Une fois de plus, notre petite planète bleue a fait le tour du soleil. L’hiver est à son comble dans l’hémisphère Nord, ce qui ne signifie qu’une seule chose : le printemps pointe le bout de son nez !

Il est donc temps de commencer à planifier la saison de culture extérieure. Un des points principaux pour les cultivateurs d’extérieur novices, c’est de savoir si leurs plantes vivront en pots, ou à même la terre. Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix, mais voici tout de même les pour et les contres de chaque méthode.

Le choix de cultiver en pots ou à même la terre n’a rien à voir avec le rendement ou la qualité du produit fini. Ce n’est qu’une question de préférence personnelle et de style de vie. Vous pouvez vous servir de pots démesurés pour cultiver des plantes qui le seront tout autant. Ou alors cultiver dans un sol de mauvaise qualité et vous retrouver avec une plante minuscule.

Puisqu’il n’y a pas de méthode gagnante, ce n’est pas à vous de juger de quelle est la meilleure méthode, alors nous vous donnerons de quoi alimenter votre réflexion dans l’espoir de contribuer un peu au choix qui sera parfaitement adapté à vos besoins.

Le Cannabis À L'Extérieur En Pots

LA CULTURE EN EXTÉRIEUR AVEC DES POTS – LES AVANTAGES

Les pots sont géniaux dans la mesure ou vous pourrez déplacer vos plantes. Pour le vrai cultivateur d’extérieur, ça ne paraît pas être si important, mais cela signifie surtout que relocaliser votre culture à cause d’une invasion d’insecte, d’une tempête, d’animaux, ou même de coups d’œil un peu trop curieux ne sera jamais un problème.

Les pots sont aussi géniaux dans le fait le qu’ils offrent plus de contrôle sur le développement de votre plante. Si la discrétion est de mise, un pot restreindra au maximum le potentiel de croissance de la plante, ce qui signifie que vous pourrez prédire efficacement la taille et la largeur potentielle de cette plante. Bien sûr, il est toujours possible de palisser, mais il n’y a rien de mieux qu’une culture avec un niveau de stress très bas pour tirer le meilleur des génétiques.

En vous servant de pots, vous serez à même de mitiger certains problèmes potentiels dus à la terre elle-même. Il se pourrait que votre environnement naturel n’offre pas les meilleures qualités possibles pour le cannabis, de ce fait, utiliser des pots vous permettra de mélanger de la terre de première qualité, modifiée et de rester autonome. Cela vous permet aussi d’avoir un contrôle intégral sur des variables telles que le pH, et la puissance des nutriments directement sur les racines.

PLANTER À MÊME LA TERRE – LES AVANTAGES

Cultiver directement en terre est la méthode la plus naturelle. Les racines sont libres d’explorer les profondeurs du monde souterrain, amenant la plante vers une taille potentiellement monumentale. Les racines peuvent aller très profond, et si elles arrivent à trouver une source d’eau ou d’humidité suffisante, la plante pourra survivre sans attention à un été chaud et sec. La vie microbienne sera à son comble, tout comme le sera l’offre nutritive potentielle si vous avez en votre possession un terrain bien fertile.

En cultivant dans le lieu idéal, la maintenance sera minimale. Les coûts seront également réduits, car c’est la nature qui fournira l’essentiel de l’énergie requise. Dans le pire des cas, à la moitié de la floraison, vous aurez peut-être besoin d’un peu plus de nutriments afin d’obtenir ces énormes calices dont vous révez (mais toujours moins qu’avec des plantes en pot).

Plantation De Cannabis En Plein Air Dans Le Sol

LA CULTURE EN EXTÉRIEUR AVEC DES POTS – LES INCONVÉNIENTS

Se servir de pots pour vos plantes plutôt que de ne planter directement en terre possède aussi des points négatifs. Pour commencer, il ne sera pas possible de les planter et de les laisser se débrouiller seules. S’il n’y a pas de pluie, il vous faudra donc arroser. Et même si la pluie arrive, il vous faudra garder un œil sur les nutriments.

La culture en extérieur avec des pots prend également plus de temps qu’en intérieur, car les cycles de lumières sont moins précis, alors même si vous vous organisez comme il faut, mais que le pot est trop petit, la plante ne sera pas capable de devenir aussi grosse que vous ne l’auriez souhaité. Au contraire, en utilisant des pots démesurément grands, les coûts en eau et en nutriments augmenteront considérablement au fur et à mesure que la plante grandira et prendra de l’ampleur. Cela n’est peut-être pas un problème pour tous le monde, mais c’est un facteur important à prendre en compte.

Finalement, si vous vivez dans un endroit relativement habité, il vous faudra peut-être considérer enchaîner vos pots, car n’importe qui pourrait les repérer, choisir un pot, et partir avec aussi vite que possible !

PLANTER À MÊME LA TERRE – LES INCONVÉNIENTS

Contrairement aux points précédents, les plantes cultivées directement en terre ne peuvent pas être déplacées sans causer de sérieux dommages à la masse racinaire et stresser la plante jusqu’à en stopper complètement la croissance. De fortes rafales de vent ou une exposition trop longue à un environnement humide peut être catastrophique et potentiellement détruire des mois de dur labeur. Sachant qu’une simple averse de grêle peut fortement endommager une voiture, imaginer ses effets sur vos plantes. Bien sûr, il est possible de prendre des mesures de prévention, mais la plupart du temps, ce surplus d’effort peut être très fatiguant. Vous vous imaginez construire un abri pour une plante de 2,5 m sur 2,5 m ? Et qu’est-ce qu’il se passerait si vous en aviez plusieurs ?

Ce qui nous amène à prochain point, le surdéveloppement. Certaines variétés ou certains phénotypes ont le potentiel d’atteindre des dimensions complètement absurdes. Ce qui pourrait ne pas être positif, surtout si vous souhaitez rester discret. Si c’est le cas, vous cultivez probablement dans un endroit éloigné, pour lequel des visites trop régulières pour des palissages et des tailles iraient totalement à l’encontre d’une culture de type guérilla.

Le plus gros désavantage de la culture à même la terre est le manque de contrôle sur ce qui arrive sous la surface. Bien sûr, les cultivateurs les plus expérimentés savent comment élever des bactéries bénéfiques aérées, qui feront des merveilles pour la force et la santé générale des racines – mais qui n’ont pas autant d’effets en ce qui concerne les apports nutritionnels directs.

Quelques jours de pluie peuvent créer un bouleversement des conditions du sous-sol, non seulement en se débarrassant de toutes les sources de nourriture équilibrées, mais aussi en mettant en place une nouvelle constitution. Cela pourrait résulter en un changement drastique du pH, un blocage de l’assimilation des nutriments, des carences, et même des niveaux toxiques de certains micro-nutriments spécifiques au cannabis. Lorsque cela se passe comme ça, il est très dur de rééquilibrer le sous-sol.

CONCLUSION

Comme vous pouvez le voir, le ticket d’or n’existe pas. Tout dépend de comment vous peser les pour et les contres. Si vous restez tout de même dans le doute, la solution est très simple : faites moitié-moitié, et au moment de la récolte, vous aurez sûrement plus d’arguments pour choisir ce qui sera le plus adapté à vos besoins.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander