De la micro-culture jusqu'aux opérations professionnelles, la moisissure et la pourriture des têtes sont un sujet de préoccupation majeur pour tout cultivateur de cannabis. Reconnaître les signes avant-coureurs d'une infestation de moisissures, et savoir comment la prévenir, sont peut-être une des compétences les plus cruciales pour tous les cultivateurs. La prévention est le meilleur moyen d'éviter l'infestation au cannabis et c'est certainement bien plus facile que de soigner un plant infecté. Traiter la moisissure et la pourriture des têtes est difficile et, la plupart du temps, il est simplement préférable d'éliminer et de détruire les plants infectés.

Fumer ou vaporiser des fleurs de cannabis moisies peut être nocif et il vaut absolument éviter de le faire. Cependant, il peut y avoir une petite quantité de pathogènes potentiels même dans des fleurs de cannabis correctement séchées et « propres » — comme pour les légumes. L'inhalation de ce qui reste de ces organismes est parfaitement tolérée par un fumeur en bonne santé, mais pour ceux qui consomment du cannabis à des fins médicinales, ou dont le système respiratoire est compromis, le risque de développer des problèmes de santé est plus élevé. C'est là où le cannabis irradié entre en jeu.

LE PROCESSUS D'IRRADIATION POST-RÉCOLTE

L'éventuelle dangerosité de l'irradiation des aliments et des plantes fait débat depuis des décennies. Quand on irradie des aliments, des rayons alpha ou gamma à haute fréquence tuent les E. coli, salmonelles et autres microbes, ainsi que les parasites et moisissures. Les États-Unis ont approuvé l'irradiation pour les produits alimentaires en 1958 et ce procédé est depuis longtemps considéré comme sans danger par l'Organisation Mondiale de la Santé. L'irradiation des aliments est autorisée par plus de 60 pays, mais pas sur tous les types d'aliments. Les plantes séchées, les épices, les pommes de terre, les oignons, le blé, le bœuf haché frais et congelé comptent parmi les aliments les plus couramment irradiés. Les réglementations déclarent que l'irradiation ne peut pas se substituer à l'hygiène ou a de bonnes pratiques industrielles ou agricoles et que les niveaux d'irradiation doivent être minimisés autant que possible.

LES STANDARDS DE SÉCURITÉ MICROBIENS POUR LE CANNABIS MÉDICAL

Les réglementations pharmaceutiques spécifient que les produits dérivés du cannabis médical doivent répondre à de stricts standards concernant la contamination microbienne. Les standards européens, américains et canadiens pour les préparations médicales destinées à être inhalées demandent l'absence totale de certains pathogènes, comme les moisissures. Malheureusement, il n'est pas possible de cultiver et de transformer des plants de cannabis dans des conditions totalement stériles, ni de maintenir les niveaux de contamination dans les limites demandées.

La décontamination du cannabis médical est donc considérée comme nécessaire et la seule option est d'utiliser la radiation ionisante, car les autres traitements de décontamination altéreraient la teneur chimique et la texture des fleurs. Néanmoins, de nombreux malades affirment que les produits au cannabis traités par irradiation ont un goût ou un effet différent, ce qui suggère des changements par rapport au contenu biochimique d'origine.

Du point de vue du cultivateur de cannabis médical, l'irradiation est souvent considérée comme un moyen irremplaçable de garantir un produit fini sûr et propre, même si quelques-uns affirment ne pas avoir besoin de ce processus pour garantir du cannabis sans contaminants.

Moisissures Sur Le Cannabis Médical: L'Irradiation

UN COMPROMIS ENTRE LES RISQUES ET LES AVANTAGES

Presque toutes les grandes marques de cannabis officiellement approuvées pour la consommation à but médical utilisent l'irradiation. Cependant, certains malades affirment que le cannabis irradié pourrait ne pas être aussi sûr et efficace que les têtes complètement « naturelles ». Et alors qu'il est peu probable que l'irradiation suffise à interagir négativement avec notre ADN ou les fonctions fondamentales de notre corps, se pourrait-il qu'elle endommage la teneur en terpènes ou cannabinoïdes des fleurs de cannabis, altérant ainsi le goût et les effets ?

Une étude réalisée par le chercheur sur le cannabis Arno Hazekamp, et commandée par le producteur de cannabis médical aux Pays-Bas Bedrocan, a évalué les effets de l'irradiation sur différentes variétés de cannabis, avec une méthodologie fiable. Des échantillons de fleurs séchées ont été analysés, avant et après un traitement standard à l'irradiation par des rayons gamma. L'irradiation n'a pas changé le profil général en terpènes, mais à légèrement réduit la teneur en certains terpènes. Aucune réduction ni altération de la teneur en THC ou CBD, de l'humidité ou de la structure physique n'ont été observées. Ceci étant dit, cette étude n'est pas exempte de défauts et il faudra probablement attendre un bon moment avant de voir le cultivateur amateur ordinaire se mettre à irradier son cannabis.

Les données actuelles soutiennent l'utilisation de ce processus industriel fortement réglementé pour les fleurs de cannabis médical, du moins tant qu'une autre méthode plus avancée n'a pas été développée et mise en place. Dan Sutton, fondateur et PDG du producteur de cannabis officiellement autorisé en Colombie-Britannique, estime que l'irradiation est utilisée par environ 80 % des cultivateurs de cannabis officiellement autorisés au Canada, afin de répondre aux règles strictes imposées par l'Agence de Santé Publique. La même tendance se retrouve en Europe, alors que les améliorations dans les standards hygiéniques en culture et transformation réduisent les niveaux d'irradiation à un minimum.

Il ne semble pas que le cannabis correctement irradié soit dangereux, il n'y a donc probablement aucune raison de s'inquiéter de le fumer et aussi aucune raison de ne pas continuer à améliorer notre technique et notre environnement de culture en intérieur en attendant que des méthodes plus avancées soient accessibles.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.