La puissance est un grand sujet dans le monde du cannabis. Ces dernières années, une des principales discussions sur la puissance du cannabis a tourné autour de la différence de puissance entre l’herbe de nos jours et l’herbe pleine de graines que les hippies des années 1960 et 1970 fumaient. Mais à quel point l’herbe des hippies était différente de ce que l’on peut acheter dans les dispensaires légaux, coffeeshops et cannabis clubs de nos jours ? Lisez la suite pour le découvrir.

L’herbe est-elle plus forte qu’elle ne l’était par le passé ?

Oui, le cannabis actuel est absolument plus fort que l’herbe que vos parents et grands-parents fumaient. Même si la prohibition a évidemment forcé tout le mouvement du cannabis à passer sous les radars pendant des décennies, cela n’a pas empêché les généticiens et cultivateurs de cannabis de faire des avancées majeures pour renforcer la puissance de l’herbe.

Comme nous allons bientôt le voir plus en détail, la puissance du cannabis a augmenté de manière exceptionnelle (plus de 300%) au cours des 40–50 dernières années. Parmi les grands facteurs qui ont influencé cette énorme augmentation de puissance, on peut citer la demande des consommateurs, les nouvelles techniques et technologies de culture et bien d’autres.

  • Comment la puissance du cannabis a changé de 1995 à 2018

En septembre 2019, l’US National Center for Natural Products Research a publié une analyse détaillée de la puissance du cannabis dans le cadre de son Potency Monitoring Program trimestriel. L’analyse a été menée par la School of Pharmacy de l’Université du Mississippi qui a analysé un total de 486 spécimens de cannabis. 477 de ces spécimens étaient des fleurs de cannabis séchées et affinées et 9 étaient de l’huile de hasch de cannabis plus puissante.

Chaque spécimen a été analysé par chromatographie gazeuse (GC) afin de déterminer sa puissance en THC ainsi que les cannabinoïdes secondaires qui contribuent à son profil chimique. Cela concernait les composés suivants : CBD, CBC, delta-8-THC, CBNCBG et THCV. L’étude a ensuite examiné la puissance de ces échantillons et les a comparés au nombre total d’échantillons ayant été testés depuis 1995 (soit un total de 56 949 échantillons de fleurs de cannabis, 888 échantillons de haschich et 468 échantillons d’huile de hasch).

L’étude montre que la puissance du cannabis a clairement augmenté depuis le milieu des années 1990. En 1995, le pourcentage en THC moyen de tous les échantillons était d’environ 3,5 %. En 2005, la concentration moyenne en THC était d’environ 7 % et en 2018 les niveaux de THC dépassaient juste les 15 %.

Comment la puissance du cannabis a changé de 1995 à 2018
  • Changements dans les ratios THC:CBD

Le cannabis a radicalement changé ces 40 dernières années et pas uniquement par rapport à sa teneur en THC . Heureusement, le mouvement de légalisation et le changement de perception sur le cannabis ont ouvert la voie à des études et des rapports qui ont grandement alimenté notre compréhension de cette antique plante.
Alors que l’on commençait à en savoir plus sur le cannabis et les manières uniques et complexes par lesquelles il interagit avec le corps, on a rapidement compris qu’il y a bien plus dans l’herbe que le simple THC. Voilà pourquoi le cannabis n’a pas uniquement changé dans sa teneur en THC, mais aussi dans sa concentration d’autres composés et cannabinoïdes, en particulier le CBD.

En résultat, le marché a vu une augmentation constante de cultivars exprimant des ratios CBD:THC diversifiés, en particulier ceux qui présentent une répartition 1:1.

  • Une note sur les tests du cannabis et leur potentielle contribution aux changements de puissance

Même s’il ne s’agit pas de nier que le cannabis moderne est bien plus puissant que le cannabis des années 70, 80, 90 et 2000, on pense également qu’il est important de souligner que les tests réalisés sur le cannabis ont également fortement changé.

De nos jours, le cannabis est cultivé sur tout le territoire des États-Unis grâce à l’explosion des marchés légaux récréatif et médical dans des états tels que la Californie, le Colorado, le Nevada, etc. Cela signifie que les échantillons sont bien plus frais que ce qu’ils pouvaient être il y a 30–40 ans quand la plupart du cannabis dans le monde était cultivé en Colombie et au Mexique. Le THC se dégrade avec le temps et plus rapidement s’il est exposé à l’air, à la chaleur ou à la lumière. Donc, il est très probable que les échantillons de cannabis des années 80 et 90 aient été testés comme moins puissants car ils ont été analysés des mois, voire des années, après leur récolte.

Qu’est-ce qui a provoqué l’augmentation de puissance du cannabis avec le temps ?

Chez RQS, nous croyons fermement que la puissance du cannabis a augmenté notablement au cours des 50 dernières années. Pas uniquement grâce aux données du Potency Monitoring Program réalisé par l’US National Center for Natural Products Research et autres études similaires, mais aussi parce que nous savons à quel point les techniques de sélection et de culture du cannabis ont évolué depuis les années 1960 et 1970.

En même temps, nous pensons qu’il est important de comprendre les variables qui pourraient affecter les données présentées sur le sujet.

  • Une note sur la loi dite « Iron Law of Prohibition »

Dans les innombrables débats entourant la puissance du cannabis, l’Iron Law of Prohibition est quelque chose qui est toujours mentionné. Cette théorie, présentée pour la première fois par Richard Cowan en 1986, déclare simplement que la prohibition du cannabis, ou de toute autre substance, ouvre la voie pour que cette substance devienne plus puissante et plus concentrée.

Cowan affirmait que la prohibition était une des principales raisons pour la puissance toujours plus haute du cannabis, car elle encourageait naturellement les producteurs de cannabis à créer des produits plus puissants vendus à un prix plus élevé et afin d’aider à éviter d’être repéré par les autorités.

Cowan a également étendu sa théorie à la cocaïne et l’héroïne, dont il dit qu’elles ont gagné en popularité une fois qu’elles sont devenues plus faciles à transporter en contrebande que leurs versions moins puissantes (feuilles de coca et opium) et évidemment vendues à un prix plus élevé en raison de leur production plus élaborée et de leur puissance plus élevée.

Une note sur la loi dite « Iron Law of Prohibition »
  • Comment la culture Sinsemilla a tout changé

Même si la théorie de l’Iron Law de Cowan est tout à fait intéressante, nous pensons que d’autres facteurs ont plus probablement affecté le changement considérable dans la puissance du cannabis ces dernières 4–5 décennies.

Il y a cinquante ans, la culture du cannabis ne ressemblait en rien à celle d’aujourd’hui. La plupart de l’herbe consommée par les hippies dans les années 1960 et 1970 serait, selon les standards d’aujourd’hui, considérée comme étant de mauvaise qualité. Les têtes étaient petites, avec peu de résines et probablement pleines de graines, de feuilles et de tiges. C’est parce que la sinsemilla — l’herbe de cannabis sans graines cultivée dans le but d’être fumée — n’existait pas à l’époque, tout comme les installations de culture en intérieur haut de gamme que nous connaissons bien de nos jours.

A la place, la plupart du cannabis que vos parents et grands-parents fumaient avait probablement poussé en extérieur en Colombie, au Mexique ou au Maroc (qui comptaient à l’époque parmi les plus gros producteurs de cannabis).

Afin de faciliter le transport et d’éviter d’être repéré, les matières végétales récoltées étaient souvent pressées sous forme de briques et avaient déjà généralement plusieurs mois quand elles arrivaient dans les mains du consommateur final. La combinaison entre l’absence de connaissances sur la culture Sinsemilla et les mauvaises conditions de transport ont certainement contribué à la faible puissance du produit fini qui se vendait au marché noir aux États-Unis et en Europe.

Le boom du cannabis d’intérieur

a culture du cannabis a commencé à se déplacer en intérieur dans les années 1980 et la technologie nécessaire au fonctionnement des espaces et tentes de culture en intérieur n’a pas cessé de s’améliorer depuis. Même si on ignore qui a inventé la culture de l’herbe sans graines sinsemilla, on sait qu’elle est devenue toujours plus populaire à partir des années 1980 et qu’elle a eu un énorme impact sur la manière dont on fait pousser de l’herbe de nos jours.

Actuellement, nous vivons « l’âge d’or » du cannabis. Il suffit de se rendre dans un dispensaire légal, un coffeeshop ou un cannabis club pour avoir accès à du cannabis frais, sans graines et débordant de cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes, ainsi qu’un large éventail de comestibles, extraits, cires, teintures et bien d’autres.

Si vous êtes un cultivateur amateur, vous avez désormais accès à des milliers de variétés issues de différentes banques de graines (alors qu’un cultivateur hippie n’avait probablement que les graines au fond de son pochon d’herbe). Vous avez également accès à tout l’équipement dont vous pourriez avoir besoin pour installer une pièce ou tente de culture exceptionnelle, pour à peine plus de quelques centaines d’euros.

Les engrais utilisés pour cultiver du cannabis ont aussi été grandement améliorés et, grâce à internet, le cultivateur de nos jours a accès à toutes sortes d’information pour l’aider à cultiver des plants de cannabis plus grands, plus puissants et en meilleure santé. Autant de choses auxquelles les hippies des années 1960 et 1970 n’avaient pas accès.

Le boom du cannabis d’intérieur

Les temps changent : où va le cannabis moderne

Pendant longtemps, le THC a été considéré comme la principale composante d’importance dans le cannabis. Par conséquent, la plupart des variétés de cannabis mises sur le marché ces 30 dernières années ont été principalement riches en ce cannabinoïde. Cependant, cela commence à changer, car notre compréhension du cannabis évolue et grandit.

Grâce à de nouvelles recherches, on commence à reconstruire notre profonde connaissance collective du cannabis, des composés qu’il renferme et de la manière dont ils interagissent avec notre corps. Avec ces changements, nous assistons à un fort glissement des préférences des consommateurs vers des variétés au contenu en cannabinoïdes et terpènes plus équilibrés.

On apprend par exemple que, même si le THC est un composé extrêmement puissant et bénéfique, il peut être trop écrasant à fortes doses et pourrait être de préférence couplé à de plus fortes concentrations de composés secondaires comme le CBD, le CBG, le CBN et d’autres.

Nous n’avons à ce jour fait qu’effleurer la surface de la connaissance du cannabis. Plus d’études sur cette plante unique sont nécessaires afin de réellement comprendre son potentiel et comment l’utiliser au mieux dans notre vie, que ce soit à des fins récréatives, holistiques ou spirituelles. Heureusement, nous sommes plus proches que jamais de la découverte du rôle important que le cannabis peut jouer dans la vie de l’homme.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.