Chez Royal Queen Seeds, nous sommes avides des meilleures informations et connaissances concernant le cannabis. Lors de nos entretiens, nous nous adressons à des figures venues de toute l’industrie du cannabis. Aujourd’hui, nous avons le plaisir de nous adresser à Andreu.

Bonjour, moi c’est Andreu. Je suis un biologiste de 27 ans, spécialisé dans la sélection végétale. Le cannabis est une culture qui m’a toujours passionnée. Cette passion m’a poussé à mener un projet sur l’application thérapeutique des cannabinoïdes durant mes études. En ce moment, je contribue à différents projets de recherche et développement. Parmi ceux-ci, on trouve un programme de sélection concentré sur la création de nouvelles variétés de cannabis.

(Écoutez-le aussi dans Spotify et Apple Podcast)

En plus de notre Podcast Interview avec Andreu. ✍️
Nous avons fait un Q&R exclusif sur cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes pour donner à nos lecteurs des conseils. Vous pouvez retrouver les idées de Andreu ci-dessous !

1. Que sont les cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes d’un plant de cannabis ?

Tous ces composants sont des métabolites secondaires de la plante qui ne sont pas directement impliqués dans la croissance, mais dans l’interaction entre la plante et son environnement. Les cannabinoïdes et terpènes sont produits dans une plus large quantité chez les fleurs femelles et à une moindre échelle, dans les feuilles. Cependant, les flavonoïdes se trouvent principalement chez les feuilles de la plante.

Les cannabinoïdes englobent un groupe de structure très large qui se lie aux récepteurs de cannabinoïdes de notre corps. Les cannabinoïdes ne se trouvent pas seulement dans les plants de cannabis. Il existe aussi les endocannabinoïdes (ceux produits par notre cerveau) et les cannabinoïdes de synthèse qui sont quant à eux créés en laboratoire. Pour l’instant, 150 cannabinoïdes ont été découverts au sein du cannabis et très peu d’entre eux sont psychotropes.

Les terpènes sont des substances volatiles qui définissent les caractéristiques organoleptiques (saveurs et arômes) d’une plante. Ils sont responsables du bon ou du mauvais goût d’une plante lors de sa consommation.

Enfin, les flavonoïdes sont des composés phénoliques qui ont su gagner en importance ces dernières années grâce à leur fonction antioxydante. Chez les plantes, de nombreux flavonoïdes sont exprimés sous la forme de pigments. Par exemple, lorsque l’on remarque qu’un plant de cannabis devient violet, la raison derrière cela est le fait que les compartiments au sein de la cellule (appelés vacuoles) ont accumulé un plus grand taux d’anthocyanes et de ce fait, ont pris une pigmentation violette.

2. Pourquoi le cannabis produit-il ces substances de manière naturelle ?

Les plantes produisent des milliers de composés chimiques et le cannabis ne déroge pas à cette règle. Bien que les cannabinoïdes et terpènes ont des effets très différents sur les gens, la plante les synthétise dans un objectif commun : se défendre contre les insectes herbivores. Il est intéressant de noter que les insectes sont dépourvus de système endocannabinoïde et n’y répondent donc pas de la manière que les humains. Par exemple, il a été prouvé que le THCA induit la mort cellulaire chez les cellules d’insectes.

Certains chercheurs indiquent que les cannabinoïdes protègent aussi la plante à l’encontre des bactéries et des champignons en raison de leur activité antifongique et antibiotique. De plus, les terpènes protègent aussi la plante à l’encontre des hautes températures. La stratégie de la plante est claire : conserver ces substances protectrices dans les trichomes localisés sur les fleurs femelles : la partie de la plante la plus importante, là où naissent les graines.

Enfin, la plante produit des flavonoïdes afin de capturer certaines longueurs d’onde lumineuse différentes de la chlorophylle, c’est pourquoi certaines couleurs sont produites par les feuilles et les fleurs. De plus, ils protègent aussi la plante des radiations UV.

Pourquoi le cannabis produit-il ces substances de manière naturelle ?

3. Dans la même variété de cannabis, peut-on toujours s’attendre aux mêmes taux de cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes ?

Non, même si cela serait l’idéal. La biologie indique qu’un phénotype est l’expression d’un ensemble de gènes dans un environnement donné. Selon cette simple équation, toutes les plantes d’une même variété devraient contenir les mêmes gènes impliqués dans la production de cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes.

Cependant, puisque ces traits complexes sont contrôlés par de nombreux gènes, il y a toujours de petites variations génétiques. De plus, les conditions de culture devraient être complètement constantes pour tous les plants en termes de substrat, d’irrigation, de fertilisation, de température, de lumière, de ventilation, etc..

"Pour obtenir un bon profil de terpènes, n’en faites pas trop avec les engrais durant la phase de floraison, car ceux-ci affecteraient la saveur." 

4. Quels cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes prédominent dans la plante ?

Pour l’instant, les cannabinoïdes prédominants du cannabis sont le THC et le CBD. Cependant, ces dernières années, nous pouvons trouver des variétés avec des cannabinoïdes mineurs tels que le cannabigérol (CBG), cannabichromène (CBC), cannabidivarine (CBDV) et tétrahydrocannabivarine (THCV). Ce dernier a des propriétés psychotropes. À ce sujet, j’ai vu que Royal Queen Seeds avait sorti deux variétés avec des cannabinoïdes mineurs, une avec du CBG et l’autre du CBDV.

En ce qui concerne les terpènes, je voudrais souligner le pinène, myrcène, limonène, linalool et caryophyllène. Chaque terpène contribue à un arôme spécifique du profil organoleptique d’une variété. Enfin, même si l’on comprend moins bien les flavonoïdes, certains sont exclusifs au cannabis, tels que les cannflavines A, B et C qui montrent des fonctions anti-inflammatoires.

5. Quelle est leur action sur l’organisme ?

Les cannabinoïdes se lient aux récepteurs de cannabinoïdes présents dans tout notre corps. On trouve deux principaux récepteurs de cannabis : le CB1 et le CB2. Pour cette raison, un cannabinoïde peut agir en tant que récepteur de cannabinoïde localisé dans le cerveau, ainsi que dans l’intestin ou dans une cellule du système immunitaire.

Les terpènes et les flavonoïdes, quant à eux, participent de la modulation de l’action pharmacologique des cannabinoïdes par le biais de l’effet d’entourage. De ce fait, les terpènes et flavonoïdes modifient l’action des cannabinoïdes dans notre organisme. Par exemple, en 2018, une étude préclinique sur le cancer du sein fut publiée et montra qu’une plus grande efficacité antitumorale fut obtenue avec une préparation de THC comprenant des terpènes et flavonoïdes qu’avec un THC isolé. Cependant, le mécanisme moléculaire impliqué entre les cannabinoïdes, les terpènes et les flavonoïdes de notre corps n’ont pas encore été décrits.

Quelle est leur action sur l’organisme ?

6. Pourquoi le THC nous fait planer et pas le CBD ?

Lorsque l’on étudie le THC et le CBD, on peut voir que leur structure chimique est très similaire. En effet, leur composition chimique est exactement la même : 21 atomes de carbone, 30 atomes d’hydrogène et 2 atomes d’oxygène. Pour autant, l’arrangement de ces atomes est différent et de ce fait, leurs propriétés chimiques et pharmacologiques sont distinctes.

Mais pourquoi le THC est-il psychotrope alors que le CBD ne l’est pas ? C’est très simple : pour comprendre cela, nous devons observer la manière dont ils interagissent avec les récepteurs cannabinoïdes CB1, localisés principalement au sein du système nerveux central. L’effet psychoactif du THC est dû à son activité agoniste avec le récepteur CB1. Il se lie avec une forte affinité et l’active, donnant ainsi lieu à des effets psychotropes.

Cependant, le CBD se lie avec une très faible affinité à ces récepteurs et agit aussi en tant que modulateur allostérique négatif. Cela signifie que son lien n’active pas le récepteur, mais réduit son activité et de ce fait, la stimulation d’autres cannabinoïdes tels que le THC. Pour cette raison, une fleur avec de hauts niveaux de THC et de faibles niveaux de CBD auront toujours un plus grand effet psychotrope que des fleurs riches en THC et riches en CBD.

7. Quelle Est La Différence Entre Cannabinoïdes Naturels Et Cannabinoïdes Synthétiques ?

Un cannabinoïde de synthèse est une molécule synthétique qui imite la structure moléculaire du THC ou du CBD afin d’interagir avec les récepteurs cannabinoïdes. Ces composés sont créés pour l’enquête de possibles effets thérapeutiques et l’étude de la pharmacologie des récepteurs de cannabinoïdes, même si, ces dernières années, elles ont aussi été consommées sous la forme de drogues.

Pour un usage récréatif, les cannabinoïdes de synthèse sont mélangés et pulvérisés sur la matière végétale à l’aide de solvant type acétone ou méthanol destinés à dissoudre les cannabinoïdes. Ils sont vendus illégalement comme encens, agents de saveur et engrais sous les noms de « Spice », « K2 » et « Mojo ».

Il nous faut clarifier que ces substances ne sont en aucun cas des cannabinoïdes naturels, ni même du cannabis. De ce fait, leur consommation est dangereuse. Par exemple, HU-210 a été prouvé comme 100–800 fois plus puissant que le THC. De plus, ces composés n’ont pas été testés sur les humains ni sur les animaux et il semble que les fabricants aient tendance à créer de nouvelles variantes dès qu’elles sont déclarées illégales. L’EMCDDA (European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction) a détecté un total de 169 différents cannabinoïdes de synthèse à ce jour.

8. Peut-on augmenter la production de cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes d’une plante ?

Of course we can. From my point of view, it is essential to optimise all growing conditions to obtain the maximum expression of these traits. Personally, I would specifically focus on lighting and fertilisation.

Bien sûr que c’est possible ! De mon point de vue, il est essentiel d’optimiser les conditions de culture pour obtenir un maximum d’expression de ces traits. Personnellement, je me concentre tout particulièrement sur l’éclairage et la fertilisation.

Plusieurs études ont montré que les éclairages LED augmentaient la production totale de cannabinoïde comparée aux lampes à sodium haute pression (HPS). De plus, les UV-B ont été montrés comme capables d’augmenter les concentrations en THC et en flavonoïdes. En ce qui concerne la fertilisation, durant les phases de floraison, il est très important d’offrir assez de macronutriments à votre plante (surtout du phosphore et du potassium) ainsi que suffisamment de micronutriments sans provoquer de toxicité.

Pour obtenir un bon profil de terpènes, n’en faites pas trop avec les engrais durant la phase de floraison, car ceux-ci affecteraient la saveur. Enfin, afin d’observer des flavonoïdes tels que les anthocyanes, il n’est pas nécessaire d’augmenter directement leur production, mais de leur offrir un environnement plus frais, afin que la plante dégrade la chlorophylle et obtienne cette couleur violette.

Peut-on augmenter la production de cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes d’une plante ?

9. Les cannabinoïdes changent-ils en fonction de la manière dont ils sont consommés ?

Oui, ils changent. Le cannabis peut être consommé par inhalation ou par ingestion. Dans le cas de sa fumée, dès le moment où ils sont exposés à une flamme, les cannabinoïdes sont décarboxylés de leur forme acide (THCA et CBDA) vers leur forme neutre (THC et CBD). Une fois que la fumée atteint les poumons, ces cannabinoïdes pénètrent le système sanguin et leur concentration culmine au bout de 2–10 minutes.

Cependant, lorsque l’on consomme du cannabis en le mangeant, cette décarboxylation n’a pas lieu, alors nous consommons des cannabinoïdes sous leur forme acide (THCA et CBDA) sans les effets recherchés. Pour cette raison, il est nécessaire de commencer par décarboxyler les cannabinoïdes en les chauffant. Une fois ingéré, le THC est métabolisé par le foie en 11-hydroxy-delta(9)-tétrahydrocannabinol, un métabolite psychotrope similaire au THC et le CBD est quant à lui converti en 7-hydroxy-cannabidiol. Les effets de la consommation du cannabis par voie orale apparaissent entre 30 et 90 minutes après consommation, ils culminent après 2 ou 3 heures.

10. Quel est le meilleur processus de décarboxylation pour les cannabinoïdes ?

Comme mentionné ci-dessus, la décarboxylation a lieu durant la combustion des cannabinoïdes, ce qui convertit leur forme acide (THCA et CBDA) vers leur forme neutre (THC et CBD). C’est une réaction chimique très simple durant laquelle une molécule de dioxyde de carbone (CO₂) est perdue en raison des hautes températures ou de l’exposition aux UV. Pour décarboxyler, il faut garder en tête que de fortes températures, la présence d’oxygène et de lumière contribuent à la dégradation du cannabinoïde. Pour cette raison, le cannabis doit toujours être conservé dans un endroit frais et à l’abri de la lumière.

Une décarboxylation optimale du THCA est obtenue en appliquant des températures de 110 °C durant 30 minutes, 130 °C durant 9 minutes ou 145 °C durant 6 minutes. Cependant, de plus fortes températures ou une exposition plus longue dégraderont le THC en CBN, un composé moins psychotrope.

Dans le cas du CBDA, la température idéale de décarboxylation varie entre 110 °C et 130 °C pour une durée de 30 à 45 minutes. Dans le cas d’une dégradation, c’est le cannabielsoin qui est créé (CBE) : un cannabinoïde présent dans la plante à des concentrations inférieures à 0,01 %.

Enfin, il faut noter que chaque fois que le cannabis est fumé, les cannabinoïdes sont complètement décarboxylés, mais qu’une partie est dégradée par la combustion. Pour éviter cette dégradation, il est conseillé d’opter pour un vaporisateur.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.