Le CBDA (acide cannabidiolique) est un acide cannabinoïde produit par le cannabis. Il est l’une des nombreuses molécules dérivées du cannabis à être testées scientifiquement pour leurs caractéristiques et leur potentiel thérapeutique. La recherche n’en est qu’à ses débuts, mais des études sur des cellules et sur des animaux ont donné lieu à des résultats prometteurs.

Explorons le CBDA et plongeons-nous plus profond dans son potentiel thérapeutique.

QUE SONT LES CANNABINOÏDES ?

Les cannabinoïdes regroupent une classe de composés chimiques qui interagissent avec les récepteurs de cannabinoïdes. Ces récepteurs se trouvent dans tout le corps humain au sein de nombreux types de cellules. Les récepteurs CB1 sont principalement localisés dans le système nerveux central, alors que les récepteurs CB2 se trouvent principalement au sein du système immunitaire. Ces sites composent ce que l’on appelle le système endocannabinoïde (SEC), c’est un système régulateur qui aide à maintenir une certaine harmonie parmi d’autres systèmes du corps.

Le corps humain synthétise ses propres cannabinoïdes (on parlera ici d’endocannabinoïdes). Ces molécules (l’anandamide et le 2-AG) font office de neurotransmetteurs au sein du SEC. Les plants de cannabis créent une autre classe de cannabinoïdes. Connus sous le nom de phytocannabinoïdes, nombres de ces composés chimiques interagissent avec notre SEC et produisent des effets distincts. Ils peuvent atteindre ces effets, car ils partagent une structure similaire aux endocannabinoïdes, ils en imitent essentiellement le rôle au sein du corps.

Les scientifiques ont identifié plus de 100 phytocannabinoïdes, beaucoup d’entre eux exhibent un potentiel médical même si ce dernier reste incertain. De plus, les cannabinoïdes n’interagissent pas uniquement avec le SEC. En fait, certains d’entre eux ont une très faible affinité pour les sites récepteurs CB1 et CB2, exerçant plutôt leurs effets en s’interfaçant avec d’autres cibles moléculaires telles que les récepteurs de la sérotonine, les canaux potentiels du récepteur transitoire, le récepteur GPR55, etc.

CBDA : UN ACIDE CANNABINOÏDE

LE CBDA est l’un des composés les plus abondants du chanvre industriel[1]. En terme technique, le CBDA n’est pas un cannabinoïde, c’est un acide cannabinoïde. Il trouve ses origines dans le cannabis en tant que molécule précurseure CBGA (acide cannabigérolique). L’enzyme CBDA synthase catalyse une réaction qui convertit le CBGA en CBDA.

Bien que le CBDA soit un composé primaire des fleurs riches en CBD, le processus de vaporisation, de fumée ou de cuisson change cette molécule pour la transformer en cannabinoïde CBD actif. De ce fait, le CBDA est un précurseur non-psychotrope du CBD (cannabidiol). Lors de l’exposition à la chaleur, un groupe carboxyle est retiré de la molécule CBDA, c’est un processus que l’on nomme décarboxylation. Cela donne lieu à la conversion du CBDA en CBD. De ce fait, le CBDA n’est disponible que sous la forme d’extraits ou autres préparations n’ayant pas été exposées à une chaleur significative. Une autre source de CBDA est le jus de fleurs ou de feuilles cannabis crues.

RECHERCHES ACTUELLES SUR LE CBDA

Maintenant que nous en savons un peu plus sur le CBDA, explorons certaines des découvertes scientifiques qui l’entourent.

CBDA ET INFLAMMATION

Le CBDA aide à réduire l’inflammation liée à certaines maladies en bloquant les enzymes qui catalyse la réaction. L’acide cannabinoïde inhibe les enzymes COX-2, ces mêmes protéines qui sont ciblées par les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Une étude publiée dans la revue Drug Metabolism And Disposition a exploré la structure moléculaire du CBDA[2]. Cette étude a découvert que l’acide carboxylique de cette molécule (la partie qui disparaît lors de la décarboxylation) lui permettait de bloquer sélectivement les enzymes COX-2. Ce trait permet au CBDA d’offrir des effets similaires à ceux des AINS. De ce fait, l’acide cannabinoïde pourrait aider à soulager des inflammations et des douleurs.

CURRENT RESEARCH ON CBDA

LE CBDA RÉDUIT LES NAUSÉES LORS D’ÉTUDES SUR L’ANIMAL

Il a été démontré que THC et le CBD réduisaient les nausées et les vomissements provoqués par la chimiothérapie[3], ce mécanisme peut aider à améliorer la qualité de vie des patients atteints de cancer. Le CBDA pourrait un jour se joindre à ses cannabinoïdes et être administré dans cet objectif.

Un article publié dans le British Journal of Pharmacology a testé les effets anti-nausées du CBDA[4] sur des musaraignes et des rats. Le CBDA s’est révélé bien plus puissants dans la prévention des vomissements chez les musaraignes et des nausées chez les rats que le CBD. L’acide cannabinoïde atteint ses effets en augmentant l’activité des récepteurs de sérotonine.

LE POTENTIEL ANTI-ÉPILEPTIQUE DU CBDA

Un des effets les plus étudiés du CBD est sa capacité à réduire les crises d’épilepsie[5] associées à des formes d’épilepsie résistantes aux traitements tels que le syndrome de Dravet et de Lennox-Gastaut. En effet, la FDA a approuvé le CBD de synthèse comme traitement de ces deux syndromes. Les tests sur l’humain et de célèbres témoignages de son succès ont permis d’attirer une attention significative sur ce cannabinoïde.

Le CBDA a lui aussi montré une activité antiépileptique[6]. Une recherche publiée dans la revue Frontiers in Integrative Neuroscience confirme que le CBDA atteint ces effets en interfaçant avec les récepteurs de sérotonine. Il est intéressant de noter que le CBDA se lie aux récepteurs de sérotonine 5-HT1A avec une affinité 100 fois supérieure à celle du CBD.

LE CBD RÉDUIT LA PROPAGATION DU CANCER DANS DES ÉTUDES SUR DES CELLULES

Les cannabinoïdes ne sont en aucun cas des remèdes contre le cancer, mais certaines molécules semblent tout de même exercer des effets bénéfiques sur la propagation de la maladie et le CBDA n’est pas le premier cannabinoïde à montrer cette promesse. Un article publié dans la revue Toxicology Letters documente une étude ayant enquêté sur les effets du CBDA sur des cellules de cancer du sein humaines[7] hautement invasives.

PLUS D’ÉTUDES CLINIQUES

Bien que les résultats soient excitants, ils ne reflètent pas nécessairement les actions du CBDA sur le corps humain. Des études cliniques de haute qualité sont nécessaires afin de mieux élucider de quoi est réellement capable cette acide cannabinoïde. Cela dit, il serait irresponsable de dire que le CBDA n’a aucun potentiel. Au contraire, il semble que le futur de ce cannabinoïde soit aussi brillant qu’encourageant.

Sources Externes
  1. Cannabidiolic‐acid synthase, the chemotype‐determining enzyme in the fiber‐type Cannabis sativa https://febs.onlinelibrary.wiley.com
  2. Cannabidiolic acid as a selective cyclooxygenase-2 inhibitory component in cannabis. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  3. 1805TiPPilot and definitive randomised double-blind placebo-controlled trials evaluating an oral cannabinoid-rich THC/CBD cannabis extract for secondary prevention of chemotherapy-induced nausea and vomiting (CINV) | Annals of Oncology | Oxford Academic https://academic.oup.com
  4. Cannabidiolic acid prevents vomiting in Suncus murinus and nausea‐induced behaviour in rats by enhancing 5‐HT1A receptor activation https://bpspubs.onlinelibrary.wiley.com
  5. Long-term cannabidiol treatment in patients with Dravet syndrome: An open-label extension trial. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  6. Cannabis Therapeutics and the Future of Neurology https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  7. Cannabidiolic acid, a major cannabinoid in fiber-type cannabis, is an inhibitor of MDA-MB-231 breast cancer cell migration - ScienceDirect https://www.sciencedirect.com
Avertissement:
This article has been written for informational purposes only, and is based on research published by other externals resources.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.