La ménopause entraîne souvent pour les femmes des expériences pénibles pour le corps et l’esprit. Le nombre de femmes ménopausées augmente avec l’allongement de l’espérance de vie, et le nombre de femmes qui se tournent vers le cannabis plutôt que d’autres médicaments pour soulage les symptômes de la ménopause va probablement augmenter aussi.

Il n’existe pas d’études spécifiques sur les effets du cannabis chez les femmes durant la ménopause actuellement. Mais nous savons que toutes les parties du système endocannabinoïde sont présentes dans le système génital. Les récepteurs endocannabinoïdes CB1 et CB2 sont présents dans les ovaires chez la femme et la science a prouvé que notre système endocannabinoïde essayait toujours de restaurer l’équilibre biochimique appelé homéostasie. C’est probablement aussi le cas avant, pendant et après la ménopause.

LE SYSTÈME ENDOCANNABINOÏDE POURRAIT GÉRER LA PRISE DE POIDS

Les premières études sur l’activité du système endocannabinoïde durant la ménopause prouve que les femmes en sous-poids, ou les femme qui entrent plus tôt en ménopause, ont aussi des niveaux d’endocannabinoïdes plus faibles. À l’opposé, une étude de 2013 a trouvé que les femmes ménopausées obèses avec des symptômes de diabète avaient des niveaux anormaux d’endocannabinoïdes dans le sang en comparaison à des sujet dont la sensibilité à l’insuline était normale. Avant cette étude, une étude de 2005 sur les femmes ménopausées a découvert que les femmes obèses avaient des niveaux accrus d’endocannabinoïdes.

La ménopause peut en fait provoquer une insulino-résistance, ce qui entraîne le diabète et l’obésité. Trouver la relation entre les endocannabinoïdes et le diabète post-ménopause pourrait ouvrir la voie à une thérapie à base de cannabis. Pour le moment, nous ne pouvons qu’observer que la prévalence de l’obésité chez les consommateurs de cannabis est bien plus faible que dans la population générale, comme le suggère une étude récente. Ce pourrait être une bonne nouvelle pour les femmes consommatrices de cannabis entrant en ménopause.

homeostasis equilibreCIBLER LES RÉCEPTEURS CB1 ET CB2 CONTRE L’OSTÉOPOROSE

Une autre sur-expression des propres cannabinoïdes du corps est présente chez les femmes ménopausées souffrant d’ostéoporose. Une étude de 2011 a trouvé que durant la ménopause, la surproduction des récepteurs CB2 provoquait une activité excessive dans les ostéoclastes, ce qui fait que la croissance de nouveaux tissus osseux est réabsorbée trop rapidement. Les ostéoclastes sont les cellules osseuses de notre système immunitaire qui décomposent en permanence les autres cellules osseuses pour réguler la croissance et la santé des os. Cette dernière étude ouvre la voie à l’utilisation des agonistes des CB2 ou des antagonistes du CB1 pour le traitement de l’ostéoporose.

D’autres études ont montré que l’inactivation des récepteurs CB1 et CB2 réduisent la décomposition excessive des os qui provoque l’ostéoporose, ce qui aide à entretenir une masse osseuse normale. Encore plus que dans le cas du diabète, ces résultats révèlent un futur développement d’une approche thérapeutique à base de cannabinoïdes pour l’ostéoporose, un trouble que les femmes peuvent rencontrer à la ménopause.

METTEZ VOTRE DOULEUR DE CÔTÉ

Alors que des médicaments aux cannabinoïdes contre le diabète et l’ostéoporose restent à développer, une vaste littérature clinique est disponible sur le cannabis et la réduction de la douleur. Le THC et le CBD ont une action analgésique, soit seuls, soit combinés l’un avec l’autre dans différentes proportions. En résultat, les dérivés du cannabis peuvent être de puissants anti-douleurs sans danger pour les patients atteints d’ostéoporose, d’arthrite rhumatoïde ou de douleurs neuropathiques. Certains autres symptômes typiques de la ménopause, comme les maux de têtes, le mal de dos et de poitrine, pourraient aussi être soulagés. Nous avons déjà mentionné que le cannabis peut être aussi efficace dans les douleurs menstruelles.

DORMEZ BIEN ET SOYEZ DE BONNE HUMEUR

Les cannabinoïdes accélèrent en général la survenue du sommeil, améliorent sa qualité et réduisent les risques de réveil au milieu de la nuit. Chez la plupart des gens, le cannabis augmente le temps passé en phase de sommeil profond, qui est le sommeil le plus réparateur. Cependant, de fortes doses de THC peuvent augmenter l’anxiété et le rôle du système endocannabinoïde dans la médiation des troubles psychologiques est loin d’être clair. Mais les femmes souffrant d’anxiété liée à la ménopause peuvent sans danger expérimenter du cannabis et ses extraits, surtout les produits riches en CBD certifiés par des producteurs dignes de confiance.

Tous les types de thérapies au cannabis sont fortement dépendants des doses, car elles peuvent avoir des effets différents selon la ratio CBD:THC de chaque produit. Sans oublier l’éventuelle présence d’autres cannabinoïdes et terpènes qui modifient encore plus l’effet thérapeutique. À faible dose, le THC agit comme antidépresseur, tout comme le CBD le fait sans action psychotrope et avec un puissant effet tranquillisant. Suffisamment d’éléments indiquent que les cannabinoïdes peuvent améliorer l’humeur. Et une fois de plus, avec le cannabis, il s’agit de trouve le bon mélange de composants et le bon dosage pour chaque trouble et chaque individu.

Terpène ancien remède excitation sexuelle cbd thcEnfin, le cannabis peut augmenter l’excitation sexuelle, lever certaines inhibitions et améliorer la sensibilité de la peau au toucher. L’effet aphrodisiaque de l’herbe pourrait même encore mieux fonctionner chez la femme que chez l’homme, c’est donc peut-être un autre effet bénéfique intéressant pour la femme ménopausée. Plus généralement, nous avons déjà parlé des différents effets que le cannabis peut avoir chez l’homme et la femme.

Dans de futurs développements de recherche, des scientifiques essayent de découvrir l’éventuelle relation entre les faibles niveaux d’œstrogènes chez les femmes ménopausées et en cours de ménopause, et le niveau des cannabinoïdes auto-produits. Comme de faibles niveaux d’œstrogènes pendant et après la ménopause pourraient avoir un énorme impact sur l’humeur et les troubles psychologiques, la possibilité que les cannabinoïdes puissent réguler la production de ces hormones est fascinante pour le futur de la médecine.

REDÉCOUVRIR UN ANTIQUE REMÈDE POUR LES MALADIES FÉMININES

Une fois de plus, la science confirme ce que l’ethnomédecine affirme déjà depuis des siècles. Consommer du cannabis pour soulager les symptômes de la ménopause n’a rien de nouveau et jusqu’à la prohibition, la weed était prescrite comme puissant analgésique pour les femmes ménopausées. Comme très peu d’études en labo ou d’études cliniques ont été menées sur le sujet, il n’existe pas de guide pour les proportions des composés du cannabis et le dosage pour les femmes en ménopause ou ménopausées. Cependant, dans cet article, nous avons découvert que les femmes pourraient avoir leurs variétés préférées.

Traiter les symptômes majeurs de la ménopause avec les cannabinoïdes demande une collaboration entre la patiente et un médecin expérimenté, surtout si la femme n’a aucune expérience préalable du cannabis. Comme il existe tant de produits différents, allant de complètement non psychoactif à très psychoactif, il est important de comprendre exactement quel dérivé du cannabis pourrait correspondre aux besoins de chaque personne au cours des différentes étapes de la vie.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander