Dans le monde d’aujourd’hui, la consommation de cannabis est de plus en plus tolérée dans notre société qu’auparavant. Cela sous-entend que la culture de votre propre ganja est une chose potentiellement moins dangereuse qu’il y a quelques années. Et pourtant, cela ne veut pas nécessairement dire que votre culture ne sera pas sujette à des risques qui pourraient bien mener à sa perte. Malheureusement, de bonnes têtes coûtent cher, et tout le monde n’a pas nécessairement la patience (ou le temps et les connaissances) pour se lancer dans une culture d’envergure. Dû à cela, la précieuse weed que vous cultivez devient une cible parfaite pour des personnes malveillantes et malhonnêtes.

Tout comme vous, des personnes peu recommandables aimeraient mettre la main sur du matos de qualité – surtout s’ils peuvent le faire sans dépenser un centime ni aucun effort. Bien entendu, il paraît nécessaire de mettre en place un moyen de protéger vos plants d’extérieur afin de ne pas jeter par la fenêtre tout le temps, l’argent et l’énergie que vous avez investie dedans.

LA PREMIÈRE RÈGLE DU CULTIVATEUR DE CANNABIS

Ce n’est pas pour rien que l’expression « Pas d’échos, pas d’odeurs, pas de vente » devrait être prise au pied de la lettre et adoptée par tous les cultivateurs du monde et ce peu importe le lieu d’habitation. Ne mentionnez jamais vos plants, même pas à vos amis ou votre famille, et cultivez bien loin des yeux un peu trop curieux. Utilisez des filtres et d’autres mesures pour contrôler l’odeur et n’allez pas vendre et donner à tout-va votre ganja à vos connaissances. Si personne n’est au courant de l’existence de vos plants, les chances que quelqu’un vous les volent sont quasi nulles.

PROTÉGER SES PLANTS DE CANNABIS DES VOLEURS

Ne pas parler de votre ganja est une chose, mais gérer l’odeur et sa discrétion afin de ne pas attirer des curieux peut nécessiter des efforts supplémentaires. Voici quelques mesures à prendre pour protéger efficacement vos plants d’être découverts et volés.

DISSIMULER SON CANNABIS DANS SON JARDIN

Même si vous cultivez du cannabis dans votre propre jardin, vous ne savez pas qui pourrait aller fouiner par-ci par-là lors de votre prochain barbecue avec les voisins. Des voisins mal intentionnés peuvent donner l’impression de ne pas constituer une véritable menace, mais on observe une recrudescence de ce genre de témoignages dans des situations de la sorte. L’avantage de cultiver chez vous, c’est que normalement, c’est potentiellement plus facile de bien dissimuler vos plants que dans d’autres lieux.

Si vous cultivez dans un coin de votre jardin, vous pouvez camoufler vos plants en les ajoutant au milieu de tomates, de fleurs, de jachères ou d’herbes. Une bonne partie de ces plantes compagnes sont non seulement formidables pour dissimuler votre ganja, mais elles procurent également des avantages grâce à leurs propriétés qui peuvent repousser les nuisibles les plus communs comme les fourmis ou les pucerons, améliorer la composition de la terre voire attirer des bestioles bénéfiques comme des coccinelles ou des abeilles.

Si vous souhaitez cacher votre cannabis encore plus efficacement, vous pouvez camoufler vos cultures parmi vos plantes pour une apparence remarquablement similaire. De cette manière, il faudra observer de très près votre jardin pour y voir quoi que ce soit de suspect. Voici quelques bonnes plantes à utiliser pour cacher votre cannabis.

• Echium Blanc (Echium fastuosum)

Une plante en fleur à l’aspect incroyablement similaire à celui du cannabis, ses fleurs sont larges et allongées, elles ont une apparence très similaire à celles des têtes et s’accompagnent de feuilles ressemblant à celle du cannabis. L’echium blanc est parfait pour dissimuler votre cannabis, surtout durant sa phase de floraison. Contrairement à l’ambroisie, l’echium blanc est un spécimen à l’aspect sublime. Il est parfait pour camoufler vos plantes « médicales » au sein d’une canopée de magnifiques têtes et feuillages ornementaux, elles iront ensemble sans encombre.

Echium Blanc

• Sumac vinaigrier (Rhus typhina)

Le sumac vinaigrier est une plante en fleur qui ressemble à un hybride entre une fougère et du cannabis. Ses fleurs ressemblent vraiment à des têtes de cannabis et ses feuilles légèrement dentées ne font qu’ajouter à l’illusion ce qui la rend particulièrement adaptée à la culture de sativa. Elle dissimule à merveille les plants de cannabis les plus clairs comme les plus sombres, car cette plante est tout d’abord d’un vert clair et prend ensuite des teintes plus sombres grâce à ses fleurs rouges.

Sumac vinaigrier

• Les lupins (Lupinus)

Les feuilles des lupins ressemblent beaucoup à celles du cannabis, sans les bords dentés. Pour cette raison et grâce à sa stature similaire, ils sont parfaits pour dissimuler votre cannabis. En guise de bonus, on en trouve dans tous les magasins de jardinage et ils ne demandent que peu d’entretien pour être cultivés. Ils iront à merveille avec les indica comme les sativa.

Les lupins

• Grande ortie (Urtica dioica)

À première vue, la grande ortie ne semble pas avoir grand-chose en commun avec le cannabis, elle est pourtant parfaite pour le dissimuler. Avec ses feuilles dentées, ses grands espaces internodaux et une structure globalement similaire à celle des plants de cannabis, la grande ortie est en fait la candidate parfaite pour un camouflage exceptionnel. De plus, personne ne se dira « oh super, des orties » avant de se jeter dedans pour les regarder de plus près. Les gens ont généralement tendance à garder leurs distances avec ces plantes menaçantes. En d’autres mots : elles sont parfaites !

Grande ortie (Urtica dioica)

LOIN DES YEUX, LOIN DU CŒUR : DES ASTUCES POUR UNE CULTURE DE CANNABIS DISCRÈTE

Bien que cela paraisse évident, la clé de la réussite d’une culture de cannabis (clandestine) est le fait de tenir hors de portée de vue votre récolte. En plus des techniques de camouflage ornemental, il existe d’autres tactiques à utiliser pour que votre weed passe inaperçue.

CHOISIR LE BON SPOT

Pour commencer, assurez-vous de planter votre weed dans une zone qui n’est facilement visible ni de chez vous, ni de chez vos voisins (même d’un point de vue surélevé). Cherchez un coin de votre jardin qui ne sera pas flagrant et dont la vue sera obstruée. Mettez-vous dans la peau de vos voisins et essayer d’avoir une meilleure idée de ce qu’ils pourraient voir. Pour vous offrir plus de contrôle, envisager de planter en pots plutôt que de planter directement en terre. De cette manière, vous pourrez déplacer les plantes loin des regards indiscrets si besoin est.

CULTIVER DES PLANTS DE PETITE TAILLE

Certains plants de cannabis peuvent atteindre des tailles monstrueuses, surtout en extérieur. Vous n’avez clairement pas envie qu’un plant de 3 m de haut se distingue comme le nez sur le milieu du visage de votre jardin et alertent tout le monde sur ce qui s’y passe. Pour cela, cultiver des plants de petite taille, au moins plus petits que la taille de votre barrière.

FAUSSES FLEURS / FAUX FRUITS

Déguisez votre cannabis en y collant des fausses fleurs ou des faux fruits ! Vous pouvez même mettre de vraies fleurs dans votre jardin, au milieu de votre cannabis. Bien sûr, elles flétriront au bout de quelques jours, mais ça ne devrait pas poser de soucis si vous avez un bon stock qui ne pousse pas trop loin, remplacez simplement ces « ornements » plusieurs fois par mois. Pour faire de faux fruits, utilisez simplement des feuilles de papier rouges, oranges ou jaunes et découpez des formes de poivrons ou de petits piments puis attachez-les à vos plantes. De loin, les passants n’y verront que du feu.

PRENDRE GARDE AUX COMPORTEMENTS SUSPECTS

Si vous cultivez de la weed, regardez si les gens (vos voisins y compris) s’intéressent plus qu’à l’accoutumée à votre jardin. Leurs intentions ne sont peut-être pas mauvaises, mais qui sait ce qu’il se passerait si jamais ils parlaient des plantes qu’ils auraient découvertes. Avant que quelqu’un ne vienne voler vos plants, soyez malin et ne les laissez même pas aller jusqu’à les remarquer.

N’OUBLIEZ PAS LES ODEURS

Gardez en tête qu’en plus de devoir dissimuler vos plants avec des plantes compagnes dans un endroit bien discret, l’autre facteur capital à dissimuler sera l’odeur de vos précieux plants. Plus vos plants sont éloignés des capacités olfactives de vos congénères, moins l’odeur risque d’attirer des personnes malveillantes. De plus, certaines des plantes compagnes peuvent exsuder de puissantes odeurs qui peuvent parfois couvrir et remplacer complètement l’odeur si caractéristique du cannabis en pleine phase de floraison.

COMMENT DISSIMULER DU CANNABIS SUR SON BALCON

Un balcon est le lieu idéal et le plus pratique pour la culture du cannabis, mais il comporte aussi des inconvénients. Vous aurez par exemple moins de choix quant au choix de l’emplacement. Mais ici encore, il est possible de cacher ses plantes grâce à des espèces de compagnonnage pour que votre culture ne soit pas visible de l’autre bout de la ville. Que dites-vous de plants de tomate ou de haricots pour dissimuler votre cannabis ? Avec un peu de créativité, vous pourrez arranger vos plantes de manière à ce que les passants n’y voient rien et que votre voisin un peu trop curieux non plus.

COMMENT DISSIMULER DU CANNABIS SUR SON BALCON

De plus, il est possible d’obstruer la vue en érigeant des structures de type barrière en bambou ou quoi que ce soit de similaire. Choisissez le spot de votre balcon le plus éloigné afin de minimiser les odeurs.

Si vous vivez en appartement dans une tour, l'odeur de vos plants ne posera pas trop de problème. Choisissez le spot le plus éloigné sur votre balcon et vous pourrez au moins minimiser les odeurs.

Une meilleure solution est d’installer une petite serre sur votre balcon. Elles ne coûtent pas cher, on en trouve à moins de 100 €. Vous pourrez équiper votre serre d’un ventilateur extracteur et d’un filtre à charbon afin d’éliminer les problèmes d’odeur. De plus, la plupart des serres apportent une certaine discrétion, car elles sont semi-transparentes, il est donc compliqué de voir à travers.

Si votre balcon est petit et que vous n’avez pas la place pour une serre, envisager le low-stress training (LST). C’est une méthode de palissage utilisée par les cultivateurs d’intérieur au travers de laquelle les plants de cannabis sont délicatement attachés pour donner de meilleurs rendements. Étant donné que le LST limite aussi la croissance verticale du cannabis, il est optimal pour les cultures sur balcon discrètes. Vous pouvez aussi tailler vos plants au préalable (en coupant le dessus) afin d’augmenter les rendements potentiels pour en maximisant encore plus la croissance latérale (au détriment de la croissance verticale).

DISSIMULER SA CULTURE DISCRÈTE EN SERRE

Si vous cultivez dans une serre, vous aurez normalement l’occasion de pouvoir mettre en place un système d’extraction de l’air pour neutraliser efficacement l’odeur de vos plants. Vous pouvez aussi sécuriser votre serre avec des caméras, un système d’alarme ou des lampes qui se déclenchent dès lors qu’un mouvement suspect se produit. Souvent, la présence de lumières et de caméras suffit à dissuader les voleurs de beuh. De plus, si vous cultivez en toute légalité et que vos plants se font voler, les vidéos de surveillance des caméras peuvent être transmises à la police comme preuves tangibles.

LA CULTURE GUÉRILLA

C’est avec les cultures guérillas à l’extérieur qu’on a le plus de chance de voir ses plants être subtilisés. Cela nécessitera une sacrée organisation et des efforts importants pour rendre votre culture aussi discrète et secrète que possible. Commencez par chercher un endroit potentiel en dehors des sentiers battus. Souvenez-vous que si c’est déjà difficile pour vous d’accéder à vos plants, alors cela réduira grandement les chances que quelqu’un tombe dessus par hasard. Dehors, les animaux de la nature peuvent également être attirés par vos plants, ce pourquoi, il vous faudra prendre les mesures nécessaires comme installer un grillage tout autour. Faites attention quand même, car installer un grillage peut également attirer l’attention sur un endroit en particulier.

Si vous prévoyez une culture guérilla, voici quelques astuces pour vous en tirer au mieux :

TROUVER UN ENDROIT DISCRET

La clé d’une culture guérilla réussie est de minimiser les interactions extérieures avec votre plant. Cela ne peut qu’avoir lieu si votre spécimen est dissimulé au public, sinon, les risques de découvertes, de vol ou de vandalisme sont trop importants. En cherchant votre spot, assurez-vous qu’il n’y ait pas de sentier aux alentours, ni de signes de civilisation trop importants du type parking ou bancs. La règle est la suivante, plus l’endroit est difficile d’accès, mieux c’est. Lorsque vous aurez trouvé le bon spot, allez y faire quelques tours de vérification en semaine comme en weekend pour voir si des randonneurs ou autres badauds ne s’y baladent pas.

CAMOUFLER SES PLANTS

Même si vous trouvez le spot « parfait », il vous faudra camoufler vos plants de cannabis. Plantez-les parmi d’autres espèces ou auprès de plantes de compagnonnage qui correspondraient aux lieux de culture. Des plantes très hautes comme l’ambroisie sont parfaites pour camoufler du cannabis en pleine nature.

Bien sûr, il y a d’autres facteurs qui définissent un bon spot pour cultiver du cannabis en extérieur tels que la lumière, la qualité de la terre et l’accès à l’eau. Il faudrait aussi pouvoir y accéder sans prendre de risques déraisonnables.

CAMOUFLER SES PLANTS

CULTIVER EN INTÉRIEUR EN TOUTE SÉCURITÉ : CONTRÔLER L’ODEUR, LE BRUIT… ET LE COÛT

Même si vous cultivez en intérieur, dans votre propre domicile, il faut rester discret et réduire le risque de voir votre culture découverte. Vous seriez surpris de voir à quel point il est facile de faire une erreur de débutant qui suscite la suspicion. Voici quelques astuces pour cultiver en extérieur en toute sécurité.

RIEN DIRE, RIEN VENDRE, RIEN SENTIR

Nous savons à quel point il est difficile de ne pas partager son excitation quant à la culture d’un superbe cannabis, c’est une véritable épreuve. Néanmoins, ne pipez pas un mot au sujet de vos plantes. N’en parlez pas à vos voisins, ni même à vos amis et clairement pas aux stoners bavards de la famille. C’est aussi simple que cela : si personne n’est au courant de votre culture, le risque est largement moins grand. Il vaut non seulement mieux éviter de se vanter de vos talents horticoles, mais ne soyez pas non plus tenté de distribuer votre weed, car cela augmenterait grandement le risque.

ÉLIMINER LES ODEURS

Le cannabis sent fort. Pour les cultivateurs et les amoureux de la weed, ce n’est pas un problème, mais pour ceux qui sont moins enthousiastes au sujet du cannabis, ça l’est. De plus, cela peut être un signe révélateur pour toute personne passant près de chez vous, y compris les gens suspects qui n’aimeraient rien de plus que de mettre leurs mains sur votre weed. En d’autres mots : vous devez éliminer les odeurs excessives lors d’une culture de cannabis.

Ce n’est pas un spray désodorisant qui fera l’affaire. Pour votre culture d’intérieur, peu importe sa taille, vous aurez besoin d’un ventilateur-extracteur d’air correct afin que vos plantes se développent de manière optimale. Ces systèmes peuvent aussi s’équiper de filtres à charbon afin d’en minimiser l’odeur. Même avec cela, essayer que votre culture soit aussi éloignée des nez les plus curieux que possible. De plus, lorsque vous jetez un œil aux descriptions de graines en ligne, essayez de choisir un spécimen aux odeurs peu puissantes si vous craignez que l’odeur soit source de problème.

De plus, n’oubliez pas que l’odeur du cannabis vous collera à la peau, aux vêtements et aux cheveux. Vous y serez peut-être habitué, mais d’autres le remarqueront. Alors, après une journée de manucure de vos plants ou de grosse fumette, prenez une bonne grosse douche et brossez-vous les dents avant de voir qui que ce soit ne partageant pas votre goût pour le cannabis.

NE RIEN JETER QUI POURRAIT EXPOSER VOTRE CULTURE

Peut-être que vous avez pris en compte tous les problèmes discutés ci-dessus et que vous avez l’impression qu’il n’y a aucune chance que votre culture soit découverte. Avant de penser votre weed sûre à 100 %, assurez-vous d’aussi penser à ce que vous jetez à la poubelle. Toutes les mesures de sécurité les plus poussées sont inutiles si vous jetez des tas de terreau, des flacons d’engrais, des ventilateurs en panne et autres indices évidents tels que des feuilles nourricières. Si vous faites face à des déchets suspects, rassemblez-les, puis allez vous en débarrasser dans une poubelle publique à l’autre bout de la ville.

RESTER RESPECTUEUX DE SES VOISINS ET MINIMISER LE BRUIT

Votre activité risque de devenir le sujet de conversation préféré du voisinage si jamais elle lui cause des nuisances, qu’il s’agisse du bruit ou des odeurs. Conserver une bonne relation avec ses voisins est le meilleur moyen d’empêcher cela. En ce qui concerne le bruit, même la plus petite des cultures peut se transformer en cacophonie en raison des ventilateurs, lampes, extracteurs, etc. Il est possible d’installer un silencieux pour rester plus discret, assurez-vous également que vos équipements ne sont pas collés à un mur mitoyen à la chambre de votre voisin.

DES ASTUCES SUPPLÉMENTAIRES CONTRE LES VOLEURS DE PLANTS DE CANNABIS

Peu importe l’endroit où vous cultivez, si vous cherchez à dissimuler vos plants des individus trop curieux, la discrétion sera votre meilleur allié. Nous avons mentionné les types d’endroits où cacher les plants, les avantages des plantes compagnes, et comment vous devriez garder l’odeur sous contrôle. Mais un autre détail crucial pourrait vous aider à minimiser le risque de découverte de vos plants : le choix d’une variété adaptée qui ne peut pas être découverte facilement.

Cela tombe sous le sens qu’une sativa qui peut atteindre les 3 m n’est pas la meilleure idée au monde si vous souhaitez rester discret. Pour minimiser les risques de vol, vous deviez sûrement vous tourner vers des cultivars assez petits. Certaines variétés de RQS comme Royal Dwarf ou Blue Cheese Automatic ne dépasseront pas les 60 cm, ce qui les rend idéales pour une culture discrète. Pareillement, plus la croissance est courte, plus les risques de découverte de vos plants s’amoindrissent. La même règle s’applique pour les variétés qui possèdent naturellement une odeur moins forte, et qui seront plus adaptés à des cultures en balcon simplifiées.

SE PROTÉGER : UNE LISTE À SUIVRE POUR UNE CULTURE DISCRÈTE

• Ne rien dire, ne rien vendre, ne rien sentir
• Garder sa culture loin des yeux et de l’esprit
• Cacher ses plants parmi des plantes qui leur ressemblent
• Cultiver en guérilla loin de tout public
• Rester attentif aux personnes suspectes qui s’intéressent à votre logement
• Se renseigner sur le LST
• Réduire les odeurs à l’aide d’un filtre à air
• Ne rien jeter de suspect dans sa propre poubelle
• Maintenir de bonnes relations avec le voisinage

PROTÉGER SON CANNABIS DES VOLEURS, UNE CONCLUSION

Si vous souhaitez protéger vos plants des voleurs, une approche calme et réfléchie sera toujours préférable. Les méthodes violentes de protection ou de vengeance contre les voleurs sont rarement bénéfiques aux cultivateurs sur le long terme. Ne placez pas de pièges ou quelconque autre chose qui pourrait éventuellement se retourner contre vous au lieu du voleur. La meilleure attaque, c’est une défense bien construite si vous souhaitez sécuriser vos plants.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.