De nos jours, le cannabis a de nombreuses applications. Mis à part son côté récréatif habituel, cette herbe magique a été créditée anecdotiquement et scientifiquement pour ses potentiels attributs de promotion du bien-être et de la santé. Rien qu’en passant en revue les études publiées ces 20 dernières années, on trouve un tas d’écrits sur ce sujet.

Dans cet article, nous aborderons la manière dont le cannabis pourrait être un antidouleur efficace après une chirurgie conséquente. Est-ce une meilleure alternative aux médicaments sans ordonnance ? Sommes-nous mieux lotis avec les opiacés et autres médicaments pharmaceutiques ?


Nous plongerons dans ce sujet en parcourant ce qu’en dit la recherche scientifique, ainsi que les autres options choisies par autrui. Si vous envisagez de consommer du CBD ou du THC pour soulager de la douleur postopératoire, alors cet article devrait commencer à répondre à vos questions.

Traitements Actuels Des Douleurs Post-Chirurgicales

Toutes les chirurgies ne sont pas des processus paisibles. Certaines procédures sont plus compliquées que d’autres, mais tout finit par s’arranger. Avec d’autres opérations, votre corps sera endolori, comme après un match de boxe en 6 rounds.

Avant la légalisation du cannabis et encore de nos jours, certains médecins étaient enclins à prescrire des options plus traditionnelles pour le soulagement de la douleur, certaines à base de médicaments, d’autres non.

Le type de traitement reçu dépend du type de chirurgie ainsi que du seuil de tolérance de la douleur de l’individu. La plupart de ces formes de traitement sont généralement sans danger, si l’on ne prend pas en compte les effets secondaires tels que les nausées, les étourdissements et les vomissements.

  • Anesthésie Locale

Les anesthésiants engourdissent une partie précise du corps pour une courte période. Certains peuvent être consommés par voie orale, alors que d’autres existent sous la forme de médicament topique.

Dans certains cas, l’anesthésie de blocs nerveux est proposée au patient qui trouve la douleur insupportable. Comme la plupart des anesthésiants, le blocage des nerfs permet de désensibiliser une région particulière du corps : celle d’où la douleur irradie. Cela sera généralement effectué par le biais d’un cathéter.

Ce qui est formidable avec le blocage des nerfs, c’est que cela permettra de diminuer la quantité administrée de médicaments à base d’opiacés. Cela signifie une diminution de l’intensité et du nombre d’épisodes nauséeux, ainsi que du nombre d’étourdissements et d’autres effets secondaires.

Traitements Actuels Des Douleurs Post-Chirurgicales
  • Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS)

Vous avez surement déjà consommé de l’ibuprofène pour une sale rage de dents ou une aspirine pour vous débarrasser d’une bonne migraine.

Ceux-ci sont des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (aussi appelés AINS) et comme leur nom l’indique, ils sont principalement consommés pour réduire l’inflammation. Ils sont disponibles à l’achat sans ordonnance.

Le principal avantage à la consommation d’un AINS, c’est qu’il ne provoque pas la moindre déficience. Mais il y a cependant des effets secondaires possibles à prendre en compte, tels que des étourdissements et des maux d’estomac. Les AINS peuvent également poser problème à ceux qui souffrent d’ulcères de l’estomac ou ceux qui consomment des anticoagulants.

Même si les AINS sont faciles d’accès, il vaut toujours mieux consulter un professionnel de santé avant d’en consommer.

Traitements Actuels Des Douleurs Post-Chirurgicales
  • Techniques De Relaxation

Il existe des techniques de relaxation destinées à soulager des douleurs post-chirurgicales pour ceux qui n’apprécient pas de remplir leur corps de drogues.

Un bon exemple de cela, c’est l’imagerie mentale. La méthode consiste à se représenter mentalement une image calme et apaisante. Le but de cette technique est d’offrir une agréable diversion de la douleur et d’ainsi réduire son intensité.

Les remèdes homéopathiques tels que les traitements par le froid ou le chaud réduisent les gonflements et rendent la douleur plus facile à gérer. Choisir l’un ou l’autre dépendra des conseils de votre médecin ou praticien de santé.

Techniques De Relaxation
  • Les Analgésiques Non-Opiacés

Si vous faites face à des douleurs légères à modérées, que vous ne souhaitez plus ressentir quoi que ce soit, alors les analgésiques sont votre meilleur choix. Ils représentent une autre méthode efficace de réduction de la consommation d’autres médicaments, ce qui mène de fait à une réduction des effets secondaires potentiels.

Tout comme les AINS, la plupart des analgésiques sont sans danger à la consommation. Vous pouvez les acheter dans la pharmacie du coin, sans ordonnance.

Une chose à surveiller, cependant, c’est le possible endommagement du foie en cas de dépassement des doses prescrites. Si vous souffrez déjà de problèmes de foie préexistants, il faudra donc d’abord consulter un médecin.

Les Analgésiques Non-Opiacés

Les Opiacés Pour Le Soulagement Des Douleurs Post-Chirurgicales

Certains opiacés sont communément employés pour soulager des douleurs post-chirurgicales. Les personnes faisant face à des douleurs intenses se voient généralement prescrire ce type de médicaments.

Dès la consommation de ces médicaments, ils se lient aux récepteurs opioïdes du cerveau et de la moelle épinière. Des signaux sont ensuite envoyés à tout le corps, lui faisant comprendre qu’il ne ressent pas de douleur.

Le plus gros avantage de la consommation des opiacés pour le soulagement des douleurs, c’est que leurs effets sont immédiats. L’agonie laisse place à une sensation euphorique notable.

Mais, comme toute autre drogue de synthèse, les inconvénients ne pardonnent pas, surtout en cas d’abus.

  • Effets Secondaires Physique Des Opiacés

Les premiers signes révélateurs d’addiction aux opiacés sont des effets secondaires physiques. Certaines personnes subissent des étourdissements, alors que d’autres feront face à des phases de constipation.

On pourrait penser qu’il n’y a rien de grave à cela, mais faire l’expérience de ces symptômes vous fera comprendre que quelque chose ne va pas avec votre corps.

Effets Secondaires Physique Des Opiacés

  • Tolérance Et Sevrage

Plus vous consommerez des opiacés de manière fréquente, plus il sera simple pour votre corps de développer une tolérance à leur encontre. Alors, que ferez-vous ? Vous augmenterez la dose jusqu’à des niveaux dangereux dans le but de ressentir le moindre effet.

Les symptômes de sevrage à l’arrêt de la consommation ne sont pas des plus amusants. Ils impliquent des douleurs musculaires, des nausées et vomissements ainsi que des crampes abdominales pour ne citer qu’elles.

Vous voilà désormais plongé au cœur d’une situation plutôt ironique où les médicaments censés vous soulager sont en fait ceux qui provoquent des moments d’inconfort insoutenable.

  • Changements Mentaux Et Comportementaux

Une consommation prolongée d’opioïdes mènera à une dépendance physique à ces médicaments. Le cerveau cesse de produire certains des hormones et composés neurochimiques pour à la place dépendre des opiacés pour ce faire.

Résultat ? Le cerveau commence lui aussi à répondre différemment à son environnement. Certains signaux et éléments déclencheurs pourraient venir rappeler la drogue au consommateur, ce qui à la longue, viendrait se traduire par l’accumulation d’un besoin insatiable.

La dépendance mène aussi à des actes désespérés ayant pour seul objectif de mettre la main sur sa dose. Il pourra s’agir de vol d’argent aux membres de sa famille ou autres actes répréhensibles.

Que Dit La Recherche À Propos Du Cannabis Pour Traiter Les Douleurs ?

Plongeons dans le vif du sujet. Comment la science voit-elle le cannabis médical pour le traitement des douleurs post-chirurgicales ?

Comme pour d’autres découvertes sur le cannabis, les experts ont trouvé des points négatifs et positifs.

  • Cannabis Médical Pour Le Contrôle Des Douleurs

Lors d’une étude publiée en 2008[1], des chercheurs ont trouvé une connexion entre le cannabis et le contrôle de la douleur. Le lien ? Notre système endocannabinoïde.

Voyez-vous, lorsque le THC pénètre le corps, il se lie aux récepteurs CB1 et CB2 au sein du SEC. L’activation de ces récepteurs a le potentiel de produire des effets anti-inflammatoires qui soulagent des douleurs et réduit l’hyperalgie (sensibilité à la douleur anormalement élevée). Les personnes souffrant de fibromyalgie et de migraine ne le savent que trop bien.

Ce n’est pas tout. Le THC peut aussi moduler les niveaux de dopamine et de sérotonine, ce qui peut aider à réduire les douleurs.

Le CBD, un composé non psychotrope, montre aussi une certaine efficacité en tant que composé anti-inflammatoire[2] potentiel par le biais de son action indirecte sur le SEC. La portée totale du potentiel analgésique du CBD reste débattue, mais certains indices laissent suggérer une efficacité des produits thérapeutique à base de cannabis à spectre complet.

Cannabis Médical Pour Le Contrôle Des Douleurs

  • Le Cannabis Médical Pour Diminuer La Consommation D’anti-Douleurs ?

Les opiacés en eux-mêmes ne sont pas vraiment le seul problème. Un autre problème majeur, c’est la facilité d’accès à de tels médicaments, facilité à laquelle s’ajoute la simplicité de surconsommation ou de mauvais usage.

Cependant, de récentes études[3] ont montré comment le cannabis médical pourrait potentiellement diminuer les chances de consommation d’opiacé. Une étude a observé que 82 % des 1 000 personnes ayant consommé du cannabis pour gérer des douleurs furent à même de réduire voire complètement cesser de consommer des médicaments sans ordonnance. 88 % furent à même de cesser complètement leur consommation d’antidouleurs à base d’opiacé.

Dans certains cas, des personnes ont eu recours au cannabis médical pour éviter les effets secondaires indésirables provoqués par certains médicaments. Mais finalement, une consommation de cannabis contrôlée dans un objectif thérapeutique permet aux patients de connaître un soulagement sans consommation d’opiacés. De ce fait, les chances de développer une tolérance et une dépendance sont significativement diminuées.

  • Le Cannabis Médical Comme Porte d’Entrée Vers La Consommation Des Opiacés

D’un autre côté, les points négatifs de la consommation du cannabis médical doivent aussi être pris en compte. Comme cette étude pilote rétroactive[4] de 2016 l’a montré, la consommation chronique de cannabis pourrait finir par mener à une consommation d’opiacés.

L’étude a impliqué des patients victimes d’accidents de véhicules motorisés dans des hôpitaux du Texas et du Colorado. Elle a conclu que la consommation chronique de cannabis affectait possiblement la réponse à la douleur en nécessitant de plus fortes doses d’analgésiques à base d’opiacés pour atteindre un soulagement.

Cependant, il faut noter que ces découvertes eurent lieu spécifiquement chez des consommateurs chroniques. Les consommateurs occasionnels n’ont pas montré de différence dans leur désir de consommation d’opiacés.

Opiacé vs Cannabis Pour Le Soulagement Des Douleurs Post-Chirurgicales

Sur le papier, l’emploi du cannabis pour le soulagement des douleurs post-chirurgicales est soutenu par des arguments convaincants. Mais si on le compare aux opiacés, tout devient plus complexe.

  • Tendances Addictives

Les opiacés et le cannabis présentent une forte susceptibilité de consommation excessive. Les deux provoquent des sensations euphoriques chez les consommateurs et les rendent donc susceptibles de provoquer des consommations chroniques ou addictives. Cependant, les symptômes de sevrage des opiacés ont tendance à être bien plus désagréables.

D’un autre côté, le cannabis semble être une bonne alternative aux opiacés s’il est consommé correctement. En premier lieu parce qu’il ne montre pas d’effets secondaires perturbants et ne peut provoquer d’overdose mortelle.

  • Accessibilité

C’est là que les opiacés ont le dessus. Peu importe où vous vous trouvez dans le monde, vous en trouverez disponibles à l’achat sur ordonnance médicale.

Il n’en va pas de même pour le cannabis qui reste considéré comme une « substance dangereuse » par de nombreux pays et il garantit de lourdes sanctions en cas de possession, culture et vente. Il reste aussi une drogue en annexe 1 aux États-Unis aux côtés de l’ecstasy, l’héroïne et du LSD. Pour faire simple, le gouvernement a décrété que ces substances n’avaient pas « d’usage médical accepté » et un « fort potentiel d’abus ».

Opiacé vs Cannabis Pour Le Soulagement Des Douleurs Post-Chirurgicales

  • Le Processus De Soulagement De La Douleur

La manière dont le cannabis et les opiacés soulagent des douleurs est différente. Rappelez-vous ce que nous avons abordé dans la deuxième partie de l’article : les opiacés font croire au cerveau que le corps ne ressent pas de douleur. Cela survient immédiatement après que les médicaments se lient aux récepteurs opioïdes du cerveau.

Le processus est légèrement différent avec le cannabis. Au lieu de cela il renforce la capacité du corps à réduire les sensations de douleurs, ce qui le rend plus naturel, mais possiblement moins efficace.

Devriez-Vous Consommer Du Cannabis Pour Soulager Vos Douleurs Post-Chirurgicales

Il existe au moins deux écoles de pensée dans ce débat. Un groupe de personnes préférera le cannabis, car contrairement aux opiacés, ses effets secondaires sont bien moins sévères. D’un autre côté, l’autre groupe choisira les opiacés pour leur accessibilité et pour éviter les problèmes légaux entourant le cannabis.

Le cannabis dispose d’un potentiel thérapeutique, mais il peut aussi présenter quelques complications selon le type de chirurgie que vous venez de subir. Par exemple, en fumer est clairement déconseillé si la procédure chirurgicale implique le système respiratoire d’une quelconque façon.

Plus de recherches sont nécessaires en ce qui concerne la consommation du cannabis pour la réduction des douleurs post-chirurgicales, mais les découvertes actuelles sont en effet prometteuses. De plus, l’herbe reste relativement salubre à la consommation avant et après la chirurgie.

Par prudence, il serait judicieux de consulter votre médecin avant de consommer du cannabis à la suite d’une opération chirurgicale.

Avertissement MédicalLes informations listées, référencées ou indiquées en lien sur ce site internet le sont uniquement à des fins éducatives et n’apportent aucun conseil professionnel médical ou légal. Royal Queen Seeds ne cautionne pas, ne prône pas et ne fait pas la promotion de la consommation de drogues licites ou illicites.

Royal Queen Seeds ne peut pas être tenu pour responsable des documents issus des références dans nos pages, ou sur les pages que nous indiquons en lien, qui cautionnent, prônent ou font la promotion de la consommation de drogues licites ou illicites, ou d’activités illégales. Veuillez consulter votre Médecin/Professionnel de Soins de Santé avant d’utiliser tout produit/méthode listés, référencés ou indiqués en lien sur ce site internet.

Sources Externes
  1. Cannabinoids in the management of difficult to treat pain https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  2. Antioxidative and Anti-Inflammatory Properties of Cannabidiol https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  3. Could marijuana be an effective pain alternative to prescription medications? -- ScienceDaily https://www.sciencedaily.com
  4. The grass is not always greener: a multi-institutional pilot study of marijuana use and acute pain management following traumatic injury - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.