Un guide complet pour la culture organique de cannabis.

Sommaire:

Cultiver du cannabis organique implique de cultiver l’herbe selon les codes établis par Dame-Nature. Les variétés natives, ou landraces, s’épanouissent dans la nature sauvage dans le monde entier. Cela montre à quel point une terre de haute qualité et la biodiversité sont largement suffisants pour encourager une croissance de plants vigoureux.

Bien entendu, l’industrie du cannabis a développé de nombreuses formules et techniques synthétiques, et ce avec brio. Mais nous pensons que les fleurs de meilleure qualité et les plants les plus sains émergeront lorsque nous retournerons à nos racines.

Un peu comme l’alchimie, la culture organique de cannabis implique de transformer des produits d’une valeur faible ou des déchets en des ressources inestimables et précieuses. Non seulement la culture organique de cannabis résulte en des récoltes incroyables, mais cela est bénéfique à nos jardins et aussi à l’environnement.

UNE TERRE PARFAITEMENT ORGANIQUE POUR LE CANNABIS

Le cannabis organique de haute qualité dépendra d’un facteur principal : la santé de la terre/du sol. Durant les dernières décennies, on a souvent observé des cultivateurs appliquer un seul nutriment pour régler un seul problème, une vision quelque peu réductrice pour être honnête. Plus récemment, des avancées scientifiques vis-à-vis de la terre ont prouvé que les plants de cannabis se reposaient sur un échange complexe avec la terre, et plus précisément le réseau trophique, pour rester sains et s’épanouir pleinement.

LE RÉSEAU TROPHIQUE DU SOL ET INTELLIGENCE DU PLANT

Le réseau trophique consiste en multiples micro-organismes, insectes et même oiseaux et mammifères. Ces créatures, pouvant être aussi bien prédateurs que proies, jouent un rôle important dans la décomposition de la matière organique en nutriments qui deviennent accessibles aux plants.

Lancer votre culture avec une terre en pleine santé vous aidera à éviter les potentielles carences en nutriments, les troubles liés aux nuisibles et autres pathogènes intempestifs. Contrairement à ce que l’on pense, les plants ne se contentent pas d’aspirer tous les nutriments directement à partir de la terre.

En fait, ils exploitent littéralement leurs propres aliments ! Ils font ceci en libérant des sucres (des exsudats) dans la rhizosphère, une zone qui s’étend approximativement à 2 mm de la surface du système racinaire, attirant ainsi des bactéries et des champignons bénéfiques. Certains de ces organismes s’allient aux racines, afin de permettre aux plants une meilleure absorption des nutriments, tandis que d’autres microbes agissent comme plat de résistance pour d’autres créatures plus larges.

Les nématodes et les protozoaires, la prochaine étape supérieure du réseau trophique, dévorent certains de ces microbes. Il semblerait que les bactéries et les champignons soient très efficaces dans la décomposition de matière organique et pour extirper et stocker les nutriments s’y trouvant.

Les nématodes et les protozoaires vont ensuite déféquer certaines de ces molécules. Les plants vont ensuite se nourrir de ces nutriments biodisponibles, en récoltant le maximum de choses dont ils ont besoin pour s’épanouir en culture. Incroyable, n’est-ce pas ?

LE RÉSEAU TROPHIQUE DU SOL ET INTELLIGENCE DU PLANT

LES ÉLÉMENTS CLÉ

Mais les plants ne se contentent pas de se constituer leurs repas seulement par ce système. Les organiques qu’ils attirent les aident aussi à façonner la terre et à la conserver dans une condition optimale pour une croissance saine. Découvrez certaines des formes de vie les plus importantes d’un réseau trophique sain ci-dessous :

Bactéries : Ces minuscules créatures produisent des substances visqueuses qui maintiennent les particules de sol collées ensemble et donnent au milieu de culture sa structure. Elles servent également de nourriture aux formes de vie plus grandes qui excrètent de la nourriture végétale.

Les champignons : Les champignons produisent des structures en forme de filet (mycélium) qui donnent au sol sa forme et l’empêchent de s’effriter ou d’être emporté par les eaux. Les champignons « mycorhiziens » bénéfiques s’associent également aux systèmes racinaires des plantes pour améliorer l’absorption des nutriments.

Nématodes : Ils absorbent les petites formes de vie et libèrent les nutriments sous des formes disponibles pour les plantes. Certains « bons » nématodes éloignent également les « mauvais » (ces derniers aiment mâchouiller les racines des plantes).

Les protozoaires : Ces derniers broutent (comme de minuscules petites vaches) les bactéries du sol. Non seulement ils excrètent des nutriments libres, mais leur chasse encourage la population bactérienne à réagir en se développant plus rapidement.

Les vers : Du calme, on ne vous demande pas d’amener des vers dans votre chambre de culture ! Mais, les vers sont si importants dans le sol. Ils apportent des nutriments dans le milieu et leurs tunnels aident à aérer et à amener l’eau jusqu’aux racines des plantes.

COMMENT PRÉSERVER LA SANTÉ DU SOL

Comprenez-vous pourquoi la culture organique de cannabis dépasse de loin le simple fait de verser des nutriments par-ci par-là ? En cultivant de cette façon, votre terre deviendra de plus en plus riche à chaque nouvelle saison.

Mais comment pouvez-vous faire cela ?

Commencez en achetant une terre organique de haute qualité. Une fois en votre possession, traitez-la comme un animal domestique (ou plutôt un milliard d’animaux domestiques). Les génies de l’horticulture ont développé plusieurs méthodes pour cultiver sur la durée n’impliquant qu’une perte minimale de la santé de votre terre.

Ces méthodes impliquent d’éviter ces actions :

Labourage : un sol sain prend du temps à se construire. Le labourage et le creusage peuvent rapidement détruire la vie bénéfique. Ils existent dans le sol pour une raison. Le labourage les fait remonter à la surface et les expose aux rayons UV et à d’autres facteurs nocifs, ce qui les tue rapidement. Il détruit également ces précieux réseaux fongiques.

Pesticides/herbicides/fongicides : Comme leur nom l’indique, ces produits chimiques tuent certaines formes de vie, dont beaucoup sont bénéfiques. Il se trouve qu’un réseau trophique sain dans le sol permet de se défendre contre de nombreuses maladies et parasites sans avoir recours à des produits chimiques toxiques.

Les engrais chimiques : Ces riches sources de nutriments synthétiques irritent les principales formes de vie dans le sol, comme nos amis les vers.

L’agriculture biologique sans labourage (ou sans creusage) vise à éviter les pratiques mentionnées ci-dessus. Elle consiste à créer des parterres peu profonds de terre de haute qualité en surface, permettant aux racines des plantes de pénétrer vers le bas sans perturber la vie microbienne. Les avantages de la culture sans labourage sont notamment les suivants :

• Protège la couche arable et les organismes bénéfiques
• Gain de temps et d’argent
• Ralentir l’évaporation
• Garde le carbone enfermé dans le sol

COMMENT PRÉSERVER LA SANTÉ DU SOL

PARTERRES OU CONTENEURS ?

Maintenant que vous savez comment conserver une terre saine, il vous faudra décider de récipient qui accueillera vos plants. Vous avez besoin de décider entre deux options : les parterres ou les conteneurs.

Les parterres

Les parterres sont de larges étendues de terre fertile qui permettent aux racines de pénétrer profondément la terre. Certaines variétés, comme les variétés sativas gargantuesques, peuvent tirer parti de cet espace supplémentaire et atteindre des hauteurs faramineuses. Cependant, les parterres d’extérieur restent malgré tout exposés directement aux éléments. Ils sont relativement difficiles à protéger des pluies trop fortes, des grosses vagues de chaleur ou des gelées prématurées.

Les conteneurs

Cultiver dans des conteneurs permet aux cultivateurs de pouvoir physiquement déplacer leurs plants selon les besoins rencontrés. Ils peuvent être relocalisés dans des serres ou en intérieur si la météo cesse d’être clémente. Ils peuvent aussi être transportés à l’ombre ou au soleil si besoin.

Tous les conteneurs ne naissent pas égaux. Ceux en plastiques et en céramiques remplissent l’objectif de pouvoir contenir un milieu de culture, mais ils peuvent pousser les racines à avoir un comportement très peu appréciable. Les pots en tissus offrent la meilleure solution pour ce style de culture. Ils exploitent la technologie géo-textile pour retenir suffisamment d’eau tout en encourageant une bonne aération. Cela aide simultanément à repousser les champignons pathogènes et la déshydratation.

MACRONUTRIMENTS ET MICRONUTRIMENTS

Les plants de cannabis ont besoin d’un régime varié et complet pour produire les meilleurs résultats possibles. Un peu comme les humains, ils ont besoin de deux catégories essentielles d’aliments : les micronutriments et les macronutriments. Les plants peuvent extirper et assimiler tous les nutriments de la terre, sous couvert de trois exceptions : ils « inhalent » le dioxyde de carbone via leurs minuscules petits pores situés sur les feuilles, (appelés stomates), et créent de l’oxygène et de l’azote en redistribuant l’eau durant la photosynthèse.

MACRONUTRIMENTS

Commençons avec les trois nutriments dont les plants ont besoin en grandes quantités, aussi appelés macronutriments. Nous couvrirons le rôle de chacun, ainsi que certaines sources organiques.

MACRONUTRIENTSSOURCES

AZOTE

• Nécessaire pour la croissance végétative
• Forme une partie de la molécule de chlorophylle

• Algue marine
• Fumier
• Déchets de vers 

POTASSIUM

• Nécessaire pour la photosynthèse
• Ouvre et ferme les stomates
• Régule la prise de CO₂
• Active les enzymes nécessaires à la production d’ATP.

• Farine de varech
• Sable vert
• Cendre de bois 

PHOSPHORE

• Joue un rôle important dans le transfert d’énergie
• Transforme les sucres et les fécules
• Aide à l’acheminement des nutriments
• Transfère les caractéristiques génétiques à la génération subséquente

• Farine d’os
• Fumier
• Phosphate naturel 

MICRONUTRIMENTS

Les plants ont besoin des micronutriments dans des quantités moins importantes comme leur nom l’indique. Ceci dit, cela ne veut pas dire qu’ils sont moins importants. Une absence de ces minéraux et éléments peut se manifester sous la forme de carences nutritives qui paralysent la croissance et réduisent les rendements. Découvrez-les ici.

MICRONUTRIENTSSOURCES

BORE

• Aide à construire les barrières cellulaires
• Essentielle pour la division cellulaire
• Important pour la pollinisation et le développement des graines

• Compost et matière organique 

CALCIUM

• Impliqué dans la croissance du plant et la nutrition
• Déposition de la barrière cellulaire
• Réduit la salinité du sol
• Accroît la pénétration de l’eau

• Coquilles d’œufs 

CUIVRE

• Active les enzymes clé
• Nécessaire à la photosynthèse
• Assiste le métabolisme des glucides et des protéines

•Compost organique
• Fumier de bovins laitiers 

FER

• Essentiel aux processus métaboliques importants
• Synthèse de l’ADN
• Synthèse de la chlorophylle
• Maintiens la structure et la fonction chloroplaste

 • Fumier
• Déchets domestiques
• Sable vert

MAGNÉSIUM

• Atome central de la molécule de chlorophylle
• Essentiel à la photosynthèse

 • Compost organique 

MANGANÈSE

• Contribue à la photosynthèse, la respiration, et l’assimilation d’azote.
• Impliqué dans la germination
• Assiste l’élongation des cellulaires racinaires et la résistance aux maladies racinaires

 • Algue marine 

MOLYBDÈNE

• Convertis les nitrates en nitrites puis en ammoniaque
• Requis par les bactéries symbiotiques fixatrices d’azote dans les plantes fixatrices d’azote

• Farine de varech
• Sable vert
• Mélasses
• Farine de neem
• Cendre de bois 

SOUFRE

• Aide à former les enzymes importantes
• Assiste à la synthèse des protéines

 • Fumier
• Paille
• Foin
 

ZINC

• Élément essentiel des enzymes et protéines
• Aide à produire des hormones de croissance
• Assiste l’élongation des entre-nœuds

 • Varech (pulvérisation foliaire) 

ENGRAISSAGE DU PLANT

Donner à vos plants un accès à tout cet éventail de nutriments va permettre à votre terre d’en être une d’excellente qualité. Commencer avec une bonne terre riche en compost et en matière organique garantira presque à tous les coups un accès conséquent à tous ces éléments et minéraux.

Cependant, les plants reposent sur le cycle de vie et de mort d’un réseau trophique sain pour obtenir tous ces nutriments. Les racines ne peuvent extirper toutes seules les minéraux de la matière organique. En revanche, elles peuvent tirer les ficelles de la rhizosphère grâce aux exsudats racinaires.

En tant que cultivateur organique, vous devez simplement faire en sorte que votre terre ait suffisamment d’accès à de la matière organique riche en nutriments sous la forme de compost/thés à compost, déchets de vers et d’autres sources. Tant que vous fournissez la base alimentaire, vos plantes se chargeront d’exploiter le réseau trophique pour se faire leurs propres repas.

Les champignons mycorhiziens sont l’un des alliés principaux du plant qui déambulent dans la rhizosphère. Ces espèces forment un lien physique avec les racines du plant en s’attachant au système racinaire. Elles se nourrissent des exsudats et en retour, digèrent de la matière organique et délivrent des nutriments spécifiques aux plants.

Un éventail d’autres microbes de terre rejoignent cette danse synergique. Nourrissez-les suffisamment avec de la matière organique, et vous générerez un cycle perpétuel de nutriments juste sous vos pieds.

Buy Easy Roots - Mycorrhiza Mix

100% organic, our unique blend of Glomeromycotan fungus is the natural way to grow healthier, better-quality plants.

Buy Easy Roots - Mycorrhiza Mix

ENGRAIS ORGANIQUE VS CHIMIQUE

Les engrais sont ajoutés à la terre pour enrichir le milieu de culture avec des nutriments. Les engrais organiques sont issus de matière organique qui se décomposent lentement sur la durée jusqu’à ce que le réseau trophique transforme des matériaux naturels en nutriments que les plants peuvent assimiler.

À l’inverse, les engrais chimiques sont synthétisés à une échelle industrielle. Bon nombre d’entre eux sont des produits dérivant de l’industrie pétrolière et ont tendance à avoir une nature acide.

Tous les cultivateurs ont besoin d’un engrais. Les plants extirpent lentement les nutriments de la terre et la vide complètement au bout d’un certain temps à moins qu’un cultivateur y rajoute de nouveau quelque chose. Les engrais chimiques et organiques offrent tous deux des avantages et des inconvénients aux cultures. Bien entendu, les cultivateurs organiques choisiront le second choix, mais observons d’abord les avantages et les inconvénients de chacun pour répondre à nos doutes.

ENGRAIS ORGANIQUE

Les engrais organiques sont des matériaux naturels qui possèdent de fortes concentrations de nutriments pour cannabis. Bon nombre de ces matériaux incluent des éléments et des minéraux qui sont verrouillés en leur sein. Ceux-ci incluent le compost, l’algue marine, les déchets de vers et la farine d’os. Cependant, ils servent d’aliments pour les bactéries et les champignons qui les décomposent sur le temps, permettant ainsi aux plants d’assimiler leurs nutriments.

Cela étant dit, les cultivateurs peuvent concocter des préparations hautement concentrées pour minimiser le temps nécessaire aux nutriments pour absorber. On retrouve notamment le thé à compost, le jus de vers et les formules fermentées à base de plantes.

Avantages :

• Imite la décomposition naturelle de la matière organique
• Alimente la vie dans la terre
• Sans produits chimiques et sans danger
• Préparations concentrées qui permettent une absorption accélérée

Inconvénients :

• Les piles de compost peuvent prendre plus d’un an pour être efficaces
• Les préparations incluent de nombreux nutriments différents, ce qui complique la tâche du cultivateur s’il souhaite augmente un élément ou un minéral spécifique

ENGRAIS ORGANIQUE

ENGRAIS CHIMIQUE

Les engrais chimiques sont des substances faites par l’humain et incluent de nombreux macronutriments et micronutriments nécessaires aux plantes. Cependant, ils comportent également de nombreux additifs.

Avantages :

• Absorption rapide
• Dosage spécifique

Inconvénients

• Irritent la vie dans le réseau trophique
• Peuvent brûler les plants
• Augmentent la pollution de l’air et de l’eau
• Acidifient la terre
• Épuisent les minéraux de la terre

COMMENT FONCTIONNE LE PH DANS UNE CULTURE ORGANIQUE

Les cultivateurs organiques ont rarement besoin de faire très attention à leur pH. Cependant, des problèmes peuvent malgré tout se présenter. Toutes les terres ont une valeur pH spécifique. Vous souvenez-vous de l’échelle qui va de 0 à 14 en cours de SVT ? Les valeurs de 0 à 6 représentent l’acidité, 7 représente le neutre et de 8 à 14 nous avons l’alcalinité.

Mais pourquoi les cultivateurs doivent-ils s’en inquiéter ? Et bien, le cannabis s’épanouit dans une terre légèrement acide, entre 6 et 7. Si la terre est trop acide ou trop alcaline, les racines n’arrivent pas à assimiler les nutriments, un phénomène qu’on appelle le blocage d'absorption des nutriments. Éventuellement, les carences nutritives se produiront et la santé du plant et sa future récolte en seront impactées. Les cultivateurs peuvent mesurer des échantillons de la terre avec un simple testeur de pH.

La méthode habituelle pour corriger des problèmes de pH est d’utiliser des produits pH « up » et « down » synthétiques. Cependant, il existe aussi des méthodes organiques pour rétablir l’équilibre pH :

Terre acide :

• Bicarbonate de soude

Terre alcaline :

• Citron
• vinaigre

COMPOST

Le compost est la pierre angulaire de n’importe quel jardin organique. Il permet aux cultivateurs de créer leurs propres ajustements de la terre en recyclant simplement des déchets domestiques et du jardin. Les piles de compost regorgeant de microbes décomposent la matière organique, que ce soit des brindilles, des feuilles mortes ou des épluchures de pomme de terre en ce qu’on appelle « l’or noir ».

Vous pouvez utiliser les matériaux riches en nutriments qui résultent de votre compost à « maturation » pour dresser des parterres et préparer des mélanges d’empotage. Finalement, composter permet aux jardiniers une indépendance accrue et les rapproche d’un système à boucle fermée. Il y a deux formes principales de compostage : le compostage ralenti et celui aux vers.

COMPOST RALENTI

Parmi les bienfaits les plus appréciables du compost ralenti, nous avons :

• Réduit l’empreinte carbone
• Permet d’économiser de l’argent
• Puissant engrais naturel
• Améliore la santé de la terre

Les piles de compost ralentis consistent en deux sortes de matériaux : verts et marrons. Les matériaux verts apportent l’azote, alors que ceux fournissent le carbone. Visez un équilibre de matériaux verts à 25–50 % et marrons à 50–75 % pour garantir une circulation de l’air suffisante dans votre pile pour encourager la santé de vos microbes.

Les matières vertes incluent les déchets domestiques de votre cuisine, les herbes coupées, les algues marines et les excréments d’animaux. Les matières marrons incluent les feuilles mortes, le carton, la paille et les copeaux de bois. Une nouvelle pile de compost peut prendre plusieurs mois avant de commencer à octroyer du compost viable. Continuez à lui fournir de la matière, et vous atteindrez très prochainement, un stade où vous aurez à disposition une source de nutriments en continue.

COMPOST RALENTI

COMPOST AUX VERS

Le compost aux vers offre une source rapide de nutriments organiques. Vous pouvez faire une simple panière à vers avec un bac en plastique ou un sceau. Mélangez des vers à composts spécifiquement prévus à cet effet et quelques poignées de compost. Ajoutez-y fréquemment des déchets domestiques ; vos vers vont les dévorer et créer des déchets de vers.

Les déchets de vers (turricules) contiennent des champignons, des bactéries et des minéraux bénéfiques comme le potassium, le calcium, le zinc, le cuivre et le phosphore. Il faut seulement quelques semaines aux vers pour commencer à produire une source continue de turricules. Étalez cette matière sur vos parterres et dans vos pots pour engraisser tout votre réseau trophique.

Les composts aux vers produit un « jus de vers », appelé plus communément urine de vers. Installez un robinet en plastique en bas de votre bac en plastique. Videz-le de temps à autre et ajoutez le liquide plein de nutriments à votre milieu de culture pour un coup de boost microbien et minéral.

FUMIER

En tant que déchet liquide ou solide de certains animaux, le fumier comporte un profil nutritif impressionnant. De hauts niveaux de macronutriments font du fumier une ressource clé de n’importe quel jardin organique. Les fumiers communs regroupent ceux des poulets, des vaches, des chevaux, des lamas, des lapins et des moutons. Ajouter du fumier frais peuvent contaminer vos plants et les brûler s’il y a un surplus d’azote. Il vous faudra le laisser se décomposer tout seul pendant six mois à un an pour le rendre compatible à votre culture.

Un peu comme le compost, le fumier possède des nutriments liés aux matières organiques. Cela signifie qu’il fournit également des aliments à vos microbes bénéfiques. Une fois qu’ils ont eu ce dont ils avaient besoin, vos plants récupéreront les nutriments durant leur tour du cycle. Les cultivateurs peuvent utiliser le fumier pour enrichir leurs piles de compost, ou l’appliquer en engrais de surface.

Un autre truc formidable avec le fumier ? Il est facile à trouver ! Allez visiter vos fermes du coin ou des jardineries pour du fumier peu cher, voire gratuit. N’hésitez pas à leur demander leur fumier le plus vieux et décomposé pour économiser quelques mois d’attentes.

FUMIER

COMMENT NOURRIR ORGANIQUEMENT DU CANNABIS

Et voilà ! Vous connaissez désormais toutes les meilleures sources d’engrais organiques pour vos plants. Ci-dessous, vous découvrirez les meilleures façons d’engraisser votre ganja avec des méthodes organiques. Ces techniques sont très simples, et toutes stimuleront une superbe croissance chez vos plants tout en conservant efficacement votre vie microbienne.

PAILLIS

Le paillage fait référence au fait de couvrir vos parterres et vos pots avec de la matière organique. Vous souvenez-vous lorsqu’on a dit que les microbes n’appréciaient pas l’exposition au soleil ? Le paillage règle ce problème, voire d’autres encore.

Promenez-vous dans vos bois à côté de chez vous et regardez au sol ? Que remarquez-vous ? Il est assez rare que vous verrez des zones de terre exposées aux éléments. Des couches de feuilles mortes, de brindilles et de matières organiques créent une « barrière » qui protègent la vie de la terre ci-dessous. Cette matière va lentement se décomposer sur la durée pour alimenter la terre.

Le paillage fonctionne de manière à reproduire l’intelligence de la nature. Découvrez les bienfaits de cette pratique :

• Alimente lentement les plants tout au long de la saison
• Bonne source d’aliments pour les champignons
• Supprime la croissance de mauvaises herbes
• Retiens l’humidité
• Repousse les nuisibles
• Permet de bien organiser votre culture

Il existe multiples sortes de paillis organiques parmi lesquels vous pouvez sélectionner votre préféré. Ceux-ci-dessous nourriront votre culture et boosteront la santé de votre terre :

• Compost de champignons
• Copeaux de bois
• Écorce
• Fumier décomposé
• Paille
• Algue marine

Les cultivateurs peuvent aussi utiliser des cultures de couverture pour produire un « paillage vivant ». En semant un mélange de cultures de couverture parmi vos plants de cannabis, vous créerez un « tapis » vivant qui améliorera la santé de votre réseau trophique. Les cultures de couverture comme les fèves aident aussi à fixer et booster l’azote les niveaux dans la terre. Hachez et laissez tomber votre culture de couverture au fur et à mesure de sa croissance afin de restituer la matière organique au sol.

JUS DE PLANT FERMENTÉ

Le jus de plant fermenté (JPF) est issu d’une pratique de l’ANC (Agriculture Naturelle Coréenne). Cela implique de récolter des plantes locales comme les pissenlits et les orties qui regorgent de nutriments. Ces espèces incluent également des organismes bénéfiques au sein de leurs feuilles, ainsi que des hormones de croissance. Apprenez à le faire ci-dessous.

1. Écrasez des plantes fraîchement récoltées et mettez-les dans un seau.
2. Ajoutez suffisamment de sucre brun pour remplir un tiers du mélange (cela nourrira les microbes).
3. Remuez bien ; placez des journaux sur le dessus et laissez reposer une heure.
4. Retirez le journal et placez une brique lourde sur le dessus du mélange pour retirer l’excès d’air.
5. Couvrez le sceau à l’aide d’un tissu et d’un élastique et laissez reposer dans une pièce sombre durant deux jours.
6. Retirez la brique et laissez le mélange aérer pendant une heure avant de recouvrir de nouveau.
7. Laissez dans une pièce sombre durant 2 à 3 semaines.
8. Votre JPF sera fermenté et prêt à l’emploi.
9. Appliquez-en tant que pulvérisateur ou comme mouillage de racines à une concentration de 0,1–0,2 %.

INFUSION DE COMPOST

Et voilà encore un outil clé dans l’arsenal des cultivateurs organiques, le l’infusion de compost procure de grandes quantités de nutriments essentiels et de formes de vie bénéfiques allant des nématodes aux bactéries. En faire implique de faire infuser votre compost de haute qualité dans de l’eau.

Plusieurs raisons justifient son emploi :

• Améliore la croissance du plant
• Introduit des organismes bénéfiques
• Repousse les maladies
• Élimine le besoin de produits chimiques toxiques

Avons-nous piqué votre curiosité ? Apprenez à faire votre propre lot d’infusions de compost ici.

X

L’ÉPANDAGE EN SURFACE

L’épandange en surface est une technique extrêmement simple d’ajouter plus de nutriments à votre terre tout au long de la saison de culture. Ajoutez votre première couche d’épandage en surface au début du printemps, puis de nouveau toutes les trois semaines pour que votre terre soit toujours à son maximum et vos plants heureux comme des gardons.

Le varech agit comme une source riche en nutriments, idéal pour un épandage en surface. Placez simplement une couche sur la surface de votre parterre ou vos pots et arrosez. Et voilà le travail !

PULVÉRISATION FOLIAIRE

La pulvérisation foliaire est une formule à la fois nutritive et organique pour repousser les nuisibles. C’est un moyen pratique de traiter les carences nutritives et éliminer les espèces nuisibles.

Lorsqu’ils sont appliqués à la surface des feuilles, les nutriments sont assimilés via les stomates et échappent à tout le système racinaire. Les pulvérisateurs foliaires sont particulièrement pratiques lorsque vous devez faire face à une terre gorgée d’eau, un déséquilibre du pH ou d’autres problèmes qui réduisent l’assimilation des nutriments par les racines. L’infusion de compost, le jus de vers et le JPF peuvent tous être appliqués avec cette méthode.

L’Aloe vera est aussi un ajout intéressant dans un spray foliaire. La plante aide à booster l’absorption des nutriments et à réduire les maladies et les nuisibles. Les substances naturelles comme l’huile de neem peuvent aussi être utilisés dans un spray foliaire pour combattre les champignons pathogènes comme 'l’oïdium.

RÉSUMÉ

Vous êtes désormais prêts à faire votre propre culture de cannabis à l’aide de méthodes purement organiques ! Non seulement vous obtiendrez des récoltes formidables, mais vous produirez une terre saine et votre propre source de compost sur la durée. Avant de vous dirigez vers votre jardin, revoyons rapidement les points principaux de cet article :

• Ne pas utiliser le labourage vous permettra de maintenir en bon état la structure et votre réseau trophique.
• Les nutriments sont importants ! Mais vous pouvez tous les fournir sans produits chimiques si vous utilisez du compost de haute qualité et de l’épandage en surface.
• Vérifiez de temps à autre votre pH et des méthodes naturelles pour l’ajuster.
• Réutilisez efficacement vos déchets domestiques. Faites votre propre compost à l’aide des méthodes de composts aux vers ou ralenti.
• Le fumier est facile à trouver et fera des miracles dans votre culture.
• Imitez la nature et sa technique du paillage.
• L’infusion de compost, le spray foliaire et le JPF délivrent des doses immédiates de microbes et de nutriments.

Utilisez ces techniques pour être en union totale avec la nature, et non pas l’inverse ! Maintenant, allez-y et cultivez à tout-va, et puisse vos récoltes être somptueuses !

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.