Une présentation des macronutriments et micronutriments dans les plants de cannabis.

Sommaire:

Les plants de cannabis ont besoin d’une alimentation équilibrée pour survivre, s’épanouir et produire une récolte gratifiante. L’herbe s’appuie sur un bon équilibre de minéraux et d’éléments pour remplir des rôles physiologiques clés pendant le cycle de culture. Ces nutriments comportent des membres dans deux principales catégories : les macronutriments et les micronutriments.

MACRONUTRIMENTS ET MICRONUTRIMENTS

Les plants de cannabis ont besoin de macronutriments dans de grandes quantités, tout comme les protéines, glucides et matières grasses composent la base de l’alimentation humaine.

Les plantes nécessitent de grandes quantités d’azote (N), de phosphore (P) et de potassium (K). La demande pour ces nutriments — autrement dit le ratio NPK — change selon l’étape de la croissance. Les plants en végétation ont des demandes plus élevées en N et moins besoin de P et de K. En revanche, les plans ont besoin de beaucoup moins de N et de quantités significatives de P et de K pendant la période de floraison.

Ces trois éléments composent les macronutriments clés dans la terre. Cependant, les plants obtiennent trois macronutriments supplémentaires grâce à l’air et à l’eau : le carbone, l’hydrogène et l’oxygène.

Les plantes ont également besoin d’une liste assez longue de micronutriments pour rester en bonne santé, pour ne pas tomber malades et pour être productives. Même si elles n’ont besoin de ces molécules qu’en faibles quantités, les choses peuvent sérieusement mal tourner si elles viennent à en manquer. Vous pouvez comparer la situation avec le besoin de vitamines chez l’homme. Nous n’en avons pas besoin de beaucoup, mais notre santé en pâtit fortement si nous avons des carences.

MACRONUTRIENTS

NUTRIMENTS MOBILES ET IMMOBILES

Les nutriments pour le cannabis affichent des caractéristiques mobiles et immobiles — des termes qui définissent leur transportabilité. Les plants peuvent déplacer les nutriments mobiles vers les zones où ils sont le plus nécessaires. Ainsi, les carences en nutriments mobiles se verront d’abord dans les feuilles les plus vieilles, car les plants donnent la priorité à la nouvelle croissance.

En revanche, les nutriments immobiles restent bloqués en place. Les symptômes de carence se manifesteront dans la croissance la plus récente en raison de son manque d’accès à ces nutriments. Nous indiquerons quels nutriments ont des caractéristiques mobiles et immobiles dans la liste plus bas.

NUTRIMENTS IONIQUES

Les plants de cannabis ne sont pas capables de dévorer les matières organiques et d’en extraire des minéraux. À la place, des microbes font le travail dans un environnement de culture biologique. Ils décomposent le fumier et le compost et libèrent les nutriments qu’ils contiennent.

En revanche, les engrais synthétiques inondent le sol de nutriments qui peuvent être directement absorbés par les plants dans une culture non-bio. Dans tous les cas, les plants de peuvent absorber les nutriments que sous forme d’ions. Ces particules chargées électriquement possèdent soit une charge positive (cations), soit une charge négative (anions). Par exemple, les plants absorbent l’azote sous la forme du cation ammonium, ou de l’anion nitrate. Ils ne peuvent avoir accès au phosphore que sous la forme de deux anions, et au potassium que sous la forme du cation K+.

Pour faire simple, les nutriments doivent être décomposés — ou apportés sous une forme déjà raffinée — pour pouvoir pénétrer dans les racines des plants. Ces nutriments n’entrent pas grâce à un processus passif tel que la diffusion. Au contraire, ils entrent via un transport actif utilisant l’ATP (la monnaie d’échange cellulaire pour l’énergie) et des protéines liées au membranes. Ce processus permet aux ions de se déplacer de la zone racinaire aux tissus racinaires.

MACRONUTRIMENTS DANS L'AIR ET DANS L'EAU

Les plants de cannabis obtiennent trois de leurs macronutriments de manière assez autonome. Ces éléments peuvent être absorbés soit dans l’air, soit produits comme produit dérivé de la photosynthèse.

CARBONE
  • Les plants « inspirent » le dioxyde de carbone dans l’air grâce à de minuscules pores à la surface des feuilles, connues sous le nom de stomates. Mais les stomates ne sont pas toujours grand ouvert pour faire entrer le dioxyde de carbone. Une paire de cellules gardiennes ouvrent et ferment chaque pore selon la demande pour la ressource.
  • Le dioxyde de carbone joue un rôle clé dans la santé du plant. Les plants transforment le gaz en énergie nécessaire pour la croissance et l’utilisent avec l’eau afin de réaliser la photosynthèse.

HYDROGÈNE
  • Les plants créent de l’hydrogène à partir de la molécule d’eau durant la photosynthèse. Cette réaction est rendue possible en utilisant la puissance de l’énergie lumineuse.
  • L’hydrogène est un autre bloc de base pour la croissance du plant. Les plants utilisent les ions hydrogène pour le fonctionnement de la chaîne de transport des électrons durant la photosynthèse.

OXYGÈNE
  • Les parties aériennes des plants obtiennent de l’oxygène en décomposant le dioxyde de carbone. Par contre, les racines absorbent l’oxygène en respirant, car elles ne peuvent pas avoir accès à la lumière et ne réalisent pas la photosynthèse.
  • Les plants ont besoin d’oxygène pendant le processus de respiration pour les aider à libérer l’énergie dans le glucose stocké produit par la photosynthèse.

MACRONUTRIMENTS DANS LA TERRE

Le reste des macronutriments nécessaires par le cannabis viennent de la terre, soit sous la forme de matières organiques décomposés, soit d’engrais synthétiques. Découvrez les fonctions de ces substances importantes juste ici.

AZOTE
  • L’azote se comporte comme un nutriment mobile dans le plant de cannabis sous la forme du nitrate. Les plants ont besoin d’azote plus que tout autre nutriment durant le cycle de culture. Cependant, 98 % de l’azote dans la terre existe sous forme organique. Les microbes sont nécessaires pour aider à minéraliser cette précieuse substance pour que les plants y aient accès.
  • Une fois l’azote absorbé à l’intérieur, les plants en ont besoin pour la croissance et le développement en général. Cet élément forme également une partie clé de la molécule de chlorophylle, qui permet aux plants de mener à bien la photosynthèse. L’azote est également une composante importante des acides aminés — les blocs de base des protéines.

PHOSPHORE
  • En tant que nutriment mobile, le phosphore se rend disponible pour les nouvelles croissances non arrivées à maturité. Les plants absorbent l’élément sous forme d’un anion et l’utilisent pour une longue liste de processus physiologiques. Le phosphore est présent dans toutes les cellules vivantes d’un plant, ce qui démontre bien son importance.
  • Il joue un rôle dans le transfert d’énergie, la photosynthèse et la transformation des amidons et des sucres. Le phosphore aide à déplacer les nutriments dans les plans et favorise le transfert des caractéristiques génétiques à la génération suivante.

  • Cet élément joue un rôle clé dans la phase végétative, où il contribue au développement des racines et à la durabilité des tiges. Plus tard au cours du cycle de floraison, le phosphore aide les plants à résister aux maladies et joue également un rôle dans la formation des fleurs et la productivité.

POTASSIUM
  • Les plants de cannabis absorbent ce nutriment mobile sous forme d’un cation minéralisé. Ils rencontreraient un très gros problème s’ils perdaient soudain l’accès à cet élément clé. Le potassium contribue à la croissance du plant, aux fonctions métaboliques, à la tolérance face au stress, à la croissance des racines et à la structure du système racinaire.
  • Le potassium joue également un rôle vital dans la conservation de l’eau. Vous vous souvenez de ces cellules gardiennes dont nous avons parlé plus haut ? Eh bien, elles ont besoin du potassium pour ouvrir et fermer les stomates. Les plants perdent de l’eau à chaque fois qu’ils absorbent du dioxyde de carbone à travers ces petites ouvertures. Quand l’eau se fait rare, les plants ont besoin du potassium pour fermer les stomates afin de conserver autant d’eau que possible.

  • Les plants utilisent également le potassium comme un activateur d’enzymes et comme un acteur clé dans la synthèse de protéines.

MICRONUTRIMENTS

Bien que nécessaires dans des quantités plus faibles, les micronutriments jouent des rôles fondamentaux dans la physiologie végétales. Les carences sont généralement assez rares, mais leur absence peut négativement impacter la santé, la croissance et le rendement.

BORE
  • Le bore aide à renforcer les parois cellulaires. Il joue un rôle structurel important, car environ 90 % de cet élément aide à lier les grandes molécules de glucides qui composent les parois cellulaires. Si votre plant avait une carence en bore, il pourrait devenir structurellement compromis.

CALCIUM
  • Les plants ont besoin de calcium pour l’intégrité structurelle. Ce nutriment immobile — sous forme de pectate de calcium — maintient les parois cellulaires et les membranes des plants. L’élément sert également de messager intracellulaire qui aide à réguler l’activité hormonale et enzymatique.

CUIVRE
  • Autre élément contribuant au complexe processus qu’est la photosynthèse, le cuivre est un nutriment mobile qui aide également les plants à métaboliser les glucides et les protéines.

FER
  • Nutriment semi-mobile, le fer aide les plants à entretenir la structure et le fonctionnement des chloroplastes — des organites qui transforment l’énergie lumineuse en sucres pouvant être utilisés par les cellules du plant. Le fer agit également comme composant important dans de nombreuses enzymes et pigments.

MAGNÉSIUM
  • Le magnésium — un nutriment mobile — se trouve être la locomotive qui propulse la photosynthèse. Cet élément est au cœur de la molécule de chlorophylle, où il permet à la structure de capturer la lumière du soleil utilisée pour créer des sucres. Les plants ont également besoin de magnésium pour la division cellulaire, la synthèse des protéines, le métabolisme du phosphate et l’activation des enzymes.

MANGANÈSE
  • Le manganèse contribue à des systèmes et fonctions parmi les plus importants dans les plants de cannabis. On peut citer l’assimilation de l’azote, la respiration et la photosynthèse. Cet élément joue aussi un rôle important dans la reproduction. Il aide à la croissance du tube à pollen et à la germination du pollen. Les sélectionneurs de cannabis se retrouveraient au chômage s’il n’y avait pas ce nutriment immobile !

MOLYBDÈNE
  • Le molybdène joue un rôle important dans deux enzymes qui permettent aux plants de synthétiser les acides aminés. Une de ces enzymes aide à transformer l’azote en nitrite, alors que l’autre transforme le nitrite en ammoniac. Les plants peuvent facilement transporter ce nutriment mobile aux zones de forte demande.

SOUFRE
  • Les plans n’ont besoin de ce nutriment semi-mobile qu’en quantités minuscules. Cependant, ils auraient bien du mal à former des enzymes essentielles sans lui. De plus, le soufre aide à construire des protéines végétales, des vitamines et des acides aminés.

ZINC
  • Le zinc influence des changements majeurs chez les plants, avec des doses très faibles. Ce nutriment immobile entre dans la composition de différentes enzymes et protéines et aide à la production d’hormone de croissance et à l’allongement de la distance entre les nœuds.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.