The RQS Blog

.


By Steven Voser

La NBA a conclu un accord de principe avec ses joueurs qui promet de mettre fin aux dépistages et à l’interdiction du cannabis.


L’accord a été annoncé à la suite des négociations pour la saison 2023–24 entre la ligue et la National Basketball Players Association, qui ont eu lieu le 1ᵉʳ avril. Bien que l’accord doive encore être ratifié par les deux parties, il promet de supprimer le cannabis de la liste des substances contrôlées par le dépistage de drogues de la ligue, potentiellement jusqu’en 2030.

Ce n’est pas la première fois que la NBA adopte une approche nouvelle et plus laxiste à l’égard du cannabis. Elle a d’abord supprimé les tests de dépistage du cannabis pour les matchs de la bulle Disney World de 2020 afin de donner la priorité aux tests de dépistage des améliorateurs de performance et des drogues à haut risque comme la cocaïne et la méthamphétamine. Cela permet aussi de minimiser le risque que les joueurs attrapent le COVID-19, une mesure qui a ensuite été étendue à l’ensemble de la saison 2021. Ceci dit, l’accord conclu cette année serait la première approche à long terme de la ligue pour changer son positionnement sur le cannabis.

NBAPA
Membres de la NBAPA

Les grands noms de la NBA et le cannabis : un amour aussi fusionnel que le vin et le fromage

La décision d’arrêter les tests et les interdictions du cannabis place la NBA parmi les quelques ligues sportives nord-américaines qui ont assoupli leur politique en matière de cannabis avec la NHL (qui ne punit pas la consommation de cannabis), la Major League Baseball (qui l’a retiré de sa liste de « drogues d’abus » en 2019) et l’UFC (qui a cessé de pénaliser les joueurs qui en consommaient en 2021). Pour de nombreux joueurs de la NBA, l’arrêt des tests et des interdictions de consommation de cannabis est une réelle bouffée d’air frais.

« Frère, 85 % des joueurs [de la NBA] fument », déclare[1] l’ancien attaquant des Knicks, Al Harrington, dans une interview accordée à GQ. Harrington, ainsi que d’autres grands joueurs de la NBA comme Allen Iverson (qui possède sa propre variété de fleurs riche en THC), ont clairement indiqué que le cannabis fait partie intégrante de la vie de nombreux athlètes de la NBA.

Al Harrington
Al Harrington est désormais un investisseur connu dans l'industrie du cannabis

JR Smith a également parlé publiquement de la façon dont lui et d’autres joueurs de la NBA ont utilisé le cannabis pour fonctionner pendant qu’ils jouaient dans la bulle Disney World de 2020. Smith[2] déclare à Stephen Jackson et Matt Barnes sur le podcast All the Smoke : « On enchaînait les joints là-dedans. En vrai, c’était le seul moyen d’être vraiment fonctionnel et de supporter tout ça ». Jackson a même fait publiquement l’éloge de Don Nelson, l’entraîneur des Golden State Warriors, pour avoir été « cool » avec les joueurs consommant du cannabis.

Jackson raconte[3] à Michael Rapaport sur le podcast I Am Rapaport : « Alors que moi et Baron [Davis] sortions des vestiaires en criant, tout excités par notre dernière autorisation confirmant que nous pouvions fumer jusqu’à la fin de la saison, Don Nelson nous a félicités avec des high-five, genre “Ouais, on peut fumer maintenant !” »,

Pourquoi le cannabis ?

Ces dernières années ont été marquées par des changements spectaculaires dans la façon dont les gens perçoivent[4] le cannabis. Ce changement a ouvert la voie aux athlètes, y compris aux joueurs de la NBA, qui se sont exprimés sur les façons très réelles dont le cannabis les aide dans leur carrière. La gestion du stress figure en haut de la liste.

Dans son interview avec GQ, Al Harrington a vanté les mérites du cannabis pour sa capacité à aider les athlètes à gérer le stress. « C’est un moyen sûr et alternatif de gérer tout le bordel », a déclaré Harrington.

« Oui, nous sommes des surhommes. On se fait beaucoup d’argent. Mais nous avons constamment beaucoup de stress et de problèmes à gérer. Alors quel est notre vice ? Qu’est-ce qui nous permet de lâcher prise ? Qu’est-ce qui est à notre disposition ? Le cannabis est disponible à des fins récréatives ou dépénalisé dans 18 franchises de la NBA. Je paie des impôts dans cet État, je joue au basket dans cet État, et vous allez me dire que je ne peux pas aller au dispensaire ? C’est complètement absurde. »

Matt Barnes
L'ancien joueur Matt Barnes est également une voix éminente du mouvement pro-cannabis

En plus d’admettre être high dans l’émission My Guest Needs No Introduction de David Letterman, Kevin Durant a parlé[5] du potentiel du cannabis pour aider les athlètes professionnels à gérer le stress et la pression. « Personnellement, le cannabis élimine un peu les distractions de mon cerveau et m’apaise. C’est comme un verre de vin », a déclaré Durant.

En plus de les aider à gérer le stress, le cannabis peut également être très efficace pour aider les professionnels de la NBA à faire face à la douleur physique. Jouer jusqu’à 82 matchs pendant 6 mois chaque année (et plus si l’équipe atteint les finales) fait évidemment des ravages sur le corps. Et c’est sans parler de l’entraînement rigoureux auquel sont soumis les joueurs de la NBA, ni des contacts physiques qu’ils subissent en cours de match. Enfin, comme tous les athlètes professionnels qui poussent leur corps dans ses derniers retranchements, les joueurs de la NBA ne sont pas étrangers aux blessures. Les plus fréquentes[6] en NBA touchent les ligaments, les tendons, les muscles et les os du bas du corps, en particulier le genou, la cheville et le pied.

Eugene Monroe, ancien attaquant des Baltimore Ravens, est sans doute l’une des plus grandes voix du sport nord-américain à s’être exprimé sur le potentiel thérapeutique du cannabis. Après avoir joué sept ans au football américain, Eugene a appris à survivre à la douleur, souffrant de blessures au genou et de traumatismes crâniens. Aujourd’hui, Monroe a créé sa propre entreprise de cannabis et s’est donné pour mission de parler des dangers de l’abus d’opioïdes chez les athlètes professionnels et de la façon dont le cannabis peut être une alternative naturelle et sûre aux médicaments dangereux et addictifs délivrés sur ordonnance.

Légalisation : un ras de marée verdoyant à l’horizon

En dehors de la NBA et de la NFL, l’UFC compte également d’innombrables athlètes qui ne jurent que par le cannabis dans le cadre de leurs routines d’entraînement et de récupération. En dehors du monde du sport professionnel, la consommation de cannabis connaît une croissance exponentielle et nous observons un réel ras de marée de la légalisation. Si la Californie a ouvert la voie en 1996 avec l’approbation de la Proposition 215 (qui légalisait l’usage du cannabis médical), 21 États ont depuis lors légalisé le cannabis d’une manière ou d’une autre (ou adopté une législation qui promet une forme de légalisation future), ainsi que Guam, les îles Mariannes du Nord, les îles Vierges des États-Unis et Washington.

Le mouvement de légalisation ne montre aucun signe de ralentissement. Des recherches menées par le Pew Research Center[7] en 2022 montrent que 90 % des citoyens américains soutiennent la légalisation de la weed à des fins médicales ou récréatives. Entre-temps, les changements législatifs dans le Minnesota[8], l’Ohio, l’Oklahoma et la Pennsylvanie semblent plus proches que jamais, ce qui laisse présager un avenir plus brillant et plus vert pour tous. Alors que le cannabis continue d’être de plus en plus accepté aux États-Unis et dans d’autres parties du monde, d’autres grandes ligues sportives devront-elles modifier leur politique en matière de cannabis ? Même sans boule de cristal, il semble qu’il devient de plus en plus accessible, même pour les athlètes professionnels sous les feux de la rampe.

Sources Externes
  1. Allen Iverson’s Sky-High Life | GQ https://www.gq.com
  2. https://www.mediaite.com/sports/j-r-smith-reveals-the-nba-bubble-reeked-of-marijuana-we-was-blowing-it-down-in-there/
  3. Ex-NBA player Stephen Jackson says he sometimes smoked marijuana before games https://www.espn.com
  4. Marijuana Statistics in the US: Cannabis Use & Abuse (2023 Data Update) - CFAH https://cfah.org
  5. My Next Guest Needs No Introduction with David Letterman | Kevin Durant Talks Weed - YouTube https://www.youtube.com
  6. Epidemiology and injury trends in the National Basketball Association: Pre- and per-COVID-19 (2017–2021) | PLOS ONE https://journals.plos.org
  7. Overwhelming support for legal recreational or medical marijuana in U.S. | Pew Research Center https://www.pewresearch.org
  8. https://mjbizdaily.com/4-states-have-a-good-shot-at-legalizing-recreational-marijuana-in-2023/
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.