Il n’a jamais été aussi simple de se lancer dans la culture du cannabis. La grosse quantité de produits et d’options disponibles peut même paraître trop pour une seule personne, mais en fait, ils ont tous pour objectifs de vous faciliter la vie. Cela ne signifie pas que les nouveaux systèmes seront moins chers ou plus efficaces que les méthodes traditionnelles en ce qui concerne vos plantes. Tout dépend vraiment de l’étendue de votre culture et de vos objectifs en tant que cultivateur.

ENGRAIS SYNTHÉTIQUE VS ENGRAIS BIOLOGIQUES

Il semble y avoir deux écoles de pensées bien distinctes, l’une implique la modernité et la production mono-culturelle pétrochimique, dans laquelle des manipulations millimétriques sont effectuées dans des conditions stériles sous contrôle de chaque variable dans le but de maximiser la production. Des nutriments en bouteilles possédant des ratios NPK ultra stricts et peu de variations au niveau du pH sont utilisés pour minimiser les carences et encourager une croissance robuste.

L’autre technique est la méthode biologique, ou « naturelle », dans laquelle les plantes sont cultivées sans influences pétrochimiques. Dans ce scénario, ce qui se passe vraiment, c’est que vous nourrissez la microbiologie du sol, qui au final, nourrit les racines en leur fournissant leurs friandises préférées dans des proportions parfaites.

Les cultivateurs novices et sans expériences auront besoin de temps pour comprendre les subtilités de chaque méthode, biologiques vs synthétique. À vous d’analyser les pours et les contres, et ensuite lancez-vous dans la culture ! Vous changerez sûrement d’avis sur pas mal de choses au fur et à mesure que vous obtiendrez la main verte!

LES PRODUITS EN BOUTEILLES VALENT-ILS VRAIMENT LE COUP ?

Au fur et à mesure que le temps passera, vous rendrez de plus en plus vite compte que la plupart des produits que vous achetez en bouteille sont soit trop chers, soit gâchés, soit très facilement remplaçable pour une fraction du prix en utilisant vos propres concoctions.

Prenez en compte que la plupart des engrais en bouteilles, qu’ils soient synthétiques ou biologiques, perdent une partie de leur rapport qualité prix à cause du fort pourcentage d’eau qu’ils contiennent. Il est également très complexe de mélanger au sein d’une seule et même bouteille, tout ce dont une plante aurait besoin. Il y a des limites à la chimie et à la physiologie des plantes. La performance nutritionnelle est clairement perdue au profit du côté pratique qu’offrent les bouteilles.

PRODUIRE SON PROPRE ENGRAIS

La production de votre propre engrais peut être très addictive. Non seulement, vous économiserez une quantité significative d’argent sur le long-terme, mais vous commencerez également à comprendre la nutrition de vos plants d’une manière encore plus poussée, vous apprendrez à fournir à vos plants exactement ce qu’il leur faut, et finalement, vous récolterez des têtes plus grosses et meilleures.

Jetez-vous votre terre de première qualité achetée en magasin après chaque récolte ? Dosez-vous fortement vos nutriments et additifs sans pour autant voir d’augmentation dans vos rendements ?

Si c’est le cas, alors lisez simplement cet article.

Nutriments Npk Pour Le Cannabis

DES ENGRAIS MAISONS : QU’EST-CE QUE MANGENT LES PLANTES ?

Nous ne plongerons pas trop profondément dans ce sujet, à la place, nous vous donnerons rapidement les clefs de quelques concepts de bases. Vous avez sûrement déjà entendu parler du « NPK » auparavant. Ce sont les macronutriments – ce sont eux qui jouent un rôle très important dans la santé de la plante et dans son développement

  • N : Nitrogène
  • P : Azote
  • K : Potassium

En plus de ces macronutriments, existe les micronutriments, auxquels on se réfère sous le terme d’oligo-éléments. Ce sont les métaux et les minéraux dont la plante à besoin en très petite quantité, mais qui sont aussi importants que le NPK pour que la santé de la plante tout au long de sa culture. Des exemples parmi ces oligo-éléments sont, le calcium, le magnésium, le cuivre, le fer, le zinc, le manganèse, l’iode, le sélénium, molybdène.

Nous incluons aussi quelques vitamines et acides aminés, en plus d’autres produits organiques.

Les fabricants d’engrais ne font que les mélanger et essayer de les stabiliser chimiquement dans le but de les embouteiller, de les transporter, et de leur offrir une durée de vie aussi longue que possible. N’importe quelle ligne d’éléments nutritifs correspond au point de vue de la marque sur ce qu’est un plan nutritif complet : et elles prétendent toutes être les meilleures.

Le secret pour une récolte de qualité supérieur, c’est d’apporter à vos plants la bonne proportion de ces éléments, au bon moment. C’est pour cela que ces lignes de nutriments sont tout de même pratiques.

Mais il n’y a simplement rien qui pourrait remplacer la création et l’utilisation de votre propre engrais biologique fait-maison. En fait, c’est même ce que font les meilleurs cultivateurs au quotidien. Après quelques expérimentations, vous comprendrez bien vite à quel point c’est facile, et la différence qu’un terreau biologique peut faire dans votre jardin.

Nutriment Biologique Engrais

POURQUOI BIOLOGIQUE ?

La raison principale derrière la production d’engrais biologiques est très simple : ils peuvent être vraiment très peu chers (voire gratuits), et vous pouvez les produire dans votre cour ou dans votre cuisine avec les équipements nécessaires. Ils sont très souvent faciles à faire, sans danger, et finalement, beaucoup plus doux pour l’environnement.

Le compost, par exemple, peut vous permettre d’économiser des quantités folles d’argent durement gagné. Après une récolte, la terre que vous aurez utilisée aura besoin d’être « rechargée ». La plupart ds cultivateurs de placard en intérieur se contente de se débarrasser de la terre et d’en acheter un autre sac. Ce qui signifie qu’il faut se trimballer des sacs à jeter et des sacs de terreau neuf pour chaque session. Mais si vous commencez à composter les déchets de votre nourriture biologique en les mélangeants à votre terre déjà utilisée, alors tout devient magique. La terre sera littéralement recyclée et rechargée avec tous les microbes qui lui sont nécessaires ainsi que les éléments nutritifs de haute-qualité dont vos plantes auront besoin. Elle contiendra tout ce qu’il faut, NPK, oligo-éléments, et une armée d'agro-bactéries et de champignons pour coloniser votre rhizosphère.

LE CANNABIS A FAIM, TRÈS FAIM

Mais le cannabis peut être une plante très très gourmande, et si vous souhaitez obtenir ces belles têtes bien denses que tout le monde adore, vous devrait complémenter votre terre de base. Étant donné que, techniquement, vous ne nourrissez pas directement vos plantes lorsque que vous cultivez en terre, nous vous recommandons très fortement de prendre l’habitude de préparer vos propres bactéries. Le terme technique est Thé de Compost à Aération Active (TCAA) mais cette méthode est plus couramment appelée « bennies », pour « beneficial bacterial tea » (en anglais), lombricompost, et plus simplement, thé de compost.

Quel que soit le nom employé, cela reste très simple à faire. Vous risquez d’être surpris. Non seulement, vous allez créer une armée de petits acolytes qui protégeront et nourriront vos racines, mais vous extrairez également les meilleurs minéraux et vertus fongiques de ces terres pour les transformer en thé, thé que vous pourrez directement offrir à vos plantes afin d’en nourrir les racines, ou bien le dispenser par pulvérisation foliaire pour lutter contre diverses maladies.

LES AMENDEMENTS DU SOL:

Si vous cultivez en extérieur, et/ou que la qualité de votre sol à besoin d’un sérieux coup de pouce, voici quelques amendements parmi les plus communs.

LES SOURCES DE MACRONUTRIMENTS

Si vous avez besoin d’un peu plus d’azote (N), vous pouvez ajouter du lombricompost, du fumier de poule, de la nourriture pour poissons, et/ou du guano de chauve-souris. Vous pouvez également utiliser de l’urine humaine, mais assurez-vous bien de diluer le tout avec un ratio de 10:1 avec de l’eau. Si vous ne faites pas cela, l’urine se transformera en ammoniaque et mettra vos plantes en danger. N’urinez jamais directement sur vos plants, cela brûlera vos racines !

Si vous avez besoin de phosphore (P), faites bouillir des peaux de banane et faites infuser votre terre. Laissez-le tout fermenter pour des résultats optimaux. De la farine d'os et de poisson, du fumier de poule, et de la poussière de roche sont également de très bonne sources de phosphore. La poussière de roche par exemple, est une source à libération lente, c’est pourquoi il est bon d’en ajouter à un sol appauvri pour fournir une source de P tout au long de votre culture.

Si vous avez besoin de potassium (K), du guano de chauve-souris, de la farine de poisson, du varech, des cendres de bois, du compost et des roches siliceuses sont tous de très bonnes sources de ce nutriment.

Il faut mettre à part les deux micronutriments que sont le calcium et le magnésium, car ils sont particulièrement importants, surtout durant la phase de floraison. C’est seulement une fois qu’ils auront atteint leurs niveaux optimums que les autres oligo-éléments pourront fonctionner au maximum de leurs potentiels.

LES SOURCES DE MICRONUTRIMENTS
  • Calcium – calcaire, argile, craie, gypse
  • Magnésium – dolomite, sulfate de magnésium (sels d'Epsom)
  • Autres oligo-éléments – azomite (oligo-éléments et acide humique)

Il est vraiment rare de se retrouver dans le besoin de booster de manière spécifiques d’autres oligo-éléments. Ils sont déjà présents dans la plupart des sols et des roches. En effet, la plupart des amendements que nous vous suggérons seront déjà surchargés de ces oligo-éléments, ce qui en soit n’est pas une pas une mauvaise chose.

DES RECETTES DE FUMIERS

Les recettes de fumier sont aussi vieilles que l’agriculture elle-même. L’homme a commencé à remarquer que la flore se portait à merveille là ou les animaux allaient faire leurs besoins. Jusqu’aujourd’hui, le fumier continue d’être un des principaux apports dans l’agriculture aux quatre coins du globe.

  • Mouton – Équilibré et riche, mais nécessite une fermentation
  • Chèvre – Semblable à celui de moutons, mais plus fort
  • Vache – Pas si riche, mais facile à trouver et à utiliser
  • Porc – Obsolète
  • Poulet – Très riche, mais généralement très fort en NPK - assurez-vous de bien le diluer
  • Lapin – Idéal pour le compostage et le lombricompost, très riche
  • Cheval – Facile à travailler et particulièrement génial pour les fleurs en pot

ALLER ENCORE PLUS – GO VÉGAN !

Si vous vous souciez de l’environnement, voici une note rapide concernant les engrais « bio ». Les engrais pétrochimiques sont extrêmement nocifs pour l’environnement, mais des produits dérivés de l’exploitation animale le sont tout autant, comme par exemple les farines d'os et de poissons pour ne citer qu’eux.

Premièrement, le label « bio » ne signifie ni bon, ni meilleur, ni correct. Si vous vous souciez vraiment de l’environnement, restez à l’affût du label certifié OMRI sur les bouteilles.

Ces sous-produits animaliers sont des restes issus de l’industrie, qui ont été traités chimiquement et déshydratés afin d’en extraire la moindre petite goutte de profit possible dans divers processus industriels. Ils sont bien loin d’être « biologiques », ils contiennent simplement des matériaux organiques non altérés avant d’être traités avec des produits chimiques de synthèse. Ils restent bien mieux que les produits pétrochimiques, mais pourtant, notre conscience environnementale et nos efforts dans la lutte contre le réchauffement climatique ne doivent pas s’arrêter là.

Le légendaire activiste, sélectionneur, écrivain, et éditeur primé sur le cannabis, Kyle Kushman, est en première ligne de la culture de cannabis végan (à base de plante uniquement). Les résultats sont limpides. En respectant les millions d’années de sélection naturelle, vous serez capable d’atteindre les potentiels génétiques maximums. Arrêtez d’essayer de tricher avec Mère Nature. Elle a la primauté sur le temps et l’expérience.

UN DOMAINE VRAIMENT COMPLEXE

Si vous êtes nouveaux dans ce domaine, vous souffrez peut-être d’un surplus d’informations. Comment est-ce possible de mettre à la poubelle les bouteilles et leurs côtés pratiques tout ça pour se salir les mains avec des bouses de vache ?!

Ce n’est pas ce que nous vous suggérons de faire. En fait, nous avons à peine effleuré la surface de ce vaste sujet. Des livres entiers sont dédiés à ce domaine. Il est extrêmement complexe de condenser autant d’informations en si peu de mots tout en restant tout de même utile et pragmatique. Nous espérons tout de même faire l’effet d’une petite graine d’information qui viendra germer et vous mènera dans la bonne direction.

Et par dessus-tout, nous vous prions de croire et comprendre qu’une fois que vous aurez dépassé le stade de l’apprentissage, tout cela sera vraiment très simple!

Engrais Faits Maison

DES ENGRAIS SIMPLES ET FAITS-MAISONS

Afin de vous faire une petite idée, vous n’aurez besoin que d’un sac d’humus de ver de terre de première qualité (si vous ne faites pas déjà votre propre compost), d’un seau, d’une pompe relativement puissante, et d’un bulleur. En 48 h, vous pourrez produire assez de bactéries aérobies, de champignons et d’oligo-éléments pour que vos plantes passent en mode turbo-production. Reproduisez l’opération une semaine sur deux durant tout votre cycle de culture et vous noterez une augmentation de vos récoltes allant de 20 à 40 %. C’est vraiment aussi simple que ça.

En intérieur ou en extérieur, vous pouvez composter les déchets de cuisine comme les peaux d’oignons, les coquilles d’œufs, et les restes de salades. Mieux encore, utilisez les feuilles, les tiges, et les branches de vos anciennes récoltes ! Ajoutez à cela quelques vers afin de créer un compost, et bientôt, vous économiserez des fortunes en terreaux, en recyclant le tout en substrat de culture ultra haut de gamme !

Vous ne souhaitez pas dépenser de l’argent pour des extraits de varech ? Si vous vivez près de la côte, partez à la recherche d’algues et préparez votre propre infusion. Et si vous arrivez à faire cela correctement, ce sera peut-être encore plus efficace que le même produit en bouteille.

PROGRESSEZ VERS LE BIOLOGIQUE

Si tout cela est nouveau pour vous, surtout ne vous sentez pas débordé par tous ces nouveaux termes. Ils sont très similaires en étant tous légèrement différent. Le truc, c’est de comprendre votre substrat de base, et ce dont vous avez besoin pour l’améliorer. Même une culture purement hydroponique peut bénéficier d’additif biologique.

- Nous ne vous suggérons pas de jeter tous vos nutriments commerciaux. À la place, commencez par complémenter avec vos propres matériaux bio, faits-maisons. Le tout petit à petit.

- Augmentez les niveaux une étape après l’autre. Et finalement, vous remarquerez qu’il n’y aura pas que vos plantes qui se porteront mieux, mais aussi votre compte en banque.

- De petits changements, comme l’ajout de thé de compost, auront de grands effets. Vos plantes pousseront plus vigoureusement, et votre terre ne sera pas autant agressée.

- Rien qu’en ayant lu cet article, vous avez fait la moitié du chemin vers un modèle plus durable. N’ayez pas peur de faire des expériences et d’adapter votre technologie pour des lendemains plus verts.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander