Comme l’a un jour décrété Moe Szylack, barman des Simspons, « l’augmentation des métiers satisfaisants et du bonheur familial sont un poison pour les fournisseurs de produits toxiques pour l’esprit comme moi ». De nos jours, le nombre de mariages diminue et la précarité de l’emploi augmente, on penserait donc que l’alcool fait face à un marché prolifique. Mais l’industrie de l’alcool fait surtout face à une nouvelle compétition, celle du cannabis qui est de plus en plus accepté. Le cannabis est une alternative à l’alcool très attrayante pour de nombreuses personnes. Alors que la légalisation du cannabis se répand, quel va être l’impact sur l’industrie de l’alcool ?

POURQUOI LES GENS PASSENT-ILS AU CANNABIS ?

Le cannabis a bien moins de conséquences négatives sur la santé qu’en a l’alcool. Il est même prescrit pour traiter certains troubles médicaux dans de plus en plus de régions du monde. Son impact est généralement apaisant ou revigorant, énergétique et enthousiasmant. L’alcool peut déclencher toute sorte de réactions émotionnelles, car il diminue l’inhibition. Cela peut même mettre en danger ses consommateurs. Même du point de vue de la sociabilisation, ce contraste a été mis en avant dans la campagne historique pour la légalisation du cannabis au Colorado. Il est étrange que ces deux poids deux mesures à l’encontre de l’interdiction du cannabis ait duré si longtemps alors que la consommation d’alcool était si répandue. Bill Hicks a pointé cela du doigt avec sa franchise habituelle il y a des années de cela.

LA COMPÉTITION CONTRE LE CANNABIS

Avec un nombre croissant de juridictions réalisant l’ineptie de l’interdiction du cannabis, les statuts légaux du cannabis changent dans beaucoup d’endroits. Cependant, cette industrie en est au début sa phase d’acceptation par le grand public. De nombreuses banques et bourses n’acceptent pas de traiter les finances liées à l’industrie du cannabis à cause des zones de gris juridique. Cela pousse la plupart des entreprises du cannabis à gérer leurs affaires en liquide ou en cryptomonnaies. Bien que le cannabis soit encore en attente de régulation, les investissements en cours sont énormes, et il y en a encore plus en attente, prêts à éclore dès lors qu’il sortira de cette zone grise juridique.

Cette année, le Canada deviendra la seconde nation à légaliser le cannabis en tant que produit récréatif. La banque canadienne CIBC prédit que l’industrie du cannabis pèsera 6,5 milliards de dollars d’ici deux ans. Par comparaison, il faut savoir que les Canadiens ont dépensé 5,1 milliards de dollars dans l’alcool en 2017. Le cannabis va donc avoir un énorme avantage sur l’alcool dans les années à venir. Nous sommes tous habitués aux produits alcoolisés. Les innovations qui nous attendent grâce à l’industrie du cannabis sont tout à fait nouvelles. Le cannabis a également un champ d’application bien plus large que celui de l’alcool qui se concentre quant à lui bien plus sur la consommation récréative. Le cannabis possède un marché récréatif, mais également d’autres marchés, comme le médical, la construction, le textile, l’agriculture et l’alimentation.

En plus de cela, la consommation d’alcool semble être en déclin. Une étude de 2014 publiée dans le Washington Post a rapporté que 30 % des Américains ne consomment de l’alcool que lors d’occasions spéciales. Un autre 30 % n’en consommant pas du tout à cause de facteurs tels que l’impact sur la santé, le manque de revenu, et les raisons religieuses. La montée du cannabis légal, particulièrement ces dernières années, pourrait être un autre facteur majeur. L’université du Connecticut et l’université d’État de Géorgie ont publié une étude montrant comment les ventes d’alcools et de cannabis se comparent dans des régions où le cannabis médical était disponible. Il a été découvert que les ventes d’alcool ont diminué de 13 % entre 2006 et 2015 dans ces régions. Cela suggère que certaines personnes passent de l’alcool au cannabis lorsque l’occasion leur est offerte, ce qui sera probablement exacerbé par la légalisation du cannabis récréatif.

CANNABIS ET ALCOOL MAIN DANS LA MAIN ?

Alors que peut faire l’industrie de l’alcool ? Il est clair que cette industrie se portera toujours bien, mais le risque de voir ses parts de marché réduire est bien réel. La plupart des juridictions autorisant une certaine forme de commercialisation du cannabis la séparent strictement des ventes d’alcool. La province canadienne du Terre-Neuve-et-Labrador pourrait briser cette tendance, permettant au cannabis d’être vendu dans les mêmes drogueries que celles vendant de l’alcool. Cela rendrait le cannabis bien plus accessible, n’obligeant pas les consommateurs à faire des détours afin de se rendre dans des magasins spécialisés pour obtenir leur cannabis. Ils pourront clairement faire leur choix entre le cannabis et l’alcool, directement en magasin.

L’industrie de l’alcool devra étudier le marché de manière à renforcer les associations positives liées à l’alcool. On peut dire cela de toutes les entreprises. Le problème auquel l’alcool fait face, c’est que le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies américain fait état de plus de 90 000 morts par an liées à l’alcool. L’industrie de l’alcool n’a jamais vraiment été confrontée à son rôle dans la dégradation des conditions de santé à la manière de ce qu’a subit l’industrie du tabac. Cela dit, de nos jours les gens semblent de plus en plus conscients de ses effets négatifs sur la santé.

La meilleure option pour les industriels de l’alcool, c’est de s’impliquer elle-même dans le cannabis, et ils en sont bien conscients. Les possibilités de collaboration entre l’industrie de l’alcool et le canna-business ont déjà été réalisées. Molson Coors a investi dans les cultivateurs de cannabis d’Aurora Cannabis. Constellation Brands, propriétaire de Corona, est actionnaire minoritaire de Canopy Growth, dont on estime la valeur à 6,6 milliards de dollars américain et 8,8 milliards de dollars canadien. L’industrie de l’alcool pourrait même faire profiter de son expertise marketing afin de vendre « l’expérience » cannabis. L’industrie du cannabis, en retour, soutient d’ors et déjà le développement de bières infusées au cannabis. Il est probable que de grandes marques de cannabis produisant des bières soit la norme dans un futur proche, surtout si l’on considère la tendance actuelle à l’investissement.

Vin De Cannabis

COMMENT RÉGULER LE CANNABIS

Donc, malgré le fait que le cannabis semble être une vraie menace pour l’industrie de l’alcool, les deux industries ne font pas que co-exister, mais font fonctionner leurs industries à l’unisson. Cela pourrait inquiéter certains activistes du cannabis. D’ors et déjà au Canada, les réformes ont été critiquées par l’important activiste et entrepreneur Marc Emery. Durant le Rassemblement 4/20 de 2018 à Dublin, Irlande, Emery a déclaré : « Ils m’ont trahi avec ce mot “légalisation” ». Il a déclaré que les régulations du Canada offraient trop de pouvoir aux monopoles ainsi qu’au gouvernement. Une répétition de la commercialisation agressive qui eut lieu avec l’industrie de l’alcool est redoutée par certains avocats du cannabis et certains des opposants à sa légalisation.

Cela étant dit, un mouvement de bières artisanales fleurit malgré la dominance économique de grandes entreprises. De nombreux cultivateurs resteront engagés dans la production de cannabis de haute qualité. Emery a soulevé un point valide, car la manière dont on régule le cannabis affectera tant l’industrie que son impact social. Des juridictions telles que l’Uruguay et la Catalogne ont opté pour un accès au cannabis via le statut de membre au sein de cannabis club à but non-lucratif. D’autres endroits plus capitaliste, comme aux États-Unis, pourrait en effet voir l’émergence d’un « Big Cannabis ». Alors que de plus en plus de pays expérimentent sur des modèles nouveaux, le résultat final semble être le même. L’industrie de l’alcool va devoir faire face à une féroce compétition, mais il semble qu’elle soit déjà prête à s’y adapter.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander