Product successfully added to your shopping cart.
Check out
 

Rapport Grow

Royal Automatic – Royal Queen Seeds

de Steve & Sexy Dawn

Royal Automatic est une variété auto-florissante de Royal Queen Seeds et ce rapport couvre la période – si rapide qu'elle est stupéfiante – de croissance/floraison de cette incroyable variété.

Quatre graines Royal Auto ont été insérées dans des blocs "Root Riot" et disposées dans la zone veg qui mesure 1 x 1 x 2,1/2 m ; les parois de celle-ci venaient d'être recouvertes d'un nouveau brillant Mylar. Au-dessus, une lampe M/Halide de 400 W était fixée à un réflecteur courbe en alliage à une distance de 24 pouces. Elles seraient ensuite restées là pendant les 63 jours suivants (avec d'autres boutures différentes de passage dans les deux mois en question).

Voici le projet de culture dont il s'agissait : trois plantes auraient poussé dans une base de B'Cuzz (kilomix) et une plante dans une base normale, économique, "grow bag" pour tomates dans une proportion de 70/30 avec la perlite. Toutes les petites plantes sont sorties le jour 3. Je les ai disposées dans leurs mix dans des vases de 3,5 pouces et je les ai bien arrosées.

Dans les dix jours suivants, je n'ai rencontré aucune difficulté et j'ai placé les petites plantes toujours plus près de la lampe, jusqu'à une distance d'environ 10-12 pouces. Le jour 14, j'ai donné une dose de 2 ml de Nitrozyme (un stimulateur de croissance biologique) à deux des plantes dans le mix B'Cuzz.

Le jour 16, j'ai taillé la pointe d'une des plantes (dans le mix B'Cuzz) et j'ai transvasé les quatre plantes dans les vases de 5 pouces. J'ai aussi donné 2 autres ml de Nitrozyme à la plante "taillée". Je n'ai pas placé les plantes directement dans les vases définitifs de 10 pouces à cause de l'espace limité de la zone veg, qui était alors pleine de clones, que j'aurais déplacés peu de temps après.

Le jour 22, la plante "taillée" a montré ses premières fleurs et je n'étais pas sûr que ce soit dû aux deux doses de Nitrozyme. Mais l'autre plante qui avait, elle aussi, reçu une dose, ne fleurissait pas encore, mais devenait plus haute ! La troisième, à laquelle je n'avais rien donné, était la plus sexy du point de vue de la structure, tandis que celle pour laquelle j'avais utilisé le mix économique n'avait pas, à vrai dire, un bel aspect.

La plante la plus haute a commencé à fleurir le jour 25 ; la troisième plante, la "sexy", le jour 27. La plante dans le mix économique avait atteint 4 pouces et puis plus rien... même si elle était encore vivante et végétative.

Le jour 30, la température de la pièce a fortement augmenté à cause d'une vague de chaleur qui durait depuis un moment. Quand nous nous sommes approchés des 30°, j'ai dû ajouter un autre ventilateur de 12 pouces aux deux autres qui étaient déjà en place, ainsi qu'un autre ventilateur (24 pouces) qui soufflait de l'air depuis une autre pièce, plus fraîche. Résultat : une baisse de température de 1° ! J'ai donc déplacé le ventilateur dans la pièce veg au-dessus de 6 pouces, créant une température d'environ 27-28° au sommet des plantes : beaucoup mieux !

Le jour 35, les quatre plantes étaient en floraison : deux (les Nitrozyme) avaient une excellente floraison, tandis que la troisième était un peu plus lente. En revanche, la quatrième, haute de 4 pouces, dans le mix économique, avait un aspect très étrange ! Une plante "de vase" miniature en floraison, très étrange ! Plus ou moins ces jours-là, l'odeur des plantes a commencé à devenir plus forte, surtout dans l'obscurité.

Le jour 36, j'ai inséré trois des quatre plantes dans un mix frais de B'Cuzz, dans des vases de 10 pouces. Le jour 38, j'ai clairement compris que les plantes allaient devenir un problème à cause de l'odeur – elles puent vraiment. Au cours de mes années d'expérience, j'ai eu des plantes "odorantes", mais jamais une chose pareille ! Je ne possède pas de filtres dans la pièce, parce que... eh bien, je n'en ai jamais eu besoin. Même si certaines plantes sont un peu odorantes en veg, ça n'a jamais été un problème pour moi. Le fait est que j'avais quatre "bébés en germination" dans un lieu inadapté aux odeurs de la germination, et l'impression, à l'odeur, que les quatre plantes étaient en fait quarante !

Le jour 43, l'odeur était désormais incontrôlable. Toutes les plantes poussaient très bien (même si l'une d'elle était seulement un bud de 4 pouces sur un petit bout de bois !). Les feuilles en éventail des plantes devenaient jaune-verdâtre (comme on pourrait s'y attendre à la fin de la floraison, sauf que nous n'étions pas à la fin !).

N'ayant aucune idée sur le régime alimentaire à suivre avec ces plantes, j'ai décidé de les alimenter uniquement en cas de besoin et puisque cela a été nécessaire, je les ai satisfaites avec une dose de 10 ml de Canna Terra Flores. D'après moi, si l'on n'est pas familier avec la plante/variété que l'on cultive, il vaut être plutôt "radin" avec les nutriments et utiliser des doses plus importantes lorsqu'on a appris à connaître un peu mieux la plante/variété.

Le jour 47, l'odeur était si forte qu'on pouvait la sentir jusque dans le jardin – merde ! Toutes les pièces de la maison puaient, mais en réalité l'odeur était merveilleuse : une odeur très lourde, un mixte de café/épices/hash/skunk. Cependant, si vous souhaitez cultiver cette variété, je ne vous conseillerai jamais assez de vous procurer un système de filtrage d'excellente qualité.

Le jour 50, toutes les plantes (y compris le "bonsaï") fleurissaient abondamment. La production de résine, d'abord faible, semblait arrivée à bon point. L'odeur était plus forte que jamais. Le jour 52, les feuilles de toutes les plantes laissaient penser que j'aurais dû les alimenter un peu plus, mais c'était trop tard et j'ai donc décidé de  continuer uniquement avec de l'eau et aucun nutriment supplémentaire. 

Le jour 54, toutes les plantes avaient atteint la phase "grasse". Le "rush" floréal des dernières semaines avait ralenti et les bases individuelles des fleurs se gonflaient démesurément, tandis que la résine brillait partout. L'odeur avait atteint son pic ; je peux affirmer que je n'avais jamais senti une odeur si forte auparavant. Il se peut que la lampe M/Halide ait contribué à la production de l' "odeur". Je sais que les différentes dimensions du spectre de couleurs sont responsables de la production de résine, entre autres, donc peut-être aussi pour l'odeur. Il serait intéressant de voir si elles sentent si fort avec une lampe au sodium.

Le jour 57, toutes les plantes grossissaient bien. Les buds inférieurs de deux plantes (celles avec le Nitrozyme) commençaient déjà à s'assombrir. Comme il s'agissait pour moi d'une nouvelle variété, je contrôlais de temps en temps les racines des plantes. Il semblerait que cette variété "auto" ne produise pas de masses de racines épaisses et "poilues" : les vases de 10 pouces étaient donc suffisamment grands pour ces bébés à la croissance si rapide.

Le jour 60, le quatre plantes avaient presque terminé. Les feuilles plus grandes (et certaines des plus petites) étaient désormais devenues jaune-verdâtre, j'ai donc retiré la plupart. Grâce au ciel, l'odeur des plantes avait presque disparu.

Le jour 63, les plantes étaient toutes prêtes pour la récolte. Elles étaient recouvertes de "poils" marrons seulement sur 1/3-1/2 de la plante, mais en observant les glandes de résine avec une loupe 10x, j'ai vu que de nombreuses glandes étaient déjà ambrées/laiteuses.

La manucure a été une bagatelle puisque j'avais déjà retiré la plupart des feuilles. J'ai suspendu les plantes dans un buffet sombre avec un petit ventilateur. J'ai compris qu'elles n'auraient pas mis beaucoup de temps à sécher, car elles étaient déjà dures, lourdes et sèches au toucher. Après cinq jours passés dans le buffet, je les ai mises dans une boîte (sans couvercle) dans un autre buffet sombre, sec et aéré. Cinq jours plus tard, elles étaient prêtes à être fumées.

Tandis que Royal Automatic est en train de sécher, cette odeur très âpre revient, puis elle disparaît après cinq ou six jours. Quand le bud est sec, il est presque inodore, jusqu'à ce qu'il soit ouvert. Et wow ! L'odeur est celle d'un skunk intense, une odeur de café/épices/chocolat. Quand vous le pelez, ça sent dans toute la maison, de suite, même avant de l'allumer ! Ensuite, quand vous allumez Royal Automatic, vous êtes submergé à l'instant par des nuages de fumée dense et bleu ciel qui ressemble à celle des cigares très coûteux, mélangé avec Afghan Black, toujours avec cette odeur épicée de café sur le fond.

Au début, le stone est "lourd", puis il se transforme en stone "up" d'un ton plus agréable. Plus vous fumez et plus vous vous sentez "socially stoned" ! Après quelques joints, vous arrivez au syndrome "œil sec". En général, le stone dure longtemps et est hilarant, un peu "écrasé". Il ne laisse pas avec une tête étourdie ou confuse le matin qui suit une lourde nuit de fumée.

Le rendement est surprenant, si l'on considère que tout s'est fait en 63 jours. Le meilleur rendement est celui de la plante plus haute ; elle n'a jamais été la plus belle, mais elle a produit des buds très denses qui ont donné un peu plus de 21 g secs. À la deuxième place, la plante "taillée", un peu moins de 19 g, puis la plante aux dimensions moyennes – avec une structure de buds légèrement différente – qui a produit elle aussi un peu plus de 19 g. En ce qui concerne la plante bonsaï, elle a produit une merveilleuse quantité de 1,5 g ! Donc, sans prendre en compte le bonsaï, les trois plantes ont produit 59 g secs en 63 jours. Et elles ne prennent pas beaucoup de place, vous pourriez donc ajouter de nombreuses autres plantes.

Les Automatiques sont-elles donc la meilleure option ? Eh bien, elles semblent produire des buds qui poussent vite et qui sont de bonne qualité ; la production est discrète (si l'on considère le peu de temps employé) ; il est possible d'obtenir les graines en version féminisées ; d'autres variétés sont toujours plus disponibles. Tout ceci est excellent. MAIS n'oubliez pas que cultiver les Auto à l'intérieur présente des limites. Avec une plante qui produit des quantités énormes, on peut normalement prendre des boutures (même en fleur) et, une fois le cycle terminé, on peut les déplacer à 18/6 ou 20/4 pour revenir au cycle veg. Mais ceci n'est pas possible avec les Auto ; une fois plantées, elles sont bloquées sur le cycle auto.

De plus, si vous voulez par exemple augmenter la production, il vaut peut-être mieux cultiver plus longtemps les plantes en "veg". Ça non plus, ce n'est pas possible avec les Auto, parce qu'elles fleuriront indépendamment du régime d'éclairage. Il faut ensuite tenir compte du fait que si nous n'avons pas beaucoup d'espace à disposition – peut-être seulement une zone à utiliser pour "veg" avec un éclairage 18/6, en changeant à 12/12 pour la floraison – nous ne pouvons cultiver que des variétés Auto, parce que le régime d'éclairage est maintenu sur un minimum de 18/6 (pour avoir un plein effet). Et n'importe quelle variété "non-Auto" ne fera rien d'autre que rester en "veg" (idéal pour les mères !).

Je ne dis pas que les Auto ne sont pas une bonne solution – au contraire. Près de 60 jours entre l'achat et la fumée, c'est incroyable. Et même si vous maintenez les éclairages, les ventilateurs etc. à un minimum fixe de 18/6 (au lieu de 12/12), la dimension de la plante n'est jamais excessive, vous pouvez donc en mettre un paquet et obtenir de nombreux buds en peu de temps. Je suis sûr que l'on peut insérer des vases 16x19 pouces dans un espace de 1 x 1 m. Ainsi, avec une lampe à 400W, vous devriez obtenir au moins 300 g (je me base sur ma culture) tous les 60 jours, plus ou moins ! Dans le passé, j'ai attendu plus de 90 jours pour qu'une pièce de Sativa soit prête, pour obtenir un rendement à peine un peu plus important par rapport à celui-ci !

Donc même si avec les variétés Auto, par rapport aux non-Auto, nous avons beaucoup moins de contrôle sur la culture et son résultat, il faut dire que parfois ce résultat (avec les non-Auto) n'est pas vraiment celui espéré, tandis que les Auto (surtout, apparemment, Royal Automatic) s'avèrent être des plantes plus robustes, résistantes (et puantes, aussi), qui font exactement ce qui est écrit sur la boîte.

Concernant le régime alimentaire des Auto, apparemment, il faut donner à Royal Automatic un mix de floraison à partir du moment où l'on commence à voir les fleurs (environ 21-22 jours dans le terreau ; peut-être avec des doses réduites de moitié pour la première semaine) et elle peut probablement être alimentée au moins une fois par semaine (ou plus, en faisant attention) jusqu'au jour 50 environ.

Je ne suis pas sûr pour les booster P/K ; toute la culture est si rapide que je ne sais pas quand il faudrait les ajouter, ni même en quelle quantité. À la rigueur, j'ajouterais un stimulateur de croissance dès que possible, quand les plantes sont encore jeunes, de façon à essayer de maximiser la courte phase veg. De plus, dans les premières semaines, elles ont besoin de plus de lumière possible, toujours dans le but de maximiser cette courte période veg. Ensuite, concernant l'intérêt de tailler les pointes, il me semble que ça n'a pas eu une grande importance.

Donc si vous souhaitez une expérience de jeu différente, avec un résultat pratiquement garanti (en un peu plus de 1.500 heures), Royal Automatic (ou n'importe quelle Auto fournie par Royal Queen Seeds) est faite pour vous. Mais faites attention de ne pas fermer les yeux, car vous pourriez ne pas avoir le temps de vous en apercevoir !!

Salut à tous !

Steve & Sexy Dawn