ALERTE ROUGE : MOISISSURE DES TÊTES

On ne veut pas être alarmistes, mais pour nous, la weed moisie est l’ennemi public n°1. De tous les nuisibles, maladies, mauvaise chance et fléaux de Mère Nature qui peuvent potentiellement s’abattre sur une plantation de cannabis, c’est la moisissure du cannabis qui est la menace la plus triste et toxique pour tout fumeur de joints ordinaire.

Une weed pourrie n’est pas seulement horrible pour vos réserves, c’est en fait un déchet toxique que vous devriez traiter en tant que tel. Si vous avez la malchance de consommer de la beuh moisie, peu importe si vous la mangez, la fumez ou la vaporisez, vous consommez des milliers, voire des dizaines de milliers de spores microbiennes nuisibles.

Dans le meilleur des cas, le goût désagréable devrait vous couper l’envie de trop en consommer et devrait vous pousser à jeter la weed contaminée à la poubelle sans effets négatifs.

Mais dans le pire des cas, vous pourriez vous retrouver à l’hôpital avec une grave infection des poumons et pour seul visiteur un détestable activiste anti-cannabis qui espère avoir les droits de l’histoire du premier décès lié au cannabis enregistré dans l’histoire. Même si pour ça il doit finir le boulot lui-même, probablement avec un oreiller entre le changement d’équipe des infirmières.

COMMENT DÉTECTER UNE WEED MOISIE EN ACHETANT

Si vous vous fournissez auprès d’un cannabis club, coffee shop ou dispensaire réputé, vous ne devriez vraiment pas avoir à vous inquiéter de têtes pourries. Mais malheureusement, il faut toujours faire attention, car la moisissure ne fait pas de différence entre les amateurs et les professionnels, il lui suffit de conditions optimales, même après la récolte.

Un curing mal fait, ou un stockage inadapté par le revendeur de cannabis peut transformer un gros bocal de têtes en un tas poilu de champignons. De l’herbe humide est un bouillon de culture pour les champignons et une invitation pour les moisissures.

Même après un séchage lent et soigneux, idéalement, dans des sachets en papier marron, le curing est l’étape finale et c’est trop souvent là où tout dérape.

Une autre caractéristique désagréable de la weed moisie est son odeur de pourriture. Parfois ça sent comme du foin, mais il y a toujours un problème avec l’odeur des têtes moisies. Vous devriez renifler tout autant que vous regardez de près ce que vous avez l’intention d’acheter.

La plupart des revendeurs de cannabis haut de gamme n’aiment pas trop que les consommateurs touchent trop librement la weed de leur menu.

Si et seulement si vous le revendeur vous y autorise, il est préférable de tester un échantillon en joint ou dans une douille, pour avoir un aperçu direct du toucher et du goût. Si vous avez le feu vert, allez-y. De toutes façons, les joints gratuits sont toujours les meilleurs joints.

COMMENT DÉTECTER UNE WEED MOISIE EN CULTIVANT

On a vu trop de vidéos YouTube de cultivateurs qui bourrent des matières végétales fraîchement récoltées non-taillées ou après une taille minimale dans des bocaux en verre. C’est une énorme erreur, évidemment à ne pas imiter. Des têtes bien taillées sont moins sensibles aux moisissures car les tiges et les feuilles peuvent conserver beaucoup d’humidité.

moisie cultivant cannais pourriture

En fait, l’humidité est l’ennemi du récoltant, mais c’est aussi un mal nécessaire, car une humidité relative trop basse peut entraîner des têtes friables, trop sèches, qui sont toutefois probablement sans moisissures. Mais elles ne seront pas aussi savoureuses que si l’humidité relative est conservée à un bon niveau (30-50 % pour le séchage et 55-65 % pour le curing).

Une weed moisie affichera généralement une croissance de champignons en fils blanc-gris sur l’extérieur des têtes, ou si la tige a fait moisir une grosse tête de l’intérieur, elle vous donnera une mauvaise surprise si vous l’ouvrez. Les moisissures peuvent prendre toutes sortes de couleur et les pires infestations fongiques peuvent transformer les têtes en bouillie marronnasse.

Les cultivateurs de cannabis peuvent rencontrer la pourriture des têtes dans leurs plantations à n’importe quelle étape et c’est en général dû à une combinaison de problèmes dans l’espace de culture. Des tiges et des feuilles affichant les signes précoces de moisissure ne doivent pas être ignorées. Une odeur répugnante et/ou de mildiou se remarquera.

Il est conseillé aux cultivateurs d’investir dans un microscope de poche. Ils ne sont pas juste pratiques pour zoomer sur la résine, mais c’est aussi un bon moyen de détecter tout agent pathogène abrité par vos plants de cannabis. C’est une vision d’horreur, mais impossible de lutter contre un ennemi qu’on ne voit pas. Un diagnostic précoce donne au cultivateur une chance de se battre pour sauver son jardin de cannabis.

Éliminer les plants infectés est un sacrifice nécessaire pour le bien de la récolte entière. Le patient zéro doit mourir si vous voulez éviter une pandémie totale. Maintenir des conditions environnementales optimales et ne pas sur-arroser ou stresser les plants sont les meilleures méthodes de prévention.

CONSÉQUENCES D’UNE WEED MOISIE POUR LES CANNA-ENTREPRENEURS, CULTIVATEURS ET FUMEURS

Un seul plant infesté par la moisissure a le potentiel de contaminer vos cultures entières. Absolument tout, du reste des plants au milieu de culture et même les récipients. Si vous cultivez en intérieur, la salle ou tente de culture a besoin d’un nettoyage en profondeur pour s’assurer qu’aucune spore ne survive et infeste la culture suivante.

C’est un scénario de cauchemar, vous pouvez essayer de lutter avec divers agents anti-moisissure, mais les pertes en plants seront fortement élevées quoi qu’il arrive. La pourriture de la weed est une menace que tout cultivateur de cannabis digne de ce nom doit surveiller à toutes les étapes, de la graine au joint.

Une herbe moisie est un déchet et aucun fumeur ne devrait en consommer en le sachant, sous n’importe quelle forme. De même, aucun cultivateur ou canna-entrepreneur ne devrait vendre de la weed qu’il sait moisie. C’est un coup à griller sa réputation à 100 %.

Les fumeurs doivent éviter à tout prix d’avoir un matos pollué et en inspectant le cannabis, vous pouvez au minimum confirmer qu’il est propre avant de l’échanger contre votre argent.

Bien entendu, nous vous recommandons de cultiver votre propre bonne weed bio, en ajoutant de la silice liquide pour renforcer les plants et en utilisant toujours un substrat de culture aéré, bien drainant et de qualité.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander