Pendant longtemps, les stéréotypes sur la culture cannabique se focalisent sur l’image d’un mec stoner éclaté. Les femmes sont restées éloignées de l’image populaire que l’on se fait des aficionados de la ganja. Et bien ce temps est révolu. Avec l’explosion de l’industrie du cannabis, il est temps de mettre à l’honneur les femmes performantes qui mènent la danse de l’évolution de cette industrie. Bien qu’il existe de nombreux porte-étendards de la marijuana, nous avons choisi d’en présenter huit aujourd’hui.

Que ce soit Ann Lee, une républicaine texane luttant contre la War on Drugs, la Dr Suzanne Sisley, une pionnière du cannabis médical qui fait tomber les barrières pour l’accès de l’herbe aux patients ou encore Fernanda de la Figuera, la mamie rebelle qui va au front contre le gouvernement espagnol, toutes ces femmes n’en demeurent pas moins de véritables modèles de l’industrie. Ce sont des activistes, des scientifiques, des avocates ou des cheffes d’entreprises tout à fait qualifiées. Elles viennent d’origines et de convictions politiques toutes différentes, mais sont malgré tout d’accord sur une chose : le cannabis devrait être légal et il y a encore beaucoup de travail à faire.


Voici huit des femmes les plus influentes de l’industrie du cannabis aujourd’hui.

Ann Lee

Ann Lee est une militante américaine du cannabis au profil inattendu. Républicaine depuis toujours, elle croyait à la propagande selon laquelle la marijuana était une dangereuse drogue d’initiation. Aujourd’hui, Ann est une octogénaire courageuse, partisane de la légalisation du cannabis et fondatrice de Republicans Against Marijuana Prohibition (RAMP). Alors, que s’est-il passé ?

Quand Ann avait 60 ans, son fils Richard a eu un accident. Il est resté partiellement paralysé, avec de graves douleurs nerveuses. Richard a trouvé des recherches suggérant que le cannabis pourrait aider à soulager sa douleur, ce qui a conduit Ann sur le chemin de la découverte des bienfaits de la marijuana.

Ann est devenue une militante en luttant pour la légalisation du cannabis. En 2012, alors qu’elle s’exprimait sur la question lors d’un panel, elle a réalisé que d’autres membres du panel étaient également républicains. Ensemble, ils ont formé le RAMP. À l’aube de ses 90 ans, Ann continue de mener le bon combat. Son message ? La War on Drugs est raciste et la prohibition du cannabis est contraire aux valeurs républicaines de liberté et de liberté individuelle.

Ann Lee

Amy Margolis

Amy Margolis est une avocate et une militante du cannabis. Elle a fondé l’Oregon Cannabis Association, le plus grand groupe de défense de l’État. Plus récemment, elle a créé The Initiative : un incubateur qui aide les entreprises de cannabis fondées par des femmes à réussir. Cette initiative offre des services de mentorat, d’éducation, d’aide à la recherche de financement et un vaste réseau de femmes qui aident d’autres femmes. Avant de se lancer dans les affaires, elle a travaillé pendant des années comme avocate, luttant pour les droits des consommateurs de cannabis.

Une fois que le cannabis est devenu légal en Oregon, Amy a constaté qu’il y avait encore du travail à faire. La criminalisation passée reste un problème majeur qui affecte la vie des gens. Amy a organisé des ateliers dans tout l’État sur la manière dont les résidents peuvent faire effacer de leur casier judiciaire les accusations liées à la marijuana. Très active sur le plan politique, elle témoigne fréquemment devant les instances gouvernementales sur les questions relatives au cannabis, à la réforme des peines et à l’égalité des sexes.

Amy Margolis

Wanda James

Les communautés afro-américaines des États-Unis ont été fortement criminalisées par la War on Drugs et ont souvent fait les frais des mesures de répression légales contre le cannabis. Bien que le cannabis soit légal dans certains États, les inégalités raciales n’ont pas disparu. L’industrie américaine du cannabis légal est toujours majoritairement détenue par des blancs[1].

Wanda James se bat pour changer cela. Vétérane et ancienne cadre de Fortune 100, Wanda a été la première femme noire à posséder un dispensaire légal aux États-Unis. Avec son mari, elle possède le dispensaire Simply Pure à Denver, dans le Colorado. Ils ont également été les premiers Afro-Américains à créer une installation légale de culture de cannabis et une entreprise de produits comestibles. Ne reculant devant rien, Wanda continue de se battre pour la justice raciale à la pointe de l’industrie du cannabis.

Wanda James

Allison Margolin

Le cannabis est dans le sang d’Allison Margolin (et pas de la façon dont vous le pensez). La loi aussi. Elle est née à la fin des années 1970 de deux avocats de la défense pénale. À l’époque, son père était le directeur de NORML (National Organization for the Reform of Marijuana Laws), l’un des principaux groupes de dépénalisation du cannabis aux États-Unis. Allison se révoltait contre la criminalisation de la drogue avant même d’avoir l’âge de conduire.

Aujourd’hui, elle est diplômée de la Harvard Law School et l’une des premières avocates à se spécialiser dans le droit du cannabis. Son cabinet, Margolin & Lawrence, pratique à la fois le droit de la réglementation de la marijuana médicale et le droit des affaires, ainsi que la défense pénale aux niveaux fédéral et étatique. Le livre d’Allison Margolin, Just Dope, est un mémoire personnel et une histoire politique de la War on Drugs. Il sortira en 2022.

Allison Margolin

Dr Sue Sisley

La Dr Suzanne Sisley est psychiatre et leader dans le domaine de la science du cannabis. Elle est connue pour ses recherches novatrices sur les applications médicales du cannabis, notamment sur son potentiel en tant que traitement du SSPT.

Étant elle-même atteinte d’une déficience visuelle depuis sa naissance, Sue connaît l’importance de l’accessibilité. Depuis 2009, elle gère un cabinet de télémédecine à plein temps, exploitant des technologies de pointe comme les stéthoscopes numériques pour traiter des patients dans des zones rurales et mal desservies. Elle sensibilise également d’autres médecins aux bienfaits du cannabis, s’efforçant de lutter contre la désinformation et de briser la stigmatisation.

Depuis plus de dix ans, le Dr Sisley se bat pour que la fleur de cannabis soit soumise au processus de développement des médicaments de la FDA. À l’heure actuelle, de nombreux patients ont à peine les moyens de payer un traitement au cannabis médical. Si le Dr Sisley réussit, les compagnies d’assurance américaines devront couvrir le cannabis comme tout autre produit pharmaceutique.

Dr Sue Sisley

Jessica Billingsley

Jessica Billingsley est la directrice générale d’Akerna. Akerna est un logiciel d’entreprise de pointe dédié à l’industrie du cannabis. Cela fait de Jessica une cheffe d’entreprise à la fois dans le domaine de la technologie et du cannabis. Son logiciel a été l’un des premiers à fournir une analyse et un suivi complets des plantes, de la graine à la vente. Il s’agissait de combler les lacunes dans le suivi de la chaîne d’approvisionnement, notamment en ce qui concerne les données relatives au bagage génétique d’une plante.

En 2015, Jessica a été nommée parmi les femmes entrepreneurs les plus prometteuses du magazine Fortune. En juin 2019, Akerna est devenue la première société de logiciels sur le cannabis à être cotée au Nasdaq, avec Jessica à sa tête.

Jessica Billingsley

Cindy Capobianco

En 2019, Kim Kardashian a organisé une fête prénatale sur le thème du CBD. Que vous vous intéressiez aux Kardashian ou non, ce fut un marqueur particulier de l’époque actuelle. L’événement a mis en lumière le succès croissant et inarrêtable du CBD dans le domaine public.

Cindy Capobianco a été l’une des premières à tirer parti de cet engouement et à reconnaître le potentiel haut de gamme du CBD. Avec son cofondateur Robert Rosenheck, elle dirige Lord Jones, une marque de luxe connue pour ses somptueux produits de soins de la peau et ses produits comestibles gourmets infusés au CBD. Comme il se doit, Lord Jones est basée à Los Angeles. La marque s’inscrit parfaitement dans un style de vie californien particulier, combinant les vibrations de la détente et le bien-être de la côte ouest avec l’opulence moderne. Cindy Capobianco a contribué à façonner le marché du CBD haut de gamme tel que nous le connaissons aujourd’hui, et nous sommes impatients de voir ce qu’elle fera par la suite.

Cindy Capobianco

Fernanda de la Figuera

Pour clore cette liste, nous avons une autre ancienne légendaire. Connue comme la « mamie de la beuh » espagnole, Fernanda de la Figuera est une vétérane du mouvement de légalisation. En Espagne, l’herbe est illégale à des fins commerciales, mais elle est décriminalisée pour la culture et la consommation personnelle. Les cultivateurs personnels forment souvent des clubs de cannabis ; ils concluent des accords collectifs pour une consommation partagée et ne distribuent pas au-delà de leur cercle.

Le cannabis club de Fernanda, « Marias x Maria », a été créé pour aider les femmes qui consomment du cannabis à des fins médicales à accéder à un approvisionnement sûr. Pour ses nobles efforts, la mamie de la beuh espagnole a été accusée de trafic et condamnée à neuf mois de prison. L’absurdité de ces accusations et le fait qu’elles visent une femme âgée montrent à quel point l’Espagne a encore du chemin à faire avec ses lois sur le cannabis. Mais on ne peut pas faire courber l’échine longtemps à une bonne femme et Fernanda prévoit de faire appel devant la Cour européenne des droits de l’homme. Vas-y, mamie !

Fernanda de la Figuera

Sources Externes
  1. How Big Weed Shut Out People of Color and Became a Rich White Business https://www.insider.com
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.