Il existe de nombreuses méthodes et mécanismes de consommation du cannabis pour s’assurer de faire entrer dans la circulation sanguine le nombre désiré de cannabinoïdes. Les deux méthodes majeures sont de fumer de l’herbe de différentes façons, avec une pipe, un bang, un spliff, joint ou blunt, ou en mangeant différents types d’aliments infusés au cannabis. Avec les avancées spectaculaires du secteur, cette deuxième forme de consommation peut inclure tous les aliments auxquels vous pourriez penser, comme des brownies, gâteaux, sandwiches, bonbons, glaces, cafés, vin et curry. La liste ne s’arrête pas là. Avec toutes ces options disponibles, le choix est presque impossible. Ces deux méthodes ont leurs avantages et leurs inconvénients. Ce qui les sépare, c’est la façon dont vous ressentirez l’effet provoqué. Regardons un peu ce qui les sépare, et quelle méthode pourrait être plus bénéfique pour chacun.

ABSORPTION

Tous ceux qui ont de l’expérience dans le fait de fumer de la beuh et de manger des aliments au cannabis connaissent bien la différence de puissance. Les aliments prennent plus longtemps à monter, mais quand les effets se font sentir, ils semblent bien plus forts. Vous pourriez vous demander pourquoi le fait de manger une poignée de bonbons au cannabis vous défonce beaucoup plus qu’une série de douilles ou de joints. La raison s’explique par la façon dont les cannabinoïdes sont absorbés par le corps. Quand il est fumé ou vapoté, le THC suit un chemin bien plus direct vers le cerveau. Quand il est mangé, le THC présent dans le cannabis est métabolisé par le foie, où il est transformé en 11-hydroxy-THC. Ce métabolite est très efficace pour traverser la barrière hémato-encéphalique et peut donc donner un effet bien plus intense et fort.

Absorption comestibles foie métabolisé foie

MONTÉE, DURÉE ET PUISSANCE

Quand on fume ou on vaporise de la weed, les effets peuvent être ressentis quasiment immédiatement après avoir tiré. Selon la variété et la quantité fumée, cela peut être une relaxation, une euphorie, des pensées créatives ou même de l’énergie, immédiatement. Ces effets commencent à se dissiper et à disparaître dans l’heure qui suit. En raison de cette montée rapide, on peut pratiquement ressentir les quantités précises de THC consommé, quand ce serait trop et quand il faut arrêter ou faire une pause. Pour ces raisons, il est bien plus facile de contrôler combien de THC on absorbe.

C’est une autre histoire avec les aliments. Comme les aliments au cannabis doivent être traités plus longuement par le corps avant que les effets commencent à être ressentis, il peut falloir entre 30 minutes et 2 heures pour que les effets psychoactifs montent et soient ressentis. Après la montée, les effets peuvent durer pendant plusieurs heures. En raison de ce délai considérable entre le moment où on mange un aliment au cannabis et celui où on ressent les effets, il peut être extrêmement facile d’en prendre trop. Après 1 heure, aucun effet ne s’est encore produit, et on pourrait s’imaginer qu’il faut manger encore 2 ou 3 morceaux de nourriture au cannabis. Puis en quelques heures, ce qui devait être un effet léger et relaxant se transforme en expérience difficile et limite psychédélique, ce à quoi on était pas préparé mentalement.

C’est surtout courant chez ceux qui n’ont pas beaucoup d’expérience avec les aliments au cannabis. Quand on consomme ces aliments, il est recommandé de commencer avec de petites doses et d’être patient. Allez-y doucement. Prenez le dosage que vous pensez pouvoir gérer et attendez de ressentir les effets complets avant de décider d’en prendre plus.

DIFFÉRENCES DE DOSAGE

Pour le dosage du cannabis mangé, 10 milligrammes sont considérés comme étant l’unité ou la portion individuelle de THC, comme c’est le cas au Colorado. Il peut être utile de considérer les aliments au cannabis en termes de portions pour éviter de trop en consommer accidentellement. Par exemple, une barre au chocolat et cannabis contient 100 milligrammes de THC, divisés en 10 carrés. C’est donc extrêmement facile de savoir ce que vous allez ingérer, si l’aliment vient d’une source fiable et réputé. Ceci dit, il ne faut pas s’imaginer que le cannabis alimentaire doit être pris en doses de 10 milligrammes à chaque fois. De nombreux facteurs peuvent influencer leur puissance. Par exemple, du cannabis ingéré l’estomac vide peut augmenter l’effet ressenti. Le poids du corps est un autre facteur pouvant influencer les effets.

Il a été reporté que même les dispensaires professionnels ont du mal à créer des produits alimentaires au dosage précis. Certains consommateurs trouvent que le même produit est beaucoup plus fort lors de leur deuxième essai. Des réglementations sont proposées pour créer des produits précis et constants. Mais c’est donc une raison supplémentaire de faire preuve de prudence avec les aliments au cannabis. Commencez par de petites doses et soyez patient pendant la montée.

Fumer l'articulation rompre détendre la combustion cancérigène

ALIMENTS OU FUMÉE : QUEL EST LE PLUS SAIN ?

Fumer un gros joint ou un blunt est extrêmement relaxant et cela peut être un rituel. Le processus de roulage est assez méditatif. S’asseoir avec des amis autour d’un joint qui se consume lentement comme une bougie a le don de déclencher les conversations les plus intéressantes. Mais le fait d’inhaler les produits dérivés de la combustion soulève de plus en plus d’inquiétudes, car ils peuvent être toxiques et cancérigènes. C’est un aspect qui n’a pas encore été étudié extensivement, il n’est donc pas encore possible d’en tirer des conclusions définitives actuellement. Cependant, une théorie veut que les propriétés anticancérigènes du cannabis pourraient combattre ceci. Quoi qu’il en soit, de nombreux fumeurs font la transition vers la vaporisation de leurs herbes, en raison de l’absence totale de combustion et de produits dérivés potentiellement nocifs.

Dans le cas des aliments, il n’y a évidemment pas de combustion. Cependant, le type d’aliment dans lequel le cannabis est ajouté influence fortement l’aspect santé du produit pour l’organisme du consommateur. Par exemple, manger constamment des brownies, gâteaux et biscuits est évidemment délicieux, mais c’est loin d’être les aliments les plus nutritifs. D’un autre côté, il est possible d’inclure des cannabinoïdes dans des plats et en-cas sains, comme le guacamole, ou d’inclure du cannabeurre à des sauces salades ou patates douces frites. Les options sont infinies. 

CONSOMMATION TROP IMPORTANTE

Si vous avez trop fumé, il y a de fortes chances pour que vous posiez le demi-joint dans le cendrier et fassiez une bonne sieste reposante dans le canapé. Mais si vous avez trop mangé de cannabis, c’est une autre histoire. Peut-être que vous n’étiez pas préparé pour les vagues d’effets qui continuent à s’abattre sur vous, de plus en plus fortes. Si c’est le cas, le plus important est de ne pas paniquer. Asseyez-vous, respirez profondément et de manière contrôlée et relaxez-vous. N’oubliez pas que vous serez à nouveau sobre dans une heure ou deux et que vous n’aurez aucun problème.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander