RAPPORT DE CULTURE : LA CRITICAL DE ROYAL QUEEN SEEDS

Critical-Seeds-de-Royal-Queen-Seeds

Il existe de nombreuses caractéristiques sur lesquels les cultivateurs peuvent se concentrer pour choisir leur variété de cannabis à cultiver : la facilité de culture, le rendement, la puissance, la saveur et les effets sont tous des facteurs qui varient d’une variété à l’autre. La Critical est un cultivar de cannabis qui optimise chacune de ces caractéristiques à leur maximum, et donc cette variété est devenue une bonne base dans la communauté mondiale de la culture. Pour ce rapport, nous suivrons le cycle de culture de la Critical (féminisée) de RQS de la graine et du clone, jusqu’à la récolte ! Continuez votre lecture pour découvrir comment cultiver cette fabuleuse variété.

INSTALLATION DE CULTURE

Dès que nous avons reçu les graines par la poste, nous les avons placées dans des cubes « Root Riot » eux même placés dans un propagateur chauffé par le fond. Pour l’éclairage, nous avons utilisé une lampe MH de 400 W réglée à 18/6, à environ 60 cm de distance. Pour garder notre périmètre de 1 × 1 × 2,1 m froids, nous avions un ventilateur de tour ionisante de 45 cm de haut, ainsi que deux ventilateurs de 15 cm.

Comme terreau de base pour toute la culture (y compris les clones), nous avons utilisé du B’Cuzz Kilomix d’Atami, auquel nous avons ajouté environ 10–15 % de perlite en plus. L’idée ici est qu’un mélange extra aéré pour les racines conviendra particulièrement bien à la croissance vigoureuse de la Critical.

CULTIVER LA CRITICAL À PARTIR DE GRAINES

Concentrons-nous d’abord sur le processus de culture de plants de Critical à partir de graines. Ensuite, nous nous pencherons sur le processus de clonage.

STADE VÉGÉTATIF

Comme d’habitude avec les graines de Royal Queen Seeds, elles se sont ouvertes rapidement. Au bout de trois jours, elles avaient toutes poussé, nous avons alors ouvert les évents de la boîte du propagateur. Nous avons éteint le chauffage du dessous le lendemain. Au 5ᵉ jour, nous avons mis les semis dans des pots de 8,5 cm avec le mélange préparé, et les avons placées un peu plus près de la lampe, à environ 45 cm. Au cours des jours suivants, nous les avons rapprochés progressivement, jusqu’au 8ᵉ jour où nous les avons placés directement sous la lampe, à une distance de 22–25 cm.

Tout a bien continué. Le 15ᵉ jour, nous les avons transplantés dans des pots de 15 cm. Une note sur la taille des pots : si vous essayez de cultiver beaucoup de plantes dans un espace limité, vous devriez vous contenter de pots plus petits, en ne rempotant que si elles en ont besoin.

Pour cette culture, nous n’avons pas fait de pincement ou de palissage, mais nous avons plutôt choisi de laisser pousser les plantes selon un scénario normal. Elles n’ont été freinées d’aucune façon et se sont développées très rapidement à ce stade. Il n’a pas fallu longtemps avant qu’il ne soit nécessaire de rempoter à nouveau : le 25ᵉ jour, nous les mettons dans leurs pots de floraison. Quatre des 6 plantes ont été placées dans des pots de 25 cm, qui sont un peu plus profonds que les pots de floraison standard.

STADE DE FLORAISON

Pour la végétation, nous avons utilisé du Canna Terra Vega (à partir du jour 8 : puissance moyenne ; à partir du jour 20 : pleine-puissance, soit 10 ml par litre). Nous n’avons pas vraiment remarqué de ralentissement de croissance lors de notre rempotage, probablement à cause de la bonne vigueur de croissance de cette variété. Au 28ᵉ jour, nous avons déplacé les pots dans la salle de floraison, un périmètre de 2 × 1 × 2 m où nous avons installé 2  lampes HPS de  400 W avec deux grands ventilateurs de 45 cm.

Les demoiselles n’ont pas perdu de temps. Six jours seulement après le début du cycle de 12/12, les quatre plantes ont commencé à fleurir. Deux d’entre elles ont également commencé à s’étirer considérablement. À partir de là, nous avons commencé à leur donner une dose complète de Canna Terra Flores à chaque arrosage. C’est à ce moment que nous avons également prélevé quatre boutures sur les deux plantes les plus belles.

Au jour 22 en 12/12, les plantes fleurissaient comme des folles et la résine coulait déjà. Nous avons augmenté l’alimentation en doublant les doses à chaque arrosage (20 ml par litre), et en rinçant avec de l’eau pure tous les cinq arrosages. C’était peut-être trop tôt, mais comme elles fleurissaient si abondamment, nous leur avons aussi donné quatre doses de PK 13/14 en quatre jours. Au 31ᵉ jour, il était clair que deux des quatre allaient avoir de bons rendements. Heureusement, ce sont les mêmes plantes que celles sur lesquelles on avait prélevé les boutures.

LES DERNIERS JOURS AVANT LA RÉCOLTE

Pendant les dix prochains jours, toutes les plantes ont pris du poids. Au 38ᵉ jour, nous avons ramené la dose à la normale, et au 42ᵉ jour, nous avons cessé de les nourrir complètement et nous avons continué en rinçant simplement avec de l’eau.

Au 47ᵉ jour, nous avons vu certains pistils des fleurs brunir ; au 51ᵉ jour de la floraison, une inspection à la loupe x8 a montré que les glandes résineuses de deux d’entre elles (les deux plus courtes) commençaient à devenir blanchâtre. Nous pensions que les deux plus grandes plantes n’étaient pas loin derrière non plus.

Royal Critical Phase De Floraison

SÉCHAGE ET AFFINAGE

Ce soir-là, elles ont été récoltées, taillées et suspendues pour sécher. Nous avons remarqué une certaine variation dans la structure de croissance des plantes et de leurs têtes : les deux plus grandes plantes avaient des « pépites » de têtes dures avec plus d’espace entre chaque nœud. Les deux plantes les plus courtes avaient une structure de têtes plus molle mais plus dense, et l’espacement des entre-nœuds était bien et serré.

Nous n’avons pas remarqué de différence d’odeur entre les plantes, car elles avaient toutes un arôme terreux et épicé pendant la floraison. Bien qu’avec du recul, il est possible que les plus grosses sentent un peu plus le hasch et la Skunk, c’est difficile à dire, car les deux sélections étaient assez fortes.

Les têtes ont passé une dizaine de jours suspendues dans une armoire sombre afin de sécher, profitant d’une période d’affinage (20 ou 30 jours dans un pot en verre) pour atteindre leur potentiel. Pour ce qui est du rendement et de la fumée, nous en parlerons après une digression dans l’art de cloner la Critical.

CLONER LA CRITICAL : UNE BONNE VARIÉTÉ POUR AIGUISER VOS COMPÉTENCES EN CLONAGE

Toutes les variétés de cannabis ne sont pas nécessairement faciles à cloner, mais la Critical n’est pas devenu une favorite parmi les cultivateurs d’herbe en intérieur pour rien. En plus du fait qu’elle ne soit pas problématique à cultiver à partir de graines, le clonage est également très tolérant, ce qui en fait une bonne variété pour aiguiser vos compétences.

Si vous n’avez jamais cloné de cannabis auparavant, ne vous inquiétez pas, car le clonage n’est pas trop difficile, surtout pas avec un spécimen facile comme la Critical. D’après notre expérience, une attitude détendue, « ça passe ou ça casse », donnera probablement les meilleurs résultats concernant le clonage.

PRÉPARATIONS POUR LE CLONAGE

Procurez-vous une nouvelle lame aiguisée, une solution de clonage, des cubes de clonage et de germination comme « Root Riot » ou similaire, et un petit propagateur chauffé. Si vous le souhaitez vraiment, vous pouvez prendre également du Nitrozyme, un stimulateur de croissance organique, mais ce n’est pas nécessaire.

Nous avons attendu que les plantes commencent à peine à fleurir avant de prendre des boutures sur la Critical. Mais si vous êtes encore nouveau dans le clonage du cannabis (ou si vous l’avez déjà fait dans le passé et que cela n’a pas très bien fonctionné), il peut être préférable de prendre vos boutures pendant la période végétative (18/6), car la croissance vigoureuse de la Critical pendant cette période vous permettra un enracinement plus rapide.

Nous avons préparé une zone propre sur le plan de travail de la cuisine avec des cubes de germination préparés qui avaient été soigneusement trempés dans de l’eau tiède. Comme les trous dans ces cubes de germination ne sont pas toujours « bons », vous pouvez prendre un cure-dent ou une broche pour les refaire. Ne « forcez » pas une bouture dans un trou bouché ! Vous aurez également besoin d’un grand verre d’eau tiède dans lequel vous pourrez placer vos boutures fraîches.

Sachez qu’une des principales raisons pour lesquelles l’herbe de clonage peut échouer est que votre zone de travail et vos outils ne sont pas propres. Pour nettoyer à fond vos surfaces de travail, utilisez de l’eau bouillante et du détergent, et assurez-vous d’utiliser des couteaux stériles désinfectés avec de l’alcool entre chaque coupe. Aussi, réchauffez le propagateur quelques heures avant de commencer votre clonage !

Vérifiez le tiers supérieur de la plante que vous voulez cloner pour voir s’il y a des boutures viables. Avec la croissance vigoureuse de la Critical, vous n’aurez pas besoin de chercher longtemps, car vous aurez probablement un tas de boutures potentielles à choisir ! Prenez le couteau et déplacez-le d’environ 10 cm (3–4 nœuds) vers le bas à partir du haut de la culture. Enlevez toutes les feuilles de la zone, à l’exception de l’extrémité en croissance et de sa prochaine série de feuilles. Coupez les feuilles près de la tige, mais essayez de ne pas endommager la tige.

lame tranchante, solution de clonage, clone de cannabis et propagateur chauffé

RÉALISATION DE LA BOUTURE

Maintenant, faites une coupe nette à 3–5 cm sous le nœud de votre choix et mettez immédiatement toute la bouture coupée, extrémité coupée vers le bas, dans un verre d’eau tiède.

La bouture étant partiellement immergée, nous avons fait une coupe nette à 45° sous le nœud le plus bas (ne jamais sortir la nouvelle bouture de l’eau pendant que vous faites ça !). Ouf ! La partie la plus « risquée » est maintenant derrière nous, car on pourrait facilement laisser des boutures comme ça dans l’eau pendant quelques jours et elles feraient encore des racines. Nous avons laissé les boutures dans l’eau pendant deux minutes car cela leur permet de puiser de l’eau et de ne pas remonter d’air dans la tige après le choc de la coupe, ce qui les empêche de mourir.

Maintenant que la solution de clonage est prête et qu’un cube avec un joli petit trou est prêt, nous avons rapidement retiré la bouture du verre d’eau et l’avons trempée dans la solution de clonage (nous trempons normalement au moins les deux tiers de la bouture pendant environ 20 secondes). Ensuite, nous avons soigneusement enfoncé la bouture dans le cube, puis nous l’avons pressée très doucement sur tout le pourtour pour la sécurisée. Il n’est probablement pas nécessaire de dire que tout cela est fait avec le plus grand soin. Ne pliez pas ou ne serrez pas la bouture, car cela réduira ses chances de s’enraciner.

La bouture d'une plante de cannabis

METTRE DES CLONES DANS LE PROPAGATEUR

Nous avons placé les cubes avec les boutures dans le plateau, et l’avons mis directement dans le propagateur avec les évents fermés. Après que toutes les boutures ont été utilisées et mises dans le propagateur, nous avons pulvérisé une bruine de Nitrozyme activateur de croissance sur l’ensemble des boutures. De cette façon, les boutures peuvent prendre une bonne longueur d’avance grâce à une alimentation foliaire enzymatique renforcée en plus. Le propagateur a besoin d’une bonne lumière, mais c’est important, il n’a pas besoin de trop de chaleur supplémentaire. Dans le cas de la Critical, nous avions le propagateur à environ 45 cm de la lampe de 400 W, et un ventilateur soufflait aussi sur le dessus de l’installation, juste pour être sûr. Après quatre jours, nous avons de nouveau vaporisé les boutures avec du Nitrozyme.

Propagateur rempli de clones de cannabis

LES BOUTURES COMMENCENT À S’ENRACINER

Au bout de sept jours, nous avons ouvert les évents du propagateur. Au bout de neuf jours, les quatre boutures avaient de bonnes racines provenant des blocs, alors nous les avons rempotées dans des pots de 8,5 cm, que nous avons placés à environ 45 cm de la lampe. Nous avons utilisé le même terreau que pour la culture à partir de graines. Pendant les 24 heures qui ont suivi, nous avons surveillé de près les boutures ; lors de leur premier cycle nocturne « exposé », elles ont reçu une autre dose de Nitrozyme. Le lendemain, nous avons pincé toutes les pointes de pousses et les avons rapprochées de la lampe (30–35 cm).

les racines d'un clone de cannabis

REMPOTAGE DES CLONES

Après 14 jours de présence dans les petits pots (23 jours après la coupe), nous avons mis les clones dans des pots de 25 cm et leur avons immédiatement donné une demi-dose de Canna Terra Vega. Ce soir-là, nous leur avons donné un autre coup de spray de stimulateur de croissance avec 2 ml de stimulateur dans un litre d’eau.

LES CLONES COMMENCENT À FLEURIR

Pendant les sept jours suivants, les boutures sont devenues folles et poussaient très vite. Au 21ᵉ jour après le rempotage, nous avons pris deux des plantes et les avons placées au meilleur endroit dans la salle de floraison, leur donnant une dose complète de Canna Terra Flores. Les deux clones ont commencé à fleurir au 7ᵉ jour de 12/12. Au 15ᵉ jour, elles fleurissaient beaucoup avec une bonne production de résine. En plus de leur double dose (Terra Flores) à chaque arrosage, nous avons décidé de leur donner un mélange PK 13/14 complet (5 ml par litre) pendant les jours 17–20.

Au 30ᵉ jour, les deux plantes semblaient vraiment bien. L’une était plus courte que l’autre et faisait exactement ce que sa mère faisait : floraison avec un court espacement internodal à peu près tout le long de ses quatre tiges, avec une structure florale dense et fine. Sa grande sœur faisait aussi ce que faisait sa mère : créer des « pépites » espacées, dures et gonflées.

Dès le 31ᵉ jour, nous leur avons donné trois autres jours de PK 13/14 boost, à raison de 3 ml par litre. Au 35ᵉ jour de la floraison en 12/12, alors que nous les avions pincées tôt et que nous avions utilisé des stimulateurs de croissance, les deux plantes avaient maintenant largement dépassé leurs mères en production de têtes. La plus grande des deux avait des têtes si solides et si lourdes qu’il fallait maintenant des tuteurs. À partir de là, nous réduisons l’alimentation à une seule dose à chaque arrosage.

LES TÊTES SONT DE PLUS EN PLUS GROSSES

Au 42ᵉ jour, les têtes avaient terminé leur « montée » de floraison et se remplissaient et grossissaient. La production de résine des deux plantes était à son apogée. À partir de ce moment, les deux plantes n’auront plus que de l’eau pure pour le dîner jusqu’à la récolte. Au 46ᵉ Jour, les deux plantes étaient lourdes avec des têtes brillantes et bombées. La plus petite avait déjà des pistils qui brunissaient. Il faut dire en l’occurrence, que les plantes ont été rempotées dans des pots de 25 cm. Il aurait probablement été préférable d’utiliser des pots plus grands, comme ceux de 35–40 cm, car la Critical demande beaucoup d’éléments nutritifs et son système racinaire satisfait sa soif en nutriments. Alors ne prenez pas de pots trop petits pour cette demoiselle !

LE MOMENT DE LA RÉCOLTE

Au 48ᵉ jour de floraison, les deux plantes ont commencé à « brunir », mais les glandes résineuses étaient encore claires. Deux jours plus tard, une plus grande partie de leurs pistils était devenue brun, et nous avons remarqué un léger assombrissement des trichomes de la plante la plus courte lorsqu’on les observe sous un grossissement x8. C’est le moment de récolter !

COUPE, TAILLE ET SÉCHAGE DES CLONES DE CRITICAL

Après la coupe, la taille et le séchage des têtes à l’envers, une chose était très visible : ces deux demoiselles avaient un rendement par plant plus important.

Par comparaison, les quatre Critical cultivées à partir de graines ont produit un poids à sec de 37, 43, 47 et 49 g pour un total de 176 g en 79 jours. Avec les clones, nous avons obtenu un poids à sec de 63 g (plante haute) et 75 g (plante courte) pour un total de 138 g sur seulement DEUX clones, en 71 jours d’enracinement (80 jours après la coupe) !

Mise en garde : les têtes de Critical peuvent être sensibles à la moisissure en raison de leur densité. Assurez-vous de trouver une bonne circulation d’air et une bonne humidité, en particulier au cours des dernières semaines de floraison.

FUMER DE LA CRITICAL : AROME, GOUT, EFFETS

Lorsque la Critical est sèche et tel quelle, elle ne sent pas beaucoup. Mais ouvrez une tête, et elle dégagera un parfum bien à elle ; très « terreux », presque comme de l’amande brûlée et des épices avec une légère nuance d’essence. Cette note s’estompe au fur et à mesure qu’elle s’affine, mais ne disparaît pas complètement, et n’affecte en rien la fumée au goût agréable. S’il y avait un « challenge » avec cette variété, ce ne serait pas la culture en elle-même, mais la manipulation des pépites massivement résineuses (et donc collantes).

Enfin, en fumant cette Critical, les deux variantes ont induit une expérience similaire : le goût ressemble étonnamment à du haschich riche, avec des têtes plus denses ressemblant peut-être un peu plus à de la Skunk. Le high est très agréable ; un effet puissant (mais pas trop fort) accompagné d’une poussée d’euphorie motivante. Vous vous demandez peut-être si vous allez être « scotché au canapé » après quelques taffes ; vous ne le serez pas. En fait, vous constaterez que vous pourrez faire beaucoup de choses, mais bien sûr, tout cela avec sur votre visage un sourire idiot. Nous avons trouvé que les effets corporels étaient un peu sournois, et vous pouvez facilement fumer deux ou trois douilles avant que les effets de la première ne commencent vraiment. Ce ne sont pas des effets qui dure longtemps, mais cela signifie que vous pouvez passer la soirée totalement stone, tout en vous levant le lendemain matin avec les idées claires !

CONCLUSION : LA CRITICAL COCHE TOUTES LES CASES

En conclusion, nous pensons que la Critical coche toutes les bonnes cases. Elle ne pourrait pas être plus facile à cultiver ou à cloner, et elle brille par d’excellents rendements en un temps étonnamment court. Et, plus important encore, la fumée est de première classe. Voilà encore un autre exemple de variété de Royal Queen Seeds offrant une génétique de qualité qui fait toujours le bonheur des cultivateurs et des fumeurs ! De plus, si vous êtes le genre de personne qui a toujours voulu essayer le clonage, la Critical est une excellente variété pour commencer !

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.