurs de cannabis, ce qui suggère que les cannabinoïdes pourraient manipuler les processus métaboliques de manière favorable.

Bien que des essais contrôlés sur l’humain n’aient pas confirmé ces résultats, des études précliniques ont cherché à déterminer si les composants du cannabis pouvaient aider à gérer les symptômes du diabète et à prévenir cette maladie. Le cannabis contient plus de 100 cannabinoïdes et deux d’entre eux se sont démarqués dans la recherche sur le diabète.

En tant qu’homologue du THC, la tétrahydrocannabivarine (THCV) a une structure moléculaire similaire à celle du principal cannabinoïde psychotrope. Cependant, la présence d’une chaîne latérale à 3 atomes de carbone (au lieu de la chaîne latérale à 5 atomes de carbone attachée au THC) signifie que le THCV produit des effets différents dans le corps. Le THCV est un agoniste sélectif des récepteurs CB1 du SEC, mais ne produit un effet psychotrope[5] qu’à des doses plus élevées. Les premières recherches sur animaux[6] centrées sur le cannabinoïde ont cherché à déterminer comment le THCV influence l’appétit, le métabolisme énergétique, la perte de poids et la gestion du diabète de type 2.

Le CBD et le diabète

Le CBD est également l’un des cannabinoïdes les plus prometteurs en matière de recherche sur le diabète. Contrairement au THC et au THCV, le CBD ne produit pas d’effet psychotrope, quelle que soit la dose, ce qui le rend plus adapté à un plus grand nombre de patients.

L’inflammation joue un rôle important dans le diabète et les recherches futures visent à étudier plus en profondeur ces voies[7]. Une batterie d’études précliniques a jusqu’à présent opposé le cannabinoïde à des modèles de diabète afin d’évaluer s’il réduit l’incidence[8], prodigue des effets neuroprotecteurs[9] ou aide à éloigner[10] l’auto-immunité associée au diabète de type 1. Une étude de 2015[11] réalisée à l’Université hébraïque de Jérusalem a évalué le potentiel anti-inflammatoire du CBD. Leurs résultats suggèrent que les recherches futures devraient s’efforcer de voir si et comment le CBD a un impact sur le diabète et le métabolisme par ses effets sur la réponse immunitaire.

Risques de la consommation de cannabis chez les personnes souffrant de diabète

Les personnes souffrant de diabète peuvent-elles fumer du cannabis ? Les premiers résultats épidémiologiques dressent un tableau positif, mais il y a des risques. Pour commencer, toute personne qui consomme du cannabis sait qu’il ouvre l’appétit et pousse souvent les gens à rechercher des aliments riches en sucre. De plus, toutes les découvertes n’ont pas donné des résultats optimistes. Un examen de 2020[12] des données disponibles a associé la consommation de cannabis à de mauvais comportements d’autogestion chez les personnes atteintes de diabète de type 1 et à un risque accru d’occlusion artérielle périphérique, de crise cardiaque et de maladies rénales chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

En ce qui concerne le CBD, des rapports de cas ont montré que le cannabinoïde ne semble pas causer de dommages ou aggraver le contrôle du diabète. Cependant, la prise de CBD en même temps que la metformine, un médicament contre le diabète, pourrait augmenter le risque de **maux d’estomac[13].

Les comestibles pour les personnes souffrant de diabète

Qu’en est-il des comestibles pour le diabète ? Bien que les produits comestibles sans sucre ne soient pas nécessairement destinés aux personnes souffrant de diabète, ils sont plus susceptibles de les intéresser. Lorsqu’ils grignotent, de nombreux patients diabétiques optent pour des aliments à faible indice glycémique (IG) afin d’en éviter une augmentation. Heureusement pour eux, une gamme de comestibles sans sucre est disponible dans les régions légales comme des crackers, du chocolat, des bonbons, du café et du thé.

L’avenir du cannabis et du diabète

Les preuves précliniques existantes sont prometteuses. Cependant, des essais sur l’humain étroitement contrôlés sont nécessaires pour confirmer la façon dont le cannabis affecte l’insuline, la glycémie, l’appétit, le poids corporel et d’autres marqueurs biologiques associés au diabète.

De plus, les chercheurs ont à peine effleuré la surface lorsqu’il s’agit de tester les constituants des cannabinoïdes sur des modèles de la maladie. De ce fait, toute personne souffrant de diabète qui souhaite continuer à consommer du cannabis ou l’intégrer dans sa vie doit consulter un professionnel de la santé pour obtenir des conseils sur la manière la plus sûre de le faire.

Sources Externes
  1. Diabetes https://www.who.int
  2. Efficacy and Safety of Cannabidiol and Tetrahydrocannabivarin on Glycemic and Lipid Parameters in Patients With Type 2 Diabetes http://care.diabetesjournals.org
  3. The Role of Cannabis and Cannabinoids in Diabetes https://www.researchgate.net
  4. Novel Study Reports Marijuana Users Have Better Blood Sugar Control https://realmofcaring.org
  5. Cannabinoid Pharmacology https://www.sciencedirect.com
  6. Δ9-Tetrahydrocannabivarin (THCV): a commentary on potential therapeutic benefit for the management of obesity and diabetes | Journal of Cannabis Research | Full Text https://jcannabisresearch.biomedcentral.com
  7. The Role of Inflammation in Diabetes: Current Concepts and Future Perspectives - PMC https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  8. Cannabidiol lowers incidence of diabetes in non-obese diabetic mice https://www.tandfonline.com
  9. Neuroprotective and Blood-Retinal Barrier-Preserving Effects of Cannabidiol in Experimental Diabetes https://www.sciencedirect.com
  10. Cannabidiol arrests onset of autoimmune diabetes in NOD mice https://www.sciencedirect.com
  11. CBD compound in cannabis could treat diabetes, researchers suggest - Diabetes https://www.diabetes.co.uk
  12. The effects of recreational cannabis use on glycemic outcomes and self-management behaviours in people with type 1 and type 2 diabetes: a rapid review - PMC https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  13. CBD and other medications: Proceed with caution - Harvard Health https://www.health.harvard.edu
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.