L'opinion publique sur le cannabis évolue, c'est un fait. Que ce soit à des fins médicinales ou récréatives, la consommation de cannabis est bien plus largement acceptée dans de nombreuses régions du monde. Cependant, on ignore encore beaucoup de choses au sujet du cannabis, comme son degré réel de non-dangerosité, en particulier sur le long terme.

LA CONSOMMATION DE CANNABIS COMPORTE-T-ELLE DES RISQUES À COURT TERME ?

Chez RQS, on aime le cannabis et on pense qu'un débat honnête et ouvert sur ses effets est primordial pour pouvoir faire voler en éclat les préjugés accumulés pendant des années autour de la plante. Commençons donc par les effets à court terme que le cannabis entraîne sur le corps :

Des récepteurs[1] à cannabis sont présents dans tout le corps. Les récepteurs CB1 sont présents en concentrations extrêmement élevées dans de nombreuses régions du cerveau (comme le cervelet, l'hippocampe, le cortex cérébral, les ganglions basaux, l'hypothalamus, l'amygdale et bien d'autres). Les récepteurs CB2, en revanche, sont présents dans les cellules immunitaires et certains neurones.

En ciblant ces récepteurs, le cannabis peut provoquer des changements dans l'humeur, la mémoire, l'appétit, la coordination, la sensation de douleur, les perceptions et bien plus. Pensez à toutes les caractéristiques de l'effet du cannabis : euphorie, relaxation, augmentation de l'appétit, altération de la perception du temps et modes de pensée différents. Le cannabis peut également renforcer temporairement le plaisir ressenti en mangeant, en ayant une activité sexuelle, en écoutant de la musique ou en admirant une œuvre artistique, etc.

Le cannabis ne peut pas provoquer d'overdose mortelle et il n'existe aucun cas documenté de décès survenu en résultat direct d'une consommation excessive de cannabis. Cependant, certains cannabinoïdes (en particulier le THC) peuvent provoquer des effets désagréables à fortes doses. On peut citer :

• Problèmes de réflexion ou de résolution des problèmes
• Perte de mémoire à court terme
• Agitation des pensées
• Anxiété
• Transpiration
• Nausées et vomissements

Fumer du cannabis, tout comme fumer du tabac ou toute autre matière végétale sèche, peut également provoquer une irritation aiguë des voies respiratoires.

PSYCHOSE INDUITE PAR LE CANNABIS : LE " COUP DE FOLIE CANNABIQUE " EST-IL RÉEL ?

Si vous faites une recherche Google sur « les risques de la consommation de cannabis », vous trouverez des mentions de la PIC, ou psychose induite par le cannabis. Comme son nom le suggère, la PIC est un épisode psychotique passager (caractérisé par des symptômes tels que la paranoïa, le délire, la dépression, les ruminations, l'anxiété, etc). En 2018, un avocat canadien a même désigné la PIC comme l'ayant poussé à accuser un inconnu d'être un terroriste et à lui casser les côtes avec une batte de base-ball.

Mais quelle est la réalité de cette psychose induite par le cannabis ? Eh bien, les débats font rage pour déterminer si le cannabis peut réellement ou non induire un épisode psychotique aigu. En fait, les débats[2] sont nombreux sur les liens entre le cannabis et la santé mentale en général.

PSYCHOSE INDUITE PAR LE CANNABIS : LE

LES RISQUES À LONG TERME DE LA CONSOMMATION DE CANNABIS

À court terme, les effets de la consommation de cannabis sont assez légers. Mais à long terme, cependant, la consommation de cannabis possède des risques plus significatifs.

LE CANNABIS PEUT EXPOSER À DES RISQUES DE SANTÉ LIÉS À LA FUMÉE

Alors que les consommateurs de cannabis aiment penser que fumer du cannabis est meilleur pour la santé que de fumer du tabac, ce n'est tout simplement pas vrai. Des études[3] montrent que la fumée du cannabis contient bon nombre des mêmes toxines nocives que la fumée d'une cigarette.

Les risques de santé liés au fait de fumer le cannabis viennent de la combustion. La fumée issue de la combustion de pratiquement toute substance contient une multitude de cancérogènes, de toxines et d'irritants. Quand on inhale de la fumée de cannabis, on introduit directement ces substances chimiques dans son organisme.

LE CANNABIS PEUT PROVOQUER DES CHANGEMENTS DE STRUCTURE DU CERVEAU

Il existe des recherches qui montrent que le cannabis peut affecter la structure du cerveau. Une étude de 2014[4] publiée dans le journal Neuropsychopharmacology a observé comment le cannabis affectait la structure du cerveau dans un groupe de consommateurs de cannabis réguliers par rapport à un groupe de consommateurs occasionnels. L'étude a découvert qu'une consommation de cannabis accrue était corrélée à une réduction de la matière grise (qui contient la plupart des neurones du cerveau) dans des zones du cerveau telles que le cortex temporal médian, le pôle temporal, le gyrus parahippocampique, l'insula et le cortex orbitofrontal. Ces zones sont riches en récepteurs CB1 et jouent un rôle important dans « la motivation et la gestion des émotions et de l'affectif ».

Les résultats de cette étude vont dans le même sent que les résultats d'autres études basées sur des animaux.

LE CANNABIS AFFECTE L'APPRENTISSAGE, LA MÉMOIRE ET L'ATTENTION

La recherche montre également que le cannabis peut affecter notre capacité à apprendre et à nous souvenir. Mais le mode d'action est ici peu clair.

Une étude de 2016[5] publiée dans le journal JAMA Internal Medicine a découvert une forte association entre l'exposition à long terme au cannabis et une agravation de la mémoire verbale chez des individus d'âge moyen (entre 18 et 30 ans).

L'étude incluait un échantillon de plus de 5000 participants à qui il a été demandé de rapporter eux-mêmes leur consommation de cannabis, puis de prendre part à des tests de mémoire verbale, de vitesse de traitement et de fonction exécutive.

L'étude a découvert qu'en moyenne, pour chaque tranche de 5 ans de consommation régulière de cannabis, un participant sur deux se souvenait de 1 mot en moins dans une liste de 15 mots lui ayant été précédemment présentée.

Cependant, d'autres études suggèrent aussi que le cannabis pourrait aider à réduire le déclin cognitif associé au vieillissement. En 2017, des recherches[6] publiées dans Nature Medicine ont montré que si le THC avait un impact négatif sur les performances de jeunes souris lors de tests cognitifs, il avait l'effet opposé sur les souris plus âgées.

LE CANNABIS AFFECTE L'APPRENTISSAGE, LA MÉMOIRE ET L'ATTENTION

LE CANNABIS PEUT ENTRAÎNER UNE DÉPENDANCE ET UNE ADDICTION

Peu importe à quel point vous aimez le cannabis, il est important d'être conscient qu'il peut entraîner une addiction. Quand le THC se lie aux récepteurs CB1, le système endocannabinoïde se régule naturellement à la baisse. Quand cela survient, il produit moins d'endocannabinoïdes et moins de récepteurs. Avec une consommation régulière, cela signifie que vous allez naturellement accumuler une tolérance au THC et qu'il vous faudra des doses plus fortes pour arriver aux mêmes effets.

Avec le temps, les consommateurs de cannabis réguliers peuvent aussi développer une dépendance. Le système endocannabinoïde est naturellement un système très intelligent. Dans des situations stressantes, par exemple, le système endocannabinoïde augmente les niveaux d'endocannabinoïdes en réponse à une augmentation du cortisol. Quand on consomme du cannabis pour gérer le stress, le THC occupe en réalité la place d'endocannabinoïdes comme l'anandamide et le 2-AG, ce qui affecte avec la future capacité du système endocannabinoïde à gérer naturellement le stress. Ce qui peut avoir pour résultat que la personne se sent dépendante du cannabis dans les situations stressantes.

Essentiellement, la dépendance au cannabis survient lorsqu'une personne consomme du cannabis, ressent un impact négatif sur sa vie et veut arrêter d'en consommer, mais qu'elle n'y arrive pas.

LE CANNABIS A ÉTÉ LIÉ À LA MALADIE MENTALE

Oui, il existe des recherches qui montrent que le cannabis peut affecter la santé mentale. Mais le lien entre l'herbe et la maladie mentale n'est pas très bien compris. On pensait autrefois que le cannabis pouvait provoquer des psychoses et la schizophrénie, mais cela ne semble plus être le cas. En revanche, certains chercheurs avancent que le cannabis pourrait déclencher la survenue de maladies mentales chez des individus déjà prédisposés. Cependant, on ne comprend pas encore vraiment comment le cannabis affecte notre santé mentale.

UNE NOTE POUR LES JEUNES CONSOMMATEURS DE CANNABIS

Vous comprenez donc maintenant les effets à court et à long terme du cannabis. Cependant, avec une consommation responsable, vous devriez pouvoir profiter du cannabis librement, sans avoir à vous inquiéter de vous exposer à des risques majeurs.

Il est toutefois important de noter que les jeunes devraient éviter le cannabis. Le système endocannabinoïde joue un rôle clé dans le développement du cerveau, de la vie utérine, en passant par la puberté et jusqu'à l'âge adulte. Il est donc strictement recommandé aux jeunes, dont le cerveau est encore en développement, de NE PAS consommer de cannabis.

Sources Externes
  1. Cannabinoid receptors: where they are and what they do. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  2. Here's the truth about whether cannabis causes psychosis – and what you can do to minimise your risk of harm | The Independent https://www.independent.co.uk
  3. Marijuana and Lung Health | American Lung Association https://www.lung.org
  4. Long-Term Effects of Cannabis on Brain Structure https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  5. Long-Term Marijuana Use Associated with Worse Verbal Memory in Middle Age - For The Media - JAMA Network https://media.jamanetwork.com
  6. https://www.researchgate.net/publication/316842775_A_chronic_low_dose_of_D9-tetrahydrocannabinol_THC_restores_cognitive_function_in_old_mice
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.