By Steven Voser

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 25 % des Européens souffrent chaque année de dépression ou d’anxiété. Aux États-Unis, on estime qu’en 2015, au moins 16,1 millions d’adultes de plus de 18 ans ont eu au moins un épisode dépressif. La dépression est généralement traitée par des antidépresseurs comme les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) et les antipsychotiques.

Bien que ces médicaments fonctionnent pour certaines personnes, ils ne sont pas la solution ultime. Les scientifiques cherchent d’autres sources médicamenteuses pour lutter contre la maladie, y compris celles contenues dans le plant de cannabis.

QU’EST-CE QUE LA DÉPRESSION ?

Quelle qu’en soit la cause, les symptômes de la dépression sont souvent très semblables. Elle se caractérise par une baisse de l’humeur, une perte de motivation, une perte d’intérêt, une perte d’énergie, des troubles du sommeil et de la fébrilité. La dépression s’accompagne également de problèmes mentaux comme la perte de concentration et une diminution de la capacité de penser. La dépression est un facteur de risque majeur de suicide et d’automutilation, de toxicomanie, et de problèmes de santé.

La dépression est souvent simplifiée comme un déséquilibre neurochimique et est traitée comme cela. Cependant, de nombreux scientifiques croient que les déficiences neurochimiques sont un symptôme plutôt qu’une cause de dépression. Ainsi, de nombreux médecins et chercheurs se sont tournés vers la prévention et la minimisation des causes ou des déclencheurs.

Conséquences Dépression

LE CBD PEUT-IL GUÉRIR LA DÉPRESSION ?

Non. Toutefois, il s’est montré très prometteur dans le traitement de la dépression. Le corps humain produit ses propres cannabinoïdes, appelés endocannabinoïdes, aidés par la consommation d’acides gras présents dans les aliments comme le poisson, les noix, et les graines. Des études montrent que le CBD est capable d’interagir avec le système endocannabinoïde de l’organisme. Le système endocannabinoïde est un réseau de récepteurs cellulaires et de molécules qui aident à réguler les fonctions humaines comme l’humeur, l’appétit, et le sommeil. En se liant à des récepteurs spécifiques du cerveau humain, les endocannabinoïdes augmentent l’action de la sérotonine, un neurochimique qui améliore l’humeur et soulage du stress.

CBD ET DÉPRESSION : UN APERÇU DE LA RECHERCHE

Les scientifiques spécialisés dans le cannabis tentent de comprendre l’impact du CBD sur l’humeur, le système nerveux central et la neurotransmission. Jusqu’à présent, ils ont découvert des mécanismes intéressants, notamment la capacité supposée du cannabinoïde à « pirater » le SEC.

Des études analysent actuellement l’influence du CBD sur les endocannabinoïdes en circulation et son fonctionnement pour désactiver[1] temporairement les enzymes responsables de leur dégradation. Les chercheurs sont particulièrement intéressés par la manière dont le cannabinoïde interagit avec l’amide hydrolase d’acide gras (FAAH). Cette enzyme décompose l’anandamide (la « molécule de la félicité »), la substance chimique du cerveau associée aux implications psychologiques[2] positives liées à « l’euphorie du coureur ».

Dans leur recherche de cibles cellulaires, les chercheurs ont également observé une interaction entre le CBD et les récepteurs de la sérotonine. Vous avez probablement déjà entendu parler de la sérotonine, ou « hormone du bonheur ». Ce neurotransmetteur stabilise l’humeur et contribue aux sentiments de bien-être ; de faibles niveaux de cette hormone sont également associés à la dépression. Après avoir déterminé le potentiel du CBD à activer les récepteurs[3] de la sérotonine in vitro (études cellulaires), les chercheurs souhaitent découvrir comment il fonctionne chez les animaux.

CBD Oil Against Depression

La recherche dans ce domaine continue à se développer. Une étude comparative publiée dans le British Journal of Pharmacology a testé le CBD dans un modèle de dépression[4] chez la souris en comparant ses effets à ceux de l’imipramine, un antidépresseur tricyclique. D’autres recherches, publiées dans Neuropharmacology, ont cherché à évaluer l’impact du CBD sur la sérotonine[5] et le glutamate (le neurotransmetteur excitateur) chez la souris.

Un autre article, rédigé par des chercheurs de l’University of British Columbia au Canada, indique qu’un dysfonctionnement de la signalisation du SEC peut donner lieu à un phénotype dépressif et que le système constitue une cible potentielle pour le traitement de la dépression.

ET LES TERPÈNES ?

Les terpènes sont les molécules aromatiques qui sous-tendent la signature olfactive de chaque cultivar de cannabis. En plus de contribuer au plaisir sensoriel de l’herbe, ils entrent en synergie avec les cannabinoïdes et influencent directement l’effet de chaque cultivar. Certaines recherches montrent que les terpènes se lient[6] même aux récepteurs cannabinoïdes et des études en cours enquêtent à ce sujet pour déterminer leur potentiel antidépresseur.

Le terpène et cannabinoïde bêta-caryophyllène (l’un des terpènes les plus répandus dans le cannabis) a suscité un intérêt particulier, notamment parce qu’il a été observé qu’il se lie aux récepteurs CB2 du SEC. Des études en cours explorent[7] l’influence du cannabis sur le stress et la dépression dans des modèles animaux.

Avertissement MédicalLes informations listées, référencées ou indiquées en lien sur ce site internet le sont uniquement à des fins éducatives et n’apportent aucun conseil professionnel médical ou légal. Royal Queen Seeds ne cautionne pas, ne prône pas et ne fait pas la promotion de la consommation de drogues licites ou illicites.

Royal Queen Seeds ne peut pas être tenu pour responsable des documents issus des références dans nos pages, ou sur les pages que nous indiquons en lien, qui cautionnent, prônent ou font la promotion de la consommation de drogues licites ou illicites, ou d’activités illégales. Veuillez consulter votre Médecin/Professionnel de Soins de Santé avant d’utiliser tout produit/méthode listés, référencés ou indiqués en lien sur ce site internet.