La légalisation du cannabis doit tout révéler, les bons points comme les mauvais. Le cannabis, comme de nombreuses autres substances comme le beurre de cacahuète, le pollen en général, les fruits de mer ou l’aspirine, peut provoquer des réactions allergiques chez certaines personnes.

INTRO

Difficile de ne pas respecter le plant de cannabis. La légalisation continue de prouver comme vraies les anciennes croyances sur le cannabis comme il devient de plus en plus accepté. Que ce soit pour prouver que le cannabis est une panacée thérapeutique peu coûteuse et facilement disponible, ou qu’il a d’innombrables applications industrielles, ou même pour générer des revenus fiscaux sur le ventes de cannabis récréatif avec des sommes de dizaines de millions. Le cannabis se révèle difficile à prendre en faute. Mais la révélation de sa vraie nature doit tout révéler, les bons points comme les mauvais. Le cannabis, comme de nombreuses autres substances comme le beurre de cacahuète, le pollen en général, les fruits de mer ou l’aspirine, peut provoquer des réactions allergiques chez certaines personnes.

QU’EST-CE QU’UNE RÉACTION ALLERGIQUE

Selon le Dictionnaire Médical Mosby, une réaction allergique est « … une réponse physiologique défavorable à un allergène auquel une personne a été précédemment exposée et pour lequel la personne a développé des anticorps. » Un allergène est défini comme « … une substance qui peut ne pas être intrinsèquement nocive, mais qui peut produire une réponse hypersensible dans le corps. » Quand le corps est exposé à un allergène, le système immunitaire lance une série complexe de réactions. Les réactions allergiques sont uniques à chaque individu, ce qui signifie que le temps de réaction et les symptômes varient d’une personne à l’autre. Les globules blancs produisent des anticorps. Le travail des anticorps est d’aider les globules blancs à traquer et détruire les substances qui peuvent provoquer des troubles et maladies. Selon le type d’anticorps produit, différents médiateurs chimiques et hormonaux sont introduits localement et stimulent encore plus la production de globules blancs. C’est ce qui est vécu comme étant une réaction allergique.

Le médiateur bien connu, l’histamine par exemple (après tout, qui n’a jamais entendu parler des antihistaminiques !) peut provoquer de l’urticaire, des démangeaisons et dans le pire des cas l’anaphylaxie s’il est libéré dans le corps trop rapidement et trop extensivement.

POLLEN

Dans le cas du cannabis, il peut y avoir bon nombre de vecteurs allergènes. Affectant surtout les gens dans les endroits où du cannabis est cultiver commercialement et à l’échelle industrielle, les plants mâles à qui on laisse faire leur travail de pollinisation des plants femelles peuvent produire des quantités impressionnantes de pollen. Une exposition annuelle peut accroître la sensibilité chez ceux qui sont sensibles à une hypersensibilité et à des réactions allergiques. Le cannabis est une plante qui peut provoquer des réactions biologiques comme des migraines, un nez qui coule, des éternuements, les yeux rouges, une démangeaison cutanée et cette sensation de gonflement des sinus que toutes les personnes souffrant de rhume de foins connaissent bien. Le Nebraska cultive de manière commerciale et sauvage dans la nature du cannabis sous forme de chanvre. En 1940, 119 patients souffrant de symptômes allergiques ont été testés comme ayant des réactions négatives face au pollen du cannabis. 22 % de la population testée à Omaha s’est avérée être allergique, ce qui reflète les chiffres d’une étude similaire publiée en 2000 dans Annals of Allergy, Asthma and Immunology. Les chercheurs ont découvert que 61 % des 127 personnes testées avaient des réactions allergiques au pollen de cannabis.

Des réactions d'hypersensibilité de résine de cannabis de pollen d'huile allergique cutanée sensibilité post nasal goutte à goutte les yeux rouges qui démangent sinus enflés

RÉSINES ET HUILES

Mis à part les salles spéciales pour la reproduction et les occasionnels hermaphrodites, la culture du cannabis en intérieur est un environnement sans mâle ni pollen. Quand on manipule exclusivement des femelles sans graines, les vecteurs de l’hypersensibilité peuvent être les moisissures ainsi que les résines pouvant contenir des mélanges de plus de 100 terpènes différents. Les terpènes sont aussi appelés huiles essentielles. Le cannabis produit des huiles essentielles particulièrement fortes. Ce serait être bien mal informé que de pointer du doigt le THC comme étant la cause de réactions allergiques au cannabis. Du cannabis de haute qualité contient des huiles essentielles de haute qualité concentrées qui donnent le bouquet et les effets de la variété. En général, les huiles essentielles sont bénignes. Cependant, la surexposition à ces substances concentrées peut provoquer des réactions hypersensibles. Les phénols peuvent provoquer des réponses allergiques directement tout comme les haptènes qui se lient aux protéines de la peau, formant des anticorps qui peuvent entraîner des réactions allergiques. L’hypersensibilité doit être évitée car elle peut durer toute la vie, ce qui priverait la personne allergique de l’accès à une excellente substance thérapeutique. Les tailleurs et récolteurs de têtes devraient porter des gants car l’hypersensibilité pourrait impacter directement les emplois dans l’industrie du cannabis en rapide expansion. Il existe des preuves de deux employés de laboratoire ayant développé des problèmes nasaux et respiratoires après avoir manipulé du cannabis puisant durant plusieurs années. Ce n’étaient pas des consommateurs de cannabis récréatif, leur sensibilisation n’a donc pu avoir lieu que sur leur lieu de travail.

MOISISSURES

Les réactions allergiques sont plus probablement provoquées par les moisissures du cannabis. De la weed pas assez sèche et mal stockée moisit très rapidement. La moisissure peut être très nocive pour un organisme humain. Dans les pires cas, des personnes sont mortes après avoir été exposées à des spores de moisissure. Heureusement, les moisissures qui se forment sur les fleurs de cannabis ne sont pas du type mortel à dévorer le cerveau et le fois, mais elle peuvent provoquer des réactions allergiques. De l’urticaire et des démangeaisons en cas de contact, des éternuements et un gonflement oculaire si les spores sont inhalées et des difficultés bronchiques en cas de fumée ou de vaporisation. Les gens dont le système immunitaire n’est pas au point peuvent risquer une aspergillose bronchopulmonaire allergique s’ils consomment du cannabis qui renferme une infection fongique cachée. Cependant, vous pouvez être assuré que les contrôles de qualité modernes impliquent des espaces très propres et des procédures de séchage à risque minimum pour réduire l’exposition fongique à un minimum absolu. La réputation est en jeu. Il serait très rare d’acheter de la weed moisie dans le commerce.

CONCLUSION

Les trolls anti-cannabis peuvent bien essayer d’utiliser les allergies au cannabis comme excuse pour salir le nom de la plante de cannabis parfaitement sans danger. Alors oui, le THC et les autres cannabinoïdes sont en effet présents à des pourcentages bien plus élevés qu’il y a vingt ans. Et oui, il y a plus de 100 terpènes et flavonoïdes qui n’existaient pas avant dans les combinaisons et forces du cannabis moderne cultivé par les experts. Avec la puissance et le nombre incroyable de variétés de cannabis modernes existantes, nous vivons tous une révolution dans la consommation et le traitement du cannabis. Vous devriez en être conscient vérifier vous-même d’éventuelles réactions allergiques au pollen, à la fumée, à la vapeur ou même aux aliments au cannabis. Si vous travaillez dans l’industrie du cannabis et que vous êtes souvent exposé au cannabis, vous pourriez y être sensibilisé. Surveillez toute réaction allergique. Les symptômes seraient une rhinite allergique (rhume des foins), des éruptions cutanées, des symptômes de type asthmatique ou bronchiques et même la conjonctivite.

Portez-vous bien.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander