L'Irlande a laissé son empreinte sur le monde dans bon nombre de domaines. William Brooke O'Shaughnessy était un des premiers médecins européens à étudier les propriétés médicales du cannabis. Il a découvert le plant de cannabis et sa réputation locale pour la guérison de divers troubles alors qu'il travaillait pour l'Empire Britannique dans l'Inde des années 1830. L'immense intérêt qui a suivi a entraîné la large consommation du cannabis à travers les sociétés européennes. Ensuite, au XXe siècle, la prohibition internationale sur le cannabis a débuté.

L'Irlande est à présent un parfait exemple de l'échec de la prohibition du cannabis. La consommation de cannabis y est toujours répandue, malgré la stricte criminalisation et l'escalade de la violence des gangs. L'Irlande était autrefois une des premières nations à afficher un intérêt médical pour le cannabis. L'Irlande pourrait-elle désormais être sur le point de changer ses lois sur le cannabis ?

LOIS SUR LE CANNABIS EN IRLANDE

L'Irlande est connue pour être réticente au changement. Elle a introduit la prohibition du cannabis dans les années 1930 pour répondre aux différents accords internationaux. Dans les années 1970, de nombreux pays ont commencé à se demander si ces traités internationaux contre le trafic de drogue devaient inclure le cannabis. Les Pays-Bas sont connus pour avoir demandé à leur police de tolérer la vente de cannabis dans les coffeeshops pour séparer les consommateurs de cannabis du marché des drogues dures. Cette politique s'est avérée efficace et elle continue à ce jour depuis son introduction en 1976. Un an plus tard en Irlande, la loi de 1977 Misuse of Drugs Act a été adoptée en faisant également la distinction entre le cannabis et les drogues dures.

Cependant, la distinction légale était que la consommation de cannabis serait sujette à deux coups d'avertissement avant que s'applique l'intégralité de la sanction pour consommation de drogue. Votre premier délit de possession de cannabis pourrait vous valoir une amende allant jusqu'à 1 270 €. Votre deuxième délit de possession de cannabis peut entraîner une amende allant jusqu'à 2 540 €. Un troisième délit encourt une potentielle amende de Classe C et/ou jusqu'à un an de prison. La culture de vos propres plants de cannabis pourrait aussi vous valoir une énorme amende et même jusqu'à 14 ans de prison. L'opportunité de mettre fin à la criminalisation des consommateurs de cannabis a été gâchée. Comme de nombreux autres pays, l'Irlande a payé cher la persistance de la terrible Guerre contre les Drogues.

Coffee Shop Amsterdam

LES DROGUES EN IRLANDE

Les ressources de la police sont gaspillées par de nombreuses saisies de cannabis en Irlande, qui sont régulièrement rapportées. Parfois, des maisons de culture sont découvertes, avec des travailleurs migrants introduits illégalement en Irlande par le crime organisé. Et les années 2010 ont vu une escalade des meurtres violents entre les gangs urbains pour la vente de drogues. Cette décennie a également vu l'Irlande être reconnue comme plus gros pays consommateur de substances psychoactives illégales en Europe. C'est la distinction que l'Irlande a mérité pour ses efforts dans le Rapport sur le Marché des Drogues de l'UE de 2016.

En même temps, une crise des opiacés déchire les communautés dans toute l'Irlande. On peut souvent voir dans les rues des villes des seringues jetées par les consommateurs d'héroïne. Avec les échecs croissants de la Guerre contre les Drogues, même le gouvernement irlandais a été poussé à la réflexion. Il est actuellement en train de lancer le premier centre irlandais pour l'injection supervisée d'héroïne, une mesure de réduction des risques pratiquée dans de nombreux pays. Ils ont également à plusieurs reprises exprimé leur intention d'imiter la politique sur les drogues du Portugal. Avec les réformes de 2001, la possession de moins de 10 jours de réserves de drogues illicites n'est plus un crime au Portugal. Les bienfaits de santé observés en résultat sont un fort argument en faveur de la politique du Portugal, mais l'Irlande ne l'a pas encore mise en place. Pour ce qui est du cannabis, une nouvelle vague d'opinion publique pourrait bien forcer la main du gouvernement.

LE CANNABIS MÉDICAL EN IRLANDE

En décembre 2016, un sondage Irish Times/Ipsos a placé le soutien public pour le cannabis médicinal prescrit en Irlande à un niveau très élevé de 81 %. Un sondage Red C publié un mois plus tôt plaçait les soutiens encore plus élevés à 92 %. L'opinion publique irlandaise semble être très en faveur de la consommation de cannabis dans un contexte médical supervisé. Pour le gouvernement, ce serait une évidence de la mettre en place, en particulier avec tous les potentiels bienfaits médicaux du cannabis que l'on connaît. Mais le gouvernement progresse toujours lentement et prudemment sur le sujet.

Le gouvernement affirme rassembler les avis d'experts sur la manière d'établir un programme pour le cannabis médical. Un rapport du gouvernement publié par le Health Products Regulatory Authority ne recommande un traitement au cannabis que pour les troubles pour lesquels son efficacité clinique est maximale. D'après leurs recherches, ceci inclut l'épilepsie, la chimiothérapie et la spasticité de la sclérose en plaques. Savoir si les prescriptions seront autorisées pour d'autres troubles reste actuellement à la discrétion du Ministre de la Santé, Simon Harris. Il doit approuver les prescriptions de cannabis médical au cas par cas. Pour de nombreux Irlandais, cela ne suffit pas.

Vera Twomey

VERA TWOMEY

Le gouvernement, dirigé par le parti conservateur Fine Gael, fait l'objet de pressions croissantes pour trouver une solution législative au problème du cannabis médical. Bon nombre de familles ont mené campagne pour appeler au changement des lois actuelles. Le cas le plus médiatique concerne Ava Barry, une jeune fille de County Cork. Les crises épileptiques dont elle souffre à cause de son syndrome de Dravet ne sont efficacement traitées qu'avec une huile de cannabis riche en CBD. L'huile de CBD est légale en Irlande, mais pas si elle contient du THC psychoactif. La mère d'Ava, Vera Twomey, a appelé de manière répétée le gouvernement à permettre plus de flexibilité dans les médicaments à base de cannabis.

Twomey a organisé une marche de County Cork à travers tout le pays, jusqu'au Parlement Irlandais à Leinster House à Dublin. Elle a ensuite campé à l'extérieur, bien qu'étant elle-même malade. Quand sa démonstration a été ignorée, sa famille a dû déménager aux Pays-Bas pour avoir accès au médicament pour Ava. En novembre 2017, ils ont enfin obtenu une autorisation pour leur médicament en Irlande de la main du Ministre Simon Harris. Twomey a été reconnue pour ses efforts lors de la cérémonie Prix de la Personne de l'Année, une cérémonie à laquelle participait Leo Varadkar, le Premier Ministre actuel ou « Taoiseach » d'Irlande.

Twomey a utilisé son discours de remerciements pour demander directement au Taoiseach et au public d'adopter de meilleures lois sur le cannabis médical. Son discours a été accueilli par une ovation marquée.

De manière controversée, la télévision nationale RTÉ a édité pour le raccourcir un extrait en ligne de son discours. Ceci a poussé au partage du discours complet sur les réseaux sociaux irlandais. De quoi mettre encore plus la pression sur Varadkar pour légiférer au sujet de la réforme du cannabis. De nombreuses propositions ont déjà été avancées, y compris une proposition pour laquelle la balle est vraiment dans le camp du gouvernement.

DE POTENTIELS CHANGEMENTS POUR LE CANNABIS MÉDICAL ?

Le discours de Twomey a spécifiquement mentionné un projet de loi actuellement à l'étude au parlement irlandais, le projet de loi Cannabis for Medicinal Use Regulation (2016), qui a été présenté par Gino Kenny, politicien et membre du parlement pour la circonscription du Mid-Ouest de Dublin. Même si ce projet de loi légalise le cannabis médical, Fine Gael hésite à le valider, en raison des complications légales qui surgiraient alors. Fine Gael ne possède actuellement pas la majorité au parlement et le parlement a voté en faveur d'autres amendements sur ce projet de loi. Mais il n'a fait aucune avancée depuis plus d'un an.

Culture D'Intérieur De Marijuana

UN POTENTIEL CHANGEMENT POUR LE CANNABIS RÉCRÉATIF ?

Un autre petit parti politique a annoncé une politique encore plus ambitieuse le week-end même du discours de Vera Twomey. Le Parti Vert ne possède actuellement que deux sièges sur les 158 au parlement. Ils ont déjà fait partie d'un gouvernement et pourraient potentiellement faire partie d'un gouvernement de coalition après une future élection. Une partie de leur programme sera ce document détaillant leur politique sur le cannabis. Autre coïncidence avec cette annonce, c'est qu'elle a été faite le même week-end que l'annonce par le Parti Vert australien de leur politique pour légaliser le cannabis.

Le Parti Vert irlandais défend l'adoption du modèle néerlandais, mais avec des autorisations pour la culture domestique réglementée. Ceci évite le piège néerlandais de l'implication du crime organisé dans la fourniture de cannabis aux coffeeshops. Autrement, le modèle néerlandais est suivi de près, avec des coffeeshops pour adultes pour la vente et la consommation de cannabis. La possession de moins de cinq grammes de cannabis ne représenterait pas un délit. Il y aurait un accès à des médicaments à base de cannabis en pharmacie, de manière similaire aux récentes réformes en Allemagne.

Le chef du Parti Vert et ancien ministre du gouvernement Eamon Ryan déclare que les juridictions ayant introduit la régulation du cannabis ont vu des résultats positifs. Il déclare que le système actuel ne fait que « nourrir la culture des gangs » et que la régulation du cannabis serait la meilleure solution pour une réduction globale des risques. La réponse initiale à cette nouvelle politique Verte a été étonnamment positive. Des sondages indépendants ont placé le soutien du public pour leurs propositions à 76 % sur Newstalk et 91 % sur l'Irish Independent.

L'ALCOOL EN IRLANDE

La réforme des lois sur le cannabis semble être populaire en Irlande. C'est certainement vrai pour le cannabis médical, pour lequel même les groupes plus âgés et plus conservateurs sont en faveur. Alors que les attitudes publiques changent, il pourrait toujours y avoir une opposition vocale à tout mouvement vers la tolérance du cannabis récréatif. Après des décennies de désinformation contre le cannabis, les gens ont peur que ses effets soient similaires à ceux de l'alcool. L'Irlande a d'énormes problèmes avec l'alcool. Je suis Irlandais et je ne bois pas, et je sais bien que c'est un stéréotype négatif. On peut le voir dans les villes irlandaises, tous les week-ends. Le potentiel d'une culture sociale alternative en Irlande est très intéressant.

Dès que l'accès au cannabis s'ouvre, une communauté émerge autour de sa consommation responsable. Un environnement de coffeeshops plus détendus pourrait être plus sûr que l'atmosphère survoltée des bars, des pubs et des boîtes de nuit. Le contraste entre le comportement d'une personne qui plane et d'une personne ivre a même été mis en lumière dans la campagne historique pour la légalisation au Colorado. Et si, au lieu de faire empirer la vie nocturne irlandaise, le cannabis aidait vraiment les problèmes de l'Irlande avec l'alcool ? Il se pourrait même que le cannabis puisse traiter l’addiction à l'alcool  et à d'autres substances ! Mais est-ce que tout ceci est possible en Irlande ?

L'IRLANDE EST-ELLE PRÊTE ?

L'Irlande est traditionnellement un pays conservateur. Elle possède aussi un système politique où le gouvernement est toujours composé d'un des deux partis politiques avec des politiques pratiquement identiques. Récemment, en 2013, un projet de loi proposé par le membre du parlement Luke « Ming » Flanagan pour légaliser le cannabis a été voté contre au parlement lors d'un vote écrasant de 111 contre et 8 pour. Dans ce contexte, l'approbation du cannabis récréatif ne semble pas probable. Mais Flanagan a été depuis élu au Parlement Européen. Et l'Irlande semble désormais capable de changements sociaux plus rapides que jamais.

Il a fallu attendre 1993 pour que l'homosexualité soit décriminalisée en Irlande. En 2015, les électeurs irlandais ont approuvé le mariage entre personnes du même sexe au cours d'un référendum historique. Saviez-vous que le Taoiseach Leo Varadkar est gay, et que c'est rarement mentionné en Irlande ? Des mouvements sociaux ont émergé pour défier les préjugés, les tabous et le silence. Il y a même un référendum pour mettre un terme à l'interdiction de l'avortement en Irlande cette année. Peut-être que les consommateurs de cannabis irlandais pourront aussi parler d'eux. Peut-être que le changement est plus proche que nous ne le croyons.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander