Répandez la nouvelle dès à présent. Les citoyens de New-York semblent vraiment aimer le cannabis. Et pas seulement dans l’État qui abrite beaucoup d’universités.

La ville de New-York possède une longue histoire d’activisme et de célébrations culturelles entourant le cannabis. Beaucoup de Jazz des années 1920 et 1930 s’est développé et a été joué dans des bars clandestins où se vendait du cannabis en pochons qui étaient appelés « tea pads ». Le « Beat movement » des années 1950 s’était élevé contre la criminalisation des consommateurs de cannabis.

De nos jours, il y a tellement de cannabis consommé dans la ville, que l’on voit proliférer des services de livraisons qui vous livrent directement de la weed à la maison. De superbes hommages ont été rendus à ce sujet dans des émissions telles que Broad City sur Comedy Central et High Maintenance de HBO, qui suit un service de livraison de cannabis. New-York va peut-être bientôt légaliser, car il y a en effet beaucoup de cannabis consommé dans cette ville.

UNE CONSOMMATION DE WEED ÉNORME

Il est dur d’insister assez à quel point la weed est populaire dans la ville de New-York. Une récente étude menée par Seedo a révélé quelque chose d’intéressant à propos de cette ville. Seedo a étudié le marché du cannabis dans plus de 120 villes très peuplées autour du monde. Ils ont comparé les taux de consommations annuels en tonne, ainsi que les prix du marché et les revenus en impôts potentiels s’il était légalisé. La ville de New-York a montré une consommation incroyable de 77,44 tonnes de verdure par an !

Ce qui est vraiment choquant à ce propos, c’est la distance séparant New-York des autres villes. En seconde place, on trouve Karachi, au Pakistan, qui consomme 41,95 tonnes par an. Suivi de près par New Delhi, en Inde, qui consomme 38,26 tonnes par an. En quatrième place, on trouve une autre métropole américaine, Los Angeles, avec une consommation de 36,06 tonnes par an. La ville de New-York consomme plus de deux fois plus de weed que la seconde ville consommatrice américaine. Elle est tellement en avance sur le reste du peloton mondial, qu’il est étrange de voir que New-York n’a toujours pas légalisé le cannabis. Seedo estime que si cela avait été fait, et que cela avait été taxé à même hauteur que pour le tabac, New-York aurait pu générer 156,4 millions de dollars en revenu annuels. La légalisation va-t-elle bientôt avoir lieu ?

ILS SONT CERNÉS

L’État de New-York est cerné par d’autres États proche de la légalisation du cannabis. Rien qu’en traversant la rivière depuis Manhattan, l’État du New-Jersey pourrait bientôt être un endroit où acheter légalement du cannabis. Le gouverneur démocrate Phil Murphy prendra bientôt la place du républicain résolument anti-cannabis Chris Christie. Ayant exprimé à voix haute son support envers le cannabis, Murphy est susceptible de signer le projet de loi du sénat du New-Jersey sur la légalisation du cannabis. Cela pourrait arriver en 2018, même si l’établissement d’un marché de revente légale prendra sûrement un an ou deux. La voie législative pourrait devenir de plus en plus commune aux États-Unis.

Plus de la moitié des États américain ont légalisé le cannabis d’une manière ou d’une autre, pour des consommations récréatives ou médicales. Huit États dans le district de Colombia ont soumis l’initiative au vote, et le public a approuvé la légalisation du cannabis récréatif. Le Maine et le Massachusetts sont deux de ces États. Récemment, le Vermont, situé juste au Nord de New-York, a fait passer une loi légalisant le cannabis récréatif. Le Vermont est le premier État à faire cela au travers d’une loi d’État, et le New Hampshire va très probablement lui aussi suivre cette route. Il risque d’être bientôt nécessaire pour le gouverneur de New-York, Andrew Cuoamo, de repenser son opposition au cannabis récréatif.

New York Légalisation Cannabis

LES LOIS NEW-YORKAISES ACTUELLES

Le gouverneur Cuomo a annoncé qu’il établirait un panel le conseillant sur la légalisation du cannabis. Par la même occasion, il y a certaines choses à savoir si vous prévoyez de visiter New-York. La ganja n’est pas légale pour un usage récréatif, mais elle l’est pour un usage médical. Depuis 2016, il existe des dispensaires ouverts aux citoyens new-yorkais en possession d’une ordonnance médicale.

Contrairement à d’autres dispensaires situés dans d’autres États, une interdiction formelle de vendre des fleurs de cannabis ou des produits comestibles est en place. Seuls les teintures, les huiles dédiées à la vaporisation, ou les médicaments à base de cannabinoïdes sous forme de tablettes sont autorisés à la vente. Alors de nos jours, la Grosse Pomme se serre la ceinture. Bien qu’il y ait clairement des réserves abondantes de cannabis, il reste illégal. Ne prenez pas de risques idiots concernant les lieux de consommation. Avec un peu d’espoir, la logique et le sens commun régneront bientôt sur New-York.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander