Si vous êtes un jeune lecteur, il y a des chances pour que vous n’ayez jamais essayé la brick weed. Grace au mouvement de la culture maison et désormais celui de la légalisation du cannabis, les briques de cannabis compressées dans le but d’en faciliter le transport ne sont plus aussi indispensables qu’elles ne l’étaient.

Néanmoins, il y a des chances pour que vous ayez déjà entendu parler de cette bonne vieille « brick weed ». Dans cet article, nous nous intéresserons en détail aux bricks weed et à leurs méthodes de production.

LA BRICK WEED, C’EST QUOI ?

Quand on parle de brick weed, on fait simplement référence au cannabis qui aurait été condensé et pressé sous la forme de brique. Ce phénomène était très populaire outre-atlantique, où ces briques passaient clandestinement la frontière mexicaine. Le processus de compression du cannabis sous la forme de briques facilitait alors grandement le transport, et la brick weed était facilement le type de cannabis le plus consommé avant que la culture maison ne commence à décoller dans les années 1970 à 1980.

De nos jours, des bricks weed se vendent encore en Amérique du Sud, en Amérique Centrale, ou en Asie. En Amérique du Sud, les bricks weed sont généralement produites au Paraguay et exportées vers les pays frontaliers tels que le Brésil et l’Argentine (là ou on nommera ce type d’herbe du « paraguayo » ou du « prensado »).

Brick Weed Cannabis

LA BRICK WEED, C’EST DE LA BONNE ?

De temps en temps, on peut entendre un connaisseur du cannabis vétéran radoter à propos de l’excellente brick weed qu’il ou qu’elle aurait fumé « à l’époque ». Et c’est vrai, la brick weed peut être, et était parfois, de très haute qualité. Pourtant, pour avoir vécu et voyagé en Amérique du Sud, je n’ai jamais vu une brick weed qui soit un tant soit peu « bonne ».

La plupart du temps, en Amérique du Sud, la brick weed pèse aux alentours de 25 g. Sa couleur varie généralement entre le marron et le noir et son odeur est puissante, âcre, épicées et de temps en temps, rappelle l’ammoniac. Il faut généralement scier le matos avec un couteau pour pouvoir l’émietter, et il sera rempli de graines et de tiges. Lors de la « dégustation », la brick weed a le goût de son odeur (elle est donc à ch*er), est incroyablement piquante et agressive pour la gorge et les poumons et elle provoque un high sédatif trop puissant.

COMMENT SONT FABRIQUÉES LES BRICK WEED ?

Afin de mieux comprendre pourquoi les brick weed sont à ce point mauvaises, intéressons-nous à leur méthode de production.

Pour produire une brick weed, c’est simple, contrairement aux têtes trouvables en dispensaire ou en coffeeshop, il ne faut ni la manucurer, ni lui faire subir de curing. À la place, le cannabis est récolté, séché, puis pressé sous forme de brique grâce à une presse hydraulique.

En 2017, un journaliste brésilien spécialisé dans le cannabis nommé Matias Maxx discuta de la production de brick weed au Paraguay. Maxx eut la chance de visiter une ferme cannabique située à la frontière séparant le Paraguay du Brésil, il vit de ses propres yeux les rouages derrière la production de la weed qui a saturé le marché de la plupart des pays d’Amérique du Sud. Il discuta de son voyage en 2017, lors de l’Expocannabis en Uruguay.

Maxx mentionna rapidement le fait que les plantes utilisées afin de produire les bricks weed étaient excellentes, provenant souvent de graines de qualité supérieure tirées de banques de graines réputées. Il mentionna que les plantes étaient bien cultivées, bien que des mâles aient tendance à envahir les plantations et fertiliser les femelles. Le problème des bricks weed, selon Maxx, c’est la manière dont elles sont produites.

Weed Cannabis

Lors de la récolte, des branches entières de cannabis sont empilées dans des grands cadres et sont séchées. Tant de matières végétales si proche les unes des autres piège l’humidité et certaines parties de la plante commencent à pourrir, c’est cela qui donne à la brick weed cette odeur d’ammoniac.

Une fois les branches séchées, les têtes sont arrachées des branches et sont secouées afin de se débarrasser des plus grosses feuilles. C’est à ce moment précis qu’un tas de trichome est perdu et que de nombreuses feuilles, branches, et graines sont conservées.

Enfin, le cannabis séché est chargé au sein d’une presse hydraulique, qui viendra produire un bloc de weed massif, pesant 50 kg. Celui-ci sera ensuite découpé en plus petites briques, emballé dans du plastique, serré à coup de scotch, puis expédié.

LA FIN DES BRICK WEED

Comme nous l’avons mentionné auparavant, la brick weed est bien moins populaire de nos jours. On trouve deux principales raisons derrière cela.

Dans les années 1970-80, la culture de cannabis dans son propre domicile est devenue bien plus simple. Grâce aux équipements de culture intérieure, les gens pouvaient désormais commencer à cultiver du cannabis depuis le fond de leur maison, sans attirer les soupçons du voisinage ni celui de la police. De plus, grâce à l’établissement de banques de graines, les gens pouvaient même mettre la main sur des génétiques de haute qualité, sélectionnée d’une main de maître afin de réagir parfaitement aux environnements d’intérieur.

Et maintenant, grâce à la légalisation lente (mais constante) du cannabis dans le monde entier, il est bien moins nécessaire de compresser la weed afin de l’expédier et de la transporter. Pour la plupart des jeunes fumeurs, cela signifie qu’ils n’auront jamais à endurer la torture de scier une brique d’herbe brunâtre et de faire face à sa fureur et son horreur.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.