La culture du cannabis en intérieur vous donne un meilleur contrôle sur votre environnement de culture. Dans ce cadre, vous êtes en mesure de réguler étroitement l’eau, la lumière, les nutriments et même le dioxyde de carbone. Un environnement intérieur offre également à vos plantes une meilleure protection contre les nuisibles et les maladies. En gardant chaque élément de votre espace de culture propre, vous restez organisé et minimisez le risque que les agents pathogènes et les nuisibles réduisent les rendements ou même tuent vos plantes.

Pourquoi il est important de nettoyer votre tente ou chambre de culture

Plus votre chambre de culture est propre, moins vous risquez d’être confronté à des nuisibles, des agents pathogènes et des moisissures. Une meilleure hygiène réduit la propagation des bactéries et des spores fongiques qui peuvent endommager les racines, les feuilles et les fleurs du cannabis.

Faire très attention lorsque vous rapportez des plantes et autres objets dans votre espace de culture afin d’éviter les nuisibles. Si les insectes utiles sont les bienvenus, les insectes nuisibles peuvent rapidement détruire les feuilles, les tiges, les têtes et les branches.

Enfin, garder les choses propres est bénéfique pour la santé et le rendement des plantes. Toute maladie, moisissure ou parasite est susceptible de mettre un frein à votre culture. Vous devrez consacrer du temps et des efforts pour les éradiquer lorsqu’ils s’installeront, et tout dommage important retardera la croissance et aura peut-être un impact sur votre récolte.

Bonne pratique : Nettoyer avant de cultiver

En commençant par une tente ou une chambre de culture propre, vous réduirez considérablement les risques de problèmes liés aux nuisibles et aux agents pathogènes. La prévention est toujours meilleure au traitement. Avant de remettre votre chambre de culture en marche, il est utile de la nettoyer à fond entre chaque cycle de culture.

Bien sûr, cela devient beaucoup plus crucial si vous venez de passer des semaines à lutter contre les nuisibles et des agents pathogènes. Toutefois, un nettoyage en profondeur aidera à minimiser tout risque, même si votre tente est fraîchement sortie de sa boîte.

  • Nettoyage d’une nouvelle tente de culture

Un nettoyage rapide fera l’affaire pour les nouvelles tentes ou les anciennes tentes qui n’ont jamais connu de problèmes de nuisibles ou de moisissures. Il suffit d’essuyer le plafond et les murs avec des lingettes antibactériennes et de passer un bon coup de balai sur le sol.

  • Nettoyage d’une tente de culture affectée

Si vous avez rencontré des problèmes de pathogènes et de nuisibles lors du cycle de culture précédent, vous devez prendre des mesures plus radicales avant de commencer une nouvelle culture en intérieur. Contrairement à un nettoyage léger, vous devrez désinfecter complètement votre espace de culture.

Les spores, les virus et les bactéries sont microscopiques et peuvent s’accrocher à des surfaces qui semblent parfaitement propres à l’œil nu. Prenez des mesures dès maintenant pour vous épargner de potentiels problèmes plus tard. Utilisez les options ci-dessous pour cultiver votre prochaine génération de plantes.

- Eau de Javel

L’eau de Javel est sans pitié pour les microbes. Cette solution alcaline puissante est un désinfectant efficace capable d’éliminer les bactéries, les champignons et les virus. Veillez à porter des gants lorsque vous appliquez de l’eau de Javel. Pensez également à porter des lunettes de protection, en particulier lors de l’application en hauteur.

Mélangez une cuillère à soupe d’eau de Javel dans 4 litres d’eau. Mélangez le tout et appliquez sur toutes les surfaces de votre tente de culture à l’aide d’une éponge ou d’un chiffon. Laissez la surface rester humide pendant quelques minutes pendant que l’eau de Javel tue les microbes avant de sécher toutes les surfaces avec une serviette.

Nettoyage d’une tente de culture affectée

- Peroxyde d’hydrogène

Le peroxyde d’hydrogène élimine également les microbes. Même à une concentration de 3 %, comme on en trouve dans la plupart des solutions disponibles dans le commerce, cette substance peut tuer les microbes infectieux. Utilisez un chiffon pour essuyer toutes les surfaces de votre tente avec ce désinfectant non toxique.

Nettoyage d’une tente de culture affectée

- Fumigateur

Les fumigateurs permettent d’éliminer toute trace d’insectes de votre chambre de culture. Ils sont particulièrement utiles si vous avez beaucoup souffert des nuisibles lors de votre dernière culture. Il suffit de retirer le couvercle d’un fumigateur pour éliminer tous les insectes, acariens ou autres nuisibles.

Nettoyage d’une tente de culture affectée

Comment garder une chambre de culture propre

À ce stade, votre chambre devrait être propre comme un sou neuf. Mais vous devrez maintenir un haut niveau de propreté à l’avenir. Cela peut devenir rapidement sale. L’introduction de terre, de plantes et d’autres objets dans votre chambre de culture comporte le risque d’importer des insectes, leurs œufs, des bactéries et des spores fongiques.

  • Nettoyage de routine

Veillez à ce que les matières organiques comme la terre et les plantes ne se retrouvent pas sur le sol et les tables. Celles-ci constituent un bon abri pour les nuisibles. Nous vous recommandons d’utiliser un aspirateur à eau et poussière pour nettoyer votre espace de culture. Ces appareils sont équipés d’un filtre HEPA (High-Efficiency Particulate Absorbing) qui capture les spores fongiques et les bactéries, les empêchant ainsi de réintégrer votre espace une fois aspirées.

  • Lutte intégrée des nuisibles

La lutte intégrée des nuisibles (IPM) adopte une approche durable pour traiter les insectes. De nombreux cultivateurs introduisent des plantes compagnes, des couverts végétaux et même des insectes utiles dans leurs chambres de culture afin d’aider à lutter contre les nuisibles sans utiliser de produits chimiques nocifs.

Voici quelques exemples courants de lutte intégrée :

  • Soin des clones

Les clones sont un excellent moyen de contourner la germination et de faire les choses plus rapidement. Vous devez toutefois garder un œil sur les passagers clandestins. Vous devez jouer le rôle d’un agent des douanes avec chaque bouture qui entre dans votre tente de culture. Inspectez chaque clone avant de l’introduire dans votre chambre de culture. Il n’est pas rare de trouver des pucerons, des acariens et d’autres bestioles cachées sous les feuilles ou nichés près des nœuds. Enlevez tous les nuisibles qui se cachent avant de transplanter les clones.

  • Nettoyage après la récolte

La récolte est une activité salissante. Lorsque vous coupez, sectionnez et taillez vos têtes, vous allez probablement salir le sol avec de la terre, des feuilles résineuses et des tiges. Assurez-vous de balayer tous ces débris après la récolte. Les insectes sont attirés par les matières végétales et organiques qui leur servent d’abri, tandis que les champignons et les bactéries s’en régalent et se multiplient.

  • Assurez-vous d’avoir un milieu de culture propre

Votre milieu de culture est une arme à double tranchant. D’une part, il est la source de nutriments et de vie microbienne bénéfique. D’autre part, il peut abriter des maladies et des nuisibles qui empêchent les plantes de prospérer. Il y a plusieurs approches possibles lorsqu’il s’agit de traiter votre milieu de culture à la fin d’un cycle :

  • Jetez-le : Pour éviter d’exposer le prochain cycle de plantes aux mêmes nuisibles et maladies, de nombreux cultivateurs jettent leur milieu de culture. Si vous avez lutté contre des moucherons à champignons, des nématodes ou d’autres nuisibles ou maladies vivant dans le sol, jetez votre terre et recommencez.
  • Réutilisez-le : Si la dernière culture s’est déroulée sans problème de nuisibles, vous pouvez réutiliser votre terre. Vous devrez ajouter de la matière organique, comme du compost, de l’engrais vert ou des turricules de vers, pour remplacer certains des nutriments et nourrir les microbes bénéfiques. Laissez la vie dans le sol décomposer ces bonnes choses pendant 2–3 semaines avant de transplanter dans votre milieu amendé.
  • Nettoyez la terre infectée : Si, pour une raison quelconque, vous ne pouvez pas avoir accès à un nouveau terreau, mais que vos plantes ont souffert d’une maladie ou d’une infestation de nuisibles, vous pouvez essayer de nettoyer votre ancien milieu de culture. Vous pouvez pasteuriser votre vieille terre au soleil pour tuer les mauvais microbes, ou la saturer d’enzymes qui accélèrent la décomposition de la matière organique en décomposition.

  • Fournir une circulation d’air suffisante

La circulation de l’air est une arme essentielle contre la formation de moisissures. Les champignons prospèrent dans les environnements humides et mouillés où l’air stagne. Vous pouvez réduire le risque de formation de moisissures en utilisant des ventilateurs pour faire circuler l’air dans votre chambre de culture.

La défoliation permet à l’air de circuler plus efficacement dans votre canopée et minimise le risque de moisissure pendant la floraison. Un système de ventilation composé d’une entrée et d’une sortie d’air assure également un apport frais de dioxyde de carbone.

Tout comme la quantité de flux d’air, la qualité est importante. Certains cultivateurs (qui ont les moyens d’investir) vont un peu plus loin en utilisant des assainisseurs d’air. Ces appareils sont équipés de filtres qui empêchent les spores, les bactéries, les virus et les parasites de pénétrer dans l’espace de culture par l’entrée d’air. Après avoir entièrement assaini votre espace, ces appareils vous aideront à le garder aussi propre que possible.

Vous pouvez également acheter un purificateur d’air sur pied pour votre espace de culture. Bien que coûteux, ils sont très efficaces pour éliminer les particules pathogènes dans l’air.

Fournir une circulation d’air suffisante

Entretien quotidien de la chambre de culture

La culture du cannabis offre des moments de joie quotidiens. Après une longue journée de travail, rien n’apaise plus l’âme que de prendre une tasse de thé et de se rendre dans votre tente de culture. Profitez de ce moment de méditation pour entretenir votre espace. En nettoyant votre tente de culture un peu chaque jour, vous diminuez le risque d’infestation de nuisibles et d’agents pathogènes, et c’est beaucoup plus efficace que de laisser tout s’accumuler pendant une semaine ou deux.

  • Inspectez attentivement vos plantes et gardez-les en bonne santé

En vous déplaçant dans l’espace de culture, examinez attentivement toutes vos plantes. Regardez les tiges, le long des branches, sous les feuilles et autour des fleurs. Un examen minutieux de chaque plante peut vous aider à détecter des signes de maladies ou de nuisibles qui vous échapperaient autrement. Comme vous pouvez l’imaginer, une loupe peut vous être d’une grande utilité.

Si vous repérez quelque chose pendant vos rondes, faites l’effort de nettoyer immédiatement. Pensez à ce qui va attirer les nuisibles et les maladies, et rectifiez au fur et à mesure. Taillez les feuilles mortes et nettoyez la terre renversée, la poussière et les débris des tables et des plateaux.

  • Bon entretien

Après avoir inspecté les plantes individuelles, portez votre attention sur la chambre de culture dans son ensemble. Balayez le sol de toute saleté et dépoussiérez les coins. Éliminer chaque jour les habitats potentiels des nuisibles est une stratégie de prévention simple et efficace.

Nettoyage hebdomadaire de la chambre de culture

Le nettoyage hebdomadaire de votre chambre de culture ou de votre tente consiste en des tâches plus approfondies qui prennent un peu plus de temps à réaliser. Vous n’avez pas besoin de les effectuer tous les jours, mais elles constituent une partie essentielle de la routine d’hygiène de la chambre de culture.

  • Nettoyer les équipements et les plateaux

Nettoyez votre équipement, vos outils et vos plateaux une fois par semaine. Utilisez un petit chiffon et une solution de peroxyde d’hydrogène à 3 % et essuyez toutes ces surfaces pour éliminer tout pathogène persistant. Portez une attention particulière aux outils que vous avez pu apporter du jardin et que vous avez oublié de nettoyer : ce sont des vecteurs potentiels de transmission de champignons et de bactéries.

  • Stériliser les systèmes d’eau

Les cultivateurs en hydro tombent parfois dans le piège de penser que l’absence de terre signifie absence de parasites ou de maladies. Toutefois, les bactéries et les moisissures peuvent toujours se développer dans les tubes et les réservoirs, et certaines espèces apprécient vraiment l’humidité. Vidangez, nettoyez et stérilisez votre système avec une solution d’eau de Javel diluée une fois par semaine pour empêcher les moisissures et les algues de s’installer.

  • Vérifier les filtres à air

Si vous décidez d’investir dans un système de filtration de l’air, vous devrez le vérifier chaque semaine pour vous assurer que tout fonctionne correctement. Soyez attentif à tout signe d’usure qui pourrait permettre à des spores, bactéries et nuisibles de contourner le filtre et de pénétrer dans l’espace de culture. Remplacez vos filtres si vous détectez des points d’entrée, ou lorsqu’ils n’ont plus de capacité (généralement entre 6–12 mois).

  • Inspecter les murs et les réflecteurs

Vérifiez derrière les surfaces réfléchissantes des murs de votre tente. Ces zones peuvent retenir l’air stagnant et l’humidité, et servir de terreau aux moisissures. Si vous trouvez des champignons bizarres, essuyez-les avec du peroxyde d’hydrogène. Vous pouvez également essuyer ces surfaces chaque semaine à titre préventif, même si vous les trouvez « propres » à ce moment-là.

Inspecter les murs et les réflecteurs

Nettoyage mensuel de votre chambre de culture

Maintenant que vous avez la liste de nettoyage quotidienne et hebdomadaire, ajoutez les deux tâches suivantes à votre programme mensuel. Bien que vous n’ayez pas besoin de les effectuer trop fréquemment, elles sont suffisamment importantes pour que vous leur réserviez du temps chaque mois.

  • Nettoyer les sources lumineuses

De nombreux cultivateurs en intérieur négligent leurs lumières lorsqu’ils nettoient leur espace de culture. Pourtant, les ballasts de lampes, les ampoules et même les cordes peuvent accumuler de la poussière et servir de cachette potentielle à des spores et des acariens. Démontez une fois par mois, pendant le cycle de « nuit », et donnez-leur un bon coup de chiffon.

  • Nettoyer le système d’irrigation

Si vous avez fait le choix judicieux d’automatiser votre arrosage, vous devrez vérifier votre système d’irrigation. Les bactéries et les moisissures peuvent s’accumuler dans les tuyaux sombres et humides. Utilisez une brosse à tuyaux pour éliminer le biofilm, puis passez de l’eau de Javel diluée.

  • Tout stériliser

En effectuant vos tâches quotidiennes et hebdomadaires, vous passerez probablement en revue chaque surface, outil, plateau et centimètre du sol. En réservant toutefois quelques heures par mois, vous pouvez prendre l’habitude de stériliser absolument tout. De cette façon, si vous avez manqué quelque chose lors de vos autres vérifications, vous le trouverez lors de cette session mensuelle intentionnellement approfondie.

Comment nettoyer une tente de culture (de haut en bas)

Durant votre session « tout stériliser », il est utile de faire une liste pour être sûr de tout vérifier. De cette façon, aucune spore, cellule bactérienne ou œuf d’insecte n’a de chance.

  • Nettoyer de haut en bas

Commencez par le plafond et descendez jusqu’au sol. Si vous commencez par le bas et travaillez le haut, vous ne ferez que faire tomber des débris et des particules sur un sol déjà propre. Commencez par dépoussiérer le plafond, puis les murs, et enfin balayez le sol. Après le dépoussiérage, utilisez de l’eau de Javel ou du peroxyde d’hydrogène afin d’essuyer tout ce qui reste. Commencez par le plafond et procédez dans le même ordre que précédemment.

  • Choisir la bonne arme contre le bon parasite

Afin de remédier à tout problème, vous devez savoir à quoi vous vous attaquez. Utilisez un guide d’identification pour vous aider à connaître votre ennemi et à prendre les bonnes mesures.

Découvrez ci-dessous quelques-uns des nuisibles et des agents pathogènes les plus courants, ainsi que leurs traitements (y compris les insectes bénéfiques et les plantes compagnes) :

Choisir la bonne arme contre le bon parasite

Nettoyage d’une tente de culture : L’organisation est la clé

L’organisation est la base d’une bonne hygiène de la chambre de culture et de la prévention de nuisibles et d’agents pathogènes. Suivez ces conseils pour garder le contrôle de la situation :

  • Respectez votre routine de nettoyage quotidienne, hebdomadaire et mensuelle pour assurer la meilleure prévention possible.
  • Gardez vos pots bien espacés et accessibles à portée de main pour rendre l’inspection quotidienne plus facile et moins exiguë.
  • Gardez tous vos produits de nettoyage dans une boîte et placez-la près de votre tente de culture.
  • Établissez une liste quotidienne de la chambre de culture sur du papier ou un tableau afin de ne pas oublier les tâches importantes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.