PROMO D’ÉTÉ bientôt finie ! -25 % sur ces produits

By Luke Sumpter


D’un point de vue externe, la culture de cannabis peut sembler assez difficile. De nombreuses autres espèces végétales semblent pousser sans problème avec un minimum d’intervention, alors pourquoi le cannabis a-t-il besoin d’une multitude de concoctions en bouteille pour s’assurer qu’il ne s’effondre pas en un tas de matière végétale ? Même si administrés en juste quantité et aux bons moments, tous ces produits qui garnissent les rayons des magasins sont-ils vraiment nécessaires pour que les plants restent en vie ?

Le cannabis reçoit beaucoup plus d’amour et de soins que les carottes et les choux : et à juste titre. En tant que culture au potentiel commercial majeur dotée d’une phytochimie unique, les cultivateurs investissent beaucoup de temps et d’argent pour s’assurer qu’ils tirent le meilleur parti de leurs plantes.

Naturellement, cette exigence de réussite a créé un marché florissant de produits de culture qui promettent des récoltes abondantes au prix d’un flacon.

Les boosters de floraison sont l’une des nombreuses formules qui entrent dans cette catégorie. Ils sont chargés de nutriments qui aident les plants de cannabis à former de grandes fleurs bulbeuses, mais ils ne sont pas sans susciter des controverses. Nous examinerons ici ce que sont les boosters de floraison et on s’interrogera sur leur potentiel à être ou non bénéfique pour les cultivateurs.

La controverse autour des boosters de floraison pour la weed

Comment les boosters de floraison pourraient-ils causer des problèmes ? Ne sont-ils pas remplis de nutriments essentiels nécessaires à la floraison de têtes résineuses et riches en cannabinoïdes ? Les préoccupations concernant les boosters de floraison sont divisées en deux catégories différentes : la salinisation des sols et la redondance. Examinons-les un peu plus en détail.

  • Les boosters de floraison provoquent-ils une salinisation ?

Les boosters de floraison contiennent des nutriments sous forme de sels minéraux. Il ne s’agit pas du sel de table que vous saupoudrez généreusement sur une portion de frites. En chimie, les sels minéraux sont des composés résultant de la réaction d’un acide avec une base (une substance qui neutralise les acides) et beaucoup sont hydrosolubles.

Le phosphate monopotassique et le sulfate de magnésium sont des exemples de ces composés. Bien que des niveaux appropriés de ces sels minéraux fournissent des nutriments importants qui remplissent des fonctions physiologiques clés (par exemple, le phosphate monopotassique sert de source de phosphore et de potassium), une administration excessive peut entraîner une accumulation de sel dans le milieu de culture, c’est cela que l’on appelle salinisation.

La nature hydrosoluble des sels signifie qu’ils peuvent « concurrencer » avec les plantes pour absorber l’humidité et des niveaux excessifs peuvent provoquer une « brûlure » des tissus végétaux. L’accumulation de sels peut également affecter le pH du milieu de culture (le cannabis préfère un sol légèrement acide) et bloquer l’accès aux principaux nutriments : un état connu sous le nom de blocage de l’absorption des nutriments.

Étant donné les problèmes potentiels causés par de fortes concentrations de ces sels minéraux, certains acteurs dans la branche du cannabis affirment que la plupart des formules sont beaucoup trop riches en phosphore et en potassium.

Les boosters de floraison provoquent-ils une salinisation ?
  • Les plants de cannabis ont-ils vraiment besoin de boosters de floraison ?

La base du marketing consiste essentiellement à faire croire aux gens qu’ils ont besoin d’un produit, même si ça n’est pas le cas. La quantité absurde d’appareils de cuisine sur le marché en est un parfait exemple. Vous n’avez pas besoin d’un « videur de poivrons » pour enlever les graines des poivrons ou d’un « porte-tacos » pour les remplir, mais les spécialistes du marketing pourraient bien vous convaincre du contraire. Bien sûr, comme beaucoup de ces produits, les boosters de floraison ne sont pas inutiles, mais ils sont tout simplement facultatifs dans certaines circonstances.

Si vous vous promenez dans les bois ou dans une prairie de fleurs sauvages, vous devriez voir que tout y prospère sans l’intervention de l’Homme ni pulvérisation d’engrais chimiques. C’est parce que les interactions complexes entre un grand nombre d’organismes aident à maintenir un cycle efficace des nutriments. Tout ce qui vit finit par mourir et les autres créatures vivantes font bon usage de la matière organique laissée derrière ce qui se meurt.

⇢ Exemple : l’azote

Prenons l’exemple de l’azote (un nutriment nécessaire en plus petite quantité pendant la floraison). Tout l’azote contenu dans les racines et les tissus des plantes mortes sur la couche arable est décomposé et mangé par les bactéries et les champignons. D’autres micro-organismes, microanimaux et vers jouent également un rôle important dans ce processus en mangeant la matière organique ou d’autres formes de vie qui le font.

L’azote s’immobilise dans le corps de ces créatures et se minéralise lorsqu’elles meurent (ou sont mangées et leurs restes sont évacués). L’azote minéralisé (ammoniac) est ensuite transformé en nitrates par les micro-organismes et l’ammoniac et les nitrates sont tous deux des formes d’azote absorbables par les plantes.

Les sols vivants et sains, remplis de micro-organismes divers et d’autres acteurs de la chaîne alimentaire du sol, sont capables de recycler les nutriments à l’infini et cela permet aux plantes de s’épanouir. Les cultivateurs peuvent contribuer à faciliter ce processus en maintenant les racines dans le sol après la récolte, en utilisant du paillis, en semant des couvertures végétales et en évitant de labourer. Lorsque l’on cultive du cannabis au sein d’une communauté d’organismes aussi animée, les stimulateurs de floraison deviennent généralement superflus. Cependant, de tels systèmes peuvent prendre du temps à se mettre en place lorsque l’on ne part de rien.

Le rôle des boosters de floraison du cannabis

En dépit de ces deux préoccupations principales, le marché des boosters de floraison continue de s’épanouir et de nombreux cultivateurs continuent de constater des résultats fantastiques en utilisant ces produits.

Bien qu’ils aient le potentiel de faire rétropédaler une culture s’ils sont mal utilisés et qu’ils puissent être peu utiles dans un contexte d’un sol avec un réseau trophique bien établi, les boosters de floraison contiennent des nutriments dont les plants de cannabis raffolent au stade de la floraison. Ils sont particulièrement utiles pour les cultivateurs qui partent de zéro, les cultivateurs débutants et ceux qui préfèrent simplement administrer des cocktails préfabriqués plutôt que de passer du temps à développer un réseau trophique sain et actif.

  • Le contenu des boosters de floraison

Les plants de cannabis ont un appétit qui change tout au long de leur développement : les plants en phase végétative ont des demandes différentes de ceux en phase de floraison. En général, le cannabis nécessite trois nutriments dans des proportions plus élevées. Ces macronutriments, à savoir l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K), sont souvent indiqués sur les produits sous la forme d’un ratio N-P-K avec des valeurs du type 10-5-7.

Les plants de cannabis sains contiennent environ 4 % d’azote dans leurs tissus en surface et utilisent cette molécule pour toute une batterie de processus vitaux. L’azote est un composant majeur de la molécule de chlorophylle (le pigment impliqué dans la photosynthèse) et aide également à construire les acides aminés : les éléments constitutifs des protéines utilisées pour créer la structure des plantes et les enzymes.

Comme l’azote aide les plants à prendre une couleur vert intense et alimente la croissance des feuilles, les plants de cannabis ont besoin d’une plus grande quantité de ce macronutriment pendant la phase végétative du cycle de développement. En effet, ils en ont encore besoin pendant la floraison, mais en quantité réduite. Après tout, les plants de cannabis en pleine floraison produisent encore des structures feuillues telles que les feuilles résineuses et les bractées (feuilles spécialisées qui entourent la partie inférieure des stigmates en forme de poils de barbe).

Puisque la demande d’azote diminue pendant la floraison, les besoins de la plante pour les deux autres macronutriments augmentent. Les boosters de floraison proposent des niveaux variables de ces molécules pour faciliter l’étirement des plants et la formation des fleurs. De nombreux produits contiennent également un éventail de micronutriments qui assistent les processus physiologiques et aident à prévenir de la « concurrence » entre les nutriments.

Le contenu des boosters de floraison

Macronutriments

Si vous regardez l’étiquette qui entoure un flacon de booster de floraison, vous verrez certains sels minéraux qui fournissent du phosphore et du potassium. Ces composés plus volumineux contiennent des macronutriments sous forme liée, mais ils se décomposent en cations plus petits et assimilables par les plants lorsqu’ils sont dissous dans l’eau. Regardons plus en détail ces deux acteurs :

  • Le phosphore : par où commencer avec le phosphore ? Cet élément est en partie responsable du développement de la structure physique d’une plante. Il constitue un composant important de la structure des acides nucléiques, composés chimiques qui servent de molécules porteuses d’informations dans les cellules. Les acides nucléiques jouent un rôle clé dans la synthèse des protéines, la division cellulaire et le développement de nouveaux tissus. Pendant la phase de floraison, le phosphore aide les plants de cannabis à former de nouvelles racines, fleurs et graines. Les plants ayant des carences en ce macronutriment auront une croissance paralysée et des feuilles d’un vert anormalement foncé.
  • Le potassium : cet élément facilite de nombreux mouvements microscopiques vitaux au sein des plantes. Le potassium contribue à la circulation de l’eau, des glucides et des nutriments dans les tissus végétaux. Il joue également un rôle dans l’activité enzymatique qui entraîne la production d’adénosine triphosphate (ATP), l’unité d’énergie cellulaire. Le potassium aide à superviser l’ouverture et la fermeture des stomates, de petits orifices à la surface des feuilles qui jouent un rôle important dans les échanges gazeux. D’une importance capitale au stade de la floraison, le potassium facilite la formation de tiges solides, un point vital sachant que les plants prennent beaucoup de volume lorsqu’ils s’étirent pendant la floraison.

Macronutriments secondaires

En plus de ces trois macronutriments primaires, le cannabis a également besoin d’autres macronutriments secondaires qui sont le calcium, le magnésium et le soufre. Ils ne sont pas nécessaires dans les mêmes quantités que les NPK, mais les plantes consomment des volumes plus élevés de macronutriments secondaires que de micronutriments et oligoéléments.

Heureusement, de nombreux produits de type boosters de floraison contiennent également des macronutriments secondaires. Vous trouverez souvent du calcium et du magnésium sous forme de bicarbonate de calcium et de sulfate de magnésium. En plus d’aider les plants en pleine floraison à compléter des processus biologiques importants, ces nutriments sont ajoutés aux boosters pour éviter l’antagonisme des nutriments, c’est-à-dire lorsque la concentration élevée d’un nutriment empêche l’absorption d’un autre.

Le potassium, le calcium et le magnésium ont des propriétés chimiques similaires et les plants les absorbent de la même façon. Ce mécanisme sous-entend que les cultivateurs peuvent rencontrer des problèmes de carence s’ils ne font pas attention. L’ajout de niveaux élevés de potassium pendant la phase de floraison, sans ajout de magnésium et de calcium, rend les micronutriments sensibles à l’antagonisme susmentionné. En les ajoutant en même temps que les nutriments pour floraison, on s’assure que les niveaux restent équilibrés et que ce phénomène ne se produit pas.

Les avantages des boosters de floraison du cannabis

Les boosters de floraison permettent des avantages notables dans certains contextes. Voici quelques-unes des meilleures raisons d’appliquer ces engrais à vos plants en floraison :

Pratiques
Ces derniers prodiguent une solution idéale lorsqu’il s’agit de répondre aux besoins en nutriments pendant la phase de floraison. Ils sont particulièrement utiles pour les cultivateurs occasionnels qui veulent une récolte rapide sans investir trop de temps à apprendre les techniques de culture sur sol vivant.
Précis
Avec eux, les cultivateurs peuvent nourrir leur culture avec des doses précises de macronutriments de floraison. Chaque produit, qu’il soit sous forme de pastille ou de liquide, contient une quantité déterminée de sels minéraux faciles à doser.
Faciles à utiliser
Ces nutriments inorganiques sont simples et faciles à administrer. Mélangez-les à de l’eau à la concentration souhaitée et offrez à vos plants un apport quasi instantané de bienfaits.
Options biologiques
Les cultivateurs qui ont un penchant pour les techniques biologiques et régénératrices peuvent également administrer des boosters de floraison en utilisant des sources organiques. Les thés de compost oxygénés préparés à partir de lombricompost fournissent une forte dose de microbes bénéfiques et une bonne portion de calcium, de phosphore et de potassium. Les préparations de KNF telles que le phosphate de calcium hydrosoluble délivrent également cet oligo-élément rapidement lorsqu’elles sont administrées en pulvérisation foliaire.

Les inconvénients des boosters de floraison du cannabis

Cependant, les boosters de floraison peuvent aussi causer des problèmes aux cultivateurs, surtout lorsqu’ils sont mal utilisés. Voici quelques-uns des principaux problèmes qu’ils posent :

Probabilité accrue de surengraissage
Il est facile de surengraisser avec les boosters et les débutants sont particulièrement enclins à en administrer trop et trop souvent.
Blocage d’absorption des nutriments
Une administration trop importante de ces produits peut entraîner un antagonisme entre les nutriments, un blocage d’absorption des nutriments et des variations de pH préjudiciables. Heureusement, il existe des techniques pour rectifier le blocage d’absorption des nutriments avant qu’il ne devienne trop grave comme rincer le sol avec une eau au pH équilibré et augmenter les niveaux de micronutriments tels que le calcium et le magnésium.
Brûlure des tissus
L’excès de nutriments peut brûler les racines et les feuilles, ce qui donne des plants à l’apparence disgracieuse qui ont besoin de temps pour se rétablir et cela peut avoir un impact sur le rendement à plus long terme.
Impact microbien
Il existe deux camps lorsqu’il s’agit de l’impact des engrais inorganiques sur le microbiome du sol. Certains suggèrent que les intrants chimiques sont mortels pour la vie bénéfique du sol et perturbent le cycle naturel des nutriments, surtout lorsqu’ils sont utilisés abondamment. L’autre camp affirme que les engrais chimiques nourrissent en fait les organismes bénéfiques et ne leur causent aucun tort lorsqu’ils sont administrés adéquatement.
  • Quand utiliser les boosters de floraison

Les boosters de floraison sont utilisés après que les plants aient commencé leur floraison. Les variétés à autofloraison effectueront ce changement en fonction de leur horloge biologique interne tandis que celles photopériodiques dépendent d’indices lumineux externes comme une réduction des heures d’ensoleillement ou bien le passage à un cycle lumineux de 12/12 en intérieur.

Notez que la première semaine de la floraison est généralement consacrée à une dernière poussée de croissance connue sous le nom d’étirement de la floraison. C’est pourquoi certains attendent de voir les signes de la formation des fleurs avant d’appliquer des boosters de floraison. Lorsque vous voyez que des fleurs commencent à se former aux nœuds (les points d’intersection entre les branches et la tige principale), vous devez faire passer votre programme d’engraissage en mode floraison.

Quand utiliser les boosters de floraison
  • Comment utiliser les boosters de floraison

Quelle est la meilleure façon d’administrer des boosters inorganiques ? Il suffit de suivre les instructions figurant sur le produit de votre choix, car l’approche varie à chaque fois. Les différents produits contiennent des formules et des concentrations variables et il est préférable de les appliquer à des moments légèrement différents et de différentes manières selon leur composition. Heureusement, chaque produit devrait fournir des instructions claires sur son administration adéquate.

En fin de compte, vous utiliserez les boosters de floraison pour l’un des deux objectifs généraux suivants : améliorer la teneur en nutriments d’un sol en bon état et prévenir les carences ou remédier aux sols appauvris et rectifier les carences.

Si vous commencez déjà avec un sol relativement sain, vous pouvez utiliser les boosters de floraison de manière préventive pour vous assurer que vos plants en floraison reçoivent tous les nutriments dont ils ont besoin pour former des têtes saines et riches en éléments phytochimiques afin d’empêcher qu’ils rencontrent des problèmes plus tard.

Cependant, si vous commencez avec un sol pauvre, les boosters feront davantage office de bouée de sauvetage que de mesure préventive. Dans ces circonstances, le plant devient dépendant du cultivateur pour obtenir suffisamment de nutriments de floraison en raison de l’absence de microbes bénéfiques et de nutriments se renouvelant dans le sol. Cela dit, vous pouvez tout de même obtenir d’excellents rendements de cette manière comme le font de nombreux cultivateurs année après année.

Enfin, les boosters de floraison peuvent être utilisés en cas de carences en nutriments. Même si vous pensez avoir un sol vivant de grande qualité, des problèmes de pH et d’antagonisme des nutriments peuvent conduire les plants à présenter des symptômes. Après avoir réglé la « racine » du problème, une dose de booster peut aider à rétablir l’équilibre et à faire en sorte que les plants se rétablissent rapidement.

Boosters de floraison RQS

Chez RQS, nous avons exploité des décennies d’expérience de culture pour créer notre pack Booster Floraison Bio. Chaque pack contient trois formules en bouteille de 75 ml et entièrement vegan. Ci-dessous, vous découvrirez comment et quand administrer chacune d’entre elles.

  • Thicker Flowers : Thicker Flowers contient des quantités idéales de phosphore et de potassium pour stimuler la production et la taille des fleurs. Administrez-en dès que les plants commencent à fleurir en prodiguant 0,1 ml par litre à chaque arrosage. Augmentez de 0,1 ml par semaine. Ensuite, réduisez la dose à 0,5 ml la septième semaine de floraison et continuez à réduire de 0,1 ml jusqu’à ce que vous commenciez le rinçage des plants. Si vous utilisez Thicker Flowers avec des produits tels que le Guano de Chauve-Souris et Easy Bloom de RQS, faites attention aux signes de toxicité liés au surplus de nutriments.
  • Bigger Flowers : cette formule contient tout ce dont vous avez besoin pour obtenir de grosses têtes. Un mélange d’enzymes, de vitamines et de stimulants de croissance garantit des branches de têtes volumineuses et denses. Vous pouvez administrer cette formule tout au long du cycle de développement pour en tirer le maximum de bénéfices. Ajoutez 0,5 ml par litre d’eau pendant la phase végétative puis 0,8 ml au début de la troisième semaine de floraison et 1 ml pour le reste de la phase de floraison jusqu’au rinçage. Bigger Flowers est compatible avec tous les autres produits RQS.
  • Sweeter Flowers : cette formule exploite un ensemble d’acides aminés et de potassium pour décupler la production de terpènes. Vous n’avez besoin d’administrer ce produit que pendant les quatre dernières semaines de la floraison pour stimuler les arômes de vos têtes. Administrez 0,4 ml par litre d’eau pendant la cinquième semaine de floraison. Augmentez la quantité à 0,7 ml pendant la sixième semaine, 0,8 ml pendant la septième semaine et 1 ml pendant la huitième semaine.

Boosters de floraison du cannabis : un apport nuancé

Comme vous l’avez compris, il y a beaucoup de choses à prendre en compte pour alimenter un plant de cannabis. Les boosters de floraison ne sont certainement pas un apport essentiel que tout cultivateur de cannabis doit appliquer, car les cultivateurs expérimentés qui ont passé plusieurs saisons à développer des sols vivants et sains ont tendance à les éviter. Cependant, les boosters offrent aux débutants et aux cultivateurs occasionnels un moyen fiable de s’assurer que les plants reçoivent tout ce dont ils ont besoin pour fournir un rendement gratifiant.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.