L’Oxygène Dissous (OD) est un terme qui définit le niveau de saturation d’oxygène dans l’eau. Pour faire court, plus il y aura d’oxygène dans l’eau, plus les racines de vos plantes se porteront bien.

La formule chimique de l’eau est H₂O, cela signifie bien que pour chaque atome d’oxygène, deux atomes d’hydrogène y sont attachés. C’est ce lien qui forme la molécule d’eau. Et donc, vous vous demandez peut-être comment est-il possible d’obtenir plus de molécules d’oxygène dans l’eau ? Surtout si chaque molécule ne peut avoir qu’un seul atome d’oxygène.

Sans se plonger trop profondément dans la science, voyez ça comme un chocolat au lait. Vous ajoutez le chocolat au lait, vous mélangez, et voilà : un régal instantané, quel délice ! Le lait restera du lait, le chocolat restera du chocolat, mais ils se mélangent parfaitement. Le même principe à lieu avec l’eau et l’oxygène moléculaire : O₂.

Une eau courante est une eau en bonne santé : alors que l’eau est en mouvement, dégringolant dans les océans, les rivières, les étangs, la pluie, et même au sein des systèmes d’eau courante, de l’air y est incorporé, et l’oxygène moléculaire y est enfermé. C’est exactement la même chose qu’avec notre chocolat en poudre.

Dans le cas contraire, une eau stagnante tourne souvent « mal ». Ce n’est pas l’eau en elle-même qui perd de sa vitalité, c’est l’oxygène qu’elle contient qui s’appauvrit jusqu’à mettre en place les conditions parfaites pour l’apparition des bactéries aérobies néfastes.

C’est exactement pour cela que quand vous étiez enfant, on vous interdisait de boire l’eau des étangs.

Oxygène Dissous

MAIS POURQUOI AI-JE BESOIN D’OXYGÈNE SUPPLÉMENTAIRE DANS MON EAU ?

Vous n’avez pas vraiment besoin d’oxygène supplémentaire dans votre eau pour cultiver des plants de cannabis en bonne santé. Mais si vous souhaitez cultiver des plants en encore meilleure santé, qui seront plus gros et plus productif, vous devriez sérieusement l’envisager.

L’oxygène dissous est la première ligne de défense contre les redoutées bactéries anaérobies, celles qui provoquent le pourrissement des racines. L’OD participe aussi de la croissance rapide des racines avec une densité bien plus importante de poils racinaires fins ; ce sont en fait ces derniers qui sont responsables de l’absorption de l’eau. Cette absorption consomme également beaucoup d’énergie au sein de la plante sous forme d’oxygène.

Eau Dissoute D'Oxygène Et D'Hydrogène

L’augmentation de la disponibilité des atomes d’oxygène augmente aussi l’assimilation des nutriments. Des racines privées d’oxygènes n’ont pas d’autres choix que de substituer avec d’autres composés et de commencer à produire de l’éthylène, ce dernier provoquant des dommages cellulaires et augmentant le risque de maladies systémiques.

Même si cela ne va pas jusque-là, des racines privées d’oxygène feront probablement face à des carences en calcium. Cela pourrait perturber certaines personnes de voir que l’ajout de solutions cal-mag ne change presque rien, voire rien du tout.

Alors la vraie question, c’est pourquoi ne voudriez-vous pas ajouter de l’oxygène supplémentaire ?

COMMENT AJOUTER DE L’OXYGÈNE DISSOUS À SON SYSTÈME DE CULTURE

La meilleure chose à faire, c’est de vraiment comprendre comment l’oxygène dissous fonctionne.

Si vous avez déjà eu sous les yeux un système hydroponique, vous avez sûrement remarqué les pompes et les bulleurs. Ce ne sont clairement pas les meilleures méthodes, mais sûrement parmi les solutions les plus pratiques et les plus rentables développées il y a des décennies. Presque tous les kits prêts à l’emploi en comprennent.

Et si jamais vous ne cultiviez pas en hydro ? Coco ? Terre ? Bio ? Peu importe, il existe une solution pour chaque situation.

En fait, les bulleurs ne font que très peu en matière d’apport en oxygène dissous. Au mieux, ils sont capables de remplacer l’oxygène consommé par les plantes, car ils sont constamment submergés. Et ils le font bien, parce qu’ils ne remplacent pas vraiment l’oxygène dissous, mais en fait ils fournissent plus d’atomes d’oxygène afin de remplacer ceux disparus au sein des molécules d’eau, et de ce fait, la dissipation des atomes d’hydrogène est moindre.

La principale variable qui affecte la quantité d’oxygène moléculaire que l’eau peut retenir est sa température. Plus l’eau est froide, plus elle peut contenir d’oxygène dissous, et cela demande bien moins d’efforts qu’un bulleur.

De plus, la limite la plus haute pour une saturation complète en oxygène moléculaire dans un cadre réel (disons un espace de culture) se trouve entre 7 et 10 ppm. Dans des conditions parfaites de laboratoire, cette valeur peut atteindre les 50 ppm. Un mesureur d’oxygène dissous typique peut mesurer entre 20 et 50 ppm. Ce sont de minuscules quantités, qui si elles ne sont pas consommées, se volatiliseront. Mais ne vous laissez pas duper par ces petits nombres, leur effet cumulé est vraiment énorme. C’est pour cela que l’aéroponie est particulièrement efficace pour le clonage, les racines ont pratiquement un accès illimité à la fois à l’eau, et à l’oxygène moléculaire.

Une excellente manière d’augmenter la concentration en oxygène dissous est de mettre en place un système de refroidissement de l’eau, et des pompes de recirculation afin de créer du trouble ou des vaguelettes sur la surface. Non seulement cette méthode est plus efficace que le bulleur, mais elle est aussi bien plus discrète. On fait souvent référence à cette méthode sous le nom de « buse ».

Un tube de Venturi pourrait aussi faire l’affaire, mais à moins d’avoir un solide bagage en ingénierie vous permettant de pouvoir mettre en place les calculs de base nécessaire au fonctionnement optimal, la seule chose que vous obtiendrez, ce sera quelques bulles. En fait, les systèmes Venturi souffrent de la pression de la colonne d’air. Ainsi, plus vous placez vos pompes en profondeur, moins l’effet Venturi fonctionnera. Même dans un petit aquarium de salon, les Venturis sont vraiment inefficaces, surtout isolés dans un réservoir d’1 m de haut pour 250 L.

La méthode ultime, c’est de créer soit une chute d’eau, soit un vortex. Si vous tapez « vortex brewer » sur google, vous trouverez rapidement de quoi produire des bactéries aérobies (celles qui aiment l’oxygène). En termes purement techniques, il n’y a rien d’aussi efficace qu’un vortex pour augmenter les niveaux d’OD dans l’eau.

Mais tout cela sera inutile si vous ne prenez pas en considération la température de votre eau. C’est absolument essentiel.

Oxygène Moléculaire

LA TEMPÉRATURE EST ESSENTIELLE

Comme nous l’avons mentionné auparavant, plus l’eau est froide, mieux c’est. Mais l’activité métabolique des racines commencera à diminuer en dessous de 16 °C, alors si vous tournez en hydro, n’oubliez pas ce détail. Idéalement et à 1 °C près, 18 °C est considéré comme la température parfaite. Au-dessus de 23 °C, vous commencerez à approcher la zone de risque de pourriture des racines.

D’un autre côté, le cannabis purement biologique interdit l’utilisation de réservoir à long-terme automatisé, alors quelle est la solution universelle ?

L’idéal serait d’avoir un réservoir, exempt de nutriments comportant un refroidisseur. Ajoutez-y une bonne pompe de recirculation afin de créer un effet de buse et augmenter ainsi les niveaux d’oxygène dissous. Lorsque vous serez prêt à nourrir vos plantes, ajoutez des nutriments et arrosez vos racines de ce merveilleux cocktail.

Elles se sentiront fraîches et à nouveau pleines d’énergie. Alors que la température de votre espace de culture finira par augmenter la température de l’eau et donc diminuer les niveaux d’oxygène moléculaires, l’OD aura déjà fait sa part du travail.

L’oxygène dissous est un petit ajout à votre système qui peut vous emmener très loin. Vous bloquerez la route aux indésirables, participerez à une meilleure et plus rapide croissance de poils racinaires, augmenterez les bactéries aérobies, augmenterez l’assimilation d’eau et de nutriments, et vous vous retrouverez finalement avec une plante bien plus heureuse.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander