Selon d'anciens combattants et PSTD, environ 20 pour cent des anciens combattants qui reviennent d’Iraq et d’Afghanistan souffrent du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), l'un des troubles qui permettent aux anciens combattants, dans certains cas, d'obtenir une prescription de marijuana à des fins médicales. En plus de la fréquence du SSPT chez les anciens combattants, de nombreuses personnes qui reviennent de la guerre souffrent aussi de traumatismes cérébraux et d'autres blessures qui leur provoquent une douleur chronique, une autre condition essentielle qui  les qualifie pour de la marijuana à des fins médicales. Les médecins prescrivent souvent de grandes quantités de médicaments différents pour lutter contre les différents symptômes dont les anciens combattants souffrent à cause d'une blessure ou du SSPT, et souvent les médicaments ont des effets indésirables, c'est pourquoi les anciens combattants évitent de les prendre. Les anciens combattants qui ont obtenu une prescription de marijuana à des fins médicales disent souvent que même de petites quantités de marijuana soulagent leur angoisse et leur douleur avec moins d'effets secondaires que les médicaments traditionnels.

Medical Marijuana et PTSD

LA MARIJUANA À DES FINS MÉDICALES ET LA DOULEUR CHRONIQUE 

Pour les anciens combattants qui ont subi des blessures pendant le combat, comme un traumatisme cérébral, gérer des douleurs chroniques devient un combat quotidien. Une étude canadienne a conclu, en 2010, que trois bouffées de marijuana par jour aident les gens à ressentir moins de douleur et à mieux dormir. Les troubles du sommeil sont un autre problème dont souffrent de nombreux anciens combattants. L'étude a conclu que le cannabis procure un soulagement chez des patients qui ne ressentent qu'un soulagement limité en prenant d'autres traitements, un problème qui, selon les rapports, afflige les anciens combattants.Scott Murphy de Newton, Massachusetts a commencé à utiliser la marijuana à des fins médicales après que des blessures qu'il a subies dans un accident de moto aient été aggravées au cours de son service militaire. La douleur avait atteint un point où elle l'empêchait de marcher, et il dit que la marijuana à des fins médicales soulage cette douleur mieux que d'autres formes de médicaments contre la douleur.

LA MARIJUANA À DES FINS MÉDICALES ET LE SSPT 

Murphy cite également le SSPT comme une des raisons principales pour lesquelles la marijuana à des fins médicales pourrait être un traitement pour sauver la vie de nombreux anciens combattants qui retournent de la guerre. Il cite le cas d'un autre ancien combattant (qui était son ami et qui a été destitué de l'armée pour mauvaise conduite et qui montrait des signes évidents d'un soldat qui souffre de troubles post-traumatiques). À 22 ans, l'ami de Murphy s'est suicidé, et Murphy croit qu'un traitement à base de marijuana supervisé aurait pu sauver sa vie. Lynn Morse, dont la compagne de 30 ans, Susan Tackitt, dit que Morse a été initié à la marijuana pendant qu'il était à l'armée dans les années 1960, et tant qu'il a été en mesure de prendre la drogue, il a pu gérer sa vie et faire face. Une saisie de drogue dans sa ville l'avait effrayé au point qu'il a contacté son hôpital local pour vétérans qui l'a mis sous antipsychotiques. Les médicaments prescrits par cet hôpital ont causé à Morse de souffrir d’une dépression et finalement, il est décédé le 19 octobre 2006 dans la VA,unité de soins intensifs. Tackitt affirme qu'il se peut que l'usage de la marijuana à des fins médicales l'ait gardé en vie, et maintenant il parle souvent en faveur de la drogue.

War veterans use cannabis to deal with PTSD

LA MARIJUANA À DES FINS MÉDICALES ET LE SUICIDE

Les statistiques montrent que les suicides parmi les anciens combattants militaires sont en augmentation, et certains prétendent que le nombre de suicides de vétérans aurait augmenté de pas moins de 20 pour cent depuis 2007. Pour certains experts l'une des raisons pour l'augmentation de suicides selon les statistiques est l'augmentation des prescriptions de puissants médicaments psychotropes, tels que le Lorazepam, qui ont souvent de dangereux effets secondaires, y compris un risque accru de suicide. Une autre raison est que les anciens combattants, s'ils ont servi en Irak, en Afghanistan, en Corée, au Vietnam ou dans d'autres pays, ont une tendance à l'auto-médication. Cela les conduit souvent à des combinaisons meurtrières d'alcool et de plusieurs médicaments prescrits. Dans nombre de ces cas, la marijuana à des fins médicales pourrait éliminer le besoin d'auto-médication, mais de nombreux anciens combattants ont peur de la politique de tolérance zéro dans l'armée, ce qui les pousse parfois à abandonner d'autres traitements médicaux à cause de l'usage de cannabis. Toutefois, les récents rapports indiquent que le militaire est en train de changer son point de vue sur la marijuana à des fins médicales, celle-ci devenant un traitement valable pour le SSPT à la lumière d'études récentes montrant l'énorme avantage que le cannabis offre à ceux qui souffrent de ce trouble.

Veterans with PTSD

Comme la recherche sur les avantages de la marijuana à des fins médicales augmente, le nombre de vies de vétérans sauvées augmente. Le fait qu'elle soit une substance naturelle qui lutte contre la douleur chronique et les symptômes associés au stress post-traumatique, associé à la récente décision de l'administration des anciens combattants d'adoucir leur politique sur l'utilisation de la drogue chez les anciens combattants, rend la marijuana à des fins médicales de plus en plus populaire dans le traitement des anciens combattants souffrant de ces maladies.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander