Il est important de comprendre que l’alcool est une des drogues les plus dangereuses qui existent. Et il ne s’agit vraiment pas d’une exagération.

Les statistiques ne mentent pas. Si vous demandez au CDC – Centers for Disease Control and Prevention, l’organisme de veille sanitaire américain – environ 88 000 personnes sont mortes rien qu’aux États-Unis, chaque année, entre 2006 et 2010, à cause de l’alcool.

L’alcool est dangereux de nombreuses façons. On pourrait affirmer qu’un des plus grands dangers tient à l’acceptation générale de l’alcoolisation sociale excessive. Quelques verres en boîte et c’est techniquement du binge drinking, alors que la vaste majorité des gens diraient simplement « se lâcher un peu ».

Être ivre est considéré comme une expérience normale, voire même faisant partie intégrante de nombreuses cultures. Aucune fête de mariage considérée comme réussie ne s’est pas terminée par des hordes d’invités fortement enivrés se permettant de se comporter de manière assez peu orthodoxe.

Acceptation Sociale D'Alcool

Même si (heureusement) les choses changent, il est toujours normal (et même attendu) pour l’église catholique de donner du vin aux enfants lors de leur première communion, en martelant le message que ce n’est qu’en buvant le « sang du Christ » qu’il est possible d’être sauvé.

L’alcool est aussi dangereux en raison du fait que l’addiction est assez facile à cacher. La vaste majorité des alcooliques réussissent à cacher leur maladie pendant des années, jusqu’à ce que les dégâts sur le foie ou les reins deviennent irréversibles et que la réalité leur saute au visage.

Le sevrage alcoolique peut même être encore plus dangereux que le fait de boire. Le pire que vous puissiez faire en tant qu’alcoolique chronique est d’arrêter « d’un coup ». Cela peut être très dangereux pour votre vie et peut se manifester des jours, voire même des semaines après le dernier verre. Le terme médical pour cet état profondément dangereux est delirium tremens, qui tue une personne sur cinq parmi les personnes affectées.

Parmi les symptômes du delirium tremens, on retrouve :

  • Crises épileptiques convulsives
  • Désorientation
  • Insomnie
  • Hallucinations
  • Agitation
  • Tremblements
  • Palpitations cardiaques et respiration rapide
  • Fièvre
  • Grave anxiété ou attaques de panique
  • Rythme cardiaque irrégulier
  • Pics de tension artérielle
  • Sudation intense

Tout le monde n’est pas sujet au delirium tremens et certaines personnes arrivent à arrêter l’alcool en arrêtant tout d’un coup. Néanmoins, c’est extrêmement risqué d’essayer.

Effets De L'Alcool Et Du Cannabis

LE CANNABIS À LA RESCOUSSE

Une récente étude de l’Université de Colombie Britannique à Vancouver a découvert qu’environ 50 % de tous les consommateurs de cannabis médical avaient délibérément fait la demande d’une carte de cannabis médical afin de substituer l’herbe à l’alcool.

Cette donnée est une indication phénoménale que la légalisation du cannabis à elle seule pourrait fortement réduire les statistiques catastrophiques liées à l’abus d’alcool et même renforcer les stratégies de prévention des risques.

De plus, un article publié dans le Journal of Neuroscience a conclu que le cannabis agissait comme bouclier neuroprotecteur contre les dégâts déjà provoqués par l’alcool dans le tronc cérébral. De plus, les auteurs suggèrent que l’herbe atténue fortement les graves symptômes de manque et facilite le chemin de la guérison totale.

Une chose que l’alcool fait très bien, c’est de perturber l’équilibre neurochimique naturel dans le cerveau, en augmentant la dopamine et le GABA (acide gamma-aminobutyrique). Il réduit aussi fortement la prévalence des récepteurs CB1, ce qui est dévastateur pour les concentrations d’endocannabinoïdes. C’est là où des cannabinoïdes comme le CBD entrent en jeu, en représentant une excellente stratégie pour aider à rééquilibrer les aspects chimiques du cerveau.

UNE STRATÉGIE POUR ARRÊTER DE BOIRE AVEC LE CANNABIS

Le simple fait de fumer de l’herbe tout en réduisant la consommation d’alcool aide déjà beaucoup. Mais pour ces moments plus difficiles où le manque devient plus intense, vous pourriez avoir besoin d’un peu plus d’aide.

Les aliments au cannabis sont un bon moyen de gérer les symptômes du sevrage. Non seulement les effets des aliments cannabiques sont plus forts, mais en plus ils durent considérablement plus longtemps. En mangeant du cannabis, vous ressentirez un effet plus physique que d’habitude, ce qui pourrait aider à atténuer les manques physiques.

L’insomnie, un effet secondaire de l’arrêt de l’alcool, est souvent indiquée comme une des causes majeures de rechute. Le manque de sommeil peut être envahissant et juste quelques nuits blanches d’affilée ne feront qu’empirer les symptômes de sevrage. En ingérant des aliments et boissons infusés au cannabis le soir, vous vous préparerez mieux pour un repos et une récupération bien méritée.

Enfin, comme nous l’avons déjà mentionné, ajouter du CBD à votre alimentation pourrait être d’une grande aide. Une grande partie de l’addiction à l’alcool s’appuie sur des « structures de récompense » faussées dans notre cerveau. Nous avons beau savoir consciemment que nous nous faisons du mal et nous empoisonnons avec les quantités que nous buvons, mais quand les envies surviennent, le cerveau fait taire son instinct de survie. L’addiction prend le dessus et la voix de la raison se tait.

Le CBD stimule les récepteurs CB1, « en prenant la place » pour retrouver un peu de la médiation neurale perdue provoquée par l’épuisement des endocannabinoïdes naturellement présents. Pour retrouver des niveaux normaux, un alcoolique en rémission pourrait avoir besoin de plusieurs mois avant de commencer à renverser les effets. Cependant, c’est une bonne option pour ceux qui ne souhaitent pas avoir les effets planants typiques du cannabis, mais qui comprennent à quel point le CBD peut être fondamentalement bénéfique.

Il doit être noté que nous ne sommes pas des professionnels de santé et que cet article ne devrait pas être considéré comme un substitut à une discussion avec votre médecin. C’est particulièrement vrai pour les alcooliques chroniques et ceux qui sont le plus exposés aux risques de maladies ou décès liés à l’alcool.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander