On ne pense généralement pas souvent à nos reins, malgré tout le travail qu'ils font pour nous, en nettoyant notre sang en éliminant les toxines et déchets. Des troubles génétiques, des blessures, certains médicaments ou d'autres facteurs peuvent entraîner des maladies rénales, qui empêchent ces organes de fonctionner correctement. Parmi les troubles rénaux courants, on retrouve l'insuffisance rénale chronique, l'insuffisance rénale aiguë, mais aussi les infections, les kystes, les calculs et les cancers. Quand la défaillance rénale est totale, une dialyse ou une greffe de rein sont nécessaires. Aux États-Unis, les insuffisances rénales sont la neuvième cause de décès, ce qui souligne leur importance et fait des reins et de leur fonctionnement les sujets de différentes études.

Des recherches montrent que le cannabis pourrait devenir une alternative plus sûre aux médicaments anti-inflammatoires et opiacés prescrits pour soulager l'insuffisance rénale chronique. Une meilleure compréhension de l'impact des cannabinoïdes sur le système rénal pourrait entraîner le développement de nouveaux médicaments pouvant traiter les symptômes des troubles rénaux avec très peu d'effets secondaires, en comparaison des médicaments actuellement disponibles.

LES REINS ET LE SYSTÈME URINAIRE

Les principales composantes du système urinaire sont les reins, les uretères, la vessie et l'urètre. Ce système élimine les déchets de l'organisme, contribue à la régulation du volume et de la pression sanguine, contrôle les électrolytes et les métabolites et régule d'acidité du sang. Les reins ont une circulation sanguine intense et contiennent de nombreuses petites structures appelées néphrons, qui filtrent notre sang au rythme d'une demi-tasse par minute. L'urine se forme en résultat de cette filtration intense, puis passe dans la vessie pour être stockée temporairement. Seul un faible pourcentage du sang filtré devient de l'urine, alors que l'eau purifiée est réinjectée dans la circulation sanguine, avec les autres substances utiles. Les reins sont constamment en train de nettoyer notre sang des toxines, tout en nous aidant à entretenir un équilibre sain en eau et en minéraux, comme le sodium, le calcium, le phosphore et le potassium. Enfin, ils produisent des hormones qui contrôle la tension artérielle, qui développent les globules rouges et qui jouent un rôle dans l'absorption de la vitamine D.

Symptomes

La plupart des troubles rénaux ciblent les néphrons. L'insuffisance rénale aiguë (IRA) est une perte soudaine des fonctions rénales, observée au cours de quelques jours. Ce trouble entraîne des complications comme de l'acidose, un excès de potassium, de l'urémie et peut avoir de dangereux effets sur les autres organes. La mortalité après une insuffisance rénale grave reste élevée.

Dans l'insuffisance rénale chronique (IRC), les lésions surviennent généralement plus lentement, sur une longue période de temps, sans que le patient ne s'aperçoive de sa maladie avant qu'elle ne devienne grave. Les causes les plus courantes incluent le diabète et l'hypertension, alors que les complications peuvent inclure les troubles cardiaques, les maladies osseuses et l'anémie. Parmi les symptômes courants, on peut citer : des jambes gonflées, des vomissements, une perte d'appétit et d'énergie ou même une confusion mentale.

LE SYSTÈME ENDOCANNABINOÏDE ET LES REINS

Les récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2 sont présents dans différents tissus et organes, y compris les reins. Le système endocannabinoïde régule des cibles de signalisation cellulaire vitales pour l'homéostasie énergétique. Des études expérimentales suggèrent que les cannabinoïdes pourraient avoir des effets à la fois bénéfiques et indésirables sur les reins, selon le type de trouble rénal, le dosage et d'autres facteurs. La recherche n'a pas encore totalement expliqué comment le système endocannabinoïde pourrait être impliqué dans le développement des troubles rénaux, ou dans le processus de guérison. Cependant, une production déséquilibrée d'endocannabinoïdes – une sur-activation sur le CB1 et une inhibition du CB2 – semble jouer un rôle dans les troubles rénaux chroniques. Ce type de déséquilibre est similaire à celui survenant dans le cadre de l'obésité et du diabète de type II.

Types

DES RÉSULTATS DE RECHERCHE VARIABLES

Une étude publiée dans The American Journal of Medicine a collecté des données auprès de 14 000 adultes ayant participé à l'enquête US National Health and Nutrition Examination Survey. Les chercheurs ont examiné les niveaux d'albumine dans l'urine, qui est un marqueur pour les troubles rénaux, et n'ont découvert aucune association entre une consommation de cannabis passée et actuelle et une aggravation ou un trouble des fonctions rénales. C'est bien sûr une bonne nouvelle, mais une étude de l'Icahn School of Medicine at Mount Sinai à New York se penchant sur les troubles rénaux chez les consommateurs de cannabis a découvert que les malades atteints d'insuffisance rénale chronique (IRC) voyaient leurs fonctions rénales décliner plus rapidement que ceux qui ne consommaient pas de cannabis. Cependant, ce résultat pourrait possiblement être dû plutôt à l'inhalation de fumée qu'aux effets du THC ou d'autres cannabinoïdes.

À LA RECHERCHE D'ALTERNATIVES THÉRAPEUTIQUES

Les malades souffrant d'insuffisance rénale chronique avancée font face à des symptômes variés, comme la nausée, l'anorexie, la douleur chronique et l'insomnie. Les effets négatifs des opiacés souvent prescrits sont particulièrement forts chez les malades souffrant d'insuffisance rénale chronique, car ils peuvent augmenter la gravité de ces symptômes. Les options de traitement limitées renforcent en réalité la demande pour des alternatives thérapeutiques, mais de nombreux malades choisissent de ne pas attendre le développement d'une thérapie au cannabis approuvée et se lancent dans l'expérimentation avec le cannabis médical pour gérer les symptômes. Quoi qu'il en soit, même si le cannabis médical a été utilisé dans de nombreuses applications thérapeutiques, les preuves de son efficacité pour l'insuffisance rénale chronique n'ont pas été bien examinées et la littérature accumulée n'est pas suffisante pour conseiller correctement au sujet des formes et dosages de consommation.

Prevéntion

RÉDUCTION DES SYMPTÔMES AVEC LE CBD

Même si peu de recherches sont actuellement disponibles, des malades, mais aussi des membres de la communauté scientifique, ont commencé à sérieusement envisager les cannabinoïdes comme des agents contre les symptômes de l'insuffisance rénale chronique. La combinaison entre leur valeur thérapeutique et la quasi-absence d'effets secondaires place le CBD au cœur des attentions de la recherche en néphrologie, en particulier depuis que le CBD a été rapporté comme utile dans l'amélioration des symptômes des troubles rénaux graves chez de nombreux malades pratiquant l'auto-médication.

Une étude a découvert que le CBD réduisait la charge toxique sur les reins entraînée par la chimiothérapie. La néphrotoxicité est un effet négatif courant du puissant agent chimiothérapique qu'est le cisplatine, le stress oxydatif et nitrosatif en limite donc l'utilisation clinique. Le traitement de souris avec du cannabidiol a permis d'atténuer le stress cellulaire, l'inflammation et la mort des cellules dans les reins provoqués par le cisplatine, en améliorant ainsi grandement les fonctions rénales. Les résultats de cette étude suggèrent que le CBD pourrait agir contre la néphrotoxicité induite par le cisplatine. Et bien entendu, le CBD mérite plus de recherches dans ce domaine.

PRUDENCE DANS LES EXPÉRIMENTATIONS

Le cannabis possède très peu d'effets secondaires sur nos organes et il n'existe aucun risque d'overdose aux cannabinoïdes qui endommagerait les reins, mais les malades souffrant d'insuffisance rénale doivent être particulièrement prudent lorsqu'ils débutent des régimes thérapeutiques alternatives et doivent parler de tous les compléments consommés avec un médecin spécialiste compétent. L'amélioration des symptômes de l'insuffisance rénale par la consommation de CBD et/ou THC pourrait bien être une réalité et devrait être envisagée cliniquement, tant que ces compléments ou d'autres n'interagissent pas avec les médicaments prescrits, tout en gardant à l'esprit que la vaporisation ou les produits comestibles réduisent les dégâts liés à la fumée.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.