ABC du cannabis médical : le guide complet de l'herbe médicale

ABC du cannabis médical : le guide complet de l'herbe médicale

Sommaire:

Le cannabis médical est un sujet populaire. Cependant, comprendre le cannabis et comment il apporte une telle variété de bienfaits de santé peut être difficile. Dans cet article, nous présentons un aperçu approfondi du cannabis médical et de tout ce que vous devez connaître à son sujet.

QU'EST-CE QUE LE CANNABIS ?

Le cannabis est un genre de plante à fleurs appartenant à la famille des Cannabaceae, qui comprend aussi le houblon et les arbres Celtis. Les plants de cannabis sont dioïques (ils développent des plants mâles et femelles séparés) et la plupart des produits au cannabis que nous consommons, que ce soit dans un but récréatif ou médicinal, sont issus des fleurs des plants femelles.

La taxonomie précise des plants de cannabis fait l'objet de nombreux débats. Mais en général, les plants de cannabis sont répartis dans les trois espèces suivantes : cannabis indica, cannabis sativa et cannabis ruderalis.

L'origine exacte du cannabis en tant que plante est souvent débattue, mais elle est généralement considérée comme originaire d'Asie Centrale. Sa consommation remonte à des siècles en arrière, à des fins médicinales comme récréatives.

Le cannabis est aussi parfois appelé « chanvre ». Cependant, le chanvre fait généralement référence à des plants de cannabis spécifiquement sélectionnés et cultivés pour leurs fibres, à des fins nutritives ou comme remède. Ces plants contiennent généralement de faibles quantités de THC.

COMPRENDRE LES COMPOSÉS DU CANNABIS

Le cannabis en tant que plante contient plus de 400 composés chimiques différents. Plus de 100 d'entre eux sont des cannabinoïdes, des composés pouvant agir directement ou indirectement sur les récepteurs cannabinoïdes.

Les deux composants les plus connus du cannabis sont le THC (tétrahydrocannabinol) et le CBD (cannabidiol). Le THC est la principale composante de l'herbe de cannabis et c'est ce qui lui donne ses effets enivrants. Le CBD, en revanche, est généralement présent en plus grandes concentrations dans le chanvre ou des variétés de cannabis spécifiquement sélectionnées pour être riches en ce cannabinoïde.

Alors que les plants de cannabis mûrissent, leur composition chimique change. Au départ, les plants produisent de l'acide cannabigérolique (CBGA), qui est le parent cannabinoïde de tous les autres cannabinoïdes. Des enzymes spéciales décomposent ensuite le CBGA et l'utilisent pour produire d'autres cannabinoïdes acides, comme l'acide tétrahydrocannabinolique (THCA), l'acide cannabidiolique (CBDA) et l'acide cannabichroménique (CBCA). L'exposition à la chaleur et aux rayons UV déclenche alors la transformation de ces composés en leur version non-acide, comme le THC, le CBD, le CBC, etc.

En plus des cannabinoïdes, le cannabis contient également d'autres composés vitaux, comme les terpènes. Ils sont présents dans les huiles essentielles de la plante et jouent un rôle clé pour donner au cannabis ses arômes uniques.

Chaque plant de cannabis possède sa propre composition chimique distincte. Certains plants, par exemple, peuvent avoir de plus fortes concentrations en certains cannabinoïdes et terpènes que d'autres. C'est dû aux génétiques des différents cultivars.

INDICA OU SATIVA : QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ?

Le Cannabis indica pur et le Cannabis sativa purs sont très différents. Les plants de sativa poussent très hauts et disposent de feuilles d'un vert éclatant, de folioles fins et d'un espace internodal assez élevé. Les plants indica, en revanche, sont plus petits et plus buissonneux, généralement avec des feuilles vert foncé et une courte distance entre les nœuds.

En plus de leur aspect très différent, les plants de cannabis indica et sativa se voient aussi attribuer des effets très différents ; les sativas produisent généralement une euphorie élévatrice, alors que les indicas sont plus relaxants et sédatifs. Malheureusement, les études n'ont pas encore expliqué pourquoi c'est le cas, mais c'est probablement dû aux différences dans la composition chimique des deux espèces.

L'EFFET ENTOURAGE

Une grande partie de la recherche sur le cannabis se concentre sur l'examen des effets de chaque composé individuel de manière isolée. Et même si cela peut nous apprendre beaucoup sur ces composés, cela soulève aussi beaucoup de questions sur les propriétés uniques du cannabis.

Le terme « effet entourage » a d'abord été décrit par Raphael Mechoulam, un des plus importants chercheurs sur le cannabis, venu d'Israël. En 1998, Mechoulam et une équipe de collègues a décrit l'effet entourage dans un article[1] publié dans l'European Journal of Pharmacology. L'article décrivait comment les effets du cannabis ne sont pas juste apportés par les composés chimiques individuels du cannabis, mais aussi par la façon dont ces composés chimiques interagissent dans le corps.

Un exemple simple de l'effet entourage peut être observé dans l'interaction entre le THC et le CBD. De nombreuses études ont montré que le CBD pouvait réduire[2] certains des effets enivrants du THC en affectant la capacité de la molécule à se lier aux récepteurs CB1 dans le cerveau et dans le corps. Ce faisant, le CBD peut aider à réduire certains des effets secondaires négatifs du THC, comme l'anxiété, la paranoïa, les perturbations cognitives, etc.

D'autres exemples de l'effet entourage peuvent être observés en comparant les effets des isolats de cannabinoïdes synthétiques comme le dronabinol (du THC synthétique pur), par exemple, avec ceux des cannabinoïdes naturels. Les effets du dronabinol sont rapportés comme étant très différents du THC et ses effets secondaires ont tendance à être beaucoup plus intenses et prolongés.

Cela pourrait être difficile à envisager, étant donné que le dronabinol est structurellement très similaire au THC. Cependant, les différences frappantes entre les effets du dronabinol et ceux du THC sont probablement dues à l'effet entourage, car le dronabinol ne contient que du THC pur, alors que le cannabis contient une multitude d'autres composants.

COMPRENDRE VOTRE SYSTÈME ENDOCANNABINOÏDE

Afin de comprendre le cannabis médical, il est vital de comprendre le système endocannabinoïde – le système qui module les effets du cannabis sur notre corps.

Le système endocannabinoïde (SEC) se représente le mieux comme un système régulateur. En fait, certains considèrent que c'est le principal système homéostatique dans le corps, responsable du maintien d'un équilibre soigneux, qui permet à notre corps de fonctionner au mieux.

Ce système est composé de trois composantes principales :

• Des endocannabinoïdes comme l'anandamide et le 2-AG. Ces composés sont similaires aux cannabinoïdes présents dans le cannabis, mais ils sont produits naturellement par le corps.

• Des récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2, qui reçoivent les endocannabinoïdes. Les récepteurs CB1 sont présents en forte concentration dans le cerveau, alors que les récepteurs CB2 sont présents dans les cellules immunitaires.

• Des enzymes, comme l'hydrolase des amides d'acide gras et le cytochrome P450, qui aident à synthétiser, transporter et métaboliser les cannabinoïdes.

Le corps produit des endocannabinoïdes en réponse à un large éventail de facteurs, dont l'activité physique, le stress, le moment de la journée et bien d'autres. Face à un événement stressant, par exemple, notre corps produit des endocannabinoïdes afin d'aider à minimiser les effets négatifs du stress.

Ces endocannabinoïdes sont alors transportés et activent des récepteurs spécifiques. Afin de vous aider à visualiser ce processus, vous pouvez vous représenter les récepteurs cannabinoïdes comme des serrures et les endocannabinoïdes comme des clés. Quand un endocannabinoïde active un récepteur, il déclenche une réponse spécifique dans le corps.

Actuellement, la recherche montre que le système endocannabinoïde est impliqué dans une multitude de processus physiques. On peut citer :

• Inflammation et douleur
• Humeur et désir sexuel
• Sommeil
• Température du corps et fonction immunitaire
• Digestion
• Réponse au stress

LE CANNABIS COMME REMÈDE

Le système endocannabinoïde a été découvert au XXe siècle après que des chercheurs ont voulu comprendre les mécanismes par lesquels le cannabis exerçait ses effets enivrants uniques. De nos jours, le SEC est considéré comme une potentielle cible thérapeutique pour un large éventail de troubles et les thérapies à base de cannabis deviennent toujours plus populaires.

Jusqu'à présent, la plupart des recherches sur le cannabis médical se sont concentrées sur le THC et le CBD. Le THC est un agoniste de CB1, ce qui signifie qu'il se lie directement aux récepteurs CB1. Ce faisant, il provoque un éventail d'effets qui varient selon la voie d'administration, la taille de la dose, ainsi que la personne et sa sensibilité au cannabis.

Le CBD, en revanche, est beaucoup plus complexe. Au contraire du THC, le CBD ne possède de forte affinité pour aucun récepteur cannabinoïde. En revanche, il agit sur les récepteurs à sérotonine, vanilloïdes, GABA, gamma et une variété d'autres récepteurs. En fait, il a été montré que le CBD agissait via 60 voies moléculaires différentes.

Le cannabis médicinal se concentre sur l'utilisation des composants du cannabis afin de restaurer l'équilibre dans le système endocannabinoïde et soulage ainsi un éventail de troubles et leurs symptômes.

Cependant, comprendre le cannabis et la manière dont il exerce une telle variété d’effets sur le corps peut être complexe.

LA RECHERCHE SUR LE CANNABIS MÉDICAL

INFLAMMATION

Il y a un corps grandissant de recherche qui montre que le système endocannabinoïde joue un rôle clé dans la régulation des processus inflammatoires[3]. De plus, les études précliniques ont montré que les cannabinoïdes peuvent réduire les inflammations[4] associées à différents troubles de la santé lors de tests portés sur des animaux. Un examen de 2018[5] suggère le potentiel du cannabis à soulager des symptômes d’ostéoarthrite en catalysant des actions anti-inflammatoires, analgésiques et antinoceptives du système endocannabinoïde. Cependant, les chercheurs ont rapidement pointé le fait que seul quelques essais cliniques ont eu lieu concernant la salubrité et l’efficacité du cannabis médical dans ce domaine.

DOULEUR

Le système endocannabinoïde joue aussi un rôle important dans la manière dont nous ressentons et réagissons à la douleur. La recherche a découvert des récepteurs cannabinoïdes à des sites présynaptiques[6] dans tout le système nerveux central et périphérique. Les cannabinoïdes qui agissent sur ces récepteurs peuvent altérer la transmission des signaux de la douleur. Les cannabinoïdes sont donc devenus un sujet d'intérêt pour le traitement d'un large éventail de types de douleur, y compris la douleur nociceptive due aux lésions, ainsi que la douleur neuropathique provoquée par des troubles comme la sclérose en plaques.[7]

PROBLÈMES DE PEAU

Le système endocannabinoïde est actif à travers la peau[8] et peut être activé en utilisant des produits au cannabis d'application locale comme des crèmes, des baumes, des huiles et autres. Cette découverte a donné naissance à un énorme secteur de produits locaux au cannabis pouvant aider contre l'acné, les réactions allergiques, la dermatite, le psoriasis et autres.

TROUBLES MENTAUX

La recherche sur les cannabinoïdes pour les troubles mentaux reste tellement limité que c’en est frustrant, mais les cannabinoïdes semblent avoir montré un potentiel neuroprotecteur[9] lors d’études préliminaires. De plus, on pense que les cannabinoïdes font la promotion de la neurogenèse[10] (création de nouvelle cellules cérébrales) dans des zones clé du cerveau associées à la santé mentale.

TUMEURS

Un des rôles du système endocannabinoïde est de réguler la croissance et la mort des cellules. Ces dernières années, ce fait a suscité de nombreuses discussions sur le potentiel des cannabinoïdes dans le traitement des tumeurs. Bien qu'encore à leurs débuts, de nouvelles recherches suggèrent que les thérapies aux cannabinoïdes pourraient aider à réguler la croissance et l'expansion des tumeurs.[11]

NAUSÉES, VOMISSEMENTS, APPÉTIT

La recherche montre que le THC comme le CBD[12] ont un potentiel de réduction des nausées et vomissements[13] sur les modèles animaux.

TROUBLES DU SOMMEIL

Étant donné l’effet sédatif du cannabis riche en THC (surtout en grandes quantités), il semble logique que le cannabis puisse avoir le potentiel d’assister au sommeil. Malheureusement, les recherches de haute-qualité dans ce domaine manquent. Toujours est-il qu’il existe un tas de rapports anecdotiques concernant les effets sédatifs et somnifères des lourdes variétés indica. Les personnes qui souhaitent un billet grande vitesse pour le pays des rêves devraient envisager le cannabis riche en THC afin de faciliter le trajet. Le CBD est aussi étudié[14] pour son potentiel dans ce domaine, mais les résultats ne sont pas concluants.

COMMENT AVOIR ACCÈS AU CANNABIS MÉDICAL

Plusieurs pays dans le monde ont légalisé le cannabis à des fins médicinales, comme les Pays-Bas, l'Allemagne, le Canada, l'Australie et de nombreux états américains. Les programmes de cannabis médical dans chacune de ces régions diffèrent, parfois fortement. En général, cependant, la plupart des pays ont légalisé le cannabis pour une liste précise de maladies. Les malades souffrant de ces troubles doivent recevoir un diagnostic de la part d'un professionnel médical et recevoir une prescription pour du cannabis, ou bien une carte de cannabis médical afin d'en acheter dans un dispensaire ou une pharmacie.

COMMENT CONSOMMER LE CANNABIS MÉDICAL

Le cannabis médical existe sous de nombreuses formes différentes. On peut citer :

• Les huiles et teintures au cannabis : les teintures sont composées de cannabis extrait dans de l'alcool fort, alors que les huiles utilisent un type d'huile de support (généralement huile MCT, huile de graines de chanvre ou huile d'olive). Ces produits peuvent contenir du CBD, du THC et tout autre composé présent dans le cannabis. Certains produits contiennent également d'autres ingrédients afin d'offrir un soulagement plus spécialisé pour un trouble ou symptôme en particulier. Les teintures et huiles se prennent généralement sous la langue, où elles sont absorbées par les muqueuses dans la bouche et font effet en 15 minutes environ.

• Aliments au cannabis : le cannabis alimentaire prend de nombreuses formes différentes. Ces aliments peuvent contenir de fortes doses de cannabinoïdes et doivent être décomposés dans le tube digestif afin de faire effet. Cela peut prendre jusqu'à une heure ou plus, mais cela permet une libération à longue durée de cannabis dans le corps.

• Capsules : les capsules au cannabis contiennent une dose unique d'huile au cannabis. Elles doivent être avalées et, comme les aliments au cannabis, doivent être décomposées par le système digestif afin de faire effet.

• Produits d'application locale : les produits au cannabis d'application locale, comme les crèmes et les baumes, sont appliqués directement sur la peau. Ils peuvent contenir un large éventail d'autres ingrédients pour aider à lutter contre des symptômes comme l'inflammation, les démangeaisons, les rougeurs, la douleur, l'acné, les éruptions et bien d'autres. Les produits au cannabis d'application locale font généralement effet en 10 minutes. Les cannabinoïdes contenus dans ces produits offrent un soulagement local, mais n'arrivent pas à la circulation sanguine.

• Fleurs : les fleurs de cannabis séchées, ou herbe de cannabis, sont riches en trichomes, qui contiennent les cannabinoïdes, terpènes et autres composés donnant au cannabis ses propriétés médicinales uniques. Ces fleurs sont généralement fumées ou vaporisées, mais peuvent également être infusées dans des huiles, du beurre et bien d'autres choses. Les plants de cannabis médical peuvent être cultivés à partir d'une graine, ou à partir de clones, selon la disponibilité et les installations de culture.

• Concentrés : les concentrés de cannabis sont réalisés grâce à l'extraction des composants clés de la matière première que sont les plants de cannabis, afin de créer un puissant extrait. Ces extraits possèdent différents noms, comme le hasch, l'huile, les dabs et bien d'autres. Ils sont généralement vaporisés avec un vaporisateur ou des pipes spécialisées, mais peuvent aussi être fumés ou ajoutés à des aliments.

• Patchs transdermiques : les patchs transdermiques au cannabis, comme leur nom le suggère, sont des patchs d'application locale qui apportent des cannabinoïdes à travers la peau et dans la circulation sanguine. Cela les rend différents des autres produits d'application locale, car ils permettent une libération continue et de longue durée des cannabinoïdes dans l'organisme.

COMMENT DOSER LE CANNABIS MÉDICAL

Le dosage est très important dans le cadre de la consommation du cannabis médicinal. Malheureusement, les effets du cannabis sont très différents selon chaque personne et il n'existe donc aucune règle définie quant aux mesures précises des remèdes au cannabis.

Pour la consommation de THC, les malades pourraient obtenir un soulagement en prenant des microdoses de 2,5 mg. En fait, la tendance du microdosage est devenue très populaire car elle permet aux malades d'obtenir un soulagement face à leurs symptômes tout en évitant les forts effets enivrants que le THC apporte à fortes doses. D'autres malades, cependant, pourraient avoir de doses plus fortes afin d'obtenir un soulagement.

Le dosage du CBD est aussi vraiment individuel et il faut généralement plusieurs essais pour que le malade trouve la bonne dose. Généralement, il est recommandé aux malades de commencer par de petites doses de CBD et de les augmenter au fil du temps. L'idée est de progresser lentement jusqu'à arriver à une dose qui offre un soulagement maximum, sans produire d'effets secondaires.

Malheureusement, il existe encore moins d'informations sur le dosage des autres cannabinoïdes comme le CBN, le CBG et le CBC, car ces composés ont fait l'objet de beaucoup moins d'études que le THC et le CBD.

Sources Externes
  1. An entourage effect: inactive endogenous fatty acid glycerol esters enhance 2-arachidonoyl-glycerol cannabinoid activity. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  2. Does Cannabidiol Protect Against Adverse Psychological Effects of THC? https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  3. The endocannabinoid system: an emerging key player in inflammation. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  4. Cannabinoids as novel anti-inflammatory drugs. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  5. Cannabis and joints: scientific evidence for the alleviation of osteoarthritis pain by cannabinoids. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  6. The role of the endocannabinoid system in pain. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  7. Oromucosal delta9-tetrahydrocannabinol/cannabidiol for neuropathic pain associated with multiple sclerosis: an uncontrolled, open-label, 2-year ext... - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  8. The endocannabinoid system of the skin in health and disease: novel perspectives and therapeutic opportunities. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  9. Cannabidiol, neuroprotection and neuropsychiatric disorders. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  10. The role of cannabinoids in adult neurogenesis https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  11. Cannabis and CBD for Cancer https://www.projectcbd.org
  12. Regulation of nausea and vomiting by cannabinoids https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  13. Regulation of nausea and vomiting by cannabinoids and the endocannabinoid system. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  14. Effects of acute systemic administration of cannabidiol on sleep-wake cycle in rats. - PubMed - NCBI https://www.ncbi.nlm.nih.gov
Avertissement:
This article has been written for informational purposes only, and is based on research published by other externals resources.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.