Chaque fumeur a sa propre opinion sur l’alcool. Certains pensent que c’est une drogue dure, que la science montre à quel point c’est dangereux et que ça devrait être illégal, pour laisser la place au cannabis. D’autres aiment bien savourer une pinte de bonne bière bien fraîche, tout en fumant un joint ou tapant une douille. Peu importe votre opinion sur l’alcool, le cannabis et l’alcool partagent une caractéristique. Même si les sensations peuvent être énormément différentes, les deux substances provoquent un type unique de gueule de bois.

Les gueules de bois avec l’alcool sont des expériences très désagréables, qui provoquent d’intenses maux de tête, de la confusion, une forte déshydratation et l’envie de passer la journée au lit loin de la lumière du soleil et des autres personnes pour pouvoir lutter. On pourrait affirmer que les gueules de bois au cannabis sont une toute autre histoire. Elles ne produisent pas d’effets si atroces sur le corps et l’esprit, mais vous pouvez certainement ressentir certains effets le lendemain d’une grosse session bang avec vos amis.

Tous les fumeurs qui ont déjà été un peu trop loin en soirée connaissent bien les réveils dans un état légèrement confus, dans lequel il faut plus de temps avant de pouvoir se rappeler les événements de la nuit passée, ou pourquoi on se réveille sur le canapé d’un ami, entouré d’emballages vides de biscuits et de feuilles à rouler. Donc oui, la gueule de bois au cannabis est bien réelle. Il existe même un nombre très limité d’études sur le sujet. Mais qu’est-ce qui les provoque ? Et quels sont les symptômes généralement ressentis ?

Commençons par voir ce qui les provoque et ce que vous pouvez faire pour les éviter si, disons, vous devez travailler ou avez quelque chose d’important à faire tôt le lendemain matin après une soirée fumette.

Dormir récupérer guérir cannabis

QU’EST-CE QUI PROVOQUE UNE GUEULE DE BOIS AU CANNABIS ?

Une raison, qui est évidente pour beaucoup de personnes, qui est à l’origine de nombreuses gueules de bois au cannabis, c’est simplement quand on en fait trop et qu’on fume beaucoup trop. Il y a une différence notable le lendemain matin quand on a fumé quelques joints légers d’une weed raisonnablement forte la veille au soir et quand on a tapé bang sur bang d’une beuh riche en THC cultivée de main de maître par un ami. Mais beaucoup de fumeurs connaissent leurs limites, ou s’endorment tout simplement et ne sont physiquement plus capables d’inhaler plus de fumée. Un moyen plus facile de trop en prendre pourrait être de plonger la tête la première dans des aliments au cannabis, comme des brownies ou de la glace. Parfois il est difficile de juger des quantités consommées avant d’être frappé par une vague de sensations à la limite du psychédélique. Il est bien plus facile de trop consommer avec les aliments au cannabis qu’en fumant.

La qualité du cannabis que vous fumez est une autre raison théorique qui pourrait vous pousser à ne pas vous sentir bien le lendemain matin. Ce que vous avez fumé était-il bien séché, curé et stocké correctement pour éviter qu’il ne développe de la moisissure ? Peut-être que des produits chimiques ont été utilisés pendant la culture et que vous avez les poumons pleins de résidus ? La façon évidente d’éviter ces obstacles est de connaître vos sources d’approvisionnement, ou de cultiver vous-même si vos conditions le permettent.

 

QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?

Une légère confusion au réveil pourrait être un signe de gueule de bois au cannabis, comme le fait d’avoir besoin de quelques secondes pour savoir où vous êtes.

Être un peu à l’ouest et pas vraiment connecté à votre environnement est un autre symptôme. Personne n’est complètement vif et à fond au réveil, mais il y définitivement une différence notable sur le délai qu’il vous faut pour être complètement fonctionnel et motivé au réveil avec une gueule de bois au cannabis. La solution courante est alors de vous traîner jusqu’à la cuisine, en navigant à vue avec le champ visuel réduit des paupières à moitié ouvertes, puis de préparer un bon café bien fort.

Le matin qui suit une soirée passée à fumer ou manger trop de weed pourrait aussi s’accompagner d’un mal de tête. Ça peut être dû à la déshydratation, la même raison qui vous pousse à avoir la bouche sèche quand vous fumez pendant des heures d’affilée.

Un autre signe que vous pouvez remarquer en jetant un œil à votre reflet dans le miroir le matin, vos yeux enflammés. Ces yeux rouges qui persistent sont principalement le résultat du changement de la pression sanguine dû à la consommation de grandes quantités de THC.

COMMENT ÉVITER ET SOULAGER LES GUEULES DE BOIS AU CANNABIS

Pour éviter les risques d’avoir une gueule de bois à la weed, il est préférable de prendre certaines mesures qui peuvent la prévenir. Rester hydraté est une étape clé pour éviter de se sentir mal avec un mal de tête le lendemain. Gardez un verre d’eau ou de jus à portée de main quand vous fumez pour que votre corps soit bien hydraté et pour éviter de ne rien boire parce que le frigo vous semble soudain très éloigné alors que vous planez. Autre bonne option, ajoutez des vitamines et minéraux à votre boisson. Ceci vous permettra de soulager les sensations négatives le lendemain et les électrolytes comme le sodium et le calcium vous garderont bien hydraté.

Autre façon de minimiser une gueule de bois au cannabis, c’est d’y aller doucement. Si vous planez déjà à dix mille, il y a de fortes chances que fumer encore un autre joint ou taper une autre douille ne vous fasse pas planer dans une direction agréable. Au contraire, ça pourrait empirer vos sensations le lendemain matin. Pourquoi ne pas plutôt faire des jeux ou des activités, ou alors vous coucher plus tôt ?

Une bonne quantité de sommeil est aussi un moyen de bien se sentir le lendemain. Le manque de sommeil en soi suffit à rendre la journée pénible.

gueule de bois herbe cannabis fumée

QUELQUES ÉTUDES

La gueule de bois au cannabis n’est pas un phénomène qui affecte tout le monde, mais elle existe néanmoins. Chacun réagit à la weed d’une façon unique. Une étude assez ancienne de 1985 publiée dans le journal Drug And Alcohol Dependence a exploré les effets gueule de bois le matin suivant une consommation de cannabis. Les auteurs de l’article présentant l’étude ont déclaré : « les découvertes suggèrent que la fumée de cannabis peut produire des effets résiduels (gueule de bois) la journée suivant la consommation. La nature précise et l’étendue de ces effets, ainsi que leurs implications pratiques, restent à être déterminées. »

Une autre étude, publiée dans le journal Pharmacology, Biochemistry, and Behaviour, a exploré les effets aigus et résiduels du cannabis sur les humains. L’étude a trouvé que de petites quantités de cannabis ne provoquent que des effets résiduels minimaux le jour qui suit.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander