Le cannabis à été utilisé comme médicament durant des milliers d’années. Malgré ça il est rentré dans une période de stigmatisation durant le 20e siècle. Qu’est-t-il arrivé en salle de réunion ? Cette herbe était déjà documentée dans les livres de médecine Chinoise comme guérissant un peu tout avant de rencontrer la science moderne. Elle rencontra également la politique. Et naturellement rencontra quelques ennemis religieux. Et comme s’il n’y avait pas assez de problèmes, deux guerres mondiales entrèrent dans l’équation.

Il y exista plusieurs substances condamnées dans l’histoire de l’humanité. Avec quelques exceptions comme l’inquisition Espagnole et l’holocauste Nazi, la légalisation fut une guerre avec peu d’autres analogies. Les souffrances causées ne font que surgir aujourd’hui. Un débat actuel pointe le bout de son nez en ce moment au Canada ? D’un point de vue fédéral. Le gouvernement refuse l’amnistie des casiers judiciaires des « criminels » arrêtés pour une drogue illégale qui ne l'est plus aujourd’hui.

En d’autres mots ce n’était pas juste l'utilisation, la possession ou la culture du cannabis qui étaient dangereuses pendant les 100 dernières années. Globalement dans le monde, c’était juste y être associé. Cela comprenait toute personne souhaitant l’étudier. Y compris la recherche médicale.

Ce n’est pas comme si cette chasse aux sorcières pouvait se développer partout. Et dans ce bordel arriva Raphael Mechoulam. Il est aujourd’hui reconnu pour plusieurs choses. Il est le « Découvreur du THC » et possède également le surnom de « Père du système endocannabinoïde »

Dans le monde moderne, certains titres sont bien mérités. Pratiquement tout seul, cet ordinaire scientifique immigré Israélien voulut garder le cannabis connu. Ce ne fut pas qu’une aventure solitaire. Les études documentées de Mechoulam et d’autres devinrent le début d’un changement politique. Ce tournant aida Mechoulam. Cependant, contre vents et marrés il réussit à faire face à des enjeux qui laissèrent plus d’une personne perplexe. Tout ça au nom de la science. Cette histoire de petits défis quotidiens est devenue une légende. Et son parallèle avec l’holocauste n’est pas fortuite.

THC CBD recherche Raphael Mechoulam

LE DÉBUT D’UNE AVENTURE

Mechoulam est un enfant survivant de l’holocauste. Comme beaucoup de famille, ils immigrèrent d’Europe vers Israël après la deuxième guerre mondiale. Sur sa route, ce fils de docteur choisie d’intégrer des cours de biochimie dans plusieurs pays. Il commença par étudier la pharmacologie des cannabinoïdes à un moment où il devait encore aller chercher ses échantillons au poste de police. En 1963, jeune chercheur, il isola le CBD. En 1964 ce fut au tour du THC.

De part cela, Mechoulam défia les attaques politiques par des résultats. Ce ne fut pourtant pas facile mais ses découvertes continuaient de tomber. La découverte du système endocannabinoïde arriva 20 ans plus tard. Au début du XXIe siècle le travail de Mechoulam était devenu un nouveau de sujet de conversation.

Comment il réussit ce tour de force est une autre histoire. Pratiquement tout seul (avec quelques exceptions au Canada) il était l’unique chercheur bénéficiaire de fonds provenant des USA pour la recherche sur les cannabinoïdes. Avec ses fonds et son implantation dans l’establishment scientifique, Mechoulam était le mieux placé pour mener la charge. Et il s'est concentré sur la science pure.

Son travail permis d’avancer en terrain vierge. Et son équipe de tenir ses promesses à un moment où il était plus propice pour un nouveau discours.
Comme ses nouveaux travaux sur le système endocannabinoïde commençaient à se propager, la politique mondiale commençait à changer. Aux États Unis, les états de l’Ouest contestèrent les lois fédérales. En Europe l’intensité de la guerre contre les drogues commençait à décliner.

La culture des coffeeshops Hollandais joua aussi un rôle important. Avec une législation un peu floue autour de cette drogue, la culture des graines au Pays-Bas développa de façon moitié commerciale des laboratoires de graines comme nul part ailleurs. Les travaux de Mechoulam intéressèrent l’armée Israélienne. Avec au début quelques groupes puis un peu plus de soldats Israéliens furent exposé au cannabis. La plupart des travaux au début furent consacrés aux traumatismes crâniens et aux troubles de stress post-traumatique. Tout cela venait des études de Mechoulam. Et tout ce cannabis venait de Hollande.

En 2008, le gouvernement Israélien commença à intégrer le cannabis dans le circuit courant de la médecine militaire. Cela veut dire également à la vue de la population aussi. Ce système mis en place était le début d’une réforme en cours. Les docteurs spécialisés en cannabis prenaient tous leurs ordres d’après les travaux de Mechoulam.

Recherche de cannabis du gouvernement israélien

LIEN DU PASSE, OBJECTIFS DU FUTUR

L’approvisionnement des recherches Israéliennes en cannabis Hollandais à aussi eu un impact en Europe. Cela commença dans le milieu universitaire. Par conséquence, les travaux de Mechoulam s’infiltrèrent sur le continent bien avant le début du siècle.

L’influence de Mechoulam émergea au Royaume-Uni en 1998. « GW Pharmaceuticals » reçu plusieurs licences de la part du gouvernement cette année là pour se concentrer sur les médicaments à base de cannabinoïdes.
Le gouvernement Allemand commença aussi à aller dans cette direction. Grace aux nombreux liens qui encouragent Israël et l’Allemagne pour des raisons historiques. L’influence de Mechoulam en Allemagne, est en fait tellement grande que le gouvernement à approuvé les recherches scientifiques de cet ancien réfugié. Même avant la légalisation de l’usage thérapeutique effective plus tôt cette année, la recherche Allemande trouva sa route en finançant des travaux sur les cannabinoïdes. Et quelques trouvailles secrètes sur le sujet.

Cela faisait un bout de temps que le gouvernement Allemand soutenait que le cannabis n’avait pas de vertu thérapeutique. C’est cette même Allemagne « foyer de thèses » qui disait que le cannabis « provoquait » la schizophrénie.

Le changement du tout au tout est impressionnant, et subitement grâce au travail de Mechoulam. Étonnamment, ce fut le cas pendant longtemps. Un exemple ? L’université de Dortmund vient tout juste de répliqué des cannabinoïdes à partir de levures. Cette université de la Ruhr, est au milieu de nul part. Toutefois elle a aussi été la bénéficiaire de financement du gouvernement pour produire des cannabinoïdes.

Et tout ça arriva grâce au travail d’un seul homme.

ET APRÈS ?

Mechoulam est toujours à l’avant garde de sur les applications des cannabinoïdes. Son travail est de plus en plus utilisé comme une référence mondiale. Cela commence par l’impact des cannabinoïdes sur les enfants. L’application direct de son travail fait changer les lois locales autours du monde, particulièrement en Europe et les pays de « l’Ouest »

Ce qui serait encore plus intéressant serait l’intégration de ces informations encore une fois à la médecine orientale si la technologie ne le peut transmettre.

L’ironie ici, est que le travail de Mechoulam bien que bénéfique hissa la compréhension du monde occidental à la hauteur de la médecine Chinoise. Un socle commun fascinant à venir quand ces deux médecines se connecteront.

En fait, les 5 points d’acuponcture de la médecine Chinoise stimulent aussi des zones du corps qui peuvent jouer sur le système endocannabinoïde.
Ajouter à cela le s connaissances du cannabis thérapeutique qui comme les autres avance à grand pas et les résultats sont profonds. Tellement, qu’ils étaient déjà connu des Chinois il y à des milliers d’années.

Ce qui va se passer comme conséquences des travaux de Mechoulam est que l’Est va rejoindre l’Ouest. Avec de nouvelles bases de données, d’analyses dont le Big Data, beaucoup de questions qui restent encore en suspend sur les cannabinoïdes vont se révéler.

Cela comporte des bases de données dont le langage est juste la science.

Cultivation à l'intérieur du cannabis

L’INTERRUPTEUR PRINCIPAL DU CORPS ?

Il existe beaucoup de preuves que le système endocannabinoïde est l’interrupteur principal du corps humain. Tout cela d’après les travaux de Mechoulam. Et toutes ces connaissances sont fondamentales pour la santé de l’Homme. Par rapport à où et comment on appuie sur une zone, par exemple les cannabinoïdes peuvent susciter ou supprimer la faim. Ils peuvent aussi arrêter la douleur, la dépression et la spasticité. Ils aident le corps à combattre les infections et les inflammations.

Mais ils ne « suppriment » pas les impulsions respiratoires - comme les opiacés. Si la compréhension scientifique pouvait être schématisée de la même manière en base de données cela transcenderait le langage humain, et qui sait ce qu’il pourrait en sortir. Les caractères chinois ou annglais ou hébreux se mélangeraient dans une base de donnée chiffrée.

D'après les propres mots des Israéliens, le travail de Mechoulam pourrait être révolutionnaire. Cela ne fait pas que changer la médecine moderne mais aussi des gouvernements. En commençant par les politiques d’Israël. Encore plus loin bien sur, la pugnacité de Mechoulam est en train de changer l’histoire du monde.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander