By Adam Parsons


Des rapports estiment que le marché de la santé féminine atteindra une taille de plus de 58 milliards de dollars en 2030 rien qu’aux États-Unis. Ce secteur se concentre sur l’apport de solution à un éventail de problèmes rencontrés par les femmes, comme l’infertilité, l’endométriose, la ménopause et l’ostéoporose. Une variété de médicaments et de changements d’hygiène de vie semblent prometteuse pour ces phénomènes physiologiques. Mais où se situe le cannabis parmi ces options ?

D’une drogue dangereuse à une substance perçue comme une panacée, des pays dans le monde entier ont commencé à changer d’opinion sur le cannabis. Abandonner l’hystérie radicale et donner crédit à la science a aidé à former cette approche. Naturellement, les médias partiaux, les fabricants de compléments alimentaires et le nouveau complexe industriel du cannabis sont tombés dans le piège consistant à faire passer la mode avant les faits. Au-delà du marketing ostentatoire, des chercheurs continuent à étudier le cannabis dans ce domaine et des entreprises réputées transforment ces découvertes en produits honnêtes.

Cependant, le cannabis n’est pas seulement prometteur en tant qu’une des nombreuses interventions possibles pour le bien de la santé des femmes. Celles-ci ont également un grand rôle à jouer dans l’industrie du cannabis en bourgeonnement. Des rapports montrent que pratiquement la moitié des consommateurs de cannabis dans les hauts lieux de l’herbe aux États-Unis, comme le Colorado et la Californie, sont des femmes. Le cannabis est devenu plus qu’une substance récréative dans ces états, en devant pratiquement un lifestyle. Des entrepreneuses dans ces régions dirigent des entreprises qui développent des produits pour les différents aspects de la vie d’une femme : tout y passe des bombes de bain jusqu’aux compléments ciblant les crampes menstruelles.

Nous allons maintenant plonger dans tous les domaines où le cannabis pourrait se montrer bénéfique pour la santé des femmes dans la gynécologie (l’étude du système reproductif) et l’obstétrique (le domaine concernant l’accouchement et les sages-femmes). Nous nous pencherons sur ce que la science déclare et nous imaginerons où ces découvertes pourraient emmener le futur marché.

L’histoire du cannabis et de la santé des femmes

Alors que des études en cours cherchent encore à confirmer l’utilité médicale du cannabis, des documents historiques nous informent que nos ancêtres consommaient l’herbe pour essayer de traiter une multitude de troubles. Ces documents révèlent qu’au cours des époques précédentes, les gens utilisaient toutes les parties de l’herbe, y compris les fleurs, les racines et les graines. Des figures historiques importantes ont pris le temps d’explorer le potentiel médical du cannabis, de l’Empereur Shen Nong jusqu’à Galien.

De manière intéressante, le cannabis possède également une riche histoire en médecine populaire dans les domaines spécifiques de l’obstétrique et de la gynécologie et dans la santé féminine en général. La plus ancienne référence connue[1] du cannabis pour la santé des femmes vient de la Mésopotamie antique. La pharmacopée égyptienne documente également l’application vaginale de cannabis et le Papyrus Eber, daté de 1534 avant notre ère, décrit l’utilisation du cannabis comme aide pendant l’accouchement. Une longue liste de preuves entoure l’utilisation du cannabis pour la santé des femmes dans l’antiquité. Plus proches de l’ère moderne, des rapports suggèrent que la Reine Victoria (1819-1902) recevait des prescriptions mensuelles de cannabis de la part de son médecin personnel, Sir John Russel Reynolds, pour soulager son inconfort menstruel. Reynolds a également écrit « le chanvre indien est d’une grande utilité dans les cas de dysménorrhée spasmodique simple ».

Le lien entre le cannabis médical et les femmes remonte loin dans l’histoire. Mais la consommation historique de cannabis ne justifie pas nécessairement sa consommation dans le paradigme scientifique moderne. Alors, que révèle la recherche moderne sur le cannabis et son lien avec l’obstétrique et la gynécologie ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir ci-dessous.

Les méthodes d’administration du cannabis

Il existe une multitude de manières de prendre du cannabis, des plus archaïques aux plus modernes. Explorons ensemble certaines des méthodes que les femmes peuvent utiliser pour consommer du cannabis avant de nous plonger dans quelques études :

  • Fumer : la combustion du cannabis remonte très loin dans l’histoire humaine. Elle offre une montée rapide des effets mais s’accompagne d’évidents risques pour la santé.
Les femmes et le cannabis : améliorer leur hygiène de vie
  • Vaporiser : version moderne de la fumée, la vaporisation utilise des températures plus faibles pour cibler les composés phytochimiques désirables sans combustion des matières végétales. Tout comme avec la fumée, cela offre une montée rapide des effets. Même si la vaporisation produit moins de sous-produits toxiques, elle présente toujours des risques pour la santé.
Les femmes et le cannabis : améliorer leur hygiène de vie
  • Ingérer par voie orale : les produits de cannabis par voie orale prennent de nombreuses formes, des oursons gélifiés aux gélules en passant par les gâteaux. Cette voie d’administration met plus longtemps à produire un effet, car le THC et les autres composants doivent d’abord voyager à travers l’estomac et le foie. Le cannabis par voie orale contenant du THC frappe beaucoup plus fort, car le foie transforme la molécule en un métabolite bien plus puissant, le 11-hydroxy-THC.
Les femmes et le cannabis : améliorer leur hygiène de vie
  • Voie sublinguale : les extraits et huiles placés sous la langue ont rapidement accès à la circulation sanguine en se diffusant dans l’ensemble des capillaires situés à cet endroit. Les produits par voie sublinguale offrent une montée rapide tout en évitant totalement les risques de santé associés à la fumée et à la vaporisation.
Les femmes et le cannabis : améliorer leur hygiène de vie
  • Administration intravaginale : on retrouve parmi les produits de cette catégorie les tampons aux cannabinoïdes. Le vagin est reconnu comme une voie d’administration dans le domaine médical : les molécules qui y sont absorbées évitent le métabolisme du foie et produisent des effets locaux et systémiques.
Les femmes et le cannabis : améliorer leur hygiène de vie

Le rôle du SEC dans la santé des femmes

Le cannabis exerce un impact sur le corps de nombreuses manières différentes. Cependant, comme son nom le suggère, le système endocannabinoïde (SEC) est principalement à l’origine des effets de l’herbe. Connu pour être le régulateur universel du corps humain, le SEC aide à conserver l’équilibre des autres systèmes physiologiques : un état appelé homéostasie. Composé de molécules de signalisation appelées endocannabinoïdes, de récepteurs et d’enzymes, ce réseau est présent dans tout le corps humain, y compris dans le système reproductif de la femme. Des preuves contemporaines suggèrent que le SEC aide à contrôler les éléments suivants :

  • Humeur
  • Stress
  • Appétit
  • Renouvellement des os
  • Déclenchement des neurotransmetteurs
  • Sécrétion endocrine ovarienne

Les cannabinoïdes et les endocannabinoïdes

Mais comment exactement le cannabis influence-t-il ce système ? Une herbe qui pousse naturellement ne devrait certainement impacter le corps humain que de manière arbitraire, bien vrai ? Eh bien, c’est tout le contraire. Le cannabis contient plusieurs familles de molécules, dont des cannabinoïdes. Des composés comme le THC et le CBD font partie de cette catégorie. Plusieurs de ces molécules (dont le THC) imitent les endocannabinoïdes qui activent les récepteurs SEC dans le corps. Cela signifie qu’ils « piratent » le SEC et servent de moyen d’influencer ce maître régulateur du corps. D’autres cannabinoïdes, comme le CBD, agissent de manière plus indirecte. Au lieu d’activer les récepteurs du SEC, ils peuvent perturber les voies enzymatiques[3] de manière temporaire, ce qui renforce potentiellement les niveaux d’endocannabinoïdes.

Le cannabis et la gynécologie

La gynécologie est le domaine de la médecine concentré sur les maladies qui affectent exclusivement les femmes. Les gynécologues traitent donc des troubles qui affectent le système reproductif de la femme, y compris le vagin, les ovaires et l’utérus. Ces médecins gèrent un éventail de maladies qui impactent des régions anatomiques, dont des infections, différents cancers, l’infertilité, l’incontinence et le syndrome prémenstruel. Des chercheurs explorent actuellement comment le cannabis pourrait un jour trouver sa place dans ce domaine de la médecine.

Douleurs liées aux règles

Les résultats d’un questionnaire[4] portant sur un échantillon de plus de 400 femmes, publiés dans la revue Journal of Pain Resolution, ont découvert que 84 % des femmes ressentaient des douleurs liées aux règles et 43 % rapportaient des douleurs à chaque menstruation. D’autres découvertes suggèrent que 5–10 % des femmes ressentent des douleurs suffisamment graves pour perturber leur vie quotidienne. Le cannabis semble avoir aidé la Reine Victoria dans ce domaine, mais qu’en dit la recherche ? Aucune étude contrôlée n’a examiné les effets du cannabis sur la douleur liée aux règles. Cependant, une étude[5] qualitative publiée en 2014 a demandé à 192 femmes si elles avaient consommé de l’herbe pour soulager les douleurs menstruelles. Une forte proportion de 85 % de l’échantillon a répondu oui et 90 % de ces femmes ont déclaré que l’herbe avait aidé. Même si des études humaines sont nécessaires pour confirmer ce point, plusieurs entreprises ont déjà lancé des tampons contenant du THC et du CBD.

Les femmes et le cannabis : améliorer leur hygiène de vie

Syndrome prémenstruel

Les femmes ressentent souvent un éventail de signes et de symptômes dans la semaine (voire jusqu’à deux semaines) précédant leurs règles, comme des sautes d’humeur, une sensibilité de la poitrine, de la fatigue et de l’irritabilité. Ensemble, ces symptômes sont connus sous le nom de syndrome prémenstruel (SPM). Comme vous pouviez vous y attendre, peu d’études humaines ont testé le cannabis contre cet ensemble de symptômes. Cependant, des études en cours cherchent à déterminer si le cannabis pourrait lutter contre l’insomnie, l’irritabilité, la dépression et les douleurs articulaires. Des chercheurs déclarent que ces troubles partagent des éléments communs[6] avec le SPM et que les études futures devraient chercher à découvrir si l’herbe pourrait aider à améliorer les symptômes du SPM.

Les femmes et le cannabis : améliorer leur hygiène de vie

Endométriose

L’endométriose peut affecter la femme à tout âge. Elle se produit lorsque le type de tissu présent dans l’utérus se met à se développer ailleurs, y compris sur les ovaires. Cette croissance inhabituelle peut provoquer des symptômes comme des douleurs pelviennes, des douleurs lors de la pénétration, une infertilité et des saignements excessifs. Un article publié dans PLoS One documente une étude[7] dans laquelle 252 femmes ont révélé comment le cannabis inhalé et ingéré par voie orale impactait leurs symptômes de l’endométriose. Les découvertes semblent prometteuses pour l’utilisation du cannabis inhalé pour les symptômes gastro-intestinaux, la douleur et l’humeur. Des essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour valider ces résultats auto-rapportés.

Sexe

Pour beaucoup de personnes, le sexe sert à approfondir les relations intimes à travers le plaisir physique. Cependant, tout le monde n’apprécie pas le sexe, du moins pas tout le temps. L’anxiété, la sécheresse vaginale et la baisse de libido sont autant de facteurs qui peuvent pousser les femmes à éviter les relations sexuelles avec leurs partenaires. L’herbe pourrait-elle améliorer le sexe pour ces femmes ? Des études en cours cherchent à le déterminer. Par exemple, une étude de 2019[8] publiée dans le journal Sexual Medicine a cherché à trouver un lien entre la consommation de cannabis avant le sexe, les fonctions sexuelles chez la femme et l’amélioration de la satisfaction avec l’orgasme. Alors que les scientifiques continuent leur quête, des entreprises ont déjà développé des produits au cannabis pour les femmes conçus pour améliorer le sexe, comme des lubrifiants.

Ménopause

Impossible de parler du cannabis et de la santé des femmes sans parler de la ménopause. Il s’agit du moment où les menstruations de la femme stoppent en raison des niveaux d’hormones plus faibles. Généralement, cela se produit entre 45 et 55 ans. La réduction des hormones comme les œstrogènes provoque un éventail de symptômes, comme des bouffées de chaleur, des troubles du sommeil, des palpitations, des douleurs musculaires et articulaires, une prise de poids, une baisse de la libido et des migraines. Le cannabis est-il bénéfique pour les symptômes de la ménopause ? On attend toujours de solides essais cliniques, mais une revue[9] publiée dans la revue Menopause a découvert que la majorité des femmes questionnées soutenait la consommation de cannabis médical pour des symptômes liés à la ménopause, comme les troubles du sommeil, de l’humeur et de l’anxiété. Qu’en est-il du CBD et de la ménopause[10] ? Une fois de plus, les essais humains manquent, mais des études préliminaires testent le cannabinoïde dans des modèles de l’anxiété[11], la douleur[12] et la migraine[13].

Les femmes et le cannabis : améliorer leur hygiène de vie

Le cannabis et l’obstétrique

Alors que la gynécologie se concentre sur la santé reproductive de la femme, l’obstétrique concerne spécifiquement la grossesse, l’accouchement et la période post-partum. Le cannabis médical a-t-il une place pendant cette période, ou fait-il plus de mal que de bien ? Découvrez-le juste en dessous.

Grossesse

La consommation de cannabis pendant la grossesse reste un sujet très controversé : l’idée d’une femme enceinte en train de fumer du cannabis ne convient pas à la plupart des gens. Alors que la majorité des femmes évite le cannabis pendant la grossesse, un ensemble de données[14] publiées dans le journal Addictive Behaviours a découvert que plus de 14 % des adolescentes enceintes aux États-Unis rapportaient une consommation de cannabis au cours du mois précédent. Comme la grossesse peut provoquer des symptômes comme des nausées, certaines femmes se demandent s’il est possible de consommer du cannabis pendant la grossesse. À l’heure actuelle, les preuves suggèrent que les risques dépassent de loin les éventuels bienfaits, avec des liens entre l’exposition prénatale au cannabis et des perturbations de la croissance et du développement du fœtus. Pour ce qui est de **consommer du CBD pendant la grossesse, l’organisme de régulation américain Food and Drug Administration le déconseille fortement[15].

Allaitement

L’allaitement est un autre domaine d’intérêt dans le cadre du cannabis et des femmes. L’allaitement provoque différentes douleurs chez de nombreuses femmes, ce qui fait du cannabis une forme de soulagement naturel bien tentante. Cependant, la consommation de cannabis post-partum peut toujours exposer les bébés à des risques. Des cannabinoïdes comme le THC sont solubles dans les graisses, stockés dans les réserves de graisse du corps et se retrouvent dans le lait maternel, ce qui peut provoquer des symptômes de sédation et de faiblesse chez un enfant nourri au sein. En se basant sur ces éléments, le Centre for Disease Control américain conseille[16] d’éviter toute forme de cannabis pendant l’allaitement[17].

Le futur du cannabis dans la santé obstétrique et gynécologique

Le futur semble radieux pour le cannabis et la santé des femmes. Des études préliminaires explorent l’utilisation de l’herbe pour différents troubles qui affectent les femmes, ainsi que pour des symptômes spécifiques communs avec d’autres troubles. De plus, des entrepreneuses dans les pays et États ayant déjà légalisé se saisissent des rênes et dirigent la conception de produits pour optimiser l’administration de cannabinoïdes pour des troubles et symptômes de santé spécifiques. Même si l’ensemble des preuves reste mince à ce jour, les futures découvertes justifieront probablement l’utilisation de produits au cannabis contre différents problèmes gynécologiques. Cependant, la science actuelle suggère que l’herbe joue un rôle bien moindre (et représente probablement un danger) dans le domaine de l’obstétrique.

Sources Externes
  1. Cannabis Treatments in Obstetrics and Gynecology: A Historical Review https://www.tandfonline.com
  2. Cannabidiol enhances anandamide signaling and alleviates psychotic symptoms of schizophrenia - PMC https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  3. Prevalence of menstrual pain in young women: what is dysmenorrhea? - PMC https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  4. https://www.researchgate.net/publication/283180551Using_marijuana_to_cope_with_the_pain_and_other_symptoms_of_medical_abortions_and_menstrualperiods
  5. Cannabis and symptoms of PMS and PMDD https://www.tandfonline.com
  6. Effects of cannabis ingestion on endometriosis-associated pelvic pain and related symptoms - PMC https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  7. The Relationship between Marijuana Use Prior to Sex and Sexual Function in Women https://www.smoa.jsexmed.org
  8. A survey of medical cannabis use during perimenopause and postmenopause - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  9. Neural basis of anxiolytic effects of cannabidiol (CBD) in generalized social anxiety disorder: a preliminary report https://journals.sagepub.com
  10. The Role of Cannabidiol (CBD) in Chronic Pain Management: An Assessment of Current Evidence | SpringerLink https://link.springer.com
  11. Medicinal Properties of Cannabinoids, Terpenes, and Flavonoids in Cannabis, and Benefits in Migraine, Headache, and Pain: An Update on Current Evidence and Cannabis Science https://headachejournal.onlinelibrary.wiley.com
  12. Substance use and teen pregnancy in the United States: Evidence from the NSDUH 2002–2012 https://www.sciencedirect.com
  13. What You Should Know About Using Cannabis, Including CBD, When Pregnant or Breastfeeding | FDA https://www.fda.gov
  14. Pregnancy | Health Effects | Marijuana | CDC https://www.cdc.gov
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.